Le Pentagone accuse l’Iran d’avoir abattu un avion ukrainien …


… mais ses preuves sont peu convaincantes


2015-05-21_11h17_05Par Moon of Alabama − Le 9 janvier 2020

Le Pentagone accuse la défense aérienne iranienne d’avoir abattu l’avion ukrainien qui s’est écrasé hier près de Téhéran. Le Pentagone dit que c’était par accident. Mais les preuves sur lesquelles se fonde la réclamation sont fragiles.

Nous avons signalé hier le vol PS752 :

Quelques heures après le lancement des missiles par l'Iran, un avion de ligne ukrainien s'est écrasé trois minutes après son décollage de l'aéroport de Téhéran. Les 176 personnes à bord sont décédées. Les passagers venaient principalement d'Iran, du Canada et d'Ukraine. L'avion était un Boeing 737-800 NG vieux de trois ans exploité par Ukrainian International Airlines, la compagnie aérienne nationale. La vidéo montre l'avion en feu qui descend. Les photos du site de l'accident montrent des impacts ressemblant à des éclats d'obus sur le fuselage. Les preuves concordent avec une rupture du disque de turbine non contenue, mais d'autres causes potentielles ne peuvent être exclues. L'incident fera l'objet d'une enquête comme tous les autres accidents d'avion de ligne.

Dans la mise à jour, nous avons ajouté :

Des images de meilleure qualité à la lumière du jour de l'avion ukrainien écrasé montrent qu'au moins certains des "trous d'impact ressemblant à des éclats d'obus" ne sont pas du tout des trous mais sont des débris ou de la saleté se trouvant sur des pièces de l'avion. Des images supplémentaires ne montrent également aucune preuve d'un événement induit de l'extérieur.

Les enregistreurs de données de vol de l'avion ont été trouvés. L'Iran téléchargera les données ou, s'il n'a pas cette capacité, demandera à un autre pays (France ?, Allemagne?) De le faire. Un rapport préliminaire d'accident sera publié dans un mois.

Newsweek rapporte maintenant:

Le vol ukrainien qui s'est écrasé juste à l'extérieur de la capitale iranienne, Téhéran a été heurté par un système de missiles antiaériens, a déclaré à Newsweek un responsable du Pentagone, un haut responsable du renseignement américain et un responsable du renseignement irakien. ...
 
L'avion aurait été heurté par un système de missiles sol-air Tor-M1 de fabrication russe, connu par l'OTAN sous le nom de Gauntlet, ont déclaré les trois responsables à Newsweek.
 
Deux responsables du Pentagone estiment que l'incident était accidentel. Les défenses anti-aériennes iraniennes étaient probablement actives après l'attaque au missile par l'Iran, qui est intervenue en réponse au meurtre, la semaine dernière, du commandant de la Force des gardes de la révolution Qods, le général de division Qassem Soleimani, selon des sources.

Comment un responsable du renseignement irakien, probablement contrôlé par la CIA, pourrait-il savoir ce qui s’est passé à Téhéran ? Les preuves que le journaliste note ne sont pas très convaincantes :

Des images ont commencé à circuler mercredi de ce qui semblait être des fragments d'un missile Tor M-1 qui aurait été trouvé dans une banlieue au sud-ouest de Téhéran. Le secrétaire du Conseil de sécurité ukrainien, Oleksiy Danylov, a déclaré jeudi dans un communiqué que l'impact avec un système Tor M-1 figurait parmi les causes potentielles de la destruction de l'avion que son pays envisageait.

D'autres scénarios potentiels impliquaient une collision avec un véhicule aérien sans pilote (UAV) ou un autre objet volant, un dysfonctionnement technique et une attaque terroriste.

Voici les deux images en question :

navhead1-s
Agrandir

navhead2-s
Agrandir

La photo de gauche a été publiée hier à 17:50 UTC sur Twitter par le compte tweet en Farsi et en Anglais « Azematt ».

navheadfinder1-s

La deuxième photo a été publiée par un autre pseudo en Farsi et en Anglais « Liberalist_30 » à 10 h 15 UTC aujourd’hui.

Les deux images montrent la section de navigation et de direction d’un missile 9k331 utilisé dans le système anti-aérien russe Tor M-1. L’ogive explosive est derrière la section de tête et explose du côté du missile. Cela laisse la section de tête intacte.

Le journal The Indépendant avait déjà rendu compte des images et noté les problèmes avec celles-ci :

Au cours de la dernière journée, au moins deux images de ce qui semble être des débris de missiles Tor de fabrication russe sont apparues sur les réseaux sociaux. Les photographies n'avaient pas été téléchargées sur Internet avant hier, mais les tentatives de géolocalisation du site du crash n'ont jusqu'à présent pas abouti. Elles pourraient donc ne pas être liés avec le crash. ...
 
Elliot Higgins, le fondateur de Bellingcat, le groupe d'investigation numérique célèbre pour son enquête sur la chute du MH17 dans l'est de l'Ukraine en 2014, a confirmé que la photographie des débris de missiles Tor était de nouvelles images en ce qui concerne Internet. Mais en écrivant sur Twitter, il a suggéré que la vérification indépendante pourrait être difficile à faire.
 
"Il y a d'autres exemples de ce type de débris documentés dans d'autres conflits, donc il n'y a aucun moyen de savoir que c'est en Iran", a-t-il dit.

Même un poulet aveugle pourrait trouver un grain de maïs. Pour une fois, Higgens a raison. Il existe certainement d’autres images de têtes de missiles Tor disponibles.

navheadalt-s

Il existe également de nombreux comptes Twitter farsi / anglais gérés par la secte anti-iranienne MEK, connue pour sa coopération avec les services de renseignement américains. Celui qui a fourni les photos aurait pu le faire pour accuser faussement l’Iran.

Le Tor-M-1 (vidéo) est un système de fabrication russe très mobile utilisé pour les défenses antiaériennes à moyenne altitude. En 2007, l’Iran a acheté 29 unités Tor M-1 à la Russie. Le Tor iranien est exploité par l’Islamic Revolutionary Guards Corp (IRGC).

irgctor-s
Il est probable qu’il existe des systèmes Tor autour de Téhéran et il est certain qu’ils étaient en état d’alerte élevé dans les heures qui ont suivi le lancement de missiles par l’Iran vers des bases américaines en Irak.

Mais il y a eu plusieurs vols au départ de Téhéran aux premières heures du 8 janvier. Le départ du vol PS752 a été retardé. Il a décollé à 6h12 heure locale. L’avion est sorti de l’aéroport de Téhéran en ligne droite. Les équipes qui gèrent les systèmes Tor autour de Téhéran doivent être habituées à la trace radar régulière des avions civils sortant de l’aéroport de Téhéran. Cela rend un lancement accidentel quelque peu improbable.

Comme l’indique également The Independent :

Les premières théories sur la cause de l'accident étaient axées sur la panne moteur. Mercredi soir, un rapport de Reuters, citant cinq officiers du renseignement, a déclaré que la communauté du renseignement occidentale pensait que le dysfonctionnement technique était la raison la plus probable. L’ambassade d’Ukraine en Iran a dans un premier temps pris cette position, excluant la possibilité d’une attaque au missile, avant de retirer à la hâte sa déclaration.

L’avion ukrainien avait des moteurs CFM 56. Ces dernières années ont connu des échecs non confinés. En avril 2018, la BBC a rapporté :

Une passagère est décédée après avoir été presque aspirée de la cabine d'un vol de Southwest Airlines en provenance de New York vers Dallas, mardi. ...
 
Une enquête initiale a révélé des signes de fatigue des métaux où une pale de ventilateur s'était cassée, selon le National Transportation Safety Board (NTSB) des États-Unis.
 
Un incident similaire a été enregistré en 2016 impliquant un vol du sud-ouest qui a atterri en toute sécurité en Floride.

Les pannes de moteur non confinées peuvent endommager les réservoirs d’un avion et l’incendier. Ils peuvent également entraîner toutes sortes d’autres dommages. Tout avion qui survit à un tel incident a beaucoup de chance.

Il est possible qu’un système Tor iranien ait accidentellement fait tomber l’avion ukrainien. Il est également possible qu’il ait subi une panne de moteur qui a frappé les réservoirs de carburant pleins et mis le feu. Quelque chose d’autre comme un impact d’oiseau peut endommager le moteur. Il y a beaucoup d’autres possibilités. Nous devrons attendre plus de preuves et les résultats de l’enquête en cours pour savoir ce qui s’est réellement passé.

Mais il y a une chose que nous pouvons dire avec certitude. Deux photos de têtes de missiles prises à un endroit inconnu, par des inconnus, à un moment inconnu ne sont pas des preuves suffisantes pour une quelconque accusation contre l’Iran.

Moon of Alabama

Traduit par jj, relu par Wayan pour le Saker Francophone

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF