Ça ne marche pas


Par James Howard Kunstler – Le 11 juillet 2022 – Source kunstler.com

Cet été, le temps est parfait dans la vallée de l’Hudson : des journées chaudes et ensoleillées pour préparer le jardin et des nuits fraîches qui invitent au sommeil profond. Les courgettes et les concombres poussent, ainsi que les groseilles, les groseilles à maquereau et les myrtilles. Sous terre, les pommes de terre gonflent à vue d’œil. Les poules s’ébattent joyeusement autour de leur buffet quotidien d’insectes. À minuit, les lucioles clignotent dans le verger. Mais du côté humain – commerce, culture et politique – rien ne fonctionne. Du moins pas ici en Amérique.

Le système d’électricité solaire que j’ai installée sur la maison il y a neuf ans est en panne. Il est censé alimenter ce monstre appelé le réseau. Depuis avril, j’ai remarqué que la facture d’électricité augmente bien au-delà des dix-sept dollars habituels que la compagnie d’électricité facture aux producteurs d’énergie solaire domestique pour le privilège d’alimenter leur système – ce qui, avouons-le, a un inconvénient pour eux car l’intermittence de la soi-disant énergie alternative perturbe leurs opérations.

C’est contre-intuitif. Beaucoup de gens, j’en suis sûr, supposent que plus il y a d’unités solaires qui alimentent le réseau, mieux c’est. Étrangement, ce n’est pas le cas. Les compagnies d’électricité fonctionnent beaucoup mieux lorsque la production et le flux de courant sont absolument prévisibles et sous leur contrôle – comme lorsqu’elles décident d’allumer le générateur au gaz naturel numéro trois ou de régler les turbines hydrauliques. Il est beaucoup plus difficile de faire fonctionner le système avec de petites quantités d’électricité qui arrivent au compte-gouttes d’un peu partout. Mais l’énergie alternative est une bonne publicité pour le gouvernement, qui fait donc tout ce qu’il peut pour la promouvoir, voire l’imposer.

J’ai bénéficié d’un nombre impressionnant d’allègements fiscaux et de subventions de la part de l’État et du gouvernement fédéral lorsque j’ai décidé d’installer des panneaux solaires sur ma maison en 2013, mais cela m’a quand même coûté cher : 35 000 dollars. J’avais l’impression de vivre une période chaotique de l’histoire, et cette décision était conforme à ma théorie générale de l’histoire, qui veut que les choses se produisent parce qu’elles semblent être une bonne idée sur le moment. Obtenir une installation électrique solaire à domicile semblait être une bonne idée.

Ainsi, la semaine dernière, après des tracasseries considérables avec ma société d’énergie solaire pour fixer un rendez-vous pour qu’un technicien vienne évaluer le problème ici, le gars est venu (à 150 $ de l’heure) et m’a informé que mon régulateur de charge était fichu. Le régulateur de charge transforme tous ces watts chaotiques provenant des panneaux solaires sur le toit en une parade ordonnée d’électrons. Il m’a également dit que mes batteries de secours – qui servent à faire fonctionner des charges critiques comme la pompe du puits pendant les pannes de réseau – étaient en fin de vie. Sous-entendu : vous devez acheter de nouvelles batteries.

Il y en a quatre grosses dans une armoire sous le régulateur de charge et l’onduleur (pour transformer le courant continu en courant alternatif qui est la norme pour faire fonctionner les choses). Le technicien avait d’autre mauvaises nouvelles. De nouveaux codes de construction interdisent à sa société de remplacer le type de batteries que j’ai, qui sont des batteries plomb-acide standard « scellées ». Des conneries sur le dégagement de fumées inflammables. Maintenant, le gouvernement exige des batteries au lithium, qui me coûteraient seize mille dollars (16 000 $) de plus à remplacer que les nouvelles batteries au plomb.

Il est théoriquement possible pour moi de remplacer les batteries au plomb les moins chères – elles sont toujours fabriquées et vendues – mais le problème est le suivant : Je dois me débrouiller seul pour les obtenir et les installer. Je suis au milieu de cette courbe d’apprentissage en ce moment. Ces batteries particulières ont coûté environ 850 $ chacune, plus des frais élevés pour la livraison directe d’environ trois cents livres de plomb et de plastique. Mais je vais très certainement procéder de cette façon. Un nouveau contrôleur de charge coûtera environ 2 000 $. Au total, le remplacement de ces composants représente une grosse somme d’argent.

Au risque de passer pour une mauviette, j’avoue que toute cette histoire de réparation de mon système électrique solaire m’a plongé dans un tourbillon d’anxiété et de fureur. Je suis prisonnier de la cage des coûts irrécupérables, c’est-à-dire de la psychologie de l’investissement antérieur. Non seulement j’ai 35 000 $ (en dollars de 2013 à valeur plus élevée !) investis dans tout cet équipement – les panneaux solaires eux-mêmes, le mur d’appareils électroniques, les conduits, les panneaux de commande et les affichages numériques – mais je dois maintenant y injecter des milliers de dollars supplémentaires après seulement neuf ans. Cela m’énerve parce que j’aurais dû être mieux informé. J’ai marché les yeux grands fermés dans la fosse du techno-narcissisme.

L’hypercomplexité d’un système électrique solaire domestique est extrême. Il y a des centaines de petits composants intégrés qui peuvent sauter, tout cela s’ajoutant à un cas de fragilité garantie. Il n’y a pas de solution facile ou de solution de fortune pour tout cela. Je ne peux pas fabriquer de pièces de rechange dans mon garage. Elles proviennent d’usines lointaines et sont acheminées par des lignes d’approvisionnement de plus en plus douteuses, par des camions qui ne sont pas rentables à 6,50 $ le gallon de diesel.

Dans une épiphanie de bas étage, alors que je traversais cette épreuve la semaine dernière, j’ai réalisé qu’en 2013, au lieu d’acheter un système électrique solaire, j’aurais pu acheter la Rolls Royce des générateurs domestiques et enterrer un réservoir de carburant de 500 gallons à l’extérieur du garage, et avoir une pompe à eau manuelle connectée au puits, et peut-être même acheter un bon fourneau à bois – et avoir assez d’argent pour des vacances de deux semaines dans le Sud de la France. J’étais stupide.

Bien sûr, ces déboires avec mon système électrique solaire domestique sont une métaphore de la complexité et de la fragilité qui, tout à coup cette année, font voler en éclats les opérations de la civilisation occidentale. Mon investissement dans l’énergie solaire était aussi stupide que ce qu’a fait la nation entière allemande en essayant de s’alimenter en « énergie verte ». (Sans parler de leur décision plus récente et stupide de renoncer aux importations de gaz naturel russe afin de plaire aux génies du département d’État de Tony Blinken, les lapins stupides).

Bien sûr, même lorsque je remettrai l’électricité solaire en marche, il y aura toujours un problème. Et dans dix ans, les panneaux solaires seront au moins à moitié morts. Donc, si vous lisez cette lamentation personnelle, pensez à vous pencher vers la simplicité. J’aurais aimé le faire.

James Howard Kunstler

Pour lui, les choses sont claires, le monde actuel se termine et un nouveau arrive. Il ne dépend que de nous de le construire ou de le subir mais il faut d’abord faire notre deuil de ces pensées magiques qui font monter les statistiques jusqu’au ciel.

Traduit par Hervé, relu par Wayan, pour le Saker Francophone

 

   Envoyer l'article en PDF