Un vent de changement: les arguments en faveur d’une nouvelle monnaie numérique


Par Christine Lagarde – Le 14 novembre 2017 – Source FMI

Distingués invités, Mesdames et Messieurs, bonjour et merci de me donner l’occasion de participer à cet important événement.

À Singapour, il y a souvent du vent. Les vents ici apportent le changement et des opportunités. Historiquement, ils ont guidé les navires vers son port. Ils se sont réapprovisionnés en attendant que la mousson passe, que les saisons changent.


« Le changement est la seule constante », écrivait le philosophe grec ancien, Héraclite d’Ephèse.

Singapour le sait bien. Vous le savez très bien. C’est le véritable esprit du Fintech Festival : ouvrir les portes d’un nouvel avenir numérique, hisser les voiles pour profiter du vent du changement.

Pourtant, le changement peut sembler intimidant, déstabilisant, voire menaçant. C’est particulièrement vrai pour les changements technologiques, qui perturbent nos habitudes, nos emplois et nos interactions sociales.

La clé est d’exploiter les avantages tout en gérant les risques.

Singapour a fait preuve d’une vision exceptionnelle en matière de Fintech, en pensant à son « bac à sable » en matière réglementaire où de nouvelles idées peuvent être mises à l’essai. Pensez à son Fintech Innovation Lab et à sa collaboration avec les grandes banques centrales sur les paiements transfrontaliers.

Dans ce contexte, je voudrais faire trois choses ce matin :

  • D’abord, il faut définir la question en fonction de l’évolution de la nature de l’argent et de la révolution des technologies de l’information.
  • Deuxièmement, évaluer le rôle des banques centrales dans ce nouveau paysage financier, en particulier dans la fourniture de monnaie numérique.
  • Troisièmement, examiner certains inconvénients et réfléchir aux moyens de les réduire au minimum.

L’évolution de la nature de l’argent et la révolution des technologies de l’information

Permettez-moi de commencer par la grande question qui nous occupe aujourd’hui : l’évolution de la nature de l’argent.

Quand le commerce était local, centré autour de la place du village, l’argent sous forme de jetons – des pièces en métal – était suffisant. Et c’était efficace.

L’échange de pièces de monnaie se faisait d’une main à l’autre lors de transactions. Tant que les pièces de monnaie étaient valides – leur validité étant déterminée en les regardant, en les grattant ou même en les mordant – peu importait la main qui les tenait.

Mais à mesure que le commerce s’est déplacé vers des navires, comme ceux qui sont passés par Singapour, et qui couvraient des distances de plus en plus grandes, le transport de pièces est devenu coûteux, risqué et encombrant.

Le papier-monnaie chinois – introduit au IXe siècle – a aidé, mais pas assez. L’innovation a produit des lettres de change – des papiers permettant aux commerçants ayant un compte bancaire dans leur ville d’origine de retirer de l’argent d’une banque à leur destination.

Les Arabes ont appelé cela des sakks, l’origine de notre mot chèque aujourd’hui. Ces chèques, et les banques qui les accompagnaient, se répandirent dans le monde entier, sous la houlette des banquiers et des marchands italiens de la Renaissance. D’autres exemples sont les projets de loi Shansi chinois et Hundi indien.

Soudain, c’était important de savoir avec qui vous traitez. Ce marchand persan était-il le propriétaire légitime de ce billet ? Le projet de loi était-il digne de foi ? La banque Shansi allait-elle l’accepter ? La confiance est devenue essentielle – et l’État est devenu le garant de cette confiance, en offrant des garanties de liquidité et une supervision.

Pourquoi ce bref survol de l’histoire est-il pertinent ? Parce que la révolution Fintech remet en question les deux formes de monnaie dont nous venons de parler : les pièces et les dépôts bancaires commerciaux. Et il remet en question le rôle de l’État dans la fourniture d’argent.

Nous sommes à un tournant historique. Vous, jeunes et audacieux entrepreneurs réunis ici aujourd’hui, vous n’inventez pas seulement des services, vous réinventez potentiellement l’histoire. Et nous sommes tous en train de nous adapter.

Un vent nouveau souffle, celui de la numérisation. Dans ce nouveau monde, on se rencontre n’importe où, n’importe quand. La place de la ville est de retour, virtuellement, sur nos smartphones. Nous échangeons des informations, des services, même des émojis, instantanément… d’égal à égal, de personne à personne.

Nous évoluons dans un monde d’information où les données sont le « nouvel eldorado », malgré les préoccupations croissantes en matière de protection de la vie privée et de cybersécurité. Un monde où les générations Y réinventent le fonctionnement de notre économie, téléphone en main.

Et c’est là la clé : l’argent lui-même est en train de changer. Nous nous attendons à ce qu’il devienne plus pratique et convivial, peut-être même moins sérieux.

Nous nous attendons à ce qu’il soit intégré aux médias sociaux, facilement accessibles pour des usages en ligne et de personne à personne, y compris les micropaiements. Et bien sûr, nous nous attendons à ce qu’il soit bon marché et sûr, protégé contre les criminels et les regards indiscrets.

Quel sera le rôle de l’argent liquide dans ce monde numérique ? Déjà des pancartes dans les vitrines des magasins indiquent « argent liquide non accepté ». Pas seulement en Scandinavie, l’enfant modèle d’un monde sans argent liquide. Dans plusieurs autres pays également, la demande de liquidités est en baisse, comme en témoignent les récents travaux du FMI. Et dans dix, vingt, trente ans, qui va encore échanger des bouts de papier ?

Les dépôts bancaires subissent eux aussi la pression des nouvelles formes de monnaie.

Pensez aux nouveaux fournisseurs de paiement spécialisés qui offrent de la monnaie électronique : AliPay et WeChat en Chine, PayTM en Inde et M-Pesa au Kenya. Ces formes de monnaie sont conçues en tenant compte de l’économie numérique. Elles répondent à ce que les gens demandent et à ce dont l’économie a besoin.

Même les crypto-monnaies telles que Bitcoin, Ethereum et Ripple se disputent une place dans le monde sans cash, se réinventant constamment dans l’espoir d’offrir une valeur plus stable et un règlement plus rapide et moins coûteux.

Un cas pour les monnaies numériques des banques centrales

Permettez-moi maintenant d’aborder ma deuxième question : Quel est le rôle des banques centrales dans ce nouveau paysage monétaire ?

Certains suggèrent que l’État devrait reculer.

Les fournisseurs de monnaie électronique font valoir qu’ils sont moins risqués que les banques, car ils ne prêtent pas d’argent. Au lieu de cela, ils détiennent les fonds des clients dans des comptes de dépôt et règlent simplement les paiements au sein de leurs réseaux.

Pour leur part, les crypto-monnaies cherchent à ancrer la confiance dans la technologie. Tant qu’ils sont transparents – et si vous êtes un technicien averti – vous pouvez faire confiance à leurs services.

Pourtant, je ne suis pas entièrement convaincue. Une réglementation adéquate de ces entités restera un pilier de la confiance.

Faut-il aller plus loin ? Au-delà de la réglementation, l’État doit-il rester un acteur actif sur le marché de l’argent ? Devrait-il combler le vide laissé par la fin programmée de l’argent liquide ?

Permettez-moi d’être plus précise : les banques centrales devraient-elles émettre une nouvelle forme de monnaie numérique ? Un jeton garanti par l’État, ou peut-être un compte détenu directement à la banque centrale, à la disposition des particuliers et des entreprises pour les paiements de détail ? Certes, vos dépôts dans les banques commerciales sont déjà numériques. Mais une monnaie numérique serait une responsabilité de l’État, comme l’argent liquide aujourd’hui, et non d’une entreprise privée.

Ce n’est pas de la science-fiction. Diverses banques centrales du monde entier étudient sérieusement ces idées, notamment le Canada, la Chine, la Suède et l’Uruguay. Elles embrassent le changement et une nouvelle façon de penser, comme le FMI l’a d’ailleurs fait.

Aujourd’hui, nous publions un nouveau document 1 sur les avantages et les inconvénients de la monnaie numérique de la banque centrale – ou « monnaie numérique » en abrégé. Il met l’accent sur les effets nationaux, et non transfrontaliers, de la monnaie numérique. Le document est disponible sur le site Web du FMI.

Je pense que nous devrions envisager la possibilité d’émettre de la monnaie numérique. L’État peut avoir un rôle à jouer pour fournir de l’argent à l’économie numérique.

Cette monnaie pourrait répondre à des objectifs de politique publique, tels que (i) l’inclusion financière et (ii) la sécurité et la protection des consommateurs, et fournir ce que le secteur privé ne peut fournir : iii) le respect de la vie privée dans les paiements.

Inclusion financière

Permettez-moi de commencer par l’inclusion financière, où la monnaie numérique est très prometteuse, grâce à sa capacité d’atteindre les personnes et les entreprises dans les régions éloignées et marginalisées. Nous savons que les banques ne se précipitent pas vraiment pour servir les populations pauvres et rurales.

C’est essentiel, car il se peut que l’argent comptant ne soit plus une option ici. Si la majorité des gens adoptent les formes numériques de monnaie, l’infrastructure pour l’argent liquide se dégradera, laissant derrière elle ceux qui vivent à la périphérie.

Qu’en est-il des subventions à l’utilisation de l’argent liquide dans ces régions ? Mais cela signifie que la vie économique en périphérie serait déconnectée du centre.

Bien sûr, offrir une monnaie numérique n’est pas nécessairement la seule réponse. Les gouvernements peuvent encourager les solutions du secteur privé en fournissant des fonds ou en améliorant l’infrastructure.

Sécurité et protection des consommateurs

Le deuxième avantage de la monnaie numérique concerne la sécurité et la protection des consommateurs. C’est vraiment un argument de type David contre Goliath. Autrefois, les pièces et les billets de banque et les billets de banque pouvaient avoir validé la position dominante des grandes entreprises de paiement mondiales – banques, chambres de compensation et opérateurs de réseaux. Simplement en offrant une alternative peu coûteuse et largement disponible.

Sans cash, trop de pouvoir pourrait tomber entre les mains d’un petit nombre de fournisseurs de paiements privés surdimensionnés. Après tout, les paiements penchent naturellement vers les monopoles – plus vous servez de gens, moins le service est cher et plus il est utile.

Pour commencer, les entreprises privées peuvent sous-investir dans la sécurité dans la mesure où elles ne mesurent pas le coût total pour la société d’un défaut de paiement. La résilience peut également en souffrir : avec seulement quelques maillons de la chaîne de paiement, le système peut cesser de fonctionner si l’un de ces maillons se brise. Pensez à une cyber-attaque, un pépin, une faillite ou le retrait d’une entreprise du marché local.

La réglementation pourrait ne pas être en mesure de remédier entièrement à ces inconvénients. Une monnaie numérique pourrait offrir des avantages, comme moyen de paiement de secours. Et elle pourrait stimuler la concurrence en offrant une solution de rechange peu coûteuse et efficace, comme le faisait son grand-père, l’ancien billet papier fiable.

Vie privée

Le troisième avantage de la monnaie numérique que je voudrais souligner concerne le domaine de la protection de la vie privée. L’argent comptant, bien sûr, permet les paiements anonymes. Nous avons recours à l’argent liquide pour protéger notre vie privée pour des raisons légitimes : pour éviter l’exposition au piratage informatique et au profilage des clients, par exemple.

Prenons un exemple simple. Imaginez que les gens qui achètent de la bière et des pizzas congelées ont des défauts de paiement hypothécaires plus élevés que les citoyens qui achètent du brocoli biologique et de l’eau de source. Que pouvez-vous faire si vous avez envie de bière et de pizza, mais que vous ne voulez pas que votre note de crédit baisse ? Aujourd’hui, vous retirez de l’argent. Et demain ? Un système de paiement privé vous pousserait-il vers la consommation du brocoli ?

Les banques centrales sauteraient-elles à la rescousse et proposeraient-elles une monnaie numérique totalement anonyme ? Certainement pas. Ce serait une aubaine pour les criminels.

Les inconvénients des monnaies numériques bancaires

Cela m’amène à mon troisième domaine – les inconvénients potentiels de la monnaie numérique. Les plus évidents sont les risques pour l’intégrité financière et la stabilité financière. Mais je voudrais aussi souligner les risques d’étouffer l’innovation, la dernière chose que vous voulez.

Ce que je veux surtout dire, c’est que nous devons faire face à ces risques de manière créative. Comment pourrions-nous les atténuer en concevant la monnaie numérique de manière nouvelle et innovante ? La technologie offre une très large toile pour ce faire.

Risques pour l’intégrité financière

Revenons au compromis entre la protection de la vie privée et l’intégrité financière. Pourrions-nous trouver un terrain d’entente ?

Les banques centrales pourraient concevoir la monnaie numérique de manière à ce que l’identité des utilisateurs soit authentifiée au moyen de procédures de vigilance à l’égard de la clientèle et de transactions enregistrées. Mais les identités ne seraient pas divulguées à des tiers ou à des gouvernements à moins que la loi ne l’exige. Ainsi, lorsque j’achète ma pizza et ma bière, le supermarché, sa banque et les spécialistes du marketing ne savent pas qui je suis. L’État pourrait ne pas le savoir non plus, du moins par défaut.

Les contrôles de la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme passeraient néanmoins à l’arrière-plan. En cas de suspicion, il serait possible de lever le voile de l’anonymat et d’enquêter.

Cette configuration serait bonne pour les utilisateurs, mauvaise pour les criminels, et meilleure pour l’État, par rapport au cash. Bien sûr, il reste des défis à relever. Mon but, à ce stade, est d’encourager l’exploration.

Risques pour la stabilité financière

Le deuxième risque concerne la stabilité financière. Les monnaies numériques pourraient exacerber la pression sur les dépôts bancaires dont nous avons parlé plus tôt.

Si les monnaies numériques sont suffisamment semblables aux dépôts bancaires commerciaux – parce qu’elles sont très sûres, qu’elles peuvent être détenues sans limite, qu’elles permettent des paiements de n’importe quel montant, peut-être même des intérêts – alors pourquoi avoir un compte bancaire ?

Mais les banques ne sont pas des spectateurs passifs. Elles peuvent rivaliser avec des taux d’intérêt plus élevés et de meilleurs services.

Qu’en est-il du risque de panique bancaire ? Il existe. Mais considérez que les gens se précipitent au guichet lorsqu’ils croient que les retraits d’argent comptant sont honorés selon le principe du premier arrivé, premier servi – c’est le lève-tôt qui a le dernier mot. La monnaie numérique, au contraire, parce qu’elle peut être distribuée beaucoup plus facilement que le cash, pourrait rassurer même la personne restée dans son canapé !

En outre, si les déposants se jettent sur des actifs étrangers, ils éviteront également la monnaie numérique. Et dans de nombreux pays, il existe déjà des actifs liquides et sûrs à gérer, comme des fonds communs de placement qui ne détiennent que des obligations d’État. La question de savoir si les monnaies numériques perturberaient réellement la stabilité financière n’est donc pas encore tranchée.

Risques pour l’innovation

Si la monnaie numérique devenait trop populaire, elle pourrait ironiquement étouffer l’innovation. Quel est votre rôle si la banque centrale offre une solution complète, qu’il s’agisse d’un portefeuille numérique, d’un jeton ou de services de règlement en arrière-plan ?

Que se passerait-il si, au lieu de cela, les banques centrales concluaient un partenariat avec le secteur privé – les banques et d’autres institutions financières – et disaient : vous faites l’interface avec le client, vous stockez son patrimoine, vous offrez des intérêts, des conseils, des prêts. Mais quand vient le temps de négocier, nous prenons le relais.

Ce partenariat pourrait prendre diverses formes. Les banques et autres entreprises financières, y compris des startup, pourraient gérer la monnaie numérique. Tout comme les banques qui distribuent actuellement le cash.

Ou encore, les particuliers pourraient détenir des dépôts réguliers auprès d’entreprises financières, mais les transactions seraient en fin de compte réglées en monnaie numérique entre entreprises. Comme aujourd’hui, mais en une fraction de seconde. Le tout presque gratuitement. Et quand vous voulez.

L’avantage est clair. Votre paiement serait immédiat, sûr, bon marché et potentiellement semi-anonyme. Comme vous le vouliez. Et les banques centrales conserveraient une position sûre en matière de paiements. En outre, elles offriraient des conditions de concurrence plus équitables et une plate-forme pour l’innovation. Pendant ce temps, votre banque, ou d’autres entrepreneurs, auraient assuré une expérience utilisateur conviviale basée sur les dernières technologies.

En d’autres termes, la banque centrale met l’accent sur son avantage comparatif – le règlement des opérations de cession temporaire – et les institutions financières et les jeunes entreprises sont libres de se concentrer sur ce qu’elles font le mieux – l’interface client et l’innovation. Il s’agit d’optimiser le partenariat public-privé.

Conclusion

Permettez-moi de conclure. J’ai essayé d’évaluer ce matin le cas de la monnaie numérique.

L’affaire est fondée sur des exigences nouvelles et changeantes en matière d’argent, ainsi que sur des objectifs essentiels de politique publique. Mon message est le suivant : même si la question de la monnaie numérique n’est pas universelle, nous devrions l’étudier de façon plus approfondie, sérieuse, prudente et créative.

Plus fondamentalement, il s’agit d’être ouvert au changement, d’embrasser le changement, de façonner le changement.

La technologie va changer, et nous aussi. De peur de rester la dernière feuille sur une branche morte, les autres ayant décidé de voler avec le vent.

Dans le monde de Fintech, nous devons maîtriser le changement pour qu’il soit équitable, sûr, efficace et dynamique. Tel était l’objectif de l’Agenda Fintech de Bali lancé par le FMI et la Banque mondiale en octobre dernier.

Quand le vent du changement se lèvera, qu’est-ce qui nous guidera dans notre voyage ? Les capitaines qui traversaient le détroit de Singapour suivaient l’étoile polaire.

Et aujourd’hui ? Demain ?

Je suggère que nous suivions une fille. Une jeune fille. Une fille sans peur. Si vous avez de la chance, vous pourrez peut-être la rencontrer en personne dans le quartier financier de New York.

Elle est audacieuse. Elle est courageuse. Elle est confiante. Elle regarde vers l’avant, vers l’avenir, avec courage et détermination – un avenir qu’elle va elle-même façonner, les yeux grands ouverts, avec enthousiasme et constance.

Je l’entends dire : Allons de l’avant. Je n’ai pas peur. (pause) Je n’ai pas peur.

Je vous remercie.

Christine Lagarde

Note du Saker Francophone

Parmi les remarques sur cet article, on comprend mieux la politique de désertification bancaire des zones « périphériques », en France notamment. La destruction de l'infrastructure bancaire avec la bénédiction des banques commerciales qui vont faire de belles économies.

Traduit par Hervé, relu par Cat pour le Saker Francophone

Notes

  1. Note de discussion des services du FMI intitulée « Porter la lumière sur la monnaie numérique de la banque centrale », publiée aujourd’hui sur notre site Web.
www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF