La confusion entre les sexes et l’extinction de la véritable virilité


Par Fr. Lawrence Farley – Le 15 février 2019 – Source No other foundation

De même qu’il est difficile de se faire une idée exacte de la taille d’une montagne lorsqu’on est réellement sur la montagne, de même il est difficile de comprendre à quel point un changement est révolutionnaire lorsqu’on est en pleine révolution. Et nous sommes aujourd’hui au milieu d’une grande révolution, d’un changement dramatique dans notre façon de comprendre la nature humaine. Autrement dit, notre culture en Occident est en train de changer la façon dont elle comprend le genre.


Ce changement est global et s’exprime dans des mouvements aussi importants que le féminisme, les droits des homosexuels, et maintenant les droits des transgenres.

Il ne s’agit pas de peaufiner ou de bricoler les approches passées. Les approches passées ne sont pas tant modérément modifiées que complètement renversées. La révolution concernant le genre est radicale et véhémente, et comme tous les révolutionnaires pieux, ses partisans ne font pas de prisonniers, ce qui explique en grande partie la violence rhétorique et verbale dans les guerres culturelles américaines. Si le Seigneur tarde, les historiens, des centaines d’années plus tard, se souviendront de la fin du XXe siècle et du début du XXIe siècle comme de l’époque où l’Occident a fait la guerre sur la façon dont ses ancêtres comprenaient les différences de genre depuis des temps immémoriaux. Ceux qui lisent la sociologie parleront d’un changement fondamental de paradigme. Ceux qui lisent Screwtape se demanderont si la révolution n’est pas le résultat de décisions d’une grande portée prises par « notre père ici bas ».

L’ancienne approche considérait le genre comme un don divin. Les textes judéo-chrétiens parlaient de notre existence sexe-spécifique et des différents rôles que Dieu a ordonné à la création : « Ainsi Dieu créa l’homme à son image, à l’image de Dieu il le créa, homme et femme il les créa », (Gen 1, 27). L’Islam a hérité de cette compréhension du genre, et même les païens qui n’ont pas lu les Écritures d’aucune sorte ont compris que la masculinité et la féminité étaient des catégories fondamentales et stables. C’est pourquoi ils ont privilégié le mariage légal à la sexualité non réglementée. Certains païens (les Grecs par exemple ; les Romains étaient plus lents à suivre) n’avaient aucun problème avec la pédérastie, mais ils ont toujours insisté sur le mariage hétérosexuel comme fondement d’une société stable.

Pour tout le monde, jusqu’au milieu ou à la fin du XXe siècle, vous étiez né homme ou femme, à l’exception de quelques rares anomalies anatomiques ou médicales, qui vous mettait sur la voie de la vie et vous donnait des rôles et des responsabilités spécifiques. Les hommes devaient se comporter d’une certaine manière, tout comme les femmes. Certes, les comportements prescrits comportaient un certain degré de latitude – par exemple, le comportement du « garçon manqué » était encore acceptable pour les filles, et les hommes pouvaient tricoter s’ils le voulaient – mais la voie de base était assez claire, même si elle était souple. Et cela ne se limitait pas aux traditions judéo-chrétiennes ou islamiques. Comme l’illustre C.S. Lewis dans son livre « L’abolition de l’homme », ces normes se retrouvent dans toutes les cultures. Il l’appela « le Tao », et le reconnut comme la pratique universelle de l’humanité.

La révolution en Occident a commencé dans les années 1960, avec ce que l’on appelait alors la « Libération des femmes ». Ce mouvement a trouvé une acceptation culturelle parce qu’une grande partie semblait être le simple bon sens et parce que le mouvement des Suffragettes réclamant le droit de vote pour les femmes avait en partie préparé le terrain pour cela. Bien qu’elle n’introduise pas de changement radical ou nuisible dans la compréhension de base des rôles de genre, le mouvement de « Libération des femmes » a préparé les gens à considérer le changement comme une chose essentiellement bonne et nécessaire, et cette ouverture au changement continuera à gouverner les attitudes de base lorsque des changements plus profonds seront proposés. Ce mouvement s’est aussi largement inspiré du langage des droits civiques raciaux et s’est présenté  en termes de lutte analogue. L’accent est mis ici sur le mot « lutte », puisque le mouvement a utilisé la tactique de protestation (célèbre pour sa mise au bûcher symbolique du soutien-gorge et ses marches), et pour avoir qualifié ses opposants d’ennemis de l’illumination et du progrès. Les germes d’une future guerre culturelle peuvent donc être retracés dans cette prédilection précoce pour la protestation.

Malgré le recours à la dénonciation colérique de l’oppression perçue et à la rhétorique incendiaire qui caractérisent de plus en plus le mouvement féministe diversifié, les changements radicaux sont d’abord apparus avec le mouvement des droits des gays. Ici aussi, nous observons une progression. Ce qui a commencé par un simple acte de décriminalisation s’est poursuivi par une demande d’acceptation sociale d’un mode de vie alternatif comme s’il était aussi valable que le mariage traditionnel. Ainsi, il y a d’abord eu des demandes d’acceptation sociale et de non-discrimination, puis une demande d’unions civiles légales entre homosexuels, et enfin une demande de mariage légal pour eux. L’affirmation selon laquelle la masculinité et la féminité n’étaient pas des rôles universels, mais simplement des réalités anatomiques qui ne comportaient aucun rôle ni aucune norme sociétale, était inhérente à ces exigences. Ainsi, on pourrait naître anatomiquement mâle tout en recherchant l’union sexuelle (socialement légitimé par le mariage) avec un autre homme – ou avec des hommes et des femmes. L’anatomie a été définitivement dissociée du rôle de genre et de la « préférence » sexuelle qui l’accompagne. En effet, le langage même utilisé – « préférence sexuelle » – présuppose qu’un sexe puisse être préféré aussi facilement qu’un autre. Autrefois, les hommes ne « préféraient » pas les femmes, mais étaient ordonnés à ce choix, si ce n’est par désir sexuel interne pour les femmes sur les hommes, du moins par la loi divine. Or, on pourrait « préférer » le mâle à la femelle aussi facilement et légitimement que l’on pourrait préférer le chocolat à la vanille.

L’étape suivante consistait à scinder l’anatomie non seulement en fonction du rôle du genre, mais aussi de l’identité de genre. Dans cette démarche de légitimation du trans-genderisme, il a été affirmé que l’on peut naître anatomiquement masculin tout en « étant » une femme. Il n’y avait aucun moyen objectif de dire si une personne « était » un homme ou une femme. Tout dépendait maintenant des sentiments subjectifs d’une personne et du sexe auquel elle s’identifiait. Et tout au long de cette longue progression du changement, ses défenseurs ont continué à employer la rhétorique des droits civils, dénonçant avec indignation leurs opposants en tant que bigots et néandertaliens culturels. Les guerres culturelles faisaient maintenant rage. Dans le vacarme, la voix de la foi chrétienne historique, pleine à la fois de normes inviolables et de subtiles distinctions nuancées, était généralement couverte et inaudible.

Ainsi, ceux qui s’identifient comme gays ou transgenres occupent maintenant le rôle de nobles victimes en danger constant de violence, tandis que ceux qui s’opposent à la nouvelle révolution occupent le rôle de dangereux criminels culturels, dont l’opposition bigote face à la nouvelle révolution menace la vie même de ceux qui composent la communauté LGBQT. Ceux qui assignent ces rôles sont souvent motivés par une attitude moralisatrice qui ne fait aucun prisonnier et justifie la haine, la colère et l’intimidation.

La révolution est prête à se poursuivre, animée par sa propre logique intérieure. Si l’anatomie physique ne compte pour rien, alors elle ne compte pour rien. Si la volonté (ou la préférence) est souveraine, alors elle est souveraine. Cela comprend non seulement le sexe du partenaire sexuel, mais aussi le nombre de partenaires. Ou l’âge des partenaires. La pédophilie (ou « attraction vers les mineurs » comme elle se nomme) est actuellement hors de portée de l’acceptabilité générale, mais le paysage du débat et ses frontières changent rapidement. Personne vivant en 1950 n’aurait pu prévoir la situation actuelle. Il est donc possible que l’appel actuellement radical à l’acceptation de « l’attraction vers les mineurs » devienne un jour un courant dominant. (Ceux qui pensent que j’invente un nouvel ennemi à des fins polémiques peuvent se référer à cette vidéo). Personne ne sait où la révolution s’arrêtera. Personnellement, je crois que la fin n’est pas encore en vue.

La question demeure : quel est le problème avec la révolution ? Qui souffre ? Certes, la révolution de genre (ou « confusion des genres », selon les points de vue) bouleverse la façon dont l’humanité s’est considérée depuis le début, pourquoi est-ce si mal ? Beaucoup de choses pourraient être dites, mais une seule réponse devra suffire. Dans le nouveau paradigme qui nous est offert, ce qui était autrefois considéré comme la « vraie virilité » est étiqueté toxique à certains endroits, et est en voie de disparition rapide.

Qu’est-ce que cela signifie d’être un homme « véritable » ? La vraie virilité implique plus que de simples « préférences » sexuelles ou la question de savoir qui sort les poubelles. Il s’agit d’un symbolisme primordial qui se définit de lui-même et d’émotions qui jaillissent des niveaux cachés les plus profonds. Être un homme véritable, c’est avoir des relations avec ceux qui sont plus faibles, notamment les femmes et les enfants, en faisant preuve de bravoure, de protection et d’abnégation. (Les chrétiens noteront que c’est ainsi que le Christ, en tant qu’homme réel, est apparenté à son épouse, l’Église.) On le constate de mille façons : l’homme fait sa demande à la femme à genoux (et non l’inverse), et en situation de danger, l’homme défend la femme même au prix de sa vie. Et ce dernier exemple ne s’applique pas seulement à la femme de l’homme, mais à toute femme, précisément parce qu’elle est une femme. La féminité était considérée comme sacrée en soi.

C’est ce qu’on a pu observer dans les enquêtes qui ont suivi le naufrage du Titanic : les témoins ont insisté sur le fait que certains canots de sauvetage ne contenaient que des femmes et des enfants, les hommes se sacrifiant pour les sauver. Faire quoi que ce soit de moins – prendre une place dans un canot de sauvetage qui aurait pu être prise par une femme ou un enfant – aurait porté atteinte à leur virilité. La virilité et la masculinité, de plus en plus considérées comme toxiques par définition, incluaient à la fois le symbolisme et les actions de la bravoure. Un homme véritable était un chevalier.

Il est vrai, bien sûr, que les actes de bravoure et d’abnégation peuvent être et sont commis par des femmes et des enfants, et bien sûr par des homosexuels et des trans-genres. N’importe qui peut devenir courageux. Mais c’est justement là l’essentiel : puisque la bravoure et l’abnégation ne font plus partie de ce que signifie être un homme, on ne fait de tels actes héroïques que si on est un héros. Mais l’héroïsme n’est pas courant (c’est pourquoi il est applaudi lorsqu’il est découvert). On peut ou non se sentir appelé à l’héroïsme et à la bravoure. Mais dans le vieux paradigme, un homme se sacrifiait non pas parce qu’il se sentait appelé à un héroïsme extraordinaire, mais simplement parce qu’il était un homme. Le rôle de genre dont il avait hérité en vertu de son anatomie contenait l’impératif moral de se sacrifier, le cas échéant, pour les femmes et les enfants.

C’est justement cette protection que les vrais hommes offraient autrefois qui est si désespérément nécessaire aujourd’hui. Nous comptons maintenant sur « l’éducation du public », (c.-à-d. la propagande) et la stigmatisation associée au fait d’être politiquement incorrect pour motiver les gens à la galanterie, au sacrifice de soi et à la bravoure. Nous pouvons voir à quel point cela fonctionne (ou ne fonctionne pas) et à quel point les nuits restent dangereuses pour les femmes et les autres personnes vulnérables. Le cri de ceux qui essaient d’éduquer le public est de « reprendre le contrôle de la nuit ». Il serait peut-être plus utile de réfléchir d’abord longuement à la façon dont ce contrôle a été perdu.

Fr Lawrence Farley

Fr Lawrence est pasteur de l’église orthodoxe St. Herman’s à Langley, BC. Il est également l’auteur de la série Orthodox Bible Companion Series ainsi que d’un certain nombre d’autres publications.

Note du Saker Francophone

On peut prendre encore plus de recul sur ce sujet civilisationnel et mettre en parallèle, l'évolution de cette « révolution » avec la densité énergétique de nos sociétés dites « modernes ». C'est l'afflux d'énergie et la mise à disposition des esclaves énergétiques qui a permis largement ces changements et la diffusion de ces nouvelles « libertés ». Le quantité et le type d'énergie qui sera disponible à l'avenir déterminera largement le type de société qui se profile et certains débats vont vite atteindre leurs limites ... ou pas si de nouvelles sources d'énergies émergent.

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF