La logique du mouton


Par W. Ben Hunt – Le 5 octobre 2017 – Source Epsilon Theory


Ce sont des brebis Southdowns, et oui, elles sont exactement aussi mignonnes qu’elles en ont l’air sur cette photo. Nous n’en avons que quatre aujourd’hui dans notre « ferme », car les moutons ont le don de se suicider d’une façon presque comique si ce n’était pas si triste. Nous les gardons pour leur laine si douce, que nous nettoyons, cardons, filons et tricotons. Cette laine est un petit plus parce que les Southdowns ont été élevés pour leur viande, pas pour leur toison, et je ne peux pas me résoudre à élever un animal pour sa viande. Eh bien, je pourrais certainement élever des oiseaux pour la viande. Ou du poisson. Mais pas un mammifère charismatique comme une adorable brebis Southdown.

Voici ce que j’ai appris sur les moutons au fil des ans. Ils ne se perdent jamais de vue et leur prise de décision est entièrement dictée par ce qu’ils voient arriver aux autres, et non à eux-mêmes. Ils sont extrêmement intelligents dans cet autre sens. Mes moutons errent librement sur la ferme, et je ne m’inquiète jamais d’eux tant qu’ils restent ensemble, ce qu’ils font toujours. Mais si je ne compte que trois dans le troupeau, je vais voir immédiatement ce qui ne va pas. Parce que quelque chose ne va pas du tout.

C’est la différence entre un troupeau et une meute. Un troupeau est une structure sociale destinée à promouvoir la conscience de l’autre. Il n’a pas d’objectif, pas de but de coordination autre que la communication. Un troupeau EST simplement un troupeau. Une meute, d’autre part, est une structure sociale conçue pour harnacher les animaux conscients d’eux-mêmes au service d’un but nécessitant une action conjointe – l’élevage des petits, la chasse à la viande, etc. Le troupeau et la meute sont des structures sociales extrêmement efficaces, mais elles fonctionnent selon des logiques totalement différentes.

Nous pensons que nous sommes des loups, vivant selon la logique de la meute.

En vérité, nous sommes des brebis, vivant selon la logique du troupeau.

Jalousie, renvoyant les saints à la mer
Nager à travers des berceuses maladives
S’étouffer avec vos alibis
Mais c’est juste le prix que je paie
Le Destin m’appelle
Ouvre mes yeux impatients
Parce que je suis M. Brightside.

Les Tueurs, M. Brightside

Ce n’était qu’un baiser. Laissant à un groupe de Las Vegas le soin d’écrire la meilleure chanson qui soit sur l’émotion la plus puissante sur l’autre, la jalousie. C’est Laurence Fishburne dans le rôle d’Othello à gauche et Kenneth Branagh dans celui de Iago à droite, chacun acteur fabuleux.

Gary Coleman : En ce moment, tu es au plus bas et tu te sens vraiment mal.
Nicky : J’allais le dire.
Gary Coleman : Et quand je vois à quel point tu es triste. C’est un peu ce qui me rend … heureux !
Nicky : Heureux ?!
Gary Coleman : Désolé, Nicky, la nature humaine … Je ne peux rien faire ! C’est … Schadenfreude ! Ça me fait plaisir de ne pas être toi.

Avenue Q (2003)

Il n’y a aucune chance qu’une comédie musicale pour adultes avec des marionnettes de Sesame Street soit un succès, mais Avenue Q l’a fait. « Schadenfreude » est ma chanson préférée de l’émission, ainsi que la deuxième émotion la plus puissante sur l’autre qui anime notre monde.

Les Jukebox ont fait un retour en force lorsque l’interface utilisateur a commencé à vous montrer ce que d’autres personnes avaient choisi de jouer, à la fois dans le passé et à venir.

Une fois que vous commencez à chercher l’effet Jukebox – l’effort intentionnel pour vous forcer à adopter un comportement différent du troupeau, vous le voyez partout.

Le monde entier sera ton ennemi, Prince aux Mille Ennemis, et dès qu’ils t’attraperont, ils te tueront. Mais ils doivent d’abord t’attraper, creuseur, sentinelle, coureur, prince au réflexe si rapide. Sois rusé et plein d’astuces et ton peuple ne sera jamais détruit.

Richard Adams, Watership Down (1972)

J’ai une version non expurgée de cette histoire sur mon bureau. Un animal chassé comme un lapin trouverait « Watership Down » méconnaissable. Non pas parce que la réalité est moins dominée par le croc et la griffe, mais parce que les protagonistes sont des protagonistes, animés par une volonté indépendante et une prise de décision égoïste. C’est une histoire de héros, ce qui en fait un excellent livre de lecture, mais une pauvre sociobiologie du lapin.

Roy : J’ai vu des choses que vous ne pouvez pas croire. Des vaisseaux en feu attaqués au large de l’épaule d’Orion. J’ai vu des poutres en acier scintiller dans le noir près de la porte Tannhäuser. Tous ces moments seront perdus dans le temps… comme des larmes sous la pluie… Il est temps de mourir.

Bladerunner (1982)

Le film Bladerunner était basé sur la nouvelle de Philip K. Dick, Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ?, et inhérent à la question est la raison pour laquelle nous superposons les androïdes sur les humains. C’est pour la même raison que nous soutenons Hazel et les autres lapins intrépides de Watership Down. Ils rêvent et aspirent à une vie meilleure. Ce sont des combattants. Ils ont du courage.

En réalité, ni les moutons, ni les lapins, ni les androïdes n’ont d’audace.

Deckard : C’est une réplicante, n’est-ce pas ?
Tyrell : Je suis impressionné. Combien de questions faut-il habituellement pour les repérer ?
Deckard : Je ne comprends pas, Tyrell.
Tyrell : Combien de questions ?
Deckard : Vingt, trente, des références croisées.
Tyrell : Il en a fallu plus d’une centaine pour Rachael, n’est-ce pas ?
Deckard : [Réalisant que Rachel pense qu’elle est humaine] Elle ne sait pas.
Tyrell : Elle commence à se douter, je crois.
Deckard : Douter ? Comment peut-elle ne pas savoir ce qu’elle est ?

Bladerunner (1982)

C’est la grande question. Comment ne pas savoir ce que nous sommes ? Elle ne sait pas ce qu’elle est ?

Mieux vaut vivre un jour comme un lion que 100 ans comme un mouton.

Benito Mussolini (1883-1945)
Re-tweeté par Donald Trump (28 février 2016)

Vraiment ? Je vais prendre les 100 ans, merci beaucoup. La vie est trop précieuse, et cela aussi passera.

Une déclaration si vaniteuse de la part d’un homme si luisant. Mussolini, bien sûr. Trouvez un extrait de film et regardez comment il utilise ses mains.

Nos services de conformité nous demandent de dire que les re-tweets ne sont pas des endossements. Mais bien sûr qu’ils le sont.

Le phénomène de l’imitation est réel. Au fur et à mesure que des événements de plus en plus notables et tragiques se produisent, nous pensons que nous voyons de plus en plus de personnes compromises et marginalisées qui cherchent à s’inspirer de ces attaques passées.

André Simon, chef de l’Unité 2 d’analyse comportementale du FBI (évaluation de la menace).

Les tireurs de masse ne sont pas des loups solitaires. Ce sont des moutons solitaires.

Tom Junod à Esquire a présenté l’agent du FBI André Simon dans son article à lire absolument en 2014, « Vision radicalement nouvelle des tireurs de masses ». Trois ans plus tard, nous nous trompons toujours de débat et nous nous concentrons sur le contrôle des armes à feu plutôt que sur la santé mentale et l’intervention. Pourquoi ? Parce que le débat sur le contrôle des armes à feu a une énorme efficacité politique tant pour la gauche que pour la droite, alors que le débat sur la santé mentale n’en a pas. Le rêve le plus cher de Steve Bannon est que les démocrates fassent du contrôle fédéral des armes à feu une question clé dans le cycle électoral de 2020. Nous sommes, ENCORE ENCORE, entraînés intentionnellement par des entrepreneurs politiques dans un jeu pernicieux de concurrence et de politique identitaire nationale.

Voici, je vous envoie comme des brebis au milieu des loups ; soyez donc sages comme des serpents, et inoffensifs comme des colombes.

Matthieu 10:16

Il n’y a pas d’espèce animale domestiquée dont la réputation a été plus entachée que celle des moutons. Appeler quelqu’un « un mouton » aujourd’hui est à peu près la pire insulte qui soit. Appeler quelqu’un de « mouton », c’est le dire stupide et – plus précisément – stupidement obéissant et sous le joug d’un mauvais berger.

Ça n’a pas toujours été comme ça. Jésus ne vous insulte pas quand il vous traite de « moutons » [brebis, NdT]. Le but de toutes ces allégories bibliques n’est pas que les moutons soient bêtement obéissants ou facilement conduits, mais que la vie saine d’un mouton volontaire exige un bon berger.

Demandez à n’importe qui gardant des moutons. Les moutons sont bizarres. Les moutons ont évolués pour avoir une intelligence très différente de celle des humains. Mais les moutons ne sont pas stupides. Les moutons ne sont pas obéissants. Et les moutons ne sont certainement pas faciles à mener.

Bien sûr, personne d’autre qu’un fermier dilettante comme moi ne garde des moutons aujourd’hui, alors toutes les vieilles histoires de moutons et de bergers ont perdu de leur puissance. Elles ont toutes été rabaissées du fait de notre vision moderne des moutons en tant que disciples idiots.

Aujourd’hui, la plupart des gens rejettent l’idée qu’il existe de bons bergers – c’est-à-dire des personnes ayant de l’expertise et des conseils judicieux dans un domaine difficile à naviguer comme … je ne sais pas moi … l’investissement. Et ils rejettent catégoriquement l’idée qu’il n’y a rien de mal à ne pas avoir une opinion pleinement formée et forte sur tout et n’importe quoi, que ce n’est pas un signe d’échec personnel à dire « je ne sais pas » et à suivre l’exemple des autres.

Il n’y a pas que les carrières médiatiques et les modèles d’affaires des médias qui sont fondés sur la notion de « flux constant à chaud » – un flot incessant d’opinions contraires exprimées de la façon la plus incendiaire possible, uniquement pour la valeur de divertissement des opinions contraires exprimées de la façon la plus incendiaire possible – ce sont les millions d’heures que tant de civils hors médias passent sur Twitter, Facebook ou autre pour construire leur propre flux constant ou de bon mot en réponses. Tout cela jeté comme des bouteilles dans le vaste océan des médias sociaux, sans jamais s’échouer sur un rivage habité, perdus dans une grande mer de Sargasses des textes impotents et oubliés.

Pourquoi ? Pourquoi @RandoBlueStateLawyer, qui compte 45 adeptes, passe-t-il la majeure partie de l’après-midi à penser à sa prochaine et brillante riposte à la dernière réforme de l’Obamacare pondue par les Republicains ? Pourquoi @RandoRedStateRetiree passe-t-il chaque soir à travailler sur son adoration de MAGA qui ne peut être rassasiée qu’en retweetant le maître pour la 19 001 fois ?

Pour répondre à cette question, j’aimerais revenir aux Anciennes histoires. Je veux partager avec vous ce que sont vraiment les moutons.

Les moutons ont évolués pour avoir un type spécifique d’intelligence qui a les caractéristiques suivantes.

  • Une énorme capacité à adopter d’autres comportements. Les moutons sont incroyablement sensibles à ce que font les autres moutons et à leur état émotionnel. Si un autre mouton est heureux – c’est-à-dire qu’il trouve une bonne source de nourriture, ce qui est la seule chose qui rend un mouton heureux – alors tous les autres moutons dans le troupeau seront rempli de jalousie (il n’y a vraiment pas d’autre mot pour cela) mais vont bouger pour en profiter. Si un autre mouton est alarmé – ce qui peut provenir de presque n’importe quoi, car la bravoure n’est pas exactement un trait qui tend à être naturellement sélectionné chez une espèce qui sert de proie – alors tous les autres moutons du troupeau sont immédiatement au courant de ce qui se passe. Parfois, cela signifie qu’ils s’inquiètent aussi. Comme souvent, cependant, c’est juste aussi l’occasion de continuer à paître sans se soucier des moutons alarmés qui se pressent sur votre carré de bonheur.
  • Zéro altruisme et un égoïsme sans limites. L’idée fausse la plus répandue au sujet des moutons est qu’ils sont des disciples obéissants. C’est vrai que ce ne sont pas des leaders. C’est vrai qu’ils sont incroyablement sensibles aux autres moutons. Mais c’est aussi vrai que c’est le mammifère le plus égoïste que j’aie jamais rencontré. Ils ne dirigent pas d’autres moutons ou ne forment pas de structures de leadership comme une meute parce qu’ils ne se soucient pas des autres moutons. Chaque mouton vit dans un univers pour Lui, ce qui en fait la créature la plus indocile qui soit.
  • La détermination à poursuivre tout comportement qui répond aux critères 1 et 2 à des fins absurdes, même jusqu’à la mort. Ma pire histoire de suicide de mouton ? La première année où nous avons gardé des moutons, nous avons pensé qu’il serait logique d’installer un filet de foin dans leur enclos, qui empêche le foin de toucher le sol et permet aux moutons de se nourrir en tirant le foin par les boucles très lâches du filet. Il s’est avéré, cependant, que les boucles étaient si lâches qu’un mouton déterminé pouvait mettre toute sa tête dans le filet, et si un mouton pouvait le faire, alors deux moutons pouvaient le faire. Et étant donné comment le filet de foin était suspendu et comment ces moutons se sentaient, ils ont commencé à se déplacer dans le sens des aiguilles d’une montre à l’unisson, chacun essayant d’obtenir un avantage sur l’autre, toujours avec leur tête coincée dans le filet. C’est à ce moment que le filet commence à se resserrer. Et resserrer. Et resserrer. Ma fille les a trouvés le lendemain matin, s’étant étranglés les uns les autres à mort, incapable d’arrêter de se gaver ou de chercher à tirer un avantage du comportement des autres. Les autres moutons étaient entassés autour, marchant autour des cadavres, tirant le foin pour eux-mêmes hors du filet. C’était une mauvaise journée.

Sur les marchés comme en politique, nos intelligences humaines sont formées pour devenir des intelligences moutonnières.

Cela ne fait pas de nous des moutons dans le langage moderne. Nous ne devenons pas dociles, stupides et aveuglément obéissants. Au contraire, nous devenons des moutons comme les Anciennes Histoires comprenaient les moutons… intensément égoïstes, intensément intelligents (mais seulement d’une autre manière) et intensément dogmatiques, prêts à poursuivre un comportement myope jusqu’à la mort.

Pourquoi on nous apprend à penser comme des moutons ? Parce que les moutons sont de merveilleuses proies. Ils paient le loyer avec leur toison, et quand la pression devient trop forte, vous pouvez aussi les manger. En plus, ce ne sont pas des proies sans défense. Les moutons sont des proies très compétentes et plutôt autosuffisantes, ce qui, du point de vue d’un propriétaire intelligent, est vraiment ce que vous voulez. Si les moutons étaient vraiment dociles et stupides, ils seraient beaucoup trop difficiles à garder. Non, avec les moutons, vous pouvez les laisser errer toute la journée et faire leur truc. Il suffit de les empêcher de se tuer dans un accident vraiment stupide et vous pouvez les tondre pendant des années et des années et des années.

Comment sommes-nous entraînés à penser comme des moutons ? Par les récompenses que nous recevons de nos institutions sociales modernes pour d’autres comportements de troupeau comme la jalousie (se sentir triste quand les autres sont contents) et le schadenfreude (se sentir heureux quand les autres sont tristes), et par les pénalités que nous recevons pour des comportements de meute qui se respectent comme l’honneur et la honte. Si vous avez déjà gardé un animal de meute comme un chien, vous savez à quel point il peut éprouver un sentiment de honte, ce sentiment lorsque vous croyez avoir laissé tomber la meute par votre échec personnel. Les moutons n’ont pas honte. Pas le moins du monde. La honte exige l’auto-évaluation et l’auto-jugement par rapport à une certaine norme d’obligation envers la meute, des concepts qui feraient rire les moutons s’ils le pouvaient. Les moutons ont énormément conscience de l’autre, mais jamais obligés de l’être. Ce sont des sociopathes de haut niveau, des créatures éhontées de jalousie et de schadenfreude, ce qui est exactement le type d’humain le plus chimiquement pur gage de réussite à l’ère moderne.

Le mécanisme de toute cette formation ovine, en particulier dans nos vies d’investissement, est ce que la théorie des jeux appelle le jeu de la connaissance commune. Une fois que vous commencez à le remarquer, vous le verrez partout.

J’ai beaucoup écrit sur ce jeu de la connaissance commune dans Epsilon Theory, en commençant par le Manifeste original et en continuant avec des notes comme « A Game of Sentiment » et « When Does the Story Break ». Mais revoyons encore une fois, avec émotion, ce jeu de logique du mouton. Voici donc l’expérience de pensée classique du Jeu de la connaissance commune – L’île de la tribu aux yeux verts.

Sur l’île de la Tribu des Yeux Verts, les yeux bleus sont tabous. Si vous avez les yeux bleus, vous devez monter dans votre canot et quitter l’île le lendemain matin. Mais il n’y a pas de miroirs ou de surfaces réfléchissantes sur l’île, donc vous ne connaissez pas la couleur de vos propres yeux. Il est également tabou de parler entre vous de la couleur des yeux, alors quand vous voyez un autre membre de la tribu aux yeux bleus, vous ne dites rien. Par conséquent, même si tout le monde sait qu’il y a des hommes de la tribu aux yeux bleus, personne n’a jamais quitté l’île à cause de ce tabou. Un missionnaire vient sur l’île et annonce à tout le monde : « Au moins l’un de vous a les yeux bleus. »

Que se passe-t-il ?

Prenons le cas trivial d’un seul membre de la tribu aux yeux bleus. Il a vu les yeux de tous les autres, et il sait que tous les autres ont les yeux verts. Immédiatement après la déclaration du Missionnaire, ce pauvre homme réalise : « Oh, non ! Je dois avoir les yeux bleus ». Le lendemain matin, il monte dans son canot et quitte l’île.

