L’arrêt des activités gouvernementales reviendra-t-il à mesure que la guerre commerciale s’étend ?


Par Brandon Smith − Le 8 février 2018 − Source Alt-Market.com

La communauté économique dominante a une capacité d’attention notoirement courte et un manque de perspective à long terme. Après la fin du plus long arrêt des activités gouvernementales de l’histoire américaine, les médias dominants ont proclamé que la lutte était bien finie – en d’autres termes, circuler il n’y a plus rien à voir ici, Trump a « plié » et tout va bien. Bien sûr, ce qu’ils semblent constamment ignorer, c’est le fait que l’arrêt des activités gouvernementales n’a été mis en pause que pendant trois semaines. Il ne s’agit guère d’une garantie d’un retour à la « normalité ».

Au moment où j’écris ces lignes, l’administration Trump n’a pas encore prononcé son discours sur l’état de l’Union, et il est possible que nous en sachions plus sur la question de cet arrêt. La propension de Trump à dire une chose et à en faire une autre fait qu’il est difficile de discerner l’avenir des actions politiques. Nous n’aurons toutefois pas beaucoup de temps à attendre, car ce mois de mars sera probablement l’une des périodes les plus tumultueuses de l’économie américaine moderne.

Il convient de noter que le moment du retour possible de l’arrêt est fixé juste avant la décision de l’administration Trump sur l’augmentation des droits de douane contre la Chine. La « pause » dans la guerre commerciale est un autre événement qui a été annoncé à tort par les médias dominants comme la « fin de l’incertitude ». En plus de la propagande entourant la « pause » de la Fed en matière de resserrement de la politique monétaire, je commence à voir une tendance se dessiner à cet égard.

Au cours du dernier mois, il semble que le sentiment de risque de marché ait été manipulé du côté positif par de nombreuses promesses – la promesse que l’arrêt des activités gouvernementales a été éloigné, la promesse que la guerre commerciale sera terminée en mars et la promesse que la Fed a « capitulé » concernant l’augmentation des taux d’intérêt et la réduction de son bilan. Peut-être que toutes ces promesses s’avéreront vraies, mais je soupçonne que la plupart d’entre elles, sinon toutes, ne seront pas tenues.

Pour ce qui est de l’arrêt des activités gouvernementales, rien n’indique qu’il y ait eu un changement dans le récit. En gardant à l’esprit le faux paradigme gauche/droite, ainsi que le fait que Trump travaille en étroite collaboration avec des banques élitistes et leurs groupes de réflexion au sein de son propre cabinet, le scénario de notre petit drame continue de présenter une arène politique fermement divisée. Il est peu probable que les démocrates cèdent sur leur opposition au mur de la frontière sud, et il est peu probable que Trump fasse de même.

Ceci peut culminer de l’une des deux façons suivantes : soit Trump relancera la lutte pour l’arrêt des activités gouvernementales d’ici la fin février, soit il déclarera l’état d’urgence, contournant complètement l’arrêt des activités gouvernementales et utilisant l’armée pour construire le mur grâce à un financement au niveau du gouvernement.

Une autre possibilité, à laquelle je souscris personnellement, est que les DEUX événements puissent se produire simultanément – un arrêt des activités gouvernementales et une déclaration d’urgence. Les démocrates au Sénat ou l’armée elle-même pourraient faire de l’obstruction à une déclaration d’urgence, ce qui ajouterait beaucoup de confusion à la question.

Dans ce cas, un arrêt des activités gouvernementales serait inévitable. Mais certains militants de la liberté pourraient se demander pourquoi nous devrions nous en soucier. Ne préférons-nous pas l’arrêt des activités gouvernementales ? Idéalement, oui, mais il y a des conséquences qui doivent être prises en compte.

Premièrement, il est important de comprendre que le gouvernement est le plus important employeur des États-Unis. Le gouvernement fédéral emploie environ 2,7 millions de civils ; son plus proche concurrent est Walmart avec 2,3 millions d’employés. Mais si l’on tient compte de toutes les personnes qui reçoivent un chèque de paie de l’État et du gouvernement fédéral, y compris les enseignants, les policiers, les agents de police, les travailleurs handicapés, etc. le nombre augmente de façon spectaculaire pour atteindre plus de 22 millions de personnes

Certains pourraient prétendre que les fonctionnaires des États ne seraient pas touchés par un arrêt des activités gouvernementales, mais ce n’est pas nécessairement vrai. Étant donné que la plupart des États dépendent entièrement du financement fédéral pour le fonctionnement des programmes publics et des programmes de prestations sociales, les États peuvent en fait être touchés par un arrêt des activités gouvernementales sur le long terme.

La panique qui a failli s’ensuivre lors du dernier arrêt des activités gouvernementales a été motivée par des préoccupations légitimes. Ce ne sont pas seulement les millions d’employés du gouvernement qui représentent la plus grande partie de l’économie américaine, mais les millions de personnes (familles) qui dépendent de ces employés pour leur survie. Dans une économie qui repose à environ 70 % sur la vente au détail et les services, la suppression de TOUT pilier existant du consumérisme peut avoir des répercussions négatives sur l’ensemble du système.

Au-delà du gel des salaires de la plus grande base d’emploi des États-Unis, il y a aussi la question des programmes d’aide sociale comme EBT, qui étaient déjà sur le point d’être coupés ce mois-ci s’il n’y avait pas eu des paiements anticipés. Avec un retour à l’arrêt des activités gouvernementales qui devrait durer beaucoup plus longtemps, et avec le report des paiements EBT en mars, il s’ensuivrait une panique.

C’est pourquoi il est important de tenir compte de l’arrêt des activités gouvernementales, à la fois comme événement déclencheur et comme distraction massive de l’activité de la banque centrale.

La « pause » dans la guerre commerciale avec la Chine représente aussi une sorte de non-événement qui alimente un faux optimisme. Le déficit commercial ne faisant qu’augmenter avec la Chine, il faut se demander quel est l’objectif réel du conflit. L’extradition potentielle du directeur financier de Huawei, Meng Wanzhou, [du canada, NdT] ne facilite pas les choses, pas plus que la série de réunions commerciales improductives qui se terminent par encore d’autres déclarations de progrès mais aucun accord écrit.

L’économie américaine est comme une gigantesque tour Jenga dont la plupart des éléments de soutien essentiels ont déjà été enlevés. Tirez en encore un, et toute la structure s’effondrera. Avant de nous concentrer trop sur un scénario d’arrêt des activités gouvernementales ou sur la guerre commerciale, nous devrions toutefois nous demander qui a enlevé tous les autres éléments de support.

La Réserve fédérale l’a fait de manière experte en gonflant la « bulle du tout » et en dégonflant délibérément cette bulle, tout en utilisant Trump, son arrêt des activités gouvernementales et la guerre commerciale comme couverture pour leurs activités.

De récents changements dans les éléments de langage des déclarations de la Fed ont conduit à un changement radical et étonnant dans l’opinion du monde économique. En l’espace d’un mois, le sentiment du marché est passé des craintes d’un resserrement de la Fed à l’euphorie d’une capitulation présumée. Je rappelle toutefois aux gens qui partagent ce sentiment que la Fed a réussi la même escroquerie il y a seulement deux mois.

En novembre de l’année dernière, Jérôme Powell a changé à la marge de langage dans ses déclarations, ce qui a été largement interprété comme « dovish » par les marchés. Cela en a amené plusieurs à croire que les hausses et les baisses de taux de la Fed étaient terminées. Seulement un mois plus tard, en décembre, M. Powell a stupéfié les investisseurs avec un langage agressif et « hawkish » en plus d’une hausse des taux d’intérêt et d’une augmentation de la vente d’actifs. Je mentionne cet événement parce que je crois qu’il est dangereux et insensé de la part des analystes de proclamer maintenant que la Fed a capitulé alors que tout ce que nous pouvons dire, c’est que la Fed peut changer d’opinion quand elle le souhaite.

Jusqu’à présent, rien n’indique, à part des changements dans le discours de la Fed, que le resserrement s’arrêtera de sitôt. La réduction des bilans se poursuit et le graphique en points de la Fed pour les taux d’intérêt prévoit toujours au moins deux autres hausses cette année. Pour l’instant, les marchés boursiers sont motivés par le pur optimisme aveugle que la Fed va intervenir pour stimuler l’économie, sans parler des centaines de milliards de dollars en liquidités que les Chinois ont injectés dans les actifs mondiaux au cours du mois dernier.

Le fait est que rien de fondamental n’a changé. Les effets du resserrement de la Fed sont actuellement évidents sur les marchés de l’immobilier, car les ventes globales de maisons continuent de chuter, les marchés de l’automobile affichent un niveau de vente le plus bas depuis des années, les marchés du crédit continuent de se resserrer et les bénéfices des entreprises ont été généralement décevants.

Comme un lecteur me l’a récemment rappelé, les réserves excédentaires de la Fed diminuent aussi rapidement. Les institutions financières ont conservé des réserves excédentaires auprès de la Fed pendant des années parce qu’elle offrait un taux d’intérêt distinct et plus élevé par rapport à celui de référence, abaissé à un niveau proche de zéro pendant le Quantitative Easing. La Fed a utilisé ces réserves excédentaires pour accorder des « prêts à court terme » à de nombreuses entreprises nationales et étrangères pendant la crise du crédit.

Au fur et à mesure que la Fed a relevé le taux de ses fonds, les sorties de fonds des banques des réserves excédentaires de la Fed ont augmenté de façon spectaculaire au cours des derniers mois. Alors que la logique économique normale dirait que c’est une bonne chose parce que cela encouragerait les banques à prêter cet argent pour obtenir un meilleur rendement, cela n’a pas été le cas.

Les prêts bancaires ne se sont pas améliorés au même rythme que le rapatriement des réserves excédentaires autrefois détenues par la Fed. Donc, la question est, si les banques ne détiennent pas cet argent auprès de la Fed, et qu’elles ne le prêtent pas, alors où vont les milliers de milliards de dollars ? Ma théorie – probablement dans les rachats d’actions, ce qui expliquerait le rally haussier malgré tout au cours du premier semestre 2018.

Les sorties continues de réserves excédentaires sont une preuve de plus que la Fed continue de resserrer sa politique alors que le courant dominant se convainc à tort que la Fed prévoit de renverser la vapeur.

Bien sûr, à mesure que les réserves excédentaires diminuent et que la Fed augmente les taux d’intérêt, ce qui rend la dette des entreprises plus chère, on peut se demander ce qu’il restera pour soutenir artificiellement les actions ? Le krach systémique de décembre reviendra avec plus de force si le langage de la Fed sur l’« accommodement dovish » ne se concrétise pas par des actions concrètes.

La prochaine grande réunion de la Fed, qui pourrait donner lieu à une hausse des taux, est prévue en mars, et ce n’est peut-être qu’une coïncidence si la guerre commerciale et la lutte autour de l’arrêt des activités gouvernementales sont sur le point d’exploser exactement au même moment. Si la Fed se montre une fois de plus « hawkish », ou fait un geste qui surprend les marchés de quelque façon que ce soit, l’arrêt des activités gouvernementales et la guerre commerciale seraient plus qu’assez distrayantes dans l’éventualité d’une chute des marchés comme ils l’ont fait en décembre.

Cela dit, il est possible qu’il n’y ait pas d’arrêt des activités gouvernementales ou de déclaration d’état d’urgence. Peut-être que la guerre commerciale se terminera en mars avec un accord équitable qui rendra la Chine et les États-Unis heureux plutôt qu’un autre non-accord que les deux parties prétendent « optimiste » tout en intensifiant la confrontation avec des droits de douane plus élevés. Et, peut-être la Fed renversera-t-elle le cours des réductions de bilan et des taux d’intérêt, admettra-t-elle l’échec de sa politique et assumera-t-elle la responsabilité d’avoir menti sur la reprise économique ? Ce serait vraiment un miracle, mais des miracles se produisent.

Brandon Smith

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF