Un examen du culte gauchiste et de leur religion


Par Brandon Smith − Le 18 juin 2019 − Source Alt-Market.com


Les nouveaux militants du mouvement pour la liberté croient à tort que l’idée du « faux paradigme gauche/droite » signifie qu’il n’y a pas de spectre politique ; que toute cette notion de gauche contre droite est une invention. Ce n’est pas exactement le cas. Quand on parle de faux paradigmes en matière de politique (ou de géopolitique), il s’agit en fait de la classe élitiste, aussi connue sous le nom de globalistes, et du fait qu’elle n’a aucune orientation politique de droite ou de gauche. Ils ne se soucient ni des démocrates ni des républicains, ils n’ont aucune loyauté envers l’un ou l’autre parti. Leur loyauté va à leur propre agenda, et ils exploiteront les DEUX côtés pour obtenir ce qu’ils veulent chaque fois que possible.

Au-delà des globalistes, les gens moyens tombent en effet sur un spectre politique qui pourrait être décomposé et simplifié en un ensemble d’idéaux ou d’idéologies de base. Du côté gauche du spectre, nous trouvons les collectivistes et les socialistes, qui croient que la société (le groupe) est beaucoup plus importante que l’individu et que les actions des individus doivent être strictement contrôlées et gouvernées pour éviter des effets négatifs sur le groupe.

L’argument central des gauchistes est : « Nous faisons tous partie de la société et devons agir en harmonie avec la société pour que le système continue de fonctionner. Les besoins du plus grand nombre l’emportent sur les besoins du plus petit nombre … »

Du côté droit du spectre, on trouve les individualistes, les militants de la souveraineté et les vrais conservateurs. Des personnes qui, à des degrés divers, croient que la société devrait être restreinte dans sa capacité de dicter la vie de l’individu et que la participation au groupe devrait être volontaire. Là où les gauchistes cherchent à centraliser, les gens de droite cherchent à décentraliser.

L’argument du conservateur est : « Sans l’individu, le groupe n’existe pas. Le groupe est une abstraction créée par l’esprit. Lorsque des groupes se forment, ils ne devraient exister que pour servir et protéger les droits inhérents des individus, et non être utilisés comme un mécanisme de contrôle par des personnes faibles qui ont peur de fonctionner par elles-mêmes … »

Cette séparation des philosophies est simple et facile à suivre. Mais c’est là que les choses commencent à devenir confuses et alambiquées, lorsque des « gardiens » politiques ou des experts et des médias contrôlés par les globalistes s’en mêlent et brouillent les cartes. Par exemple, il y a des interprétations erronées flagrantes des principes conservateurs dans les médias dominants, surtout dans des endroits comme l’Europe où le mot « conservateur » est considéré comme sale et est à peine audible. Les gardiens de la pensée qui n’ont aucune loyauté envers les valeurs conservatrices réelles ont tenté de ternir l’image des conservateurs dans leur ensemble en les trompant, les menant dans la mauvaise direction ou en agissant comme de faux représentants.

Inévitablement, ces joueurs de flûte tentent d’attirer les conservateurs pour soutenir les idéologies de gauche, comme l’ingérence du gouvernement dans la vie des gens, ou dans la politique d’autres nations, ou même dans les marchés libres. En d’autres termes, ils veulent saboter les vrais conservateurs en les faisant passer pour des hypocrites. Mais, les idéaux du conservatisme et de la centralisation s’excluent mutuellement – Si un conservateur soutient un grand contrôle gouvernemental, il n’est plus un conservateur. Point final.

Il est certain que des gardiens similaires du côté gauche du spectre trompent les gens de gauche à des fins destructrices, mais pas de la même manière qu’ils essaient d’induire les conservateurs en erreur. Alors que les globalistes tenteront d’amener les conservateurs à se comporter davantage comme des socialistes, ils ne tenteront pas d’amener les gauchistes à se comporter davantage comme des conservateurs. Au contraire, ils poussent les gauchistes à devenir encore plus extrémistes dans leurs tendances collectivistes.

L’objectif final de la cabale globaliste est d’arriver à un point où TOUT LE MONDE est un partisan de la centralisation totalitaire – un monde où chacun est un gauchiste, qu’il le réalise ou non.

La façon dont ils prévoient d’atteindre cet objectif est plutôt indirecte, mais potentiellement très efficace. En poussant un camp (la gauche politique) à l’extrême, ils espèrent pousser l’autre camp (les conservateurs) à réagir par des mesures extrêmes qu’ils considéreraient autrement contraires à leurs principes. Pour éviter ce résultat, les conservateurs doivent comprendre les motivations profondes et les contradictions de ce qui est devenu le culte gauchiste. Pour éviter de tomber dans la folie, nous devons examiner les comportements des fous.

Il est difficile de dire exactement quand la gauche a commencé à s’éloigner d’une politique plus centriste et à devenir communiste plein pot. D’aucuns diront que cela a commencé lorsque l’école de Francfort s’est transplantée aux États-Unis pendant et après la Seconde Guerre globale, apportant avec elle l’idéologie du marxisme culturel. Certains diront qu’il en est ainsi depuis les années 1960 et 1970, à l’époque de la montée du mouvement anti-guerre et de la deuxième vague du féminisme. Mais si les gauchistes étaient des socialistes virulants à l’époque, pendant des décennies après cette génération chaotique, il y a eu au moins une certaine autodiscipline parmi eux pour ce qui est de révéler directement leurs véritables intentions.

Je placerais leur transformation, ou mutation violente, plus près, il y a 20 ans, lorsque les campus universitaires ont complètement basculé d’un accent mis sur les compétences pratiques et les sciences classiques (sciences, technologie, génie et mathématiques) pour se tourner vers les sciences sociales bornées. C’est à ce moment que le complot pour radicaliser complètement la gauche a été réellement mis en œuvre.

Les universités devinrent des lieux de culte, d’une nouvelle religion appelée « justice sociale ». Cette religion s’appuie sur le fait que les anciens conflits sociaux sont revivifiés comme s’ils n’avaient pas déjà été abordés par des personnes beaucoup plus intelligentes des décennies auparavant. Les Social Justice Warriors agissent comme si l’Amérique n’avait jamais fait face à l’esclavage, au racisme, aux droits des femmes, à l’orientation sexuelle, etc., comme si tous ces problèmes bouillonnaient dans l’ombre en attendant que les guerriers de la justice sociale nous fassent enfin grâce de leur présence et les résolvent. La réalité est que s’il y aura TOUJOURS des conflits liés à ces questions, il n’y a pas besoin de l’existence d’une « justice sociale » aujourd’hui. Ce sont des rebelles sans cause légitime, et donc ils se créent des causes à partir de rien.

De nombreux experts de la gauche politique font attention à ne pas s’associer publiquement aux Social Justice Warriors et tentent de présenter les démocrates et les progressistes comme des personnes distinctes. Et pour certaines de ces personnes, c’est peut-être vrai. Mais les mantras de justice sociale et la désinformation ont absolument imprégné le langage et la conversation des Démocrates. Des organes de presse comme le New York Times, Vox et The Atlantic ont veillé à ce que cela se produise alors qu’ils inondent les espaces web orientés vers la démocratie d’articles et d’éditoriaux chargés de diatribes, présentés comme s’ils produisaient du journalisme factuel.

Beaucoup de ces articles sont plutôt écrits comme des récits biographiques personnels et des anecdotes ; chaque écrivain de gauche réclame de devenir le prochain Steinbeck plutôt qu’un enquêteur objectif des faits. Le vrai journalisme est maintenant mort dans les médias dominants. Des journaux, devenus des poubelles, comme The New York Times et Vox l’ont tué et l’ont remplacé par un sauna romain de narcissisme et d’iniquité.

Le seul travail de ces points de vente est maintenant de continuer à alimenter la foi gauchiste. Les universités ont fait de leurs étudiants des fanatiques, des dévots fous de leur culte, et les médias les maintiennent sur ce chemin et veillent à ce qu’ils ne s’égarent pas. Mais quelles croyances définissent cette religion au-delà des notions vagues de « justice sociale » ?  Examinons quelques exemples….

Tout brûler ?

Alors que le cocktail Molotov a été inventé (ou du moins popularisé) par les Finlandais pendant la guerre d’hiver pour aider à stopper une invasion communiste massive venant d’Union soviétique, il est aujourd’hui devenu une sorte de symbole de rébellion communiste en Occident. L’école de Francfort et le marxisme en général enseignent que les systèmes existants ne sont pas modifiés diplomatiquement, mais démolis violemment par l’exploitation des conflits sociaux. Dans le marxisme traditionnel, l’idée était d’utiliser le conflit de classe économique, de rallier les classes inférieures pour renverser les classes supérieures. Le marxisme culturel ne repose pas seulement sur les disparités économiques, mais aussi sur les tensions raciales et politiques pour faire tomber une civilisation.

Après que la poussière se soit dissipée, les socialistes/communistes cherchent à introduire leur propre système « utopique » et à prendre le contrôle alors que la nation est faible et impuissante au milieu d’un effondrement total. Quand le système existant et le gouvernement travaillent en leur faveur et nourrissent leur sens de l’influence publique, les gauchistes chantent ses louanges. Quand il cesse de travailler à 100% pour eux (même si ce n’est qu’en surface), ils cherchent à le déchirer et à le refaire. Ce sont les gens avec qui vous ne pouvez pas jouer aux échecs. Dès qu’ils commencent à perdre, ils crient à l’injustice, balayent l’échiquier et le jettent au sol avec rage.

Tout le monde est né pareil ?

Cette notion est biologiquement absurde, mais elle gagne du terrain dans les mouvements gauchiste. Essentiellement, les collectivistes croient que tous les êtres humains naissent comme des ardoises vierges et que leur personnalité entière est un produit de leur environnement. Bien que les psychologues, les anthropologues et les scientifiques de tous les horizons, de Carl Jung à Joseph Campbell en passant par Stephen Pinker, aient tous montré de nombreuses preuves de traits psychologiques innés et de constructions inhérentes au psychisme humain, ces preuves sont totalement ignorées par les gauchistes car elles vont à l’encontre de la plupart de leurs hypothèses fondamentales.

Si chacun naît différent, alors l’équité dans la société devient subjective et inapplicable, et seuls l’accomplissement, le travail acharné et le mérite peuvent déterminer ce qui est « juste ». Si les personnages ne sont pas nécessairement régis par leur environnement, cela signifie qu’il ne sert à rien de créer une utopie sociale pour micro-gérer chaque aspect de notre vie. Si les psychopathes ne sont pas fabriqués mais naissent ainsi, alors la question du mal inhérent devient une possibilité, et selon les gauchistes, il n’y a pas de personnes mauvaises, seulement des systèmes mauvais qui gâchent l’esprit des gens bons. Si le genre est inné et que la grande majorité des gens tombent d’un côté ou de l’autre psychologiquement, pas seulement biologiquement, alors les gauchistes ne peuvent plus prétendre que le genre est une construction sociale qui doit être démantelée.

L’ardoise blanche, ou Tabula Rasa, est un facteur clé de la religion gauchiste qui doit être défendu à tout prix. Sinon, la moitié de leur idéologie s’effondre.

Tout peut et doit être juste ?

Quiconque a vécu dans le monde pendant un certain temps seul sait très bien que la vie n’est pas faite pour être juste. Certaines personnes naissent avec des avantages et d’autres avec des handicaps. Certains avantages et inconvénients ont trait à la famille et à la richesse, tandis que d’autres sont simplement génétiques. Il n’y a rien que l’on puisse faire à ce sujet qui ne détruirait pas notre espèce. Ce que les gauchistes ne semblent pas comprendre, c’est que le désavantage perçu n’est pas toujours une mauvaise chose.

