150 liens forts : une voie vers un avenir différent – Partie 4


Parce que le capitalisme


Orlov
Orlov

Par Dmitry Orlov – Le 6 mai 2016 – Source Club Orlov

Partie 1Partie 2Partie 3

 

Quand Barack Obama a été élu président des États-Unis en 2008, cela a été traité comme un événement marquant. Il s’est présenté comme l’opprimé, un étranger d’un milieu minoritaire, il a parlé avec éloquence d’une société plus juste, de la fin de la guerre au Moyen-Orient, de la transparence du gouvernement et d’un avenir vert. Ses discours ont promis le changement, l’espoir et les électeurs ont été perfusés par cet optimisme. Huit ans plus tard une évaluation équitable de ses efforts montre qu’il n’a guère fait mieux que George W. Bush.

Dans le cycle électoral actuel, il y a deux nouveaux candidats promettant l’espoir et le changement : Bernie Sanders et Donald Trump. Occupant les coins opposés du spectre politique, ils ont dépeint des images de deux contrats à terme très différents pour les États-Unis : démocratie socialiste et culte de la personnalité capitaliste.

Leurs discours de campagne sont intéressants à observer. En essayant de donner un sens à leur succès, en particulier dans le cas de Trump, il est évident que l’idée d’un sauveur est contagieuse et attrayante.

Trump se présente comme un homme qui fait bouger les choses. L’attrait pour ses partisans est de se sentir bien avec un avenir plus facile si vous avez un homme fort pour faire face à vos problèmes – quelqu’un qui va clôturer le monde extérieur hostile, bombarder les terroristes qui menacent d’infiltrer nos rangs et ramener des offres d’emploi de chez qui les a volé. Peu importe que beaucoup de ce qu’il propose de faire soit en fait illégal selon le droit national et international, et beaucoup trop simpliste dans sa conception.

Dans le cas de Bernie Sanders, il a promis un «avenir dans lequel il faut croire» et qu’une «révolution politique est à venir». Son appel semble fonctionner sur deux niveaux. D’abord il articule une vision d’une Amérique proche de la Scandinavie, avec une éducation gratuite, la santé et le bien-être pour les personnes dans le besoin. Il parle avec son cœur de l’inégalité, et veut avec sa campagne «mettre fin à une économie truquée où les riches deviennent plus riches et où tous les autres deviennent plus pauvres, et créer une économie qui fonctionne pour nous tous, pas seulement pour le 1%». C’est un récit assez commun auquel il a été fidèle pendant une longue période.

Mais au-delà de ces spécificités, il y a un fonctionnement dynamique plus général. Un mouvement vers les extrémités dans les goûts des électeurs signale que la foi dans le récit ordinaire est brisée. Les choses ne fonctionnent pas et les gens commencent à le remarquer.

Une grande partie de la population américaine s’est appauvrie, deux millions d’entre eux sont incarcérés, et des dizaines de millions de personnes vivent sous l’influence de tranquillisants et de sédatifs. Nous avons déjà entendu toutes ces statistiques. Les diplômés des collèges qui attendaient une vie de famille de classe moyenne travaillent comme serveurs et barmen tout en vivant chez leurs parents. Aller chez le médecin ou à l’hôpital est une chose qu’il faut craindre, car cela peut conduire à la faillite. La police est aussi devenue plus violente que les criminels dont ils cherchent à nous protéger. Le changement climatique avance sans relâche, ignorant allègrement les traités et les accords. Les politiciens disent des mensonges, des mensonges et des mensonges, et la plupart des nouvelles à la télévision sont un peu plus que le reflet des cœurs sombres de Rupert Murdoch et de ses copains milliardaires qui possèdent la majorité des canaux médiatiques.

L’humanité de Sanders et son discours de combat sont un tonifiant pour ceux qui veulent croire en quelque chose de mieux. Mais lui-même a des craintes quant à savoir s’il peut vraiment livrer ce que les gens attendent de lui. Dans une interview à la fin de l’année dernière, il a confié que «les gens attendent beaucoup de moi» et que pour lui-même, il s’était posé la question: «Pouvez-vous offrir ce dont les gens ont besoin et ce qu’ils veulent

Ces pensées sont parfaitement compréhensibles et Sanders est sans aucun doute conscient qu’il existe une force très puissante travaillant en opposition à ses bonnes intentions. C’est le système d’incitation en vigueur, et il est profondément enraciné et subversif.

L’extrait suivant de 150 liens forts : Une voie vers un avenir différent décrit comment le système d’incitation primaire agit actuellement pour contrecarrer même les efforts politiques les plus nobles. Voilà ce qui est au cœur de la situation actuelle. Rien ne changera jusqu’à ce que le système d’incitation en vigueur ne soit modifié.

* * *

150-STRONGLa force réconciliatrice dominante dans toutes nos affaires mondaines à l’heure actuelle est l’appât du gain, et ses effets ne peuvent pas être sous estimés. C’est le principe d’organisation que nous appliquons par-dessus tous les autres.

Car s’il y a beaucoup d’autres valeurs qui peuvent être considérées comme importantes dans notre société – la justice sociale, la protection de l’environnement, l’engagement communautaire –, et aucune entreprise ne peut survivre sans excédents d’actifs générés par le profit. Et sans des entreprises rentables, un pays ou une région ne disposera pas des recettes fiscales pour financer ses activités et il ou elle échouera aussi. Le profit est donc impératif, et dans l’administration des affaires de l’État et des affaires, tous les autres objectifs sont secondaires.

Traduit dans la vie quotidienne, cela devient un simple credo de David Copperfield à Charles Dickens: «Revenu annuel vingt livres, dépenses annuelles dix-neuf [livres] dix-neuf [shillings] et six [pence], cela entraîne le bonheur. Revenu annuel vingt livres, dépenses annuelles vingt livres et six [pences], cela entraîne la misère« .» Il exprime la relation fondamentale pour le système capitaliste et cela va contribuer à expliquer comment la force réconciliatrice de la motivation au profit façonne une grande partie du monde tel que nous le connaissons. Une condition préalable à la réussite dans notre société moderne est que nous devons rester solvables, et dans ce but, le profit est primordial.

Avant que nous puissions continuer à expliquer les détails techniques de la façon dont la motivation pour le profit se manifeste comme une force de réconciliation, nous devons d’abord identifier les deux autres forces: la force créatrice de l’esprit d’entreprise et la force contraignante des ressources limitées. Tous les entrepreneurs ne peuvent pas réussir dans leurs entreprises, car seul le plus rentable peut survivre.

[…]

Les limites sur la responsabilité sociale et les normes éthiques

Le célèbre économiste du XXe siècle, Milton Friedman, a également compris quelque chose de la rationalité objective de la motivation du profit. Dans une de ses théories les plus controversées, il a déclaré qu’à condition qu’elle ne contrevienne pas à la loi, le but des affaires ne doit en aucun cas être autre chose que faire du profit. Il a estimé que la responsabilité sociale est une doctrine fondamentalement subversive, et a été cinglant avec ceux qui prétendaient que les entreprises devraient se préoccuper de la promotion des objectifs sociaux souhaitables. De l’avis de Friedman, ce serait une trahison si un dirigeant d’entreprise devait envisager de prendre la responsabilité de «fournir de l’emploi, éliminer la discrimination, éviter la pollution et tout ce que peuvent être les maîtres mots de la culture contemporaine des réformateurs». (New York Times Magazine 13 septembre,1970) Bien qu’il puisse être controversé et quelque peu impitoyable, la validité de sa théorie est évidente : les actionnaires ont le droit de poursuivre les administrateurs d’une société publique s’ils croient que les administrateurs n’ont pas agi dans leurs intérêts pour maximiser les profits.

Dans la pratique, il y a beaucoup de nuances de gris associées à la mise en œuvre de cette loi, et les entreprises adoptent différentes politiques de responsabilité sociale pour promouvoir leurs intérêts, leurs motivations allant de l’altruisme, à l’extrémité positive de l’échelle, à une vision calculatrice et intéressée à l’autre. Quelque part au milieu de cette gamme, il y a la théorie de l’économie verte, qui soutient que les consommateurs devront payer davantage pour des produits écologiques, alignant ainsi le bien social sur la protection de l’environnement dans le but de faire des profits. En conséquence, un agriculteur élevant des poulets est en mesure de vendre des œufs fermiers pour un prix plus élevé que ceux qui appliquent la méthode cruelle de garder des poules en cage.

Mais lorsque les entreprises font face à un choix éthique qui ne se traduit pas par une rentabilité accrue, celui des dirigeants d’entreprise revient en dernière analyse à l’opportunité de rester en activité ou non. Quel que soit le niveau des aspirations sociales ou environnementales d’une entreprise privée, le facteur de rapprochement sous-jacent doit toujours être le profit, parce que sans but lucratif, l’entreprise cessera d’exister, ainsi que sa position morale et éthique supérieure.

Et donc beaucoup de situations douteuses se posent dans notre société qui sont acceptées comme normales, parce que les entreprises doivent compromettre leurs normes éthiques dans leur quête de profits. Pour vendre leurs produits, les entreprises céréalières ont mis tant de sucre dans les petits déjeuners des enfants que c’est devenu préjudiciable à leur santé. Les prêteurs mettent les gens en esclavage de leur dette en accordant des prêts à ceux qui sont pas en mesure de les rembourser. Les casinos font de l’argent sur des toxicomanes du jeu, et les entreprises de meubles font des meubles de forêts anciennes à croissance lente. Les supermarchés vendent du thon pêché dans des stocks surexploités et approchent de l’extinction. Les entreprises alimentaires ruinent les sols avec des pesticides, tuant la vie de la terre. L’alcool et le marché des compagnies de tabac s’occupent des toxicomanes et des personnes vulnérables. Les employeurs ont mis des milliers de personnes au chômage à court terme pour battre les attentes des analystes. Les sociétés minières construisent des montagnes de résidus toxiques qui sont lessivés par les eaux souterraines. Les entreprises de médias exploitent la souffrance des personnes affligées pour vendre des journaux et des magazines. Les fabricants d’armes vendent des systèmes d’armes avancés à des régimes meurtriers. Les compagnies d’électricité construisent des centrales nucléaires sur des failles sismiques. La litanie des exemples d’éthique compromise est sans fin, et des milliers de livres et de films témoignent des souffrances qu’ils causent.

[…]

Le motif profit est négatif intrinsèquement

Un effet de base de la motivation par le profit sur la société est qu’elle favorise une forme grossière d’égoïsme. L’impératif du marché pour faire un profit signifie qu’il y a peu de place pour le sentiment, pour les subtilités de la dignité humaine ou la compassion, parce que si vous quittez des yeux la ligne de fond, quelqu’un va prendre en charge votre part de marché et vous virer hors du business. Il y a quelques influences modératrices : l’influence des consommateurs auto-conscients avec une éthique (qui les transforme rapidement en consommateurs sensibles aux prix car l’éthique empiète sur leur pouvoir d’achat); les tentatives de régulation par le droit (qui est un instrument maladroit); et la bonté innée de personnes qui brille dans certaines situations. Mais dans le jeu du capitalisme, les participants les plus égoïstes finissent généralement par être les gagnants.

Le motivation par le profit favorise également la cupidité dans sa forme la plus puissante en encourageant la thésaurisation : les concurrents prospères cherchent à accumuler un excédent plus grand que leurs rivaux, car plus leur pile est grande, plus leur position est sûre. Cela crée une classe de gens riches avec une surabondance de ressources à leur disposition qui sont en mesure de profiter des plaisirs matériels avec excès, tandis que d’autres sont contraints de vivre sans même les nécessités de base. Cette classe de gens riches est également en mesure de se livrer au plaisir psychologique plus subtil de montrer sont influence et sa propre importance, ce que lui permet le contrôle des ressources. À son tour, cela crée des divisions dans la société et établit des groupes privilégiés héréditaires, qui amplifient encore ces modèles de la cupidité au fil du temps.

Dans toute situation où il y a la cupidité, de l’autre côté du pendule, son fidèle compagnon l’attend – la peur. Pour ceux qui ont la richesse, il y a la crainte éternelle de la perdre, et pour ceux qui n’ont jamais eu accès à la richesse, il y a la crainte de ne pas être en mesure de survivre et de se frayer un chemin dans un monde dominé par la cupidité et l’égoïsme. Alors que nous enseignons à nos enfants à ne pas être égoïstes, avides ou craintifs, nous faisons tout notre possible pour perpétuer un système qui a ces trois négativités ancrées en lui. Comment pouvons-nous attendre de nos enfants de ne pas nous voir comme des hypocrites?

Aldous Huxley a suggéré que «nos arrangements économiques, sociaux et internationaux présents reposent, dans une large mesure, sur un manque d’amour organisé», et, sur les éléments de preuve, il semble qu’il avait raison. Notre système actuel, gouverné par la force réconciliatrice de la motivation par le profit, est dominé par la cupidité et la peur – certainement pas par l’amour! C’est un fait que même les plus fervents partisans du système capitaliste ne peuvent pas espérer réfuter, et alors que certains, comme les dévots libertaires de Ayn Rand, trouvent en quelque sorte qu’il est possible de s’en réjouir; il va de soi que si nous continuons sur ce chemin à embrasser des valeurs profondément négatives, cela va sûrement conduire à notre destruction.

Il est vrai que les politiciens peuvent adopter des lois qui dirigent le comportement par la menace de la punition, ou en récompensant un comportement souhaitable, mais la loi est seulement une force de modération. Elle ne peut pas tout faire. Et, comme cela a été discuté dans la partie 3 de cette série, l’application de la loi est lourde de conséquences imprévues, sujette à la perpétuation de la partialité et pilote beaucoup de comportements négatifs.

C’est seulement en abordant le fonctionnement du système d’incitation que nous pourrions être en mesure de produire des résultats sensiblement différents. Sur ce point, il y a plus à venir dans 150 Liens forts : Une voie vers un avenir différent.

Dmitry Orlov

Traduit par Hervé, vérifié par Wayan, relu par Diane pour le Saker francophone

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF