Suez : De quoi s’agit-il ?


Par Andrei Martyanov – Le 26 mars 2021 – Source Reminiscence of the Future

Les journalistes occidentaux se sont peut-être un peu trompés, ce qui est une amélioration par rapport au fait qu’ils se trompent complètement sur la Russie la plupart du temps.

Jeudi, la Russie a présenté avec insolence la route maritime du Nord comme une « alternative » au canal de Suez en Égypte, après qu’un énorme porte-conteneurs a bloqué cette voie de navigation très fréquentée. Le président Vladimir Poutine promeut depuis longtemps le passage le long de la côte sibérienne du pays en tant que rival du canal de Suez, et la Russie a profité de l’embouteillage de la route égyptienne pour en faire une nouvelle fois la promotion. Le MV Ever Given, navire japonais battant pavillon panaméen, s’est enlisé mardi dans une tempête de sable, bloquant la voie navigable qui relie la Méditerranée à la mer Rouge et qui traite plus de 10 % du commerce maritime mondial.

Jeudi, l’agence nucléaire russe Rosatom a donné trois raisons ironiques de « considérer la route maritime du Nord comme une alternative viable à la route du canal de Suez ». La première raison, a déclaré Rosatom sur son compte Twitter anglophone, est que le passage par l’Arctique offre « beaucoup plus d’espace pour une navigation erratique avec vos navires géants ».

La raison pour laquelle j’ai utilisé le qualificatif « un peu » est simple : de la part de la Russie, ce n’était pas vraiment du trolling. D’accord, c’en était, mais cela soulignait (raisonnablement, j’ajouterais) les limites et les vulnérabilités du canal, qui peut être facilement fermé par un simple accident technique sur un navire de taille décente. 12 % du commerce mondial a été littéralement paralysé. La logique de navigation la plus simple nous dit que cela ne peut pas se produire, même dans la glace de la route maritime du Nord, sans parler de l’été, des mois relativement libres de glace, en raison de l’espace massif évident pour manœuvrer.

Mais le véritable trolling russe ressemble à ceci : trois sous-marins nucléaires qui font surface simultanément aujourd’hui dans un cercle de 300 mètres de rayon. Des silos de missiles, rien de moins, qui ont également effectué des lancements de torpilles sous la glace.

Là, c’est du trolling.

Andrei Martyanov

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone

   Envoyer l'article en PDF   

Une réflexion au sujet de « Suez : De quoi s’agit-il ? »

Les commentaires sont fermés.