De peur qu’on n’oublie


L’amnésie occidentale à propos du rôle soviétique dans la victoire de la Seconde Guerre mondiale présente des aspects inquiétants…


Par John Laughland − Le 7 août 2019 − Source Russia Today

John LaughlandÀ l’automne 1944, il y a 75 ans, l’Armée rouge atteignait les frontières du Reich allemand. des villes telles que Minsk, Vilnius et Brest avaient été libérées en juillet lorsque les forces soviétiques ont balayé l’Ouest. Aujourd’hui, la Fédération de Russie célèbre ces victoires avec la même émotion et la même fierté que les alliés occidentaux célèbrent le débarquement en Normandie et la bataille qui s’ensuivit pour la France, qui se déroula au même moment.

Des habitants de Sofia libérés accueillant des soldats de l’Armée rouge. 09.09.1944 © Sputnik

Pourtant, certains pays de l’UE, notamment les États baltes, ont qualifié ces célébrations russes de « provocation ». Ils ont même convoqué des ambassadeurs russes pour protester, affirmant que l’Armée rouge n’avait pas apporté la libération, mais simplement une autre occupation. Leur attitude contraste fortement avec celle des gouvernements allemands successifs dont les plus hauts représentants ont été heureux d’être associés aux célébrations des Alliés pendant des années, alors même que leur pays était non seulement occupé après 1945, mais aussi divisé en deux États hostiles.

5d4ac221dda4c849788b4581
La dernière synagogue en activité à Vilnius, en Lituanie ferme ses portes en août 2018

L’attitude aigrie des Baltes fait partie d’un problème beaucoup plus important, à savoir une amnésie occidentale qui s’auto-congratule, ignorant le rôle de l’Union soviétique dans la Seconde Guerre mondiale. Il est juste de dire que la guerre germano-russe de 1941-1945 fut de loin le conflit le plus sanglant de l’histoire de l’humanité ; et de plus que les combats à l’Est étaient gigantesques par rapport à tout ce qui s’est passé à l’Ouest.

L’occupation de l’Europe occidentale par Hitler n’était qu’un prélude à son objectif réel : soumettre l’Europe orientale et certaines parties de l’Union soviétique à la domination allemande dans le cadre du projet nazi de créer un «espace vital» – Lebensraum – pour les Allemands de souche. Pourtant, le rôle décisif de l’URSS dans la défaite de l’Allemagne nazie a été éradiqué de la mémoire collective de l’Occident, le président Poutine n’a même pas été invité aux célébrations normandes de cette année. Pire encore, la guerre est seulement présentée comme une victoire des démocraties libérales contre deux totalitarismes aussi mauvais l’un que l’autre.

Cette amnésie n’est pas réciproque du côté russe. Bien que les efforts militaires soviétiques et, surtout, les terribles souffrances infligées à la population civile – plus de 26 millions de citoyens soviétiques sont morts dans la guerre, contre 400 000 Anglais et autant d’Américains – sont négligés en Occident, les Russes chérissent aujourd’hui avec tendresse le souvenir de l’alliance Est-Ouest qui a mis l’Allemagne à genoux.

Ils se souviennent, y compris lors de cérémonies et de célébrations, de la rencontre fraternelle entre les troupes américaines et soviétiques sur l’Elbe le 25 avril 1945. Dans leurs déclarations publiques, ils ont déclaré que la guerre n’avait été gagnée que grâce à un effort commun, seul, aucun  n’aurait pu l’emporter contre Hitler. Il s’agit d’une déclaration de fait géopolitique aussi évidente que possible. Hélas, les esprits occidentaux, pollués par leur obsession d’incarner des valeurs universelles, qui doivent nécessairement gagner, parce qu’ils sont du bon côté de l’histoire, l’oublient.

5d4af738dda4c8fb088b45a0
Les troupes du 2e Front biélorusse ont libéré la ville de Bialystok. Les habitants accueillent les libérateurs soviétiques. © Sputnik

Il existe un autre aspect de l’amnésie occidentale qui est inquiétant. L’obsession nazie d’éradiquer les Juifs, qui a été mise en œuvre par des exécutions massives à la mitrailleuse dès l’invasion de la Pologne, et donc bien avant la construction des fameuses chambres à gaz, n’était qu’une partie, même si elle est la plus choquante, d’un plus grand plan d’extermination raciale qui incluait les Slaves.

En juin 1942, un universitaire allemand expérimenté et spécialiste de l’agriculture envoya à Himmler un projet d’installation des Allemands dans les territoires de l’Est, prévoyant l’élimination par déportation, famine ou assassinat de dizaines de millions de Slaves – Polonais, Ukrainiens, Biélorusses, etc.  Ce «Plan général pour l’Est» est en grande partie oublié aujourd’hui parce que nous nous souvenons du meurtre industrialisé de juifs. Mais cette horreur ne doit pas en occulter d’autres, d’autant plus que la persécution des Slaves était au premier plan des préoccupations de tous lorsque il a été décidé de poursuivre, en priorité, les dirigeants nazis après la guerre, avant que l’Holocauste ne soit bien compris. Dans son rapport au président Truman daté du 6 juin 1945, l’ancien procureur général Robert Jackson, futur procureur général à Nuremberg, citait la persécution de Polonais et d’autres peuples slaves dans les parties occupées de l’Europe orientale, mais ne disait pas un mot sur les Juifs.

Cependant, «l’amnésie» n’est pas une explication adéquate de la position officielle des États baltes sur les événements de 1940-1945. La «malhonnêteté» ou la «distorsion» serait un terme plus juste pour décrire l’affirmation de ces pays qu’ils étaient «occupés» par l’Union soviétique en 1940, puis à nouveau après 1945.

Cette théorie de l’occupation est utilisée pour affirmer la continuité historique des États baltes en 1991 [Chute de l’URSS, NdT] et des États baltes indépendants de l’entre-deux-guerres, mais elle est fausse. Ces États n’étaient pas occupés par l’URSS, mais annexés par celle-ci, et pleinement intégrés à l’État soviétique. C’est un régime totalement différent de l’occupation car cela signifiait que les Baltes devenaient des citoyens soviétiques avec les mêmes droits – et les mêmes souffrances – que les Russes et toutes les autres nationalités de l’État soviétique.

La théorie balte de « l’occupation » néglige également le fait que la Lettonie et l’Estonie, qui dénoncent aujourd’hui le pacte Molotov-Ribbentrop de non-agression entre l’Allemagne et l’Union soviétique, signé le 23 août 1939, comme un outrage moral, alors qu’ils ont eux-mêmes signé un pacte de non-agression avec Hitler en juin 1939. Ces traités peuvent être consultés ici, pages 49 et 105.

En outre, ils l’ont fait non seulement pour se protéger mais aussi par affinité idéologique avec le nazisme ; la Lettonie et l’Estonie sont devenues des dictatures au milieu des années 1930 : le président letton, Karlis Ulmanis, a été accueilli par les salutations des nazis lorsqu’il a pris le pouvoir et a interdit tous les partis politiques en 1934. Ce fait incommode n’a pas empêché la Lettonie d’aller chercher le grand-neveu de Ulmani, Guntis, pour devenir président après l’effondrement de l’URSS, signe de la continuité historique avec l’état d’avant-guerre et du maintien de la fiction de l’occupation. Bonjour pour le prétexte que les États baltes étaient démocratiques avant 1940 !

5cfa692fdda4c8d4328b45e5
Commémoration de l’opération Bagration, le jour J du front de l’Est

Les Baltes prétendent aujourd’hui que la période d ‘«occupation» a été marquée par la domination ethnique des Russes sur les Baltes, mais c’est aussi un non-sens. Les Russes pourraient aussi bien prétendre avoir été soumis à la dictature géorgienne sous Staline [qui était Géorgien, NdT]. Le fait est que le système soviétique était brutal pour tous les citoyens soviétiques et que davantage de Russes en souffraient que d’autres nationalités. L’élite soviétique croyait que son système était le meilleur au monde et elle instaurait le même régime sur tout le territoire de l’URSS sans discrimination nationale. C’est précisément cette question qui distingue radicalement le communisme soviétique du nazisme et rend donc absurde de traiter les deux régimes comme s’ils étaient pareils.

Les Russes ont parfaitement le droit de se rappeler avec fierté de leur meilleur moment, tout comme les Britanniques. En 1944, la triste histoire de la guerre froide se situait encore dans le futur, elle n’a vraiment commencé qu’en 1948, et qui sait comment l’URSS aurait pu évoluer si, comme le proposait Staline, une zone tampon en Europe centrale, composée d’États neutres incluant une Allemagne non alignée, avait été acceptée par l’Ouest ? Les Baltes ont joué un rôle important dans l’État soviétique après 1945, comme ils l’avaient fait au début du bolchevisme, et ils ne devraient pas être autorisés à écarter, plus que d’autres, leurs propres responsabilités nationales.

John Laughland, titulaire d’un doctorat en philosophie de l’Université d’Oxford a enseigné dans des universités de Paris et de Rome, il est historien et spécialiste des affaires internationales.

Traduit par jj, relu par Hervé pour le Saker Francophone

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

Une réflexion au sujet de « De peur qu’on n’oublie »

Les commentaires sont fermés.