Les gens qui luttent et surmontent les obstacles de la vie ont tendance à être beaucoup plus sages et plus compétents que ceux qui n’ont jamais eu à faire d’efforts. Les gauchistes veulent éliminer toute adversité, non pas au nom de l’égalité des chances, mais au nom de l’égalité des résultats. Ce faisant, ils rendent l’ensemble de la société plus faible, plus lâche, moins innovante et moins productive. Dans un monde de gauchiste, l’humanité devrait créer des « camps d’adversité » artificiels juste pour conserver ses instincts de survie. Mais alors, bien sûr, ces camps seraient également soumis au filtre de l’équité…

L’intellect est plus important que l’expérience ?

Les gauchistes vénèrent l’intellect comme une puissance divine. À tel point que la notion d’expérience du monde réel leur vient rarement à l’esprit comme un élément important dans la prise de décisions ou la formation d’opinions. Quand les guerriers de la justice sociale parlent de choses comme le « racisme », la plupart d’entre eux n’ont jamais été et ne seront probablement jamais témoins d’un racisme légitime. Ils l’ont lu dans des livres et en entendent parler dans des conférences, mais ils n’ont aucun lien personnel avec lui. Ils croient qu’il est omniprésent partout, à chaque coin de rue et sous chaque lit parce qu’ils le doivent. Leur réalité dépend d’une foi aveugle que c’est vrai.

L’idée de l’inégalité sociale entre les hommes et les femmes repose aussi sur une foi aveugle dans des statistiques déformées et des récits frauduleux de crimes qui n’ont jamais été commis. Aujourd’hui encore, ces personnes continuent de soutenir que l’« écart salarial entre les sexes » est une réalité, malgré le fait qu’il a été démonté à l’infini. Ce comportement exige une dévotion sectaire à la fantaisie. Ce n’est pas normal ou logique, c’est une maladie mentale extrême. Si ces gens allaient dans le monde du travail et étudiaient de vrais modèles d’affaires et discutaient avec des hommes et des femmes qui ne sont pas membres de leur propre chambre d’écho, ils verraient par expérience que leurs hypothèses sont fausses, mais lorsque les notions intellectuelles l’emportent sur les observations directes, il n’y a aucun espoir.

Les conservateurs sont-ils le mal incarné ?

J’ai commencé à écrire cet essai en partie parce que j’ai remarqué un flot constant d’articles dans les médias grand public se faisant passer pour des études sur les « extrémistes conservateurs ». Je me dis que s’ils nous analysent de façon inexacte, nous pouvons faire mieux et les analyser le plus précisément possible. En lisant certains de ces articles, je constate que les gauchistes ont créé leur propre langue complètement séparée du reste du monde et de la réalité. Ce qu’ils interprètent comme du « racisme », de la « misogynie » ou du « fascisme » ne correspond pas à la définition classique de ces termes. Ils ont développé leur propre vocabulaire ahurissant rempli de mots inventés et de concepts illogiques pour décrire le monde d’une manière qui correspond à leurs désirs et soutient leurs accusations.

Les conservateurs ne vivent pas dans ce monde et franchement, nous ne le voulons jamais. Pour eux, nous sommes des hérétiques, des barbares. A leurs yeux, nous sommes des intouchables sales, des « déplorables ». Nous ne pouvons pas être sauvés, et nous devons être détruits. Les zélotes cherchent toujours à traiter les étrangers idéologiques comme des ennemis mortels, même lorsque ces individus ne leur ont rien fait. Le fait est que la plupart des crimes et génocides politiques modernes ont été perpétrés au nom des idéaux socialistes, au nom des concepts chers à la gauche. Nous continuons à souffrir sous ces idéaux au nom de la globalisation.

