2020 : l’année où la Russie remplacerait l’Allemagne au cinquième rang des économies mondiales


Par Tyler Durden – Le 15 mars 2019 – Source Russia Insider

Profile picture for user Tyler DurdenL’économie russe est apparemment plus robuste que beaucoup de politiciens occidentaux ne l’imaginaient.

Malgré les années de sanctions internationales et de bas prix du pétrole qui ont pesé sur l’économie russe, la plongeant dans une récession en 2015, la banque mondiale britannique Standard Chartered prédit dans un rapport publié cette semaine que la Russie dépassera l’Allemagne au cinquième rang des économies mondiales, peut-être dès l’année prochaine, selon Russia Today.

Dans un rapport décrivant ses projections pour l’économie mondiale à l’horizon 2030, StanChart a prévu que la Chine dépasserait l’économie des États-Unis, alors que la croissance explosive en Asie risque de voir finalement les plus grandes économies du continent asiatique supplanter les économies occidentales en tête de liste. D’ici 2030, la banque s’attend à ce que sept des dix plus grandes économies du monde soient des économies asiatiques.

Utilisant une combinaison de taux de change, de parité de pouvoir d’achat, et de croissance du PIB nominal, la banque classe dans cet ordre les cinq premières économies mondiales : la Chine, les États-Unis, l’Inde, le Japon et la Russie. L’Allemagne, l’Indonésie, le Brésil, la Turquie et le Royaume-Uni seront dans les dix premiers pays.

« D’ici 2020, la majorité de la population mondiale sera intégrée dans la classe moyenne. L’Asie sera à la tête de l’augmentation de la population de la classe moyenne, même si celle-ci stagne dans l’Ouest », a déclaré le chercheur de Standard Chartered, Madhur Jha.

StanChart n’est pas le seul à être optimiste quant aux perspectives de la Russie.

Dans ses perspectives économiques, la Banque mondiale a déclaré s’attendre à ce que la croissance du PIB en Russie s’accélère à 1,8% en 2020 et 2021, contre 1,6% l’an dernier. Elle a attribué cette croissance en grande partie à « une inflation relativement faible et stable et à une production de pétrole accrue ». Le FMI a également relevé ses prévisions concernant la croissance du PIB de la Russie en 2019 à 1,8%, le fonds prévoyant que l’impact de la hausse des prix du pétrole l’emporterait sur celui des sanctions.

Cependant, en ce qui concerne le dépassement de l’Allemagne par la Russie, il est imputable en partie au ralentissement du moteur de la croissance économique en Europe. L’Allemagne a fortement ralenti en 2018, enregistrant une croissance de 1,5%, son taux le plus faible depuis 2013.
Et les données publiées au quatrième trimestre ont fait craindre à l’Allemagne une deuxième contraction trimestrielle consécutive au quatrième trimestre, faisant craindre une possible récession.

Mais avec la reprise de l’économie russe, malgré les menaces de sanctions supplémentaires liées à l’affaire de l’ancien agent de renseignement, Sergueï Skripal, on ne peut s’empêcher de se demander quand les médias accuseront Poutine de son ingérence dans l’économie allemande.

Tyler Durden

Traduit par jj, relu par Cat pour le Saker Francophone

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF