La véritable histoire des limites du pétrole; ce que d’autres chercheurs ont manqué


Par Gail Tverberg – Le 12 mai 2016 – Source ourfiniteworld.com

Pendant longtemps, l’hypothèse commune a été que le monde finira par manquer de pétrole et d’autres ressources non renouvelables. Au lieu de cela, nous semblons devoir faire face à des surplus et des prix bas. Quel est l’élément qui a été manqué par M. King Hubbert, Harold Hotelling, et par la compréhension populaire de l’offre et de la demande?

Figure 1. By Merzperson at English Wikipedia - Transferred from en.wikipedia to Commons, Public Domain, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=2570936


L’hypothèse sous-jacente de ces modèles est que la pénurie apparaît avant la coupure finale de la consommation. Hubbert a examiné la situation dans les années 1950 à 1980 du point de vue d’un géologue, sans une compréhension de la mesure dans laquelle la disponibilité géologique pourrait changer avec des prix plus élevés et une technologie améliorée. Le travail de Harold Hotelling est issu du mouvement écologiste conservationniste de 1890-1920, qui craignait de manquer de ressources non renouvelables. Ceux qui utilisent des modèles basés sur l’offre et la demande ont des préoccupations équivalentes, à savoir trop peu de combustibles fossiles disponibles par rapport à la demande, en particulier lorsque les considérations environnementales sont incluses.

Pratiquement personne ne se rend compte que l’économie est un système en réseau auto-organisé. Il existe de nombreuses interconnexions dans le système. La situation réelle est que lorsque les prix augmentent, l’offre tend à augmenter également, parce que de nouvelles sources de production deviennent disponibles au prix plus élevé. Dans le même temps, la demande a tendance à tomber pour une variété de raisons:

  • Une accessibilité en baisse
  • Une croissance plus faible de la productivité
  • La baisse des salaires relatifs des travailleurs ordinaires

Le décalage potentiel entre la quantité de l’offre et la demande est exacerbé par le rôle surdimensionné que la dette joue, dans la détermination du niveau des prix des matières premières. Parce que le problème du pétrole est un problème de rendements décroissants, ajouter de la dette devient de moins en moins rentable au fil du temps. Il y a un potentiel pour une forte diminution de la dette totale, à partir d’une combinaison de défauts de remboursement et de plans de réduction de dette prévus, conduisant à des prix du pétrole beaucoup plus bas, et à de graves problèmes pour les producteurs de pétrole. Les institutions financières ont tendance à être durement touchées aussi. Si on regarde seulement l’histoire passée, la situation semble sûre, mais elle ne l’est vraiment pas.

Les produits de substitution ne sont pas vraiment utiles : ils ont tendance à être chers et dépendent de l’utilisation de combustibles fossiles, notamment le pétrole. Ils ne peuvent pas fonctionner sur leur propre apport. Ils ajoutent au problème de l’offre excédentaire à des prix élevés, mais n’apportent pas vraiment de solution à l’impératif d’une fourniture à bas prix.

Pourquoi l’offre tend-elle à augmenter à mesure que les prix augmentent?

Pour tout produit non renouvelable, il existe une grande variété de ressources qui peuvent remplacer l’original d’une manière ou une autre, si le prix est assez élevé. Si le prix peut être haussé à un niveau très élevé, les fonds disponibles encourageront le développement de technologies plus avancées (et coûteuses).

S’il est possible d’augmenter le prix à un niveau très élevé, il est probable qu’une très grande quantité de pétrole sera disponible. La figure 1 montre quelques-uns des types de pétrole disponibles :

Getting sufficient oil out is a price problem
Obtenir suffisamment de pétrole sur un problème de prix.
Le triangle de ressources de la figure 2. Stephen Holdritch pour le gaz naturel

 

J’ai eu l’idée de la figure 2 à partir de cette illustration du triangle des ressources en gaz naturel par Stephen Holditch .

Figure 2. Stephen Holdritch's resource triangle for natural gas
Figure 3. Triangle des ressources de Stephen Holditch’s pour le gaz naturel

Un triangle de ressources similaire est disponible pour le charbon (de Academies Press National; Coal Resource, Réserve et évaluations de la qualité ):

 

Figure 3. Coal resources in 1997, based on EIA data. Image from
Figure 3. Les ressources de charbon en 1997, selon les données de l’EIA. Image de la National Academies Press

En raison de la disponibilité d’une quantité croissante de ressources, nous sommes susceptibles d’obtenir plus de pétrole, de gaz naturel et le charbon, si les prix augmentent. Nous associons des prix élevés avec la rareté; au lieu de cela, les prix élevés ont tendance à rendre disponible une plus grande quantité de produit énergétique.

L’Agence internationale de l’énergie (AIE) a une façon différente d’illustrer la probabilité d’une énorme offre future de pétrole, si les prix peuvent augmenter suffisamment.

Figure 4. Figure 1.4 from International Energy Agency's 2015 World Energy Outlook.
Figure 5. Figure 1.4 à partir de 2015 World Energy Outlook de l’Agence internationale de l’énergie.

 

L’implication de ce tableau est que l’AIE estime que les prix du pétrole peuvent atteindre 300 $ par baril, donnant ainsi une abondance mondiale de pétrole à extraire pour de nombreuses années à venir.

Les consommateurs peuvent-ils vraiment acheter des produits énergétiques à très haut prix?

À mon avis, la réponse est non! Si le pétrole est à un prix élevé, alors les nombreuses choses faites avec le pétrole ont aussi tendance à avoir un prix élevé. Les salaires n’augmentent malheureusement pas au même rythme que le prix du pétrole; la plupart d’entre nous s’en souviennent, depuis cette flambée du prix du pétrole de 2003 à 2008.

En raison de ce problème d’abordabilité, la limite à la production de pétrole est vraiment une limite de prix invisible, représentée ci-dessous par une ligne pointillée. Nous ne pouvons pas savoir à l’avance à quel niveau elle se situera, il est donc facile de supposer qu’elle n’existe pas.

Figure 4. Resource triangle, with dotted line indicating uncertain financial cut-off.
Figure 6. triangle de ressources, avec la ligne en pointillés indiquant l’incertaine limite financière.

 

Le coût d’extraction plus élevé est équivalent à des rendements décroissants.

Comme nous sommes obligés de chercher des ressources de plus en plus coûteuses à extraire, l’économie est dans un certain sens de moins en moins efficace. Nous consacrons davantage de notre travail humain et d’autres ressources pour l’extraction de combustibles fossiles, et l’extraction de minéraux à partir de minerai de qualité toujours inférieure. Dans un certain sens, on pourrait tout aussi bien enterrer ces ressources dans une fosse, puisqu’elles ne nous aident plus à faire croître le reste de l’économie. L’utilisation des ressources de cette façon nous laisse moins de ressources disponibles pour le reste de l’économie. Par conséquent, nous devrions nous attendre à une contraction économique lorsque le coût de l’extraction du pétrole augmente.

En fait, la contraction économique semble se produire lorsque les prix du pétrole augmentent, au moins pour les pays importateurs de pétrole. L’économiste James Hamilton a montré que 10 des 11 récessions après la Seconde Guerre mondiale ont été associées à une flambée des prix du pétrole. Un rapport de 2004 de l’AIE dit : «. . . une augmentation soutenue de 10 $ par baril des prix du pétrole de 25 $ à 35 $ se traduirait pour l’OCDE dans son ensemble par une perte de 0,4% du PIB dans les première et deuxième années de prix plus élevés. L’inflation augmenterait d’un demi-point de pourcentage et le chômage augmenterait aussi

Les produits énergétiques jouent un rôle crucial dans l’économie

L’activité économique est basée sur de nombreux types de changements physiques. Par exemple:

  • L’utilisation de la chaleur pour transformer les matériaux d’une forme à une autre
  • L’utilisation de produits énergétiques pour aider à déplacer des marchandises d’un endroit à l’autre
  • Le déplacement des électrons fournissant la lumière
  • Le déplacement des électrons permettant la transmission sur Internet

Un être humain, par lui-même, produit seulement environ 100 watts de puissance. Un être humain est également très limité dans ce qu’il peut faire; il peut fournir un peu de chaleur, mais pas de lumière, par exemple. Les produits énergétiques sont très utiles pour la fabrication de biens d’équipement tels que les bâtiments, les machines, les routes, les lignes de transport d’électricité, les voitures et les camions.

Nous pouvons penser aux produits énergétiques et aux biens d’équipement réalisés en utilisant des produits énergétiques, comme étant des moyens de tirer parti de l’énergie humaine en la démultipliant. Si la consommation d’énergie par habitant augmente au fil du temps, l’effet de levier du travail humain peut se développer. En conséquence, les humains peuvent devenir de plus en plus productifs, ainsi que penser à de nouvelles et de meilleures machines pour les aider à faire leur travail. Sur la figure 7 ci-dessous, les fléchissements dans cet effet de levier ont tendance à correspondre à des contractions économiques.

Figure 6. World energy consumption per capita, based on BP Statistical Review of World Energy 2105 data. Year 2015 estimate and notes by G. Tverberg.
Figure 7. La consommation mondiale d’énergie par habitant, sur la base BP Statistical Review of World Energy 2105 données. Estimation pour 2015 et notes par G. Tverberg.

 

Pour avoir une économie en croissance, les salaires des travailleurs ordinaires doivent augmenter.

Notre économie est dans un sens une économie circulaire, dans laquelle les travailleurs ordinaires (moins instruits, non-cadres) jouent un rôle essentiel, car ils sont à la fois les producteurs de biens et les consommateurs potentiels de la production de l’économie. Parce que cette classe est très nombreuse, leur demande pour les maisons, les voitures, et les produits électroniques joue un rôle essentiel dans le maintien de la demande totale de l’économie.

Figure 6. Representation of two major part of economy by author.
Figure 8. Représentation de deux grandes parties de l’économie par l’auteur

 

Si les salaires de ces travailleurs ordinaires sont en croissance, grâce à une productivité accrue, l’économie dans son ensemble peut se développer. Si les salaires de ces travailleurs sont en diminution ou stagnent (en termes corrigés de l’inflation), l’économie est en difficulté. Le processus de recyclage ne peut pas fonctionner correctement.

S’il n’y a pas assez de croissance économique, souvent en raison d’une insuffisance de croissance de la consommation d’énergie pour tirer parti de la main d’œuvre humaine, alors nous avons tendance à obtenir un déséquilibre croissant entre le secteur à gauche avec les entreprises, les gouvernements et les travailleurs d’élite, et le secteur à droite, avec les travailleurs ordinaires. Une partie de ce déséquilibre salarial vient de la délocalisation des emplois vers les pays à bas salaires. Comme les emplois sont déplacés vers les pays à bas salaires, les travailleurs du monde entier peuvent de moins en moins se permettre d’acheter les produits qu’eux-mêmes et les autres travailleurs produisent.

Figure 7. Representation by author of balance that occurs.
Figure 9. Représentation par l’auteur de déséquilibre qui se produit

 

Si les salaires des travailleurs ordinaires ne progressent pas suffisamment, une augmentation de la dette peut être utilisée pour cacher ce problème, pendant un certain temps. On permet ainsi aux travailleurs d’acheter des biens à des taux d’intérêt toujours plus bas, sur des périodes toujours plus longues. Cette stratégie a un maximum supportable, que nous semblons tout près d’atteindre.

La dette est un facteur clé dans la création d’une économie qui fonctionne en utilisant l’énergie

Un problème généralement négligé de notre système actuel, est le fait que nous ne recevons le bénéfice des produits énergétiques que bien après leur utilisation. Cela est particulièrement le cas pour l’énergie utilisée pour faire des investissements en capital, tels que les bâtiments, les routes, les machines et les véhicules. Même l’éducation et les soins de santé représentent des investissements énergétiques qui produisent des bénéfices, longtemps après que l’investissement a été effectué.

La raison pour laquelle la dette (ou un substitut proche) est requise, est parce qu’il est nécessaire d’avancer les avantages sociaux futurs attendus des produits énergétiques à la période actuelle si les travailleurs doivent être payés. En outre, l’utilisation de la dette rend possible de payer des produits de consommation tels que les voitures et les maisons, sur une période de plusieurs années. Elle permet également aux usines et autres biens d’équipement de se financer sur la période pendant laquelle ils fournissent leurs prestations. (Voir mon article Dette: le facteur clé de la connexion entre l’énergie et l’économie).

Lorsque la dette est utilisée pour avancer au temps présent les bénéfices attendus dans le futur, les prix du pétrole peuvent être plus élevés, tout comme les prix des autres matières premières. En fait, le prix des actifs en général peut être plus élevé. Avec la hausse du prix du pétrole, il est possible pour les entreprises d’utiliser les avantages futurs du pétrole pour payer les travailleurs actuels. Ce système fonctionne, tant que le prix fixé par ce système ne dépasse pas le bénéfice réel de l’énergie ajouté pour l’économie.

Le montant des prestations que les produits pétroliers fournissent à l’économie est déterminé par leurs caractéristiques physiques – par exemple, la distance parcourue par un camion. Ces avantages peuvent augmenter un peu au fil du temps, avec une efficacité croissante, mais en général, la physique définit une limite supérieure à cette augmentation. Ainsi, la valeur du pétrole et d’autres produits énergétiques ne peut pas augmenter sans limite.

L’utilisation des bénéfices escomptés pour fixer les prix du pétrole est susceptible de conduire à des prix du pétrole qui excèdent leur niveau maximal durable, puis retombent.

Un système de fixation des prix du pétrole basée sur la dette est différent de ce que la plupart d’entre nous auraient cru possible. Si les salaires des travailleurs ordinaires avaient connu une croissance assez rapide (Figure 9), l’augmentation de la dette ne serait même pas nécessaire, parce que l’ensemble du système aurait pu croître grâce au pouvoir d’achat accru des nombreux travailleurs ordinaires. Ces travailleurs auraient pu acheter de nouvelles maisons et les voitures, inclure plus de viande dans leur régime alimentaire, et prendre des vacances à l’étranger, en ajoutant ainsi à la demande de pétrole et d’autres produits énergétiques, ce qui maintient les prix.

Comme les salaires des travailleurs ordinaires sont en retard, une quantité croissante de dette est nécessaire. Pour les États-Unis, le rapport de l’augmentation de la dette à l’augmentation du PIB (y compris la hausse de l’inflation) suit la courbe de la Figure 10:

Figure 10. United States increase in debt over five year period, divided by increase in GDP (with inflation!) in that five year period. GDP from Bureau of Economic Analysis; debt is non-financial debt, from BIS compilation for all countries.
Figure 10. Augmentation de la dette des États-Unis sur une période de cinq ans, divisée par l’augmentation du PIB (avec l’inflation!) sur cette période de cinq ans. PIB du Bureau of Economic Analysis; la dette est la dette non financière du BIS, compilation pour tous les pays.

Ainsi, l’augmentation de la dette n’a jamais été inférieure à l’augmentation correspondante du PIB sur une période de cinq ans, même avant 1970, lorsque les prix du pétrole étaient bas. En général, le modèle suggère que plus le prix du pétrole est élevé, plus l’augmentation de la dette doit être importante pour générer un dollar de PIB. Ceci est à prévoir, si la croissance économique dépend de la quantité d’énergie physique, et que des prix plus élevés conduisent à la nécessité de plus de dettes pour couvrir l’achat de la quantité d’énergie nécessaire.

Nous atteignons une collision frontale entre (1) l’augmentation du coût de la production d’énergie et (2) la diminution de la capacité des travailleurs ordinaires à payer pour cette énergie à prix élevé.

La collision frontale que nous atteignons est ce qui provoque l’instabilité potentielle mentionnée au début de cet article, comme illustré sur la figure 11. Bien entendu, une telle collision a le potentiel de provoquer des défauts de paiement, car il devient impossible de rembourser la dette avec intérêt.

Figure 11. Repaying loans is easy in a growing economy, but much more difficult in a shrinking economy.
Figure 11. Rembourser un prêt est facile dans une économie en croissance, mais beaucoup plus difficile dans une économie en décroissance

Turchin et Nefedov, dans le livre académique Cycles séculiers, ont analysé huit économies agricoles qui se sont finalement effondrées. Le problème que ces économies ont rencontré était exactement le même que celui que nous rencontrons aujourd’hui: La baisse des salaires des travailleurs ordinaires conjuguée à l’augmentation du coût de la production des produits énergétiques (nourriture, à l’époque). La hausse des coûts étaient souvent le résultat d’une population trop importante par rapport aux terres arables disponibles. Une solution de contournement n’a pu être trouvée, comme la construction d’irrigation ou le renforcement de l’armée pour conquérir une terre voisine. À noter que de telles solutions ajouteraient des coûts par elles-mêmes.

Comme les problèmes de ces économies se sont aggravés, les défauts de remboursement de dette sont devenu un problème très sérieux. Les gouvernements ont eu du mal à recueillir assez d’impôts, parce que beaucoup de travailleurs étaient de plus en plus pauvres. Souvent, les travailleurs se sont tellement affaiblis, suite à une alimentation inadéquate, qu’ils sont devenus vulnérables aux épidémies. Souvent, les gouvernements se sont effondrés.

Dans les économies analysées par Turchin et Nefedov, les prix alimentaires ont temporairement flambé, mais on ne sait pas si ce fut le résultat final, compte tenu de l’incapacité des travailleurs à payer les prix élevés. Les défauts de remboursement de la dette tendent à réduire encore davantage la capacité de payer. Ainsi, il ne serait pas surprenant que les prix aient fini par chuter (en raison de l’absence de demande), plutôt que d’augmenter. Nous savons que l’ancienne Babylone est un exemple d’une économie qui s’est effondrée. Apocalypse 18: 11-13 semble décrire la situation après l’effondrement de Babylone comme un manque de demande.

11. Les marchands de la terre pleureront et se lamenteront sur elle, parce que personne n’achète de leurs cargaisons; 12. Les cargaisons d’or, d’argent, de pierres précieuses et de perles; du lin fin, de pourpre, de la soie et des draps écarlates; toutes sortes de bois de senteur, et articles de tout genre en ivoire, bois précieux, le bronze, le fer et le marbre; 13. Des cargaisons de cannelle et d’épices, d’encens, de la myrrhe et de l’encens, de vin et d’huile d’olive, de fleur de farine et de blé; bovins et ovins; chevaux et chariots; et les êtres humains vendus comme esclaves.

D’autres parties de l’histoire des limites du pétrole que les chercheurs ont manquées

Comme je l’ai mentionné précédemment, la plupart des chercheurs commencent avec l’idée que bientôt il y aura un problème de pénurie d’énergie. La vraie question qui tend à ramener le système vers le bas y est liée, mais en est assez différente. C’est le fait que lorsque nous utilisons de l’énergie, le système génère nécessairement de l’entropie. Cette entropie prend la forme d’une augmentation de la dette et d’une augmentation de la pollution. Ce sont ces questions liées à l’entropie, plutôt que d’une pénurie de produits énergétiques en soi, qui tendent à ramener le système vers le bas. Voir mon article Notre système de croissance économique atteint les limites d’une manière étrange.

Nous pourrions, en théorie, régler nos problèmes en ajoutant indéfiniment de la dette, en même temps que les salaires des travailleurs ordinaires tendent vers zéro. Nous pourrions alors utiliser cette dette supplémentaire pour lutter contre les problèmes de pollution et payer tous les travailleurs. Cependant, nous savons tous que cette solution ne fonctionnerait pas dans le monde réel.

L’économie à double-face, telle que je l’ai décrite dans les figures 8 et 9, est une partie de notre problème. Il y a un dicton populaire : «Nous payons les salaires les uns des autres». Malheureusement, le paiement des salaires de l’autre ne fonctionne pas bien, si le niveau de salaire des travailleurs d’élite diffère trop du niveau de salaire des travailleurs ordinaires. Un travailleur se faisant $7,50  par heure dans un emploi à temps partiel, ne va pas être en mesure de payer le salaire d’un chirurgien se faisant $300 000  par année, peu importe comment une police d’assurance serait conçue pour répartir les coûts de manière uniforme. Un travailleur en Inde ou en Afrique ne sera pas en mesure de payer les marchandises faites par les travailleurs humains aux États-Unis, en raison des différences de salaires.

Les gouvernements peuvent essayer de résoudre le problème des travailleurs ordinaires qui obtiennent une part trop faible de la production du système, mais ce n’est pas facile à faire. Le vrai problème est que le système dans son ensemble ne produit pas suffisamment de biens et services. Cela se produit parce que le coût de l’extraction de l’énergie augmente (ainsi que le contrôle des questions connexes: pollution ; besoin de plus d’éducation pour les travailleurs ; besoin de plus en plus important du gouvernement et de plus de travailleurs d’élite) et ainsi enlève trop de ressources au système. Le résultat est que l’économie dans son ensemble tend à fonctionner de plus en plus lentement. La quantité de biens et services produits par l’économie ne monte pas très rapidement. Quand il n’y a pas assez de marchandises produites au total, les travailleurs ordinaires ont tendance à trouver que leur allocation a été réduite.

Si les gouvernements tentent d’ajouter de la dette pour résoudre les problèmes avec le système, cet ajout de dette tend à augmenter les prix des actifs sur le côté gauche des figures 8 et 9. Malheureusement, la dette supplémentaire a généralement peu d’impact sur les salaires des travailleurs ordinaires (partie droite du schéma).

Les gouvernements ont parlé de programmes de revenu minimum pour augmenter les revenus de ceux qui ne sont pas travailleurs d’élite. Que cette approche puisse fonctionner ou non dépend de beaucoup de choses: combien de dettes supplémentaires peuvent être ajoutés au système; si cette dette fera effectivement augmenter le montant total des biens et services produits ; le degré de tolérance de ceux du côté gauche des figures 8 et 9 à perdre leur part des biens et services produits ; l’impact sur les niveaux relatifs des devises.

Les recherches portant sur le ratio retour d’énergie sur l’énergie investie (EROEI) pour les combustibles fossiles est une approche fréquemment utilisée pour évaluer les substituts énergétiques potentiels, tels que les éoliennes et les panneaux solaires. Malheureusement, ce ratio ne représente qu’une partie de l’histoire. Le vrai problème est le déclin du retour sur le travail humain pour le système dans son entier, c’est à dire la baisse de salaire des travailleurs ordinaires, ajustée de l’inflation. Cela pourrait également être décrit comme une chute d’EROEI, une baisse du rendement du travail humain. La baisse EROEI du travail humain représente le même problème que des poissons qui ont à nager vers l’amont, lorsque la poursuite de la nourriture commence à exiger tellement d’énergie que les voyages plus en amont ne sont plus valables.

L’EROEI déclinant des combustibles fossiles est un contributeur à la baisse d’EROEI relatif au travail humain, mais il y a également d’autres facteurs (Figure 12). (Ma liste n’est probablement pas exhaustive.)

Figure 12. Authors' depiction of changes to workers share of output of economy, as costs keep rising for other portions of the economy keep rising.
Figure 12. Représentation de l’auteur de la modification de la part de la production de l’économie allouée aux travailleurs, car les coûts ne cessent d’augmenter pour d’autres parties de l’économie

Si notre problème est une pénurie de combustibles fossiles, l’analyse EROEI des combustibles fossiles est idéale pour déterminer comment exploiter au mieux la partie restante de l’approvisionnement en combustibles fossiles. Pour chaque type de combustible fossile évalué, le calcul de l’EROEI du combustible fossile détermine la quantité d’énergie produite à partir d’une quantité donnée d’intrants de combustibles fossiles. Si une décision est prise de se concentrer principalement sur les produits énergétiques avec des ratios EROEI les plus élevés, notre approvisionnement en combustible fossile existant peut être ajusté avec autant de parcimonie que possible.

Si notre problème n’est pas vraiment une pénurie de combustibles fossiles, le calcul d’EROEI est beaucoup moins utile. En fait, le calcul EROEI ne tient pas compte du calendrier sur lequel le retour de l’énergie est fait, même si cela peut varier considérablement. Le retard (et le montant ainsi nécessaire de la dette) est susceptible d’être le plus grand pour les produits énergétiques, où d’importants investissements et immobilisations en amont sont nécessaires. Le nucléaire aurait tendance à être un problème à cet égard ; de même pour l’éolien et l’énergie solaire.

Pour évaluer la mesure dans laquelle un produit énergétique donné tend à élever le niveau de la dette, une meilleure approche pourrait consister à examiner les niveaux de la dette directement. Une autre mesure pourrait être de comparer les dépenses en immobilisations de l’ensemble du système, nécessaires à un objectif particulier, par exemple, pour fournir de l’électricité non intermittente suffisante pour l’état de Californie, sur une période de, disons, 50 ans, en utilisant différents scénarios de production d’électricité.

Notre système universitaire de recherche, avec son principe de publications examinées par des pairs, nous a déçus.

Notre système universitaire avec publications revues par des pairs ne dit pas cette histoire. Une partie du problème est que c’est une histoire difficile. Cela m’a pris la plupart de ces dix dernières années pour la comprendre.

Une partie du problème avec notre système universitaire semble être une dépendance excessive aux analyses antérieures. Une fois qu’une direction a été prise, il est difficile d’en changer. Une autre partie du problème est que le domaine de recherche de chaque chercheur a tendance à être assez restreint. Le résultat peut être qu’il devient difficile de «distinguer la forêt derrière les arbres».

En outre, les politiciens et les éditeurs universitaires ont tendance à pousser dans le sens d’un résultat souhaité. L’argent est alloué aux chercheurs qui suivent les domaines de recherche préférés par le gouvernement ; les éditeurs préfèrent les livres qui ne sont pas trop alarmants pour les étudiants.

Je viens à ce problème par la bande. Je n’ai pas de doctorat, même si je suis Fellow of the Casualty Actuarial Society, ce que beaucoup considèrent comme équivalent. J’ai également une maîtrise de Sciences en mathématiques. Je ne travaille pas dans un cadre universitaire. Je n’ai pas une solide expérience sur les sujets auxquels une personne peut s’attendre, comme la géologie, la théorie économique ou la physique. J’ai cependant une bonne expérience pratique de la modélisation financière avec ma formation actuarielle.

Mon approche est très différente de celle de la plupart des chercheurs. Je viens au problème du point de vue de la façon dont un monde fini pourrait être prévu pour fonctionner. Je vous écris la plupart de mes articles sur l’Internet, où je reçois le bénéfice des commentaires des lecteurs. Beaucoup de ces intervenants me dirigent dans la direction des articles ou des livres que je devrais lire, ou soulèvent des questions supplémentaires que je devrais considérer.

Au fil des ans, je me suis familiarisée avec de nombreux chercheurs dans des domaines connexes. Ces personnes ont généralement cherché à me contacter, à m’inviter à parler à leurs conférences, ou ont correspondu avec moi sur les questions qu’ils jugent importantes. À la suite de ces collaborations, j’ai été en mesure de mettre sur pied une histoire plus complète que d’autres.

Je suis restée loin des éditeurs et des sources de financement qui pourraient essayer d’influencer ce que je dis. Je ne prends pas de dons, ni ne diffuse d’annonces sur mon site. L’histoire est celle qui doit être dite ; elle serait facilement déformée si la personne qui la raconte est influencée par ce qui va générer les dons les plus importants, ou accorder le plus d’argent.

Gail Tverberg

Traduit par Stéphane, vérifié par wayan, relu par nadine pour le Saker Francophone

   Envoyer l'article en PDF