Résoudre l’impasse nord-coréenne


Par Scott Adams – Le 5 juillet 2017 – Source Dilbert Blog

J’avais un peu de temps libre ce matin, alors j’ai pensé pouvoir régler  le problème de la menace nucléaire nord-coréenne.

La manière dont toutes les parties en jeu abordent le problème est de type gagnant-perdant. Soit la Corée du Nord gagne – et développe des armes nucléaires qui peuvent atteindre le continent américain – soit les États-Unis gagnent, et la Corée du Nord abandonne ses plans nucléaires, perd la face, perd son atout majeur et sa sécurité. Dans ce cadre, les négociations actuelles ne peuvent pas aboutir.

Alors, comment redresser cette situation ?

Tout d’abord, nous devons reconnaître qu’un modèle de gagnant-perdant n’a aucune chance de succès dans ce cas particulier car la Corée du Nord répond aux menaces en accélérant ses efforts pour créer des armes nucléaires. Ce n’est pas bon. Vous avez besoin d’une configuration gagnant-gagnant pour effectuer tout type de transaction. C’est ce que je suggère. Et par gagnant, je veux dire que les deux parties obtiennent ce dont elles ont besoin, même si ce n’est pas exactement ce qu’elles ont déclaré vouloir.

Ce que les États-Unis veulent, c’est une Corée du Nord non nucléarisée. Ce serait notre victoire.

Ce que veut la Corée du Nord, c’est une défense nationale, un prestige, une prospérité et peut-être même la réunification des deux Corées selon ses termes. Permettez-moi de vous décrire un moyen d’y arriver.

Le principe important à garder à l’esprit est que vous pouvez presque toujours atteindre un accord lorsque deux parties veulent différentes choses. Si l’on considère la situation comme étant la Corée du Nord désirant des armes nucléaires contre les États-Unis ne voulant pas que la Corée du Nord en possède, aucun accord n’est possible. Il n’y a aucun moyen pour la Corée du Nord d’avoir simultanément des armes nucléaires sans avoir d’armes nucléaires.

Vous devez donc reformuler la situation. La proposition suivante le fait :

Proposition de paix pour la Corée du Nord

La Chine, la Russie et les États-Unis signent un accord de sécurité militaire pour protéger

À LA FOIS

La Corée du Nord et la Corée du Sud de toute attaque,

VENANT DE N’IMPORTE QUI.

En contrepartie et pendant 100 ans, la Corée du Nord suspend son programme de missiles intercontinentaux et d’armes nucléaires et permet des inspections pour confirmer qu’elle respecte l’accord.

À la fin des cent ans, la Corée du Nord et la Corée du Sud acceptent de s’unir sous un seul gouvernement. Aucun autre détail sur la façon dont cela se produira ne sera inscrit dans l’accord. La Corée du Nord sera libre de dire à son peuple que la dynastie Kim a négocié pour devenir le dirigeant du pays unifié dans cent ans. La Corée du Sud sera libre d’annoncer que l’unification est un objectif sans aucun détail. Nous serons tous morts dans 100 ans, on peut donc accepter n’importe quoi aujourd’hui. (C’est la clé pour que cela fonctionne – tous les joueurs seront morts avant la fin du jeu).

Les États-Unis retirent leurs installations militaires de Corée du Sud.

La Corée du Sud et la Corée du Nord réduisent leurs équipements militaires dirigés l’une contre l’autre.

Pour cette période de 100 ans, il pourrait y avoir un certain nombre de mesures de confiance inscrites dans l’agrément. Par exemple, dans dix ans, vous pourriez avoir des échanges touristiques robustes. Dans vingt ans, vous pouvez faire du commerce entre les deux pays. Dans cinquante ans, peut-être une monnaie unifiée (qui sera alors numérique).

Cent ans est une assez longue période pour que la famille Kim fasse sa fortune et se déplace en Suisse ou n’importe où, avant que l’unification ne soit un problème. L’accord pourrait exiger une sorte d’accord d’amnistie internationale pour les dirigeants nord-coréens qui cherchent à sortir du pays avant l’unification.

Dans cette proposition, toutes les parties obtiennent ce qu’elles veulent. Le chef de la Corée du Nord peut dire à son peuple que son programme nucléaire a été un grand succès car il a entraîné l’élimination des forces américaines, ce qui va mener à une éventuelle unification coréenne selon ses termes. Il n’y a pas de presse d’opposition en Corée du Nord pour contester ce récit. Cela ressemblera à une victoire totale pour la Corée du Nord. C’est cela une victoire.

Pour les États-Unis, un accord crédible pour se débarrasser des armes nucléaires nord-coréennes est aussi une victoire. La Chine et la Russie ressembleraient aux adultes dans la salle. Elles gagneraient aussi.

La Corée du Sud gagne aussi, c’est évident.

Et cet accord aboutirait probablement à des prix Nobel de la paix pour les dirigeants de tous les pays concernés.

Les étudiants en histoire se souviendront que la Grande-Bretagne a convenu de louer Hong Kong à la Chine pour 99 ans afin d’éviter le risque que la Chine s’empare militairement de Hong Kong. Cette longue période de location a permis aux deux pays d’accepter un accord qui n’aurait pu être atteint sur une plus courte période. Et il a donné à tous le temps de planifier un transfert pacifique. Ce ne sont pas deux situations identiques, mais cela permet de voir comment un contrat de cent ans facilite l’acceptation de choses difficiles aujourd’hui. Nous serons tous morts avant que cela ne prenne de l’importance. Et si vous travaillez pour un objectif commun pendant une centaine d’années, les chances sont bonnes qu’il puisse aboutir. D’une façon ou d’une autre.

C’est le genre d’accord qui aurait été impossible dans les années précédentes. Mais l’administration Trump comprend les techniques de négociation. Cette solution est à leur disposition.

Mise à jour : le président Trump a tweeté que le commerce entre la Chine et la Corée du Nord a augmenté de 40% au cours du premier trimestre. Regardez comment il en parle :

Le commerce entre la Chine et la Corée du Nord a augmenté de 40% au cours du premier trimestre. Autant pour la Chine qui prétend travailler avec nous – mais on aura au moins essayé.

C’est ce que j’ai décrit comme étant la stratégie de Trump pour créer deux façons de gagner et aucun moyen de perdre. Dans ce cas, soit la Chine aurait bloqué la Corée du Nord (nous gagnons), soit on peut dire que nous avons essayé de les aider et qu’ils ont refusé.

C’est l’argument pour faire tout ce qu’il faudra faire, peu importe si la Chine n’aime pas cela. On pourra leur rétorquer : Hé, nous avons essayé de l’autre manière et de toute évidence cela n’a pas marché.

Et cela permet à toutes les parties d’être plus sérieuses pour résoudre ce problème de manière non militarisée. Voulez-vous que le président Trump ait un argument pour vous tuer ?

Ma proposition d’accord est la seule option non militaire, autant que je le sache.

Scott Adams

Traduit par Wayan, relu par Catherine pour le Saker Francophone.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF