Déménager en Russie ?


Orlov
Orlov

Par Dmitry Orlov – Le 22 mai 2018 – Source Club Orlov

Beaucoup de gens, en particulier aux États-Unis, parlent constamment de quitter le pays pour un endroit plus prometteur maintenant que le rêve américain est devenu un véritable cauchemar. Et bien que la Russie ne figure pas en bonne place sur la liste des pays où aller, peut-être le devrait-elle. La Russie est presque unique en ce sens qu’elle n’est pas surpeuplée et possède toutes les ressources naturelles, y compris énergétiques, pour de nombreuses générations à venir. Elle est également politiquement stable, remarquablement bien défendue, et malgré une forte désinformation sur la gravité de l’état de son économie (ce qui s’avère être un vœu pieux de la part de ceux qui veulent que la Russie échoue), elle se développe plutôt bien.

Le problème pour aller vivre en Russie, c’est qu’il y a seulement deux façons de le faire légalement, et elles sont toutes les deux plutôt compliquées et demandent une grande implication, avec beaucoup d’obstacles bureaucratiques à franchir. Je ne suis pas un expert juridique et je fournis cette information telle quelle, sans garantie. N’essayez pas de le faire avant de consulter quelqu’un qui est compétent en la matière.

Le moyen le plus simple est d’obtenir un visa de tourisme à long terme, soit directement par l’intermédiaire d’un consulat russe (moins cher mais pas facile), soit par un service de visa travaillant avec les agences de voyages (plus cher mais plus facile). Le meilleur visa touristique à long terme que vous pouvez obtenir est un visa de trois ans qui vous oblige à quitter et à revenir en Russie tous les six mois. Si vous ne partez pas avant la fin des six mois, vous serez autorisé à partir, mais vous ne serez pas autorisé à entrer de nouveau. Après chaque entrée, vous disposez d’un délai de sept jours pour vous enregistrer à une adresse physique, soit par l’intermédiaire d’une entreprise telle qu’un hôtel, soit par l’intermédiaire d’un particulier enregistré en permanence à cette adresse. (Si vous vous présentez pendant la Coupe du Monde, les sept jours deviennent 24 heures, gardez cela à l’esprit !) À son tour, pour être enregistré de façon permanente à une adresse, la personne qui vous enregistre doit posséder la propriété à ce moment-là et à cette adresse, et avoir le timbre correspondant sur son passeport interne, parce que les contrats de location ne permettent qu’un enregistrement temporaire. Si vous ne vous inscrivez pas à temps, votre visa peut être clôturé avant votre prochain départ et vous ne pourrez pas en obtenir un autre. Une fois que les trois ans sont écoulés, vous devez rentrer à la maison et demander un nouveau visa.

L’autre moyen de rester en Russie est d’obtenir un permis de résidence. Pour pouvoir postuler, vous devez soit entrer dans un quota, soit bénéficier d’une exception. Des exceptions sont accordées aux personnes qui appartiennent à l’une ou plusieurs des catégories suivantes :

  • Être né en Russie ou dans une partie de l’URSS devenue depuis la Russie ;
  • Être marié à un citoyen russe ;
  • Avoir au moins un enfant qui est un citoyen russe ;
  • Avoir un parent qui est un citoyen russe et vit en Russie ;
  • Être un locuteur natif compétent de la langue russe.

Certaines catégories de personnalités, d’hommes d’affaires et de professionnels peuvent également passer outre le quota.

Les quotas se remplissent très rapidement dans de nombreux endroits. Si vous envisagez de postuler dans les régions de Moscou ou de Saint-Pétersbourg  et que vous êtes soumis à ce quota, vous pouvez oublier. Mais la Russie est un très grand pays et il y a des régions où les quotas ne se remplissent pratiquement jamais. Gardez également à l’esprit que les bureaux qui traitent avec les migrants (c’est ainsi que vous serez appelé) dans les grandes villes, Moscou et Saint-Pétersbourg en particulier, sont constamment harcelés et vous passerez beaucoup de temps à naviguer dans les files d’attente. Les choses s’améliorent un peu, mais il faut encore toute la journée pour accomplir une tâche relativement simple, comme soumettre un formulaire ou recueillir un document.

Vous devez également être parrainé par un citoyen russe qui prendra la responsabilité de se porter garant de vous pendant que vous passerez par ce processus et qui vous fournira un endroit où vivre. Ce n’est pas une petite responsabilité, puisque le commanditaire sera tenu responsable de toute transgression que vous commettriez sur le territoire russe. Le parrain doit vous envoyer une invitation et une lettre de garantie, avec laquelle vous pouvez obtenir un visa spécial de trois mois auprès d’un consulat russe chez vous. Pendant ces trois mois, vous devez demander un permis de séjour temporaire (РВП) qui vous permet de rester en Russie plus longtemps que votre visa ne le permet, mais vous ne pourrez pas partir car vous n’aurez plus de visa et vous ne serez pas en mesure de revenir. Afin de demander le permis temporaire, vous devez avoir tous vos papiers à jour à l’avance.

Et il y a beaucoup de papiers :

  • Vous avez besoin d’une preuve de revenu. Le plus simple est un dossier bancaire d’une banque russe montrant que vous avez au moins cent mille roubles en dépôt.
  • Vous avez besoin d’une preuve de l’absence de casier judiciaire délivré par votre pays d’origine au cours du dernier mois.
  • Vous devez passer un test médical indiquant que vous êtes en bonne santé, exempt de VIH et de diverses autres maladies transmissibles et non toxicomane.
  • Enfin, vous avez besoin d’un résultat réussi à un examen de langue, d’histoire et de culture russes imposé par l’État au cours des cinq dernières années.

Une fois que vous avez le permis temporaire, vous pouvez demander un permis de séjour (ВНЖ). Le processus est similaire. Le permis de séjour est valide pour cinq ans et peut être renouvelé continuellement, à condition de présenter une demande au moins deux mois avant la fin des cinq ans. Vous devez également vous inscrire chaque année, en présentant une preuve de revenu et en indiquant votre adresse.

Si vous êtes absent de Russie pendant plus de 6 mois, votre permis de résidence devient nul et vous revenez à la case départ : vous devez chercher quelqu’un pour vous parrainer. Après cinq années de résidence constante (être absent de Russie pour une période maximale de trois mois dans une année civile donnée), vous pouvez demander la citoyenneté. Je n’entrerai pas dans tous les détails de la demande de citoyenneté parce qu’au moment où vous en arriverez à ce point, votre connaissance de la bureaucratie russe dépassera vraisemblablement la mienne.

C’est un vrai parcours du combattant, alors je ne promettrai pas gentiment aux gens qu’ils peuvent aller en Russie à la dernière minute quand les conditions sont mauvaises. Mais pour ceux qui veulent aller en Russie, ils devraient commencer à travailler le dossier bien avant que les circonstances ne les y forcent. À tout le moins, apprenez le russe et essayez de passer le test. Si vous le passez, alors avec suffisamment d’effort et de prévoyance, le reste peut être géré.

Ou vous pouvez simplement vivre en Russie en tant que touriste, mais alors vous ne serez pas autorisé à trouver un emploi en Russie. Cependant, cette restriction est dénuée de sens pour le nomade numérique moderne, car tout ce dont il a besoin, est un ordinateur portable, un smartphone et une connexion Internet, et l’accès à Internet en Russie est omniprésent, rapide et bon marché. Vous devrez faire un bref voyage à l’étranger tous les six mois et un voyage plus long à la maison tous les trois ans. Mais si la discussion précédente sur l’obtention d’un permis de séjour vous a mis mal à l’aise, ou si le fait de devenir compétent en russe semble un travail excessif, alors c’est probablement l’approche que vous devez adopter.

Il semble qu’il y ait une question intéressante à se poser : pourquoi de tels protocoles byzantins et labyrinthiques sont-ils nécessaires pour permettre à quelqu’un de vivre en Russie ? Cela peut avoir quelque chose à voir avec l’héritage byzantin lui-même. L’Empire byzantin (ou l’Empire romain d’Orient) a survécu à Rome pendant plusieurs siècles et n’a pas mis beaucoup d’emphase sur les prérogatives individuelles, privilégiant toujours les prérogatives de l’État sur l’individu. La Russie a absorbé une grande partie de cet état d’esprit, tout comme la Turquie, et l’Empire ottoman a continué pendant encore quelques siècles, en combattant la Russie au cours de plusieurs guerres, essentiellement pour les miettes de l’Empire byzantin. Ce fut l’héritage culturel byzantin qui permit à l’État russe relativement jeune, né (ou plutôt baptisé en masse) en 988 après JC, de se battre pour chasser les Polonais de Moscou en 1613, pour ensuite rattraper plusieurs siècles de développement en quelques années, et émerger comme un État européen pleinement formé dans les années 1700.

L’accent mis sur le fait de devoir toujours enregistrer son adresse a probablement ses racines dans la loi du servage, qui attachait chaque personne à une parcelle de terrain gérée par un propriétaire terrien, mais elle est plus probablement une continuation directe des procédures de l’URSS. La terminologie est passée de la « propiska » manifestement communiste à un enregistrement plus sociable, mais le système autoritaire de contrôle de la population est resté intact. Cette exigence de paperasserie, et les obstacles bureaucratiques que l’on doit franchir pour y parvenir, sont plutôt dépassés, étant donné que pratiquement tout le monde en Russie a maintenant un smartphone et est connecté sur Internet. La carte SIM étant liée à votre passeport interne, votre géo-localisation peut être établie de plusieurs façons. Tout cela permet de faire de votre position géographique un élément presque automatique de votre dossier officiel.

Quoi qu’il en soit, les héritages des empires anciens et pas si anciens (qui furent de grands succès de leurs époques) meurent lentement. Prioriser ses prérogatives sur les intérêts individuels peut être une stratégie pour l’État. Les individus doivent s’en débrouiller d’une façon ou d’une autre, en particulier les plus ingénieux et ceux ayant le plus de ressources, qui pourraient donc s’avérer utiles à l’État. Mais le système complexe et lourd de lois et de règlements qui détermine qui peut vivre et où en Russie et pour combien de temps, est-il une stratégie pour l’État russe ? Cela semble douteux.

  • Considérons que la Russie a connu un effondrement démographique dans les années 1990, suite à la dissolution de l’URSS, et qu’elle traverse maintenant un autre creux démographique, car il n’y a pas assez d’enfants nés dans les années 1990, parce que ces antépénultièmes ne sont pas assez nombreux.
  • Considérons également que les Russes vivant à l’extérieur de la Russie constituent la plus grande diaspora au monde (entre 20 et 40 millions), suivis par l’Inde avec 15 millions et le Mexique avec 12.
  • Enfin, considérons qu’il y a une pénurie de travailleurs qualifiés en Russie, de nombreuses entreprises luttant pour trouver suffisamment de gens aptes à occuper les emplois vacants et de nombreux emplois sont disponibles pour les migrants étrangers qui rapatrient leurs revenus au lieu de les dépenser, ou les investissent en Russie.

Tout cela indiquerait qu’il serait plus avantageux pour la Fédération de Russie de simplifier et de rationaliser le processus par lequel les personnes qui sont russes, qui parlent russe et qui sont culturellement russes, mais qui n’ont pas de passeport russe, peuvent obtenir le droit de vivre, étudier, obtenir des soins de santé et travailler en Russie aussi longtemps qu’elles le souhaitent. En fait, il y avait un plan pour faire exactement cela : une proposition législative pour une « carte russe ». Mais il est mort, et une série de modifications législatives mineures aux règles régissant les migrants économiques a été signée à la place. Et alors que de nombreuses critiques à l’encontre de la Russie peuvent souvent être contrées par « Oui, c’était comme ça, mais les choses se sont améliorées depuis », dans notre cas, ça n’a pas été fait et à en juger par le programme législatif actuel, ça ne va pas s’améliorer.

Même si vous retenez l’idée que l’État russe doit seulement prendre soin de ses propres citoyens, considérez ceci. Dans les années 1990, quand les temps étaient vraiment durs en Russie, tous ceux qui pouvaient s’enfuir à l’étranger l’ont fait. Ils ont souvent omis de renouveler leur passeport et les ont laissés tomber en déshérence, ou les ont simplement perdus. Et maintenant, alors que les temps en Russie sont bien meilleurs, ils veulent y retourner en visite. Mais ils ne peuvent pas entrer avec un visa parce que les visas russes ne sont pas accordés aux citoyens russes, et leurs passeports expirés (s’ils l’ont encore) ne sont pas valides pour l’entrée. Leur seule option est de passer par un processus de demande assez rigoureux pour un certificat de retour (свидетельство на возвращение, СНВ) qui est seulement valable pour 14 jours. Pendant ces 14 jours, ils doivent arriver en Russie et dans les trois jours, demander un nouveau passeport interne. Une fois qu’ils ont un passeport interne (délivré en quelques semaines), ils doivent demander un passeport international (quelques semaines de plus). Maintenant, combien y a-t-il de citoyens russes vivant à l’étranger, sans passeports russes valides et supposés être en mesure de voyager en Russie pendant leurs vacances de deux semaines ? Réponse : c’est impossible à dire. Cet ensemble de procédures bloque un grand nombre de citoyens russes à l’étranger.

En bref, cela semble être un exemple frappant de mauvaise gouvernance. C’est injuste pour les citoyens russes, pour les millions de Russes qui ne sont pas citoyens russes, pour ceux qui ne sont pas russes mais souhaitent s’installer en Russie, et cela met la Russie elle-même dans une situation désavantageuse pour remédier à sa détresse démographique en rapatriant sa gigantesque diaspora. Mais, comme avec tant de choses en Russie, les choses restent rarement comme elles sont et la situation pourrait s’améliorer avec le temps.

Les cinq stades de l'effondrementDmitry Orlov

Le livre de Dmitry Orlov est l’un des ouvrages fondateur de cette nouvelle « discipline » que l’on nomme aujourd’hui : « collapsologie » c’est à-dire l’étude de l’effondrement des sociétés ou des civilisations.

Traduit par Hervé, relu par Catherine pour le Saker Francophone

PDF24    Send article as PDF   

4 réflexions au sujet de « Déménager en Russie ? »

Les commentaires sont fermés.