Kiev:
Iatseniouk sur la touche?


Alexander Mercouris
Alexander Mercouris

Par Alexander Mercouris – Le 13 avril 2015 – Source Russia Insider

Des rapports circulent depuis deux semaines maintenant, indiquant que la purge qui a commencé avec le limogeage de Kolomoisky va maintenant se poursuivre avec Iatseniouk, le Premier ministre ukrainien, qui pourrait bientôt se faire virer.

Je ne partage pas l’intérêt que certains trouvent à chercher qui est à l’intérieur et qui est à l’extérieur dans le jeu de chaises musicales de l’après-Maidan.

Comme je l’ai affirmé à maintes reprises, même si le mouvement de Maidan est profondément divisé en factions concurrentes, tous ses membres partagent finalement la même idéologie rance qui a mené l’Ukraine à la catastrophe.

C’est aussi vrai de Porochenko que de Iatseniouk. L’idée que le limogeage de Iatseniouk rendra le régime ukrainien plus modéré est un fantasme. Ceux qui croient ça devraient considérer que des modérés aussi connus que Tyagnibok et Liachko soutiennent le retrait de Iatseniouk.

Ce que j’ai à dire au sujet de ce drame sordide – une sorte de version dessin animé des anciennes luttes épiques pour le pouvoir en URSS – est que Kolomoisky a été présenté par certains comme un allié informel de Iatseniouk. Si oui, alors il semble que le retrait de Kolomoisky visait à préparer le terrain pour l’attaque de Iatseniouk, qui semble maintenant en cours. La promotion de Yarosh à une position officielle au sein du ministère de la Défense est sans doute destinée à acheter son soutien et à le garder hors-jeu, alors que Porochenko et ses alliés finissent de se débarrasser de Iatseniouk.

Quant à Iatseniouk lui-même, les médias occidentaux l’appelle toujours un technocrate.

Si Iatseniouk est un technocrate, alors il est très mauvais dans le rôle. La situation économique, certes pauvre, dont il a hérité, va de mal en pis sous sa direction catastrophique.

Comme on le voit, je ne pense pas que Iatseniouk soit vraiment un technocrate. Il a occupé des postes dans le système financier et bancaire ukrainien, mais il vient dans le jeu essentiellement comme un carriériste temporaire dont les positions idéologiques sont devenues de plus en plus extrêmes, en s’impliquant dans la politique de Maidan.

Si Iatseniouk survit, c’est probablement parce qu’il a encore l’appui des États-Unis, qui l’ont de toute évidence soutenu pendant les manifestations de Maidan (rappelez-vous l’appel téléphonique de Nuland). Pourquoi ils s’enferrent avec un tel perdant est une autre affaire. Son soutien populaire est maintenant descendu à 4%. Franchement, je suis surpris qu’il y ait encore 4% des Ukrainiens pour soutenir cet homme profondément désagréable et incolore.

Traduit par jj, relu par Diane pour le Saker Francophone

   Envoyer l'article en PDF