Mais maintenant, prenons le cas de deux membres de la tribu aux yeux bleus. Les deux membres de la tribu aux yeux verts se sont vus, alors chacun pense : « Ouf ! Ce type a les yeux bleus, donc il doit être celui dont parle le Missionnaire ». Mais parce que ni l’un ni l’autre des membres de la tribu aux yeux verts ne croit qu’il a lui-même les yeux bleus, personne ne monte dans son canoë le lendemain matin et quitte l’île. Le lendemain, donc, chacun est très surpris de voir l’autre sur l’île, à ce moment-là, chacun pense : « Attendez une seconde… s’il n’a pas quitté l’île, cela doit vouloir dire qu’il a vu quelqu’un d’autre aux yeux bleus. Et puisque je sais que tout le monde a les yeux verts, ça veut dire… oh, non ! Je dois avoir les yeux bleus aussi. » Ainsi, le matin du deuxième jour, les deux membres de la tribu aux yeux verts montent dans leurs canots et quittent l’île.

La réponse généralisée à la question « que se passe-t-il ? » est que pour tous les « n » hommes de la tribus aux yeux verts, ils partent tous simultanément le nième matin après la déclaration du Missionnaire. Notez que personne n’oblige les membres de la tribu aux yeux verts à quitter l’île. Ils partent volontairement une fois que la connaissance publique est insérée dans la structure informationnelle du système tabou tribal, ce qui est la marque d’un changement d’équilibre dans tout jeu. Compte tenu du système de tabou tribal (les règles du jeu) et de sa structure informationnelle pré-missionnaire, les nouvelles informations du Missionnaire amènent les joueurs à mettre à jour leurs évaluations de leur situation au sein de la structure informationnelle et à choisir d’atteindre un nouvel équilibre.

Avant l’arrivée du Missionnaire, l’île est un exemple parfait d’information privée parfaite. Tout le monde connaît la couleur des yeux de tout le monde, mais cette connaissance est enfermée dans la tête de chaque membre de la tribu et ne doit jamais être rendue publique. Le Missionnaire ne transforme PAS l’information privée en information publique. Il ne dit pas, par exemple, que Jones et Smith ont les yeux bleus. Mais il transforme néanmoins les informations privées de chacun en connaissances communes. La notoriété publique n’est pas la même chose que l’information publique. La connaissance commune est l’information, publique ou privée, que tout le monde croit être partagée par tout le monde. C’est la foule des membres de la tribu qui regardent autour d’eux et voient que toute la foule a entendu le Missionnaire qui déverrouille les informations privées dans leur tête et les transforme en connaissances communes.

L’important n’est pas que tout le monde entende les paroles du Missionnaire. L’important, c’est que tout le monde croit que tout le monde a entendu les paroles du Missionnaire, parce que c’est comme ça qu’on met à jour les estimations des autres (pourquoi ce type aux yeux bleus n’a-t-il pas quitté l’île ? Je sais qu’il a entendu les nouvelles, aussi… hmm… mais ça veut dire qu’il a aussi vu un type aux yeux bleus… hmm… oh, mince…). La source d’énergie du Jeu de la connaissance commune est la foule qui voit la foule, et la structure dynamique du Jeu de la connaissance commune est la structure dynamique du troupeau. Il n’y a pas d’objectif précis qui anime un troupeau comme une meute, c’est pourquoi vous avez des gens qui décrivent la « folie des foules ». Mais ce n’est pas de la folie, et ce n’est pas non plus du chaos. La foule est le mécanisme de communication du jeu de la connaissance commune, avec des règles et des stratégies claires pour jouer et gagner.

Comprendre le jeu de la connaissance commune a été le secret des bergers à succès depuis des temps immémoriaux, dans les affaires, la politique, la religion… tout aspect de notre vie d’animaux sociaux. La seule différence aujourd’hui est que l’innovation technologique fournit aux bergers modernes une boîte à outils médiatique dont les bergers des Anciennes histoires ne pouvaient que rêver.

C’est pour cela qu’il existe des rires pré-enregistrés dans les sitcom. C’est pourquoi les performances, qu’il s’agisse d’un match de la NFL ou de Danse avec les stars, sont filmées en direct devant un public. C’est pourquoi le gouvernement chinois continue d’interdire toute photo sur Internet des manifestations de la place Tiananmen, avec leurs foules massives, plus de 20 ans après leur apparition. C’est ce que John Maynard Keynes a appelé le Newspaper Beauty Contest, qu’il croyait (et a démontré) être le secret d’un investissement réussi dans les années 1930. C’est ainsi que Dick Clark a construit une fortune énorme avec l’American Bandstand. Il n’a pas dit à la classe moyenne américaine quelle musique aimer ; il a réuni une foule de jeunes gens attirants pour leur faire dire quelle musique ils aimaient (« c’est un bon rythme et vous pouvez danser dessus, je lui donne un 94, Dick ! »), et la classe moyenne américaine s’est basée la dessus. Non seulement c’est tout ce dont vous avez besoin pour motiver les moutons, mais c’est beaucoup plus efficace que tout effort d’influence directe.

C’est la raison pour laquelle les exécutions avaient lieu en public et les inaugurations le sont toujours. C’est pourquoi Donald Trump se souciait tant de la taille de sa foule à l’inauguration. C’est pourquoi il parle toujours du nombre de téléspectateurs et de l’audience de ses apparitions télévisées. Trump a compris. Il comprend ce qui fait fonctionner le Jeu de la connaissance commune. Ce n’est pas ce que la foule croit. C’est ce que la foule croit que la foule croit. Le pouvoir d’une foule qui voit une foule est l’une des forces les plus impressionnantes de la société humaine. Il renverse les gouvernements. Il lance les Croisades. Il construit des cathédrales. Et ça fait bouger les marchés.

Comment « voir » une foule dans les marchés financiers ? Par le biais des médias financiers qui sont omniprésents dans toutes les opérations d’investissement professionnel dans le monde – le Wall Street Journal, le Financial Times, CNBC et Bloomberg. C’est ça. Ce sont les quatre seuls canaux de transmission de signaux et de médiation qui sont importants du point de vue du marché financier, car « tout le monde sait » que nous sommes tous abonnés à ces quatre canaux. Si un signal apparaît bien en vue dans l’un de ces médias (et s’il apparaît bien en vue dans l’un de ces médias, il devient une « nouvelle » et apparaîtra dans tous), alors chaque investisseur professionnel dans le monde suppose automatiquement que chaque autre investisseur professionnel dans le monde a entendu le signal. Donc, si Famous Investor X apparaît sur CNBC et dit que la dernière annonce de la Fed est une excellente et merveilleuse chose pour les marchés boursiers, alors le marché va monter. Il ne montera pas parce que les investisseurs sont d’accord avec l’évaluation que fait le célèbre investisseur X des mérites de l’annonce de la Fed. Le marché augmentera parce que tous les investisseurs croiront que tous les autres investisseurs ont entendu ce que l’investisseur célèbre X a dit, et tous les investisseurs seront forcés de mettre à jour leur estimation de ce que tous les autres investisseurs estiment que le marché va faire. Peu importe ce qu’est la vérité avec un V majuscule sur la Fed. Peu importe ce que vous pensez de la Fed. Peu importe ce que tout le monde pense de la Fed. Ce qui compte, c’est ce que tout le monde pense que tout le monde pense de la Fed. C’est ainsi que la logique du mouton, alias le Jeu de la connaissance commune, fonctionne sur les marchés.

À qui appartiennent les moutons du marché ? Les contrôleurs d’un Jeu de connaissance commune sont les missionnaires, et les missionnaires éternels sont l’exécutif politique et les vendeurs du marché. Les politiciens et les courtiers ont compris la puissance de ce jeu depuis des milliers d’années, ce qui fait de la rue et de la Maison-Blanche les constantes de l’histoire de la moutonification américaine. Mais ce ne sont pas les Missionnaires les plus puissants des temps modernes. Non, cet honneur revient à nos banquiers centraux, qui sont relativement nouveaux dans le jeu, mais qui étudient et apprennent quand même rapidement.

Dans son dernier discours de Jackson Hole, Ben Bernanke vante les vertus de leurs « outils de communication », des messages médiatiques soigneusement conçus pour modifier le comportement des investisseurs, des messages qui, selon lui, ont été les plus efficaces jusqu’à présent. Les taux d’intérêt peuvent atteindre une limite inférieure de zéro et les achats d’actifs peuvent perdre de leur pertinence, mais les investisseurs peuvent TOUJOURS être « guidés ». L’architecte de cette nouvelle et puissante boîte à outils ? La vice-présidente Janet Yellen. Les orientations futures et ce que la Fed appelle la politique de communication sont la définition même des déclarations missionnaires, et notre absorption totale de ce que tout le monde croit que tout le monde croit de l’impact de la Fed sur les marchés est une logique moutonnière.

Pensez-vous que la Fed va revenir à ses vieilles habitudes taciturnes, contente de laisser ses actions parler plus fort que ses paroles ? Réfléchissez encore. Voici de nouveau Ben Bernanke, cette fois dans son dernier discours en tant que président de la Fed :

La crise est passée, mais je pense que le besoin d’éducation et d’explication de la Fed ne fera que croître. Lorsque Paul Volcker siégea pour la première fois dans le bureau du Président en 1979, il n’y avait pas de chaîne d’information financière sur le câble, pas d’écrans Bloomberg, pas de blogs, pas de Twitter. Aujourd’hui, les nouvelles, les idées et les rumeurs circulent presque instantanément. La Fed doit continuer à trouver des moyens de naviguer dans cet environnement changeant tout en fournissant des informations claires, objectives et fiables au public.

La construction narrative active de la Banque centrale au service de leurs objectifs politiques est un changement permanent dans la dynamique de notre marché. L’introduction d’une nouvelle arme aussi puissante dans l’arsenal politique de la Fed ne peut pas plus être supprimée que le gaz moutarde ou les chars d’assaut nationaux après la Première guerre mondiale. Les prix du marché sont peut-être en train de revenir à la moyenne, mais l’« innovation » au service du contrôle social ne l’est jamais.

Qu’est-ce que les Missionnaires en retirent ? Quel est notre équivalent en laine et mouton ? C’est une faible volatilité. C’est la transformation des marchés financiers en une utilité politique, qui est à peu près le plus grand cadeau que les intérêts politiques du statu quo peuvent imaginer. Quand Donald Trump et Steve Mnuchin parlent de la bourse comme étant leur « bulletin de notes », ils disent tout haut ce que tous les autres gouvernements savent depuis des années. Oubliez les marchés, notre système politique tout entier dépend de la hausse des actions. Si les actions n’augmentent pas, nos fonds de pension publics et nos programmes d’assurance sociale sont ruinés, ce qui fait passer nos niveaux actuels d’inégalité de richesse d’un déséquilibre ridiculement déséquilibré à un déséquilibre de type Louis XVI. Si les actions ne montent pas, nous n’avons pas de nouvelles garanties pour notre nouvelle dette, et si nous ne pouvons pas continuer à emprunter et emprunter pour alimenter la consommation d’aujourd’hui avec la croissance de demain… eh bien, ce n’est pas drôle, n’est-ce pas maintenant ?

Le revers de la médaille, bien sûr, c’est que tant que les actions montent, rien d’important ne changera, vous dites que vous voulez une révolution ? Vous êtes un supporter du MAGA et vous voulez que quelqu’un draine le marais ? Vous êtes un Bernie Bro et vous voulez que les riches « paient leur juste part » ? Bonne chance avec tout ça, tant que les actions augmentent. C’est un équilibre politique très stable que nous avons aujourd’hui, plein de Sturm und Drang pour fournir un peu d’amusement et de distraction, mais très stable pour ceux qui possèdent.

Et cela nous ramène à @RandoBlueStateLawyer et @RandoRedStateRetiree, qui se battent pour la bonne cause sur Twitter, Facebook ou ailleurs, et qui disent la vérité à leurs dizaines de spectateurs. Ce sont des types intelligents. Des gars politiquement engagés. Ils sont en colère à cause de la mendicité de l’Autre Côté. Un autre jour, ils claquaient le journal sur la table et disaient au chien que ce foutu Truman était un imbécile. Peut-être écrire une lettre au rédacteur en chef avec des mots forts. Mais aujourd’hui, ils sont consommés par cet équivalent moderne de l’écriture d’une lettre à l’éditeur. Ils sont plongés dans le monde de la réaction à chaud constante, matin, midi et soir. Pourquoi ? Parce que le Jeu de la connaissance commune. Parce qu’ils voient une foule répondre à une foule et qu’ils sont câblés pour se joindre à elle. Parce qu’ils se sentent bien dans leur peau. Parce qu’ils ont été transformés en moutons égocentriques, même s’ils pensent qu’ils sont des loups égocentriques.

De la même manière que l’histoire moderne de ce que signifie être un mouton – docile, obéissant, stupide – est totalement fausse, l’histoire moderne de ce que cela signifie d’être un loup l’est aussi. Nous considérons le loup comme l’incarnation même de l’indépendance rapace, mais les loups, comme tous les animaux de meute, sont beaucoup moins indépendants (et beaucoup moins avides) que les moutons moyens. Contrairement aux moutons, les loups peuvent agir en dehors de leur groupe parce qu’ils ne sont pas consommés par d’autres comportements, mais ces actions sont finalement au service de la meute. Un mouton agit toujours au sein de son groupe, mais il n’est jamais au service du troupeau, il agit seulement pour ses propres besoins.

Écoutez, j’admets que je me parle à moi-même en écrivant ces mots. Je passe beaucoup trop de temps sur Twitter, à me le justifier de plusieurs façons, alors qu’en réalité, c’est l’équivalent fonctionnel d’une habitude de consommation de méthamphétamine. Au moins, ce n’est pas aussi dur pour les dents. Ma femme est accro à Facebook, mes enfants à Dieu sait quels médias sociaux … Je ne suis pas naïf au point de penser que la réponse à notre moutonification collective est simplement d’éteindre ces dispositifs. Non, on doit changer la façon dont on utilise ces trucs, il ne faut pas les abandonner.

Alors qu’est-ce qu’on fait ? On arrête de faire semblant d’être de faux loups et on commence à agir comme de vrais loups. Nous cessons d’agir comme des animaux du troupeau et nous commençons à agir comme des animaux de la meute. Nous rejetons les émotions de jalousie et de schadenfreude. Oui, même dans nos tweets (oups !). Nous embrassons des émotions égocentriques comme l’honneur et – c’est là que je vais perdre tout le monde – la honte.

Oui, nous avons besoin de beaucoup plus de honte dans le monde. La perte de notre sentiment de honte est, je pense, la plus grande perte de notre monde moderne, où – pour me retweeter – l’échelle et la distribution de masse sont des fins en soi, où l’État suspicieux sait ce qui est le mieux pour vous et votre famille ;  où la communication politique et les nouvelles crient à l’authenticité ; où le narcissisme rapace et sans savoir est considéré comme le leadership même si on se moque du civisme, du savoir-faire et de l’entraide. En d’autres termes, la tragédie du troupeau, c’est que tout est instrumentalisé, y compris notre relation aux autres. Y compris notre relation avec nous-mêmes.

Pourquoi avons-nous besoin de honte ? Parce que sans honte, il n’y a pas de sens de l’honneur. Il n’y a pas de pitié. Il n’y a pas de charité. Il n’y a pas de pardon. Il n’y a pas de loyauté. Il n’y a pas de courage. Il n’y a pas d’entraide. Il n’y a pas de code. Il n’y a aucun lien qui nous lie en tant que citoyens, en tant que membres de la meute qui cherchent à accomplir quelque chose de plus grand et de plus important que notre capacité à brouter autant d’herbe que possible. Quelque chose comme la liberté et la justice pour tous.

Toute pièce de monnaie qui vaut la peine d’être possédée a deux faces. Une politique sans risque de honte n’a pas d’honneur. Un marché sans risque n’a pas de récompense. Oh, les Missionnaires vous diront qu’il y a de l’honneur dans la politique sans honte et de récompenses dans les marchés sans risque, et pour tous les sociopathes qui fonctionnent bien, je suis sûr que c’est vrai, mais si vous n’êtes pas encore totalement penaud, si votre but est toujours de servir vos clients ou vos partenaires ou votre famille ou votre nation ou votre espèce – peu importe votre groupe – alors vous savez que ce n’est PAS vrai. Vous savez que la honte et le risque peuvent être reportés ou déplacés, mais jamais effacés, peu importe le nombre de juges de la Cour suprême que vous nommez et peu importe le nombre de sommets historiques atteints par les marchés boursiers. Vous savez qu’une réputation est comme une tasse de thé ; une fois brisée, vous pouvez la recoller, mais ce sera toujours une tasse de thé brisée. Vous savez que le seul jeu qui vaut la peine d’être joué est le jeu sur le temps long.

Nous vivons une époque de sociopathes de haut niveau, de la logique moutonnière. Nous devons y survivre, mais nous n’avons pas à y succomber. Comment résister ? Pas en remplaçant les Missionnaires bleus par des Missionnaires rouges ou les Missionnaires rouges par des Missionnaires bleus. Pas en remplaçant un mauvais berger par un autre mauvais berger. On n’est pas obligés de jouer à ce jeu ! Nous résistons en changeant le système d’en bas, en découpant des sphères d’action locales où nous sommes implacablement honorables et charitables, implacablement insensibles aux moutons. Nous résistons en rendant l’Amérique bonne encore, un pas à la fois, ce qui est beaucoup plus difficile que de Rendre l’Amérique grande encore. Nous résistons en faisant ce qu’il faut pour nos clients, même si cela signifie nous faire gifler par des marchés soi-disant sans risque et une politique sans honte. Même si cela signifie perdre des clients. Même si cela signifie perdre nos emplois.

Un bon berger a dit un jour que celui qui te frappera sur la joue droite, tourne vers lui aussi l’autre. Bien sûr, j’ai aussi connu un bon Dongeon et Dragon qui disait qu’être légalement bon ne signifiait pas être légalement stupide, et tendre l’autre joue me semblait toujours un peu stupide. Comme un mouton. Mais ensuite, j’ai commencé à élever des moutons, et ma perspective a changé. Les moutons ne tendraient jamais l’autre joue. Mais un loup le ferait. Un loup prendrait un coup pour la meute. C’est le jeu intelligent pour le long terme. Aussi sage que des serpents, pourrait-on dire.

Il est temps d’être des loups. Pas comme des dévoreurs, mais comme des animaux qui connaissent l’honneur et la honte. Il est temps d’être sages comme des serpents et inoffensifs comme des colombes. Il est temps de se souvenir des vieilles histoires. Il est temps de trouver votre meute.

W. Ben Hunt

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF