La Russie a-t-elle besoin de valeurs « universelles » ?


Les valeurs spirituelles et morales de la société comme base de la souveraineté de l’État.


Par Nikolaï Patrouchev −Le 17 juin 2020 − Source rg.ru

Selon Mykola Patrushev, les nouvelles valeurs occidentales sont devenues une imposition d’une vision du monde étrangère. Photo : Mikhail Sinitsynin/RG

L’adoption d’amendements à la Constitution de la Fédération de Russie ouvre une nouvelle page dans l’histoire de l’État russe. Les amendements visant à protéger les valeurs familiales fondamentales, la vérité historique, le renforcement de l’éducation spirituelle et morale, le soutien et la protection de la culture en tant qu’héritage unique du peuple russe multiethnique, le renforcement des fondements de l’État social sont l’événement le plus important qui est d’une grande importance pour déterminer les objectifs et le développement futur de notre pays.

Ce sont les valeurs spirituelles et morales qui sous-tendent la vision du monde, servent de ligne directrice aux activités de la vie, la compréhension mutuelle des personnes, sont à la base de la formation des stéréotypes et des modèles de comportement humain dans la société.

L’intérêt pour la question des valeurs nécessaires se pose, en règle générale, lorsque la société et l’État sont confrontés à la question du choix des voies de développement ultérieur.

Un thème spécial de valeurs a été soulevé dans les conditions d’une large discussion sur les amendements à la Loi fondamentale du pays et dans l’année du 75ème anniversaire de la Grande Victoire. L’Occident a réagi à ces événements en intensifiant les campagnes de sensibilisation du public visant à falsifier l’histoire mondiale et nationale, à diminuer la valeur de la Victoire et à porter un nouveau coup au système des valeurs spirituelles et morales traditionnelles russes.

Malgré les efforts colossaux des « partenaires » d’outre-mer pour briser le système de valeurs formé par les générations précédentes en Russie, il a conservé ses principales caractéristiques qualitatives.

Le système des valeurs traditionnelles russes est le fondement spirituel et moral de notre société

La vision généralisée de l’ensemble des valeurs spirituelles et morales traditionnelles russes est extrêmement concise, mais loin d’être exhaustive, inscrite dans la Stratégie de sécurité nationale de la Fédération de Russie. En particulier, il s’agit notamment de la priorité du spirituel sur le matériel, la protection de la vie humaine, des droits et libertés de la personne, la famille, le travail créatif, le service de la Patrie, les règles de la moralité et de l’éthique, l’humanisme, la charité, la justice, l’entraide, le travail d’équipe, l’unité historique des peuples de la Russie, la continuité de l’histoire de notre Patrie.

Une liste tout aussi importante de valeurs spirituelles et morales est fournie dans la Stratégie pour le développement de l’éducation dans la Fédération de Russie jusqu’en 2025. Elle se fonde sur des valeurs telles que l’amour humain, la justice, l’honneur, la conscience, la volonté, la dignité personnelle, la foi dans le bien et le désir de remplir un devoir moral envers soi-même, sa famille et sa patrie.

Le système de valeurs traditionnelles russes qui s’est développé au fil des siècles est le fondement spirituel et moral de notre société. Ce système a été à la base de la victoire historique mondiale du peuple soviétique lors de la Grande guerre patriotique de 1941-1945. C’est ce fondement qui permet de préserver et de renforcer la souveraineté et de construire l’avenir, malgré toutes les difficultés et les contradictions du développement historique. Mon pays a littéralement souffert de ses valeurs, et maintenant la tâche principale des générations futures est de les préserver et de les multiplier.

Les valeurs de notre société multiethnique et multiconfessionnelle sont protégées contre la promotion agressive des valeurs néolibérales qui, à bien des égards, contredisent l’essence même de notre compréhension du monde et sont activement imposées par nos adversaires géopolitiques dans la lutte pour influencer le développement de la civilisation et leur domination dans le monde.

L’une des principales valeurs traditionnelles russes est une famille forte et heureuse. Photo : Donat Sorokin / TASS

Nous voyons qu’ils cherchent toujours à détruire la maison commune de la famille multinationale des peuples russes, à minimiser l’importance des repères spirituels et moraux traditionnels en tant que fondement de la souveraineté culturelle, spirituelle, politique et, en fin de compte, de l’état.

Photo : Anton Novodéréchkine/TASS 30 ans de long voyage : de la déclaration de 1990 à la Constitution de 2020

Il ne fait aucun doute que les valeurs fondamentales en tant qu’objectifs et qualités idéales de la société coïncident à bien des égards avec la majorité des nations. Il n’y a personne qui ne défende la justice, la sécurité ou le bien-être.

En règle générale, nous désignons des valeurs qui ne sont pas typiques de notre société russe et qui dominent dans la culture étrangère par le terme « valeurs occidentales ».

