#Take the Knee


Par James Howard Kunstler – Le 25 septembre 2017 – Source kunstler.com

Résultats de recherche d'images pour « take the knee »
Il y a beaucoup de sujets désespérants dans cette République devenue folle – si elle en est encore une – mais le fardeau d’être un joueur de football multimillionnaire n’était pas au sommet de ma liste. Personnellement, je trouve un peu particulier d’avoir à jouer l’hymne national avant tout événement sportif. Tout ce que cela montre vraiment c’est à quel point nous sommes si peu sûrs de notre nation que nous devons montrer notre amour du pays de cette manière obsessionnelle. Même avec les membres du Congrès et leurs stupides pin’s avec le drapeau, ou le drapeau devant les restaurants Denny’s. Est-ce que les mangeurs de « petits-déjeuners de bûcherons » sont si désorientés lorsqu’ils quittent le resto qu’ils doivent se rappeler dans quel pays ils sont ? « Oh, regardez-moi, on est bien aux States après tout … »

Ce qui me brûle les fesses, c’est de voir les joueurs de baseball dans des tenues de camouflage, comme s’ils étaient une extension de l’armée américaine. Qu’en est-il ? San Diego est-il soudain un théâtre de guerre ? Et pourquoi les soldats américains doivent-ils porter des uniformes de camouflage lorsqu’ils achètent des lunettes ? Il fut un temps où il y avait une distinction entre la tenue de combat et ce que vous portiez le reste du temps, même pendant une guerre mondiale. Et pourquoi est-il nécessaire de voir passer des avions de combat de l’Air Force au dessus du stade avant le Super Bowl ? Qui autorise ces dépenses ? À qui essayons-nous de faire peur ?

Bien sûr, ce nouveau vent de malaise agité par notre président intempérant, le Golem d’or de la grandeur, est entraîné par les courants océaniques de l’animus racial qui noient le pays de manière plus ruineuse que la récente volée d’ouragans. La campagne #TakeTheKnee était déjà active, et chauffait, même avant que M. Trump ne s’en mêle. Au moins, il n’a pas émis le genre habituel de bêtises sur « la diversité » et sur le « besoin d’être tous ensemble ». À sa manière brutale et maladroite, il pourrait obliger la nation à clarifier exactement ce qui ne va pas.

Certes, ce n’est pas le sujet des souffrances des athlètes professionnels. Ils représentent les griefs d’un royaume différent dans l’Amérique noire, peut-être les lieux d’où ils venaient, les ghettos de la ville ou les marécages ruraux de Dixieland, ou peut-être même des banlieues noires si ennuyeuses comme celles du comté de Prince George, dans le Maryland. Et la question persistante, pour être franc, est : à quel point l’Amérique non noire garde-t-elle l’Amérique noire en bas de l’échelle ?

Je dis « non noire » parce qu’il y a beaucoup d’autres groupes ethniques dans le mélange, en plus de la majorité en baisse des « Blancs ». J’avoue qu’il y a autant d’animosité réelle et peut-être même plus entre les Américains d’origine asiatique et les Américains noirs qu’entre les Blancs et les Noirs. Mais les Américains d’origine asiatique n’ont pas asservi les Africains noirs, alors ils sont dégagés de toute responsabilité pour ce péché originel.

La plupart du temps, ce que les nouveaux arrivants d’Asie font, c’est de démontrer qu’il est possible de réussir de manière économique et éducative, même si vous commencez dans ce pays avec une culture et une langue complètement étrangères aux standards américains. Ceci est particulièrement perceptible dans des lieux de réalisation exigeants comme la Silicon Valley. En tout cas, les Asiatiques se plaignent qu’ils réussissent si bien à l’école que les universités doivent réduire leurs quotas d’admission pour donner une chance à d’autres groupes ethniques.

Il semble y avoir tellement de décalages psychologiques entre les sentiments de l’Amérique noire et blanche qu’il est presque impossible de comprendre ce qu’il faut faire ensuite. Les démocrates/progressistes blancs (anciennement « libéraux ») semblent être tellement consternés par la longue lutte des droits civils qu’ils sont prêts à commettre une sorte de hara-kiri pour expier leur faute originelle impardonnable. Dans une certaine mesure, ils ont tenté de compenser en faisant campagne pour une liste toujours croissante d’autres groupes « marginalisés » dans l’espoir de montrer des résultats positifs pour le changement social : il est simplement plus facile d’obtenir un nombre important de postes pour des homosexuels dans les grandes d’entreprise que d’obtenir ces mêmes places pour des Noirs – mais les démocrates/progressistes sont encore empêtrés dans la dure réalité d’une grande sous-classe noire dysfonctionnelle. Ils ne peuvent certainement pas admettre que leurs propres « remèdes » artificiels, tels que le subventionnement des naissances hors mariage, ont quelque chose à voir avec cela ou l’effet dévastateur du « multiculturalisme » sur une sorte de culture commune unifiée fondée sur des valeurs sur lesquelles tout le monde peut s’entendre.

De même, l’Amérique noire centre son opposition à tout ce qui reste d’une culture commune nationale sur la base des mèmes du « racisme systémique et de l’injustice ». Cela a infusé insidieusement dans sa propre culture depuis les années 1960, probablement (je crois) en réaction à l’anxiété provoquée par la loi sur les droits civiques de 1964 à 1965. Il s’agit vraiment d’un comportement, surtout à l’école. Êtes-vous intéressé à parler anglais ? Croyez-moi, cela aiderait beaucoup dans cette société. Considérez ceci : Ella Fitzgerald ne chantait pas noir ou blanc à l’époque. Elle ne faisait que chanter.

James Howard Kunstler

Liens

http://www.dedefensa.org/article/star-spangled-false-flag

Traduit par Hervé, vérifié par Wayan, relu par Cat pour le Saker Francophone

Enregistrer

Enregistrer

PDF24    Send article as PDF   

2 réflexions au sujet de « #Take the Knee »

Les commentaires sont fermés.