Le fantôme du cadeau de Noël


Par James Howard Kunstler – Le 3 décembre 2018 – Source kunstler.com

Image associée

Apparemment, un autre leader mondial s’est présenté à Buenos Aires sans fanfare ce week-end. Le secrétaire général du Pôle Nord, connu populairement sous le nom de Père Noël, a apporté son dernier modèle de traîneau hypersonique à la réunion du G-20 et s’est assuré que l’élite financière mondiale trouverait ses bas de Noël remplis de prunes au sucre une dernière fois avant que le grand marché de la reflation ne meure d’incrédulité.

Quelque chose de drastique s’imposait alors que tant d’entreprises voyaient le cours de leurs actions s’enfoncer le mois dernier, en particulier les FAANG [Facebook, Apple, Amazon, Netflix and Google], les constructeurs de voitures, celles travaillant autour des ventes de maisons et dans le pétrole, tandis que le Grand Vieil Homme du Dow Jones, General Electric, chantait sa chanson de mort comme un vieux chef Arikara dans le crépuscule des prairies. La menace américaine de droits de douane de 25 % sur les exportations chinoises a été écartée pendant 90 jours, donnant aux tout-puissants algorithmes, et à leurs garçons de courses, une dernière chance de piller l’avenir.

Comment cela changera-t-il exactement l’équation de base qui veut que la Chine envoie sa production industrielle à WalMart en échange de reconnaissances de dette américaines, alors que le déficit commercial s’accentue de plus en plus et que les derniers résistants de la classe moyenne américaine se noient dans la dette, deviennent toxicomanes et perdent espoir ? Ce ne sera pas le cas, bien sûr, parce que les Américains doivent trouver une autre raison de se lever le matin en plus de se présenter au derby national de la démolition. Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais cela ne me réchauffe pas le cœur d’entendre parler de x fois cent mille « mises en chantier » par mois, sachant que cela représente la destruction de x fois mille hectares de prairies, de champs et de forêts, et que ce qui se dessine dans le paysage est une infrastructure sans avenir qui brise les âmes.

Il n’est pas difficile de comprendre pourquoi l’espérance de vie aux États-Unis diminue, sous l’impulsion des deux nouvelles principales causes de décès : les opiacés et le suicide, la première étant souvent au service de la seconde. Les citoyens de ce pays ont échangé à peu près tout ce qui fait que la vie vaut la peine d’être vécue contre les maigres récompenses du « shopping à prix d’aubaine » et de la conduite heureuse. Mais le pire des sacrifices est la perte de tout sens de la communauté, des transactions humaines en face à face avec des gens connus, des gens qui ont des devoirs et des obligations les uns envers les autres qui peuvent être mis en œuvre et remplies avec succès. Au lieu de cela, vous pouvez faire toutes vos affaires avec des robots, y compris les robots d’interface avec les entreprises qui cherchent à vous ruiner. « Votre appel est important pour nous », dit le robot téléphonique du bureau de facturation de l’hôpital en vous invitant à débourser plus de 7 000 $ pour les trois points de suture que le petit Skippy s’est vu posés lorsque son meilleur ami a fait atterrir son drone sur son front. « Attendez en ligne que quelqu’un se libère. » Qui ne voudrait pas se suicider ?

Il est intéressant de noter que ce sont les Français qui sont en train de péter les plombs en ce moment de l’histoire et non pas les Américains, beaucoup plus matraqués. Malgré toutes les difformités de l’UE, la France conserve une qualité de vie générale tellement supérieure à celle que l’on trouve aujourd’hui aux États-Unis que nous avons l’air d’être dans une impasse de l’évolution ici, dans ce désert de centres commerciaux et de magasins aux fausses devantures. Ils vivent dans des villes et des villages qui sont conçus pour rassembler les gens dehors. Ils soutiennent les petites entreprises malgré les diktats de Bruxelles. Ils ont toujours intérêt à bien faire les choses pour le bien en soi. De nos jours, les Français ne se révoltent pas seulement à cause du prix du carburant diesel, mais aussi parce qu’ils ont eu assez des répercussions sur leur mode de vie traditionnel et qu’ils cherchent à enrayer les pertes.

Les Américains, en revanche, semblent accepter passivement leur nouveau statut de perdants de la classe mondiale. Vous pouvez les priver de tout ce qui a du sens, de ce qui fait que la vie vaut la peine d’être vécue, et leur vendre des simulacres déprimants pour remplacer ces choses, et ils ne s’en rendent jamais compte. Même les révoltes en cours dans ce pays ne cherchent qu’à empirer les relations entre nous, par exemple le nouveau super-puritanisme qui veut criminaliser les parades rituelles d’accouplement les plus élémentaires, comme demander sa date de naissance à quelqu’un, ou même prêter attention à une personne du sexe opposé. C’est ce à quoi le parti démocrate, anciennement le parti des travailleurs, s’est consacré toute l’année. C’est ça votre « Résistance ». Ils ont réussi à ruiner l’une des rares consolations d’être sur cette planète.

Vous en avez peut-être assez de ces bêtises. Peut-être qu’après Noël, quelque chose sortira de ce vieux maelstrom proverbial qui enfle, et l’anarchie libérée alors par cette chose ne sera pas « inutile ».

Too much magic : L'Amérique désenchantéeJames Howard Kunstler

Pour lui, les choses sont claires, le monde actuel se termine et un nouveau arrive. Il ne dépend que de nous de le construire ou de le subir mais il faut d’abord faire notre deuil de ces pensées magiques qui font monter les statistiques jusqu’au ciel.

 

Note du Saker Francophone

Il est à noter que l'auteur connaît personnellement la France profonde notamment le Sud-Est ...

Il semble aussi que le monde découvre massivement la situation de crise en France avec son imaginaire révolutionnaire (1789) : Le monde découvre le « Printemps Français »

Traduit par Hervé, relu par jj pour le Saker Francophone

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

Une réflexion au sujet de « Le fantôme du cadeau de Noël »

Les commentaires sont fermés.