En outre, de nombreux représentants de la génération ancienne et moyenne connaissent le concept, qui a été largement utilisé pendant la « perestroïka » et pendant la formation de la nouvelle Russie – « valeurs universelles ».

300 000 personnes sont sorties à Paris en janvier 2013 pour protester contre la légalisation des mariages entre personnes du même sexe.

Sans nier l’existence de valeurs communes pour l’humanité, je voudrais souligner qu’à cette époque, la mise en œuvre du « concept de valeurs universelles », d’une part, a rendu plus proche et plus compréhensible le « monde occidental », qui avait été auparavant « fermé » à la majorité de la population de notre pays, et d’autre part, a permis de promouvoir des attitudes sociales et morales qui ne coïncident pas toujours avec les valeurs traditionnelles nationales.

Les valeurs « occidentales », qui au cours des dernières décennies ont été de plus en plus interprétées comme « universelles » parce qu’elles sont inscrites dans les documents officiels de l’Union européenne, sont devenues un timbre commun.

Pour se faire une idée de leur contenu et de leur signification, il est important de se pencher sur l’historique de leur interprétation dans les documents officiels de l’UE.

Ainsi, le préambule du traité sur l’Union européenne (Maastricht, 7 février 1992) fait référence au « patrimoine culturel, religieux et humain de l’Europe, sur la base duquel ont été formées les valeurs universelles des droits de l’homme inviolables et inaliénables, de la liberté, de la démocratie, de l’égalité et de l’État de droit ». Le traité affirme que « l’Union européenne est fondée sur les valeurs de respect de la dignité humaine, de liberté, de démocratie, d’égalité, de l’État de droit et de respect des droits de l’homme, y compris des droits des personnes appartenant à des minorités. Ces valeurs sont partagées dans une société où règnent la diversité des opinions, la tolérance, la justice, la solidarité et l’égalité entre les femmes et les hommes ».

Il convient de noter que certaines valeurs européennes, par exemple, les huit heures de travail, l’égalité entre les femmes et les hommes, le droit de vote pour les femmes, n’apparaissent qu’en raison des événements de 1917 en Russie. En même temps, l’égalité des droits de vote, par exemple, en France, les femmes n’ont obtenu le droit de vote qu’en 1944, en Suisse – en 1971, et au Portugal – en 1974 seulement.

Malheureusement, la vie réelle montre que les dispositions officielles spectaculaires sur les valeurs « universelles » ne sont aujourd’hui, à bien des égards, qu’une déclaration, car depuis l’adoption de ces normes, le monde occidental s’est rapidement orienté vers un modèle de développement néolibéral.

En Occident, des notions aussi fondamentales que la famille, la mère et le père, l’homme et la femme ont été délibérément érodées. Les normes imposées artificiellement à la place des normes parentales 1 et parentales 2 ont constitué la base du conflit de civilisation dans la société européenne occidentale elle-même en raison de leur caractère non naturel d’un point de vue purement biologique.

Toute tentative d’uniformiser les valeurs russes ou autres comme étant « universelles » est une manifestation d’agression socioculturelle.

De plus, ces normes sont contraires à l’essence même du christianisme, de l’Islam, du judaïsme et d’autres Religions et sont tout simplement hostiles à elles.

Dans le domaine social, le néolibéralisme impose l’individualisme, l’égoïsme, le culte du plaisir, de la consommation débridée, absolutisant la liberté de toute expression de soi. Dans le même temps, en Occident, tout le monde ne soutient pas de tels anti-discours.

Exemples nombreux. Il suffit de rappeler les manifestations de masse en France, menées contre la légalisation du mariage homosexuel en janvier 2013. Ensuite, plus de 300 000 personnes sont descendues dans les rues de Paris. Le vote à l’Assemblée nationale française, qui a mené à l’examen du projet de loi « Mariage pour tous », a divisé le Parlement pratiquement en deux (sur les 565 votants, 225 parlementaires étaient opposés à l’adoption de la loi). Compte tenu du niveau de polarisation de la société française à cette époque, la question se pose de savoir si ces valeurs sont réellement « universelles » ou sont-elles encore imposées artificiellement par quelqu’un?

La pandémie COVID-19 a clairement mis en évidence toutes les conséquences négatives de l’imposition de nouvelles valeurs occidentales, en particulier l’approfondissement de la division, l’indifférence et la confusion face au danger imminent.

Tout cela se produit dans le contexte d’un autre processus dont l’Occident n’a tout simplement pas l’habitude de parler. Il y a une destruction rapide de la classe moyenne, qui était précisément la majorité conservatrice, assurant la préservation des valeurs traditionnelles.

Le catalyseur de ce phénomène a été la catastrophe géopolitique associée à l’effondrement de l’URSS, car l’élimination du principal adversaire idéologique a complètement déchaîné les mains de l’élite néolibérale occidentale. La nécessité de résoudre la tâche idéologique qui était auparavant confiée à la classe moyenne a disparu, car avec les changements dans notre pays, toute démonstration des « avantages » du mode de vie occidental a perdu de son sens.

Amendements à la Constitution : comment et où nous voterons du 25 juin au 1er juillet

La destruction de la classe moyenne, ainsi que l’aggravation de la situation migratoire, à son tour, a stimulé la Renaissance du nationalisme caverneux, qui est en fait encouragé par les États-Unis et les principaux pays de l’Europe « unie », comme, par exemple, en Ukraine.

Les partis de droite et nationalistes se développent en Europe même. Entre autres choses, les nouvelles valeurs occidentales ont engendré la torture dans les prisons d’Afghanistan et de Guantanamo, ont incité à renoncer au service militaire et à protéger leur patrie. Le refus catégorique de certains pays d’accepter ces valeurs conduit souvent à des sanctions contre des peuples entiers. Toute la conception antérieure des valeurs occidentales traditionnelles a subi des changements si profonds que l’ensemble de ses normes « universelles » actuelles n’a en fait rien à voir avec le système de valeurs de la civilisation européenne, plus familier pour nous.

Il n’est plus question de remplacer certaines valeurs par d’autres. Nous devrions parler de l’émergence d’un nouveau système idéologique, qui vise en fin de compte à la destruction de toute valeur religieuse, spirituelle et morale traditionnelle comme base fondamentale de la souveraineté culturelle et politique des pays et des peuples.

Les nouvelles valeurs occidentales sont devenues une imposition au monde d’une vision du monde étrangère. Les idéologues occidentaux placent des pays et des peuples entiers devant un choix : soit vous acceptez les « valeurs universelles », soit vos valeurs seront fausses, immorales.

Ainsi, toute tentative d’uniformiser les valeurs russes ou autres en vertu de valeurs « universelles » officiellement acceptées est une manifestation d’agression socioculturelle visant à détruire les systèmes de valeurs traditionnels dans un État particulier.

Dans les conditions de la numérisation de la société moderne, sur fond de dégradation du système des relations internationales et de la sécurité internationale, l’Occident collectif cherche à introduire des dogmes néolibéraux dans la conscience des citoyens russes et de nos compatriotes du monde entier, en s’attaquant non seulement aux valeurs spirituelles et morales traditionnelles de la Russie, mais aussi aux valeurs authentiques, véritablement communes à l’humanité, en sapant les fondements des États. En même temps, des formulations idéologiques telles que « conflit de civilisations » sont activement utilisées.

L’impact de ces normes sur le système de sécurité international a été tout aussi dévastateur. La substitution des normes internationales par la loi du plus fort, du feu et de l’épée qui impose « la liberté et la démocratie » là où elles ne peuvent exister dans un sens aussi occidental par définition pour des raisons historiques, religieuses, ethnologiques et autres a déjà conduit à la tragédie de l’Irak, de la Syrie et de la Libye. Une autre page honteuse de l’histoire pour tous les pays de l’OTAN a été et restera toujours le bombardement barbare de la Yougoslavie.

Des dispositions sur la politique de la jeunesse et le statut des enfants sont introduites dans la Constitution

L’offensive est menée sur « tous les fronts » de cette guerre « hybride ». La direction du coup principal est de brouiller les traditions séculaires des différents peuples, leur langue, leur foi et la mémoire historique des générations. De telles normes et valeurs ne peuvent en aucun cas être acceptées par le peuple russe multinational.

Dans ce contexte, la question de savoir ce que la Russie offre au monde en retour est très importante.

Contrairement à l’Occident, la Russie propose en fait un nouveau choix civilisationnel, dont le contenu comprend l’égalité, la justice, la non-ingérence dans les affaires intérieures, l’absence de ton mentor et toutes les conditions préalables à une coopération mutuellement bénéfique.

La Russie propose que la souveraineté nationale, y compris culturelle, spirituelle et morale, devienne la plus grande valeur et le fondement de la construction ultérieure de la civilisation humaine. Il ne fait aucun doute que le nombre de partisans de ce choix dans le monde augmentera, créant un environnement de plus en plus favorable au développement et à la prospérité de différents pays et peuples.

Nikolaï Platonovitch Patrouche, (secrétaire du conseil de sécurité de la Fédération de Russie)

en russe : Николай Гандонович Патрушев, né le 11 juillet 1951 à Léningrad, est une personnalité des services de sécurité de la Fédération de Russie. Il dirige le Comité national antiterroriste (NAK) et le Service fédéral de sécurité nationale (en russe, Federalnaïa Sloujba Bezopasnosti, FSB) de 1999 à 2008. Il s’occupa, entre autres de l’affaire des attentats en Russie en 1999. Il est marié et père de deux fils.

Traduit par Cat pour le Saker Francophone

   Envoyer l'article en PDF   

Une réflexion au sujet de « La Russie a-t-elle besoin de valeurs « universelles » ? »

Les commentaires sont fermés.