Combien de personnes ont souffert à cause de la décentralisation et des droits individuels ? Pas beaucoup, voire aucun. Combien de personnes ont été exterminées au nom du principe de non-agression ? Répondez : Zéro. Les conservateurs ne sont certainement pas méchants ou extrémistes. Mais dans la zone crépusculaire de la pensée de gauche, nous sommes les monstres.

C’est pourquoi le comportement de la gauche devient si incompréhensible. Des géants du monde des affaires comme Sony, Disney, Netflix, Facebook, Google, etc. ont choisi d’alimenter de force l’idéologie de la justice sociale publique, et ont mis leur entreprise en danger parce que de moins en moins de gens achètent la religion qu’ils vendent. Il en va de même pour des entreprises comme Gillette ou Starbucks, qui sont prêtes à insulter leur propre clientèle et à se saboter pour prêcher l’évangile de la justice sociale. Pourquoi feraient-ils ça ? Parce qu’ils voient les conservateurs comme une force démoniaque qui doit être effacée de la société civilisée. Nous n’avons même pas le droit d’être entendus, sinon la mauvaise magie de nos arguments hypnotisera les masses et les détournera de la lumière du marxisme culturel.

Une autre raison plus secrète est que, grâce à l’utilisation des médias populaires et à l’influence des entreprises, les globalistes sont capables d’exploiter les idiots utiles gauchistes et de les manipuler pour qu’ils agissent de manière encore plus absurdes qu’ils ne le font déjà. Et, par extension, ils espèrent terrifier les conservateurs en les poussant à rejeter la Constitution et à devenir des fascistes à part entière comme réponse défensive. Ils sont tout à fait disposés à démanteler des structures d’entreprise entières pour rendre cela soit possible. Ils sont en train de jouer le tout pour le tout.

Les dieux gauchistes

La justice sociale embrassant l’athéisme semble les avoir laissés insatisfaits car leurs explications de l’existence ne satisfont pas la relation humaine innée à la métaphysique. En conséquence, le culte gauchiste est toujours à la recherche de dieux de nos jours, avec tout le gouvernement qui l’entoure comme substitut pour le moment. La divinité suivante du gauchiste est clairement la nature, ou la « terre-mère », car ce dieu satisfait leur besoin d’une force vengeresse et toute puissante.

Beaucoup de gauchistes désirent désespérément une sorte d’apocalypse, mais une apocalypse à leurs conditions. Les globalistes leur en donnent une, ou du moins une version grotesque appelée « changement climatique », dans laquelle l’homme irrite la nature avec sa production et son progrès, mais est frappé par la catastrophe tandis que les pieux gauchistes regardent dans leur pureté en disant « Nous avons essayé de vous avertir, mais vous ne vous repentez pas… ». Il s’agit bien sûr d’une fiction, fondée sur une science de pacotille financée par des organisations dont le but est de miner la vraie science et le bon sens.

La solution à cette apocalypse, par coïncidence, finit toujours par être plus de gouvernement, plus de contrôle sur le commerce et le progrès humain, la réduction de la population et peut-être même la gouvernance globale de tous les aspects de la vie. Sinon, nous risquons de subir la colère du grand dieu de la destruction de la grande guerre gauchiste – le réchauffement climatique alimenté par le carbone. Dans l’esprit des gauchistes, ce sera le moment où nous comprendrons tous qu’ils étaient sains d’esprit, que leur culte avait raison depuis le début, et nous viendrons à eux de plein gré, nous prosternant devant leur puissante supériorité intellectuelle.

C’est ce type de pensée ignorante qui fait du gauchisme un outil facilement exploitable pour les pouvoirs en place. C’est aussi la source de calamités à travers les âges. Tenter de faire appel à la meilleure nature de ces gens ne nous aidera pas, car ils sont trop perdus dans leur propre dimension, pas plus que d’utiliser le grand gouvernement comme une arme contre eux. C’est un véritable casse-tête.

Brandon Smith

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF