1905 : La fin de l’hégémonie de l’Homme Blanc ?


La victoire du Japon sur la Russie en 1905 a été l’un des grands tournants de l’histoire

Cette scène tragique dans sa simplicité, ces blancs vaincus et captifs, défilant devant ces jaunes libres et triomphants - ce n'était pas la Russie battue par le Japon, ni la défaite d'une nation par une autre ; c'était quelque chose de nouveau, d'énorme, de prodigieux :

C'était la victoire d'un monde sur un autre; c'est la vengeance qui a effacé les siècles d'humiliations supportés par l'Asie ; c'était l'espoir éveillé du peuple oriental ; c'était le premier coup porté à l'autre race, à cette race maudite de l'Occident, qui depuis tant d'années avait triomphé sans même avoir à se battre. 

Le journaliste français René Pinon, 1905

Par F. Roger Devlin − Le 31 janvier 2020 − Source American Renaissance

Le début du 20e siècle peut être considéré comme le point culminant approximatif de la domination du monde occidental, sinon nécessairement de la civilisation européenne elle-même. Les Blancs représentaient environ 30% de la population mondiale et contrôlaient directement ou indirectement la majeure partie de la planète, la domination économique et technologique blanche était encore plus complète.

Russo-Japanese War

L’écrivain américain Lothrop Stoddard décrit dans un langage coloré la confiance sereine de notre race à ce moment là :

La pensée que l’expansion des blancs pouvait être contenue, voir inversée, n’est jamais entrée dans la tête d’un homme blanc sur mille. Pourquoi le devrait-elle, puisque des siècles d’expérience ont enseigné exactement le contraire ?

La colonie d’Amérique, d’Australie et de Sibérie, où les quelques aborigènes colorés ont disparu comme de la fumée devant l’avancée blanche ; la conquête de l’Asie brune et la partition de l’Afrique, où des millions de personnes colorées s’inclinaient avec seulement une résistance sporadique face à quelques poignées de blancs :  les deux ensembles de phénomènes se combinaient pour persuader l’homme blanc qu’il était invincible et que les gens colorés céderaient partout devant lui et sa civilisation.

Mais en 1905, une tournure surprenante des événements a choqué les blancs comme les non-blancs. Le Japon a remporté une victoire militaire décisive sur un empire européen tentaculaire avec une population de plus de trois fois la sienne : la Russie. Personne ne s’attendait à un tel résultat, mais cela devait être le signe de beaucoup de choses à venir.

La route vers la guerre

Le comte Sergei Witte, architecte en chef de la modernisation industrielle de la Russie à la fin de la période impériale, considérait l’Extrême-Orient comme le marché d’exportation le plus prometteur pour les produits manufacturés russes et persuada le tsar Alexandre III, qui a régné de 1881 à 1894, d’autoriser la construction du chemin de fer transsibérien pour relier la Russie européenne à sa ville portuaire pacifique de Vladivostok.

En 1895, il proposa en outre de raccourcir le segment oriental de la route en traversant la Mandchourie sous contrôle chinois. La Chine a accepté la proposition en échange de quelques pots-de-vin et la promesse d’une alliance défensive, étant entendu que sa souveraineté sur la Mandchourie serait respectée. Mais la Russie avait d’autres plans et a rapidement envoyé des unités de police et des militaires en Mandchourie.

En 1898, la Russie a acquis un bail à long terme sur Port Arthur – qui fait maintenant partie de la ville chinoise de Dalian – une base navale dans le sud de la Mandchourie, et a commencé à construire un nouveau chemin de fer connecté au Transsibérien. À l’hiver 1902-1903, des plans étaient en cours pour une annexion totale par la Russie et une colonisation intensive de la Mandchourie.

La Chine était dans un état très faible et ne pouvait que protester. La menace la plus sérieuse provenait du Japon, qui avait ses propres plans impériaux pour la péninsule coréenne bordant la Mandchourie. En 1902, les Japonais renforcent leur position en concluant une alliance avec la Grande-Bretagne, également méfiante de l’expansionnisme russe en Extrême-Orient. Les deux pays se sont engagés à s’entraider pour sauvegarder leurs intérêts respectifs dans la région.

À cette époque, les Japonais ont offert à la Russie la reconnaissance de ses intérêts en Mandchourie en échange d’une main libre en Corée. Rétrospectivement, cela aurait été mieux pour les deux parties. Cependant, le comte Witte fut démis de ses fonctions en août 1903 et la politique extrême-orientale de la Russie commença à dériver, sans personne en charge. D’éminents industriels russes ont commencé à manifester un intérêt inquiétant pour les ressources de bois d’œuvre de la Corée. Désespéré d’obtenir une négociation, le Japon a commencé à préparer la guerre à la fin de 1903.

Les Russes le savaient, mais n’ont pas pris la peine de faire des contre-préparatifs. Ils n’avaient que du mépris pour les Japonais : le tsar Alexandre III les appelait «des singes qui imitent les Européens», et les Russes ordinaires plaisantaient en disant qu’ils étoufferaient les «macaques» avec leurs casquettes. C’était une confiance excessive fondée sur la race, et elle devait s’avérer fatale.

Le sort de la guerre

Le 8 février 1904, le Japon a commencé des opérations militaires en attaquant et en assiégeant Port Arthur, coulant certains navires russes et neutralisant les autres. Après avoir pris le contrôle de la mer, ils débarquent des troupes sur la péninsule coréenne et avancent rapidement en Mandchourie. La Russie a fait face à de formidables difficultés logistiques car le chemin de fer transsibérien n’était pas encore pleinement opérationnel ; en conséquence, ils ont passé la majeure partie de 1904 à gagner du temps.

JD75Npn
Coup à la tête – Guerre russo-japonaise par Toshihide Migita. «Le soldat de première classe, Ohashi Keikichi, explorait la profondeur d’une rivière afin que les autres soldats puissent la traverser. Il a rencontré un soldat ennemi, lui a arraché son fusil et l’a tué.»

Au début de 1905, les Japonais ont forcé la capitulation de Port Arthur. Un engagement plus décisif a cependant commencé le mois suivant près de la ville de Mukden – aujourd’hui – à ​​environ 240 miles au nord. Ce fut la plus grande bataille depuis l’époque napoléonienne, opposant 330 000 Russes à 270 000 Japonais sur une période de 18 jours. Les Russes ont abandonné le terrain après avoir perdu 89 000 hommes. La guerre terrestre était finie.

Tirailleurs japonais pendant la guerre russo-japonaise.

Mais la Russie avait encore une carte à jouer. Ses flottes de la Baltique et de la mer Noire avaient été envoyées en Extrême-Orient pour soulager Port Arthur : un voyage de 18 000 milles marins via l’océan Indien. Une fois Port Arthur tombé, leur mission a été redéfinie comme une jonction avec la flotte pacifique russe à Vladivostok pour coordonner une attaque navale contre le Japon.

Mais la flotte de la Baltique n’a jamais atteint Vladivostok ; les Japonais ont deviné à juste titre que les navires russes essaieraient de traverser le détroit de Tsushima entre les îles japonaises et la Corée et l’attendaient à l’approche du 27 mai 1905. La flotte russe était plus lourdement armée, mais en mauvais état après son long périple. Les navires japonais, dont certains avaient été construits en Grande-Bretagne et aux États-Unis, étaient plus manœuvrables. Les Japonais remportent une victoire décisive, détruisant les deux tiers de la flotte russe.

d0d0b944076b70eb617d45215cb339a5
«Illustration de la furieuse bataille des destroyers torpilleurs japonais et russes à l’extérieur du port de Port Arthur» par Yasuda Hanpō, 1904.

Dans chaque engagement de la guerre russo-japonaise, les Japonais étaient mieux commandés, combattaient avec plus de zèle et jouissaient d’une intelligence militaire supérieure. Le général Alexei Kuropatkin, ministre russe de la Guerre pendant le conflit, a ensuite réfléchi sur les facteurs culturels japonais que lui et d’autres chefs militaires russes avaient manqué à l’époque :

Pendant de nombreuses années, l’éducation du peuple japonais s’est déroulée dans un esprit martial et selon des principes patriotiques. Les enfants des écoles élémentaires apprennent à aimer leur nation et à être des héros. Le profond respect de la nation pour l’armée, la volonté et la fierté individuelles de servir, la discipline de fer maintenue dans les rangs et l’influence de l’esprit des samouraïs, tout cela nous a échappé.

Les soldats russes, quant à eux, étaient pour la plupart des paysans non volontaires enrôlés. Un officier a laissé une description mémorable des unités de réserve avec lesquelles les officiers ont dû composer :

Ces hommes barbus et grossiers ont l’air mécontents. Ils sont maladroits, paresseux et lâches. Leurs propensions sont tout sauf belliqueuses ; ils aiment bien dormir, manger à leur faim, faire des histoires derrière leurs dos, tandis qu’au combat ils sont trop calmes.

Le journaliste français René Pinon a été témoin de l’arrivée des premiers prisonniers de guerre russes au Japon – probablement des soldats réguliers et non des réservistes «grossiers» – et décrit à quel point tous ses collègues observateurs étaient conscients de l’importance raciale de l’événement :

Quel triomphe, quelle vengeance pour les petits Nippons de voir ainsi humilié ces grands et splendides hommes qui, pour eux, représentaient non seulement la Russie mais ces Européens qu’ils détestent tant ! [NB: les Japonais étaient littéralement plus petits que les Européens à l’époque en raison d’une nutrition inférieure.]

Cette scène tragique dans sa simplicité, ces blancs vaincus et captifs, défilant devant ces jaunes libres et triomphants – ce n’était pas la Russie battue par le Japon, ni la défaite d’une nation par une autre ; c’était quelque chose de nouveau, d’énorme, de prodigieux ; c’était la victoire d’un monde sur un autre ; c’est la vengeance qui a effacé les siècles d’humiliations supportées par l’Asie ; c’était l’espoir éveillé du peuple oriental ; ce fut le premier coup porté à l’autre race, à cette race maudite de l’Occident, qui depuis tant d’années triomphait sans même avoir à lutter.

Et la foule japonaise a ressenti tout cela, et les quelques autres Asiatiques qui s’y sont retrouvés ont partagé ce triomphe. L’humiliation de ces blancs était solennelle, effrayante. J’ai complètement oublié que ces captifs étaient des Russes, et j’ajouterais que les autres Européens qui étaient là-bas, bien qu’anti-russes, ont également été contraints de sentir que ces captifs étaient de leur espèce.

Le règlement de paix

tumblr_o160c3CIUM1qmfjj7o1_500
«Infirmière surveillant un soldat blessé.» Cette carte postale, tenue à la lumière,  révèle le patient russe.

Alors que le Japon avait remporté tous les grands engagements de la guerre, sa victoire n’avait pas été obtenue facilement, son économie avait été mise à rude épreuve et l’armée avait subi de lourdes pertes. Les Japonais ont même montré une volonté de négocier immédiatement après leur triomphe à Mukden, mais la Russie n’était pas prête à accepter la défaite, jusqu’à sa défaite à Tsushima près de trois mois plus tard. Sur ce, les deux parties ont accepté une offre du président américain Theodore Roosevelt pour la médiation d’une conférence de paix, qui s’est tenue à Portsmouth, New Hampshire. La Russie a accepté d’évacuer la Mandchourie, de reconnaître les intérêts japonais en Corée et céder la moitié sud de l’île de Sakhaline. Le Japon a accepté de ne demander aucune indemnité financière à la Russie.

En Russie, cette défaite inattendue face à ennemi méprisé a rendu l’autocratie tsariste plus impopulaire que jamais, déclenchant trois ans de bouleversements révolutionnaires que les autorités ont à peine réussi à contenir. C’était une répétition générale pour la catastrophe de 1917, avec l’héritage duquel le pays continue de lutter jusqu’à ce jour.

L’essor du Japon moderne

Pour le Japon, la victoire sera encore plus conséquente. Le pays s’était délibérément isolé du monde extérieur entre 1600 et 1853, période de progrès révolutionnaire en Occident. Une fois cet isolement rompu, les autorités japonaises ont douloureusement pris conscience du retard de leur pays par rapport au reste du monde. Ils ont planifié des réformes radicales, et en 1868, l’empereur a proclamé dans une déclaration programmatique : « La connaissance sera recherchée partout dans le monde, et ainsi les fondements de la domination impériale seront renforcés. »

C’était bien sûr, pour l’essentiel, en l’Occident que le Japon cherchait à cette époque l’inspiration, et parfois cette admiration frisait l’engouement. Un écrivain de l’époque décrivait les États-Unis comme «un paradis terrestre», tandis qu’un autre parlait de «la compréhension lente et du physique faible de notre peuple». L’étude des langues occidentales a été introduite dans les écoles secondaires, et l’armée a été réformée selon les normes de l’Occident, avec la marine copiant les Britanniques.

Dans un tel contexte, il est facile de comprendre les effets profonds de la victoire de 1905 contre la Russie sur l’estime de soi du Japon. Ceux qui étaient autrefois humiliés par le besoin de leur nation d’apprendre et d’imiter des modèles occidentaux supérieurs ont commencé à déclarer le Japon égal à n’importe quelle autre nation, et le comportement japonais sur la scène internationale est devenu plus affirmé. Cinq ans à peine après avoir fait la paix avec la Russie, le Japon a carrément annexé la péninsule coréenne.

Une doctrine locale de supériorité raciale a été élaborée pour rationaliser les nouvelles ambitions du pays. Dès 1916, nous trouvons un auteur japonais fantasmant sur un «milliard de Japonais avec leurs esclaves» colonisant l’Amérique du Nord, rejetant les Américains comme « quelques Yankees bâtards bavards. . . une race de voleurs avec un courage de lapin. »

Dans les années 1930, une telle arrogance était parvenue à dominer l’armée japonaise que le pays s’est lancé dans une campagne de conquêtes étrangères. Il annexa la Mandchourie en 1931, envahit le reste de la Chine en 1937 et attaqua les États-Unis en 1941. En quatre décennies, les humbles imitateurs des modèles occidentaux étaient devenus des aventuriers impériaux téméraires prêts à défier tout l’Occident. C’était certainement en partie une réaction excessive à son expérience antérieure d’arriération et d’humiliation, et la guerre russo-japonaise avait marqué le tournant psychologique le plus critique de ce processus.

Le reste du monde

L’appréciation de l’importance du caractère racial de la guerre russo-japonaise ne s’est pas limitée aux combattants eux-mêmes. Lothrop Stoddard écrit que la guerre a inspiré «une entente entre les races et les croyances asiatiques et africaines. . . une alliance multicolore contre la domination blanche.» Il a écrit que la victoire du Japon « a produit des effets extrêmement excitants sur tout le continent noir [et] a envoyé des spasmes fiévreux à travers l’Islam.»

L’homme d’État chinois Sun Yat-sen traversait le canal de Suez en 1905 lorsque la nouvelle de la victoire du Japon a éclaté. Les habitants, le confondant avec un Japonais, l’ont félicité avec enthousiasme pour la grande victoire de son peuple, le qualifiant de triomphe pour toutes les personnes de couleur. Les dirigeants musulmans ont appelé à des alliances politiques et à des relations commerciales avec les Japonais – même à la réorganisation des armées orientales sous la direction japonaise. Quelques-uns rêvaient de les convertir à l’islam.

En même temps, comme l’a noté Stoddard, la solidarité blanche semblait s’éroder. La cause asiatique a trouvé «des sponsors et des complices blancs zélés». L’expansion de l’Alliance anglo-japonaise en 1905, au lendemain de la victoire du Japon, a été parmi les symptômes les plus dangereux.

L’alliance originale, signée en 1902, a été négociée sur un objectif défini et limité – la mise échec et mat de l’impérialisme russe dominant. Déjà ce traité était dangereux, mais vu les circonstances, justifiable et inévitable. Le deuxième traité d’alliance, cependant, avait un caractère si général et était d’une portée si large que pratiquement tous les hommes blancs d’Extrême-Orient, y compris les Anglais les plus catégoriques eux-mêmes, le qualifièrent de grand désastre.

Un siècle après que Stoddard a écrit cela, les problèmes qu’il a diagnostiqués sont non seulement toujours présents, mais bien plus graves. La guerre russo-japonaise de 1904-1905 a peut-être été un tournant plus dramatique que tout ce qui s’est produit depuis.

F.Roger Devlin

Traduit par jj, relu par Hervé pour le Saker Francophone

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF