Michel Drac – Voir Macron


Huit scénarios pour un quinquennat


Par Hervé – Source le Saker Francophone

Résultat de recherche d'images pour "michel drac macron"

Je viens aujourd’hui vous présenter le dernier livre de la maison d’édition, le Retour aux Sources. Ce sont les éditeurs de deux auteurs bien connus sur notre blog, Dmitry Orlov et James Howard Kunstler. Ce livre est une vraie surprise car il est arrivé par la poste sans prévenir.

Un livre sur la France et sur Macron, cela semble hors de notre champ d’investigation. mais Michel Drac est à l’origine de cette remarquable maison d’édition dont on peut souligner le très gros travail, comme la traduction du livre « La Guerre des Monnaies » de Hongbing Song ou le Tainter, « L’effondrement des sociétés complexes » que je vous recommande tous les deux si vous voulez aborder les thèmes de la monnaie ou la dynamique des civilisations.

Il est aussi écrivain et publie régulièrement chez le même éditeur, et enfin il est un récent YouTubeur, avec une chaîne ou il aligne les notes de lectures, notamment une longue série sur l’islamisme en général et État islamique en particulier, mais il commente aussi aussi Michéa, Meyssan, Pasolini…

L’activité de traduction de sources par définition non francophones n’empêche pas de regarder ce qui se passe en France et de profiter à notre tour du travail de différentes sources de tous bords et de toutes tendances. Ces circonvolutions pour dire que si Michel Drac est un anti-système assumé, il vote aux extrêmes, et si son cœur a balancé entre Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen au premier tour des dernières présidentielle, il a annoncé en avril dernier son choix… Roulement de tambour… pour Marine Le Pen. Grrr !! Le FN !! Un choix assumé et expliqué, sans un enthousiasme débordant.

Même pas mal. Notre position, au Saker Francophone, c’est celle de Simone Weil, la philosophe. Chacun étant libre de ses choix, je vais me concentrer sur son livre avec à l’esprit le travail de fond qu’il a entrepris et donc on peut le remercier car c’est un exercice rare et précieux. Sa vidéo de vœux est d’ailleurs à regarder pour ceux qui cherchent à améliorer leur productivité autour de la lecture d’auteurs souvent complexes.

VOIR MACRON, 8 scénarios pour un quinquennatMaintenant que j’ai fait les présentations, que penser de ce petit livre de 200 pages ? Si je vous ai parlé de sa chaîne YouTube, c’est que dans son livre, on va retrouver beaucoup des traits et des analyses développés au fil des lectures. Ce livre est quelque part une synthèse de ces lectures et on sent leur influence au fil des pages.

Mes doutes  sur la nature franco-française du livre sont rapidement balayés par les premiers chapitres. Écologie ; Démographie ; Technologie ; Économie ; Géopolitique ; Politique et Culture. En sept grands thèmes, l’auteur balaye la globalisation dans toute sa splendeur. Si vous cherchez comment organiser vos idées et vos sources, toute la première partie vous montre comment on peut organiser une multitudes d’informations parfois parcellaires pour dresser un tableau de situation. On y retrouve les grands thèmes abordés sur notre blog mais avec la touche personnelle de Michel Drac. La France y apparaît peu, traduisant un état de fait : le suivisme atlantiste depuis Sarkozy a réduit notre pays à sa taille géographique, une moyenne puissance régionale en déclin… dans les bons jours.

Certains sujets comme l’économie sont sur-pondérés et correspondent à la grille de lecture principale de l’auteur, l’étude des rapports de force dans tous les domaines entre des blocs, ou des pays, la Guerre hors limite.

Ce qui surprend aussi, c’est le style. Très calibré, une sur-synthétisation qui donne au livre un rythme sec et haletant. C’est une avalanche de chiffres, de faits, de corrélations, d’enchaînements logiques. Il en profite aussi pour poser des jalons dont il va se servir dans la deuxième partie. Resserrement monétaire ? Explosion de l’Euro ?

On peut regretter le manque de sources. Pas de note de bas de pages. Dommage, il aurait été vraiment intéressant pour la clarté de certains passages de suivre les sources que l’auteur utilise pour appuyer sa réflexion. Mais si vous suivez sa chaîne et aussi l’actualité géopolitique au sens large sur notre blog, vous devriez pourvoir décoder le Drac dans le texte.

Avant d’attaque le cœur du sujet et les scénarios pour l’avenir, on a encore droit à deux points d’actualité, l’un mondial, l’autre français avec quelques faits marquants récents qu’il relie avec à propos avec ses thématiques. Exemple de signaux faibles, la démission de Stanley Fischer, N°2 de la FED, partisan du resserrement monétaire. On a donc un auteur très au fait de la complexité du grand jeu et des détails qui en révèlent les soubassements.

Côté Macron, sans vilipender notre bon président, il ne se fait pas beaucoup d’illusion :

« Le cœur du projet politique de Macron est le remplacement des démocraties nationales européenne par un régime oligarchique. C’est une entreprise d’asservissement des peuples. »

Pour poser ses huit scénarios, il reprend trois thèmes structurants :

  • Un resserrement monétaire ;
  • L’explosion de l’Euro ;
  • La Gueeeeeeeerre.

Je ne vais pas vous détailler chaque scénario. Je vous laisse le plaisir de les lire. Ça va du plutôt tranquille, la mort en pente douce, au plus hardcore, la vaporisation totale. En articulant ses trois thèmes et en jouant sur les curseurs, il imagine une chronologie des événements sur cinq ans, à chaque fois différente, où le contexte international bouscule souvent l’agenda européen, où la France passe de victime expiatoire à acteur parfois involontaire. On voit aussi parfois apparaître des zones géographiques comme le Venezuela ou l’Afrique du Nord, parfois comme vectrices de la crise, parfois aussi comme régulatrices.

Les maîtres mots sont cynisme, opportunisme, chaos pas toujours constructeur. Parfois, on tique un peu et c’est là où le manque de sources se fait sentir. Difficile de savoir si l’auteur a un train de retard ou deux trains d’avance tant chaque élément du puzzle peut jouer en faveur ou en défaveur de tel ou tel acteur. À vous de juger et de faire votre critique mais la richesse des idées proposées vaut à elle seule une lecture attentive.

Sans déflorer le livre, on va survoler ensemble le scénario quatre : pas de guerre, mais un resserrement monétaire et l’explosion de l’Euro, d’où son nom, le printemps italien.

Dans un cadre financier incertain, le Mouvement 5 étoiles gagne les élections et… applique son programme, pour de vrai ! L’Italie met les pieds dans le plat et avec un habile référendum sort de l’Euro, de l’OTAN en pleine crise de pouvoir aux USA qui, paralysés laissent faire. La City prend le relais en opposition de la BCE et la combinazione italienne fait le reste. L’Italie n’implose pas et provoque un contre-choc qui se finit par le fameux reset du FMI.

Macron se retrouve pris entre les intérêts euro-atlantistes emmenés par l’Allemagne et les intérêts financiers de la City. Il préfère ne pas choisir et provoque des élections anticipées… Je vous laisse imaginer la suite, mais entre les tensions sécessionnistes en Europe et la mauvaise volonté des Français, ça se termine là ou les oligarques européens ne voulaient pas aller.

Par moments, Michel Drac laisse la porte ouverte à l’optimisme et au principe de réalité qui peut aussi imposer son agenda. Il ne faut donc pas céder à la communication, les oligarques n’ont pas non plus toutes les clés.

 

Ce qui est aussi plaisant c’est de s’obliger à une lecture attentive. Il y a quelques petites perles glissées ici et là pour rester bien réveillé. Michel Drac est assez taquin. Je vous recommande spécialement le Général d’aviation Ripper, SACEUR de l’OTAN en pleine crise à Riga.

Macron n’est finalement que le jouet des événements auxquels il tente de survivre.

À vous ensuite de proposer vos scénarios, de poser vos conjectures. Il est bien difficile de garder une vision cohérente de l’actualité financière, géopolitique, des marchés de l’énergie. Michel Drac propose un bon exercice pour exercer votre culture géopolitique et aiguiser vos réflexes. Si on peut difficilement influer directement sur les événements eux-mêmes, lire le jeux des acteurs et les empêcher de garder facilement trop de coups d’avance permet de peser sur les narrations du système.

Le decodex et la loi sur les Fake News montre que collectivement les acteurs de la nouvelle opinion publique pèsent aussi sur l’avenir, obligeant le système à réagir sous pression et à faire des fautes.


Nous vous proposons maintenant notre traditionnelle interview à laquelle l’auteur a bien voulu se plier.

– Michel Drac, bonjour. Pourquoi avoir choisi Macron pour habiller cette couverture alors que la complexité du monde ne laisse à la France et à son président qu’une place mineure dans le Grand Jeu ? C’est un Fake Book ?

– L’objectif du livre, c’est d’amener le lecteur à situer les enjeux réels de la présidence Macron. Bien sûr, ces enjeux tiennent beaucoup plus à la faculté de l’impétrant à accompagner une évolution historique qu’il subira qu’à son aptitude à impulser des orientations fixées en toute autonomie. Mais c’est bel et bien de Macron qu’il est question, c’est-à-dire de l’homme, certes, mais aussi et surtout du consensus oligarchique français, dont il est le masque.

– Philippe Grasset, pour le site dedefensa, parle de déchaînement de la matière. N’est-ce pas finalement illusoire de vouloir comprendre le monde, alors que sous la surface roule une lame de fond autour de la densité énergétique de nos sociétés qui impose son rythme à l’insu de notre plein gré, si je puis dire ?

– Je crois qu’il n’est jamais illusoire de vouloir comprendre le monde, parce qu’en l’occurrence, l’effort est sa propre récompense. Le simple fait de ne pas perdre la volonté de comprendre est déjà une preuve tangible de liberté, et cette preuve fonde à elle seule la justification du sujet. Après, naturellement, ce n’est pas cela qui permettra d’aller contre la nature des choses. Mais en attendant, chercher à comprendre, c’est imposer sa volonté en un certain point de l’espace : dans sa tête.

– Vous articulez beaucoup de scénarios autour des USA, de la FED. N’est ce pas trop d’honneur pour nos « amis » américains ? Quand on voit la vitesse de la montée en puissance du duo russo-chinois, et les risques d’isolement des USA, n’y a t il pas des raisons de penser que les anciens schémas sont à revoir en profondeur ?

– Vous êtes un peu dur avec moi. J’identifie l’inversion de la dépendance comme une des grandes tendances contemporaines. Mais bon, cette tendance n’a pas fini de produire ses effets. Du point de vue français, les choix américains restent structurants pour encore une ou deux décennies, probablement. Bien sûr, si j’étais Vietnamien, je parlerais plus de la Chine et moins des États-Unis. Mais voilà, mon pays se situe sur la rive orientale de l’Atlantique, pas sur la rive occidentale du Pacifique.

– Ce livre est-il fait simplement pour les citoyens, les auditeurs de votre chaîne YouTube, ou est-ce un message pour nos élites dans les cercles du pouvoir ? Dans certains scénarios, ça se passe mal pour eux.

– Je ne pense pas que nos gouvernants se soucient de mon pronostic. Le livre est fait pour les gens qui le liront, c’est-à-dire probablement la classe moyenne éduquée. Un des enjeux est de montrer à ces lecteurs, aujourd’hui découragés, qu’il ne faut pas croire que la partie s’est terminée le 7 mai 2017. Oh que non !

– Vous écrivez au début que ce n’est pas le peuple qui est en état de mort cérébrale, c’est le système politique. Vous êtes finalement un optimiste ?

– Je ne suis ni optimiste, ni pessimiste. Je constate simplement que si on regarde les chiffres des élections 2017, il n’y a aucune vague macroniste.

Il y a d’abord, en avril, une France qui éclate en quatre blocs, autour de deux clivages croisés, l’un sociétal sur la question de l’immigration, l’autre socio-économique sur la question de l’euro et, au-delà, de la mondialisation libre-échangiste. Il y a certes, ensuite, en mai, une France qui décide de ne pas risquer l’aventure Le Pen. Mais déjà l’abstention est élevée, il n’y a pas de ralliement profond à Macron. En juin, le pays implose électoralement.

Ce qui est intéressant, c’est le vide autour de Macron. La nature du corps électoral a horreur du vide. Donc il va se passer quelque chose. Quoi ? Quand ? Comment ? L’avenir est ouvert…

– En même temps, tant qu’à être optimiste, il manque le scénario de la globalisation heureuse ? Elon Musc part à la conquête de l’espace, dompte le soleil, pille exploite les astéroïdes, construit une méga-station orbitale pour milliardaires qui sort malencontreusement de son orbite malgré ses multiples IA développées par Google et part dériver doucement le long de la voie lactée. Ça aurait alourdi le livre ?

– La hiérarchisation des champs d’une prospective dépend de son horizon. Si j’avais voulu élaborer des scénarios à l’horizon 2040, j’aurais considéré la technologie comme le facteur le plus structurant. L’arborescence des scénarios en aurait été transformée.

Mais à l’horizon 2022, la géopolitique et l’économie sont certainement plus structurantes. À supposer que des percées technologiques soient réussies d’ici cette date, de toute manière elles n’auraient probablement pas le temps de faire sentir leurs effets.

– Si on redevient sérieux, quelles sont les grilles de lectures dont il faut s’armer pour suivre l’actualité ? Vous en proposez sept au début du livre, mais ne faudrait-il pas aussi parler philosophie, idées politiques, énergie, transcendance ? Comment demander à tout un chacun de maîtriser tous ces sujets qu’il faut parfois une vie de travail intellectuel pour acquérir alors que les gens sont aussi censés travailler, s’occuper de leur famille, vivre leur vie ?

– Dans mon esprit, la philosophie est incluse dans la rubrique « culture » les idées politiques relèvent du chapitre « politique », l’énergie est à cheval entre l’économie et la technologie.

Pour la transcendance, elle ne constitue pas une discipline. Je pense qu’il faut écouter les mystiques, parce qu’ils disent quelque chose du monde dans lequel ils forment leurs visions. Mais l’histoire que je vise à modéliser ne renvoie à aucune surnature. Je suis chrétien, mais pas catholique. Je peux admettre la pertinence du symbole quand on me dit qu’un peu de vin symbolise le sang du Christ. Je peux à la rigueur accepter l’idée que même si personne n’était là pour voir le symbole, il serait là – et donc ne pas exclure l’hypothèse d’un monde idéel, dont le souffle caresse la matière. Mais je n’ai aucune raison de croire que le vin devient du sang pendant la messe. D’où chez moi une vision du monde fondamentalement différente de celle qui irrigue par exemple la pensée d’un catholique comme Pierre Hillard.

Concernant le problème du temps dont les gens disposent pour s’informer : je pense tout simplement qu’il y a un travail socialement utile à faire autour d’une véritable ré-information. Il est bien évident que les gens vivent leur vie, et n’ont donc pas le temps de suivre l’actualité en détail. Il faut donc que des professionnels proposent des synthèses honnêtes et sérieuses. Au départ, c’était supposé être le travail des journalistes. On sait aujourd’hui qu’ils désinforment autant qu’ils informent. Nous avons donc besoin d’un nouveau modèle économique de la presse, pour la libérer de sa subordination aux puissances d’argent. Je suis assez optimiste sur ce point. Je pense que nous n’exploitons qu’une infime partie du potentiel de ré-information de la Toile. Il y a d’immenses espaces intellectuels et médiatiques à découvrir et à mettre en valeur. Ce sera certainement une des « frontières » du XXI° siècle.

– Vous êtes toujours acteur de la maison d’édition le Retour aux Sources ? Ou redevenu un simple auteur ? Quels sont vos projets respectifs en cette année 2018 ?

– Mais je n’ai jamais été qu’un auteur ordinaire à Retour aux Sources ! J’ai co-fondé la maison il y a une dizaine d’années, avec un petit groupe d’empêcheurs de penser en rond. J’y ai des parts sociales, mais ça ne m’a jamais conféré une quelconque autorité. Je n’y exerce aucune responsabilité de gestion. Une société commerciale a des statuts, donc des règles de fonctionnement : c’est la gérance qui gère. Un auteur n’a aucune raison d’être au courant des projets de la maison qui l’édite, même s’il en est par ailleurs actionnaire minoritaire.

En ce qui concerne mes projets personnels, je pense continuer à multiplier les notes de lecture, puisque visiblement, c’est ce que je fais le mieux. Et je commence à travailler sur un nouveau livre. En ce moment, je réfléchis à la question de la religion et de son devenir dans le monde étrange que l’hyper-technologie nous fabrique. Mais ceci est une autre histoire…

 

Relu par Cat pour le Saker Francophone