Réinventer le libéralisme pour le XXIe siècle


Le 13 septembre 2018 – Source The Economist

Résultat de recherche d'images pour "The Economist liberalism"
En septembre 1843, James Wilson, un Écossais, fonda cette revue. Son but était simple : défendre le libre-échange, le libre marché et un gouvernement limité. C’étaient les principes centraux d’une nouvelle philosophie politique que Wilson a suivie et avec laquelle The Economist a depuis lors été associé. Cette philosophie s’appelle le libéralisme.


Le libéralisme d’aujourd’hui est une croyance répandue – beaucoup plus répandue qu’elle ne l’était pour Wilson. Elle a des composantes économiques, politiques et morales dont les différentes propositions pèsent des poids différents. Avec cette amplitude, il y a eu confusion. Beaucoup d’Américains associent ce terme à la croyance de la gauche en un gouvernement fort ; en France, il est lié à la liberté du fondamentalisme. Quelle que soit la version que vous choisissez, le libéralisme est attaqué.

L’attaque est une réponse à l’apparition de personnes identifiées par leurs adversaires en tant qu’élite libérale, ce qui n’est pas pas complètement irrationnel. La globalisation du commerce mondial, les niveaux de migration historiquement élevés et un ordre mondial libéral fondé aux États-Unis, condition préalable pour projeter une puissance militaire : c’est tout ce que l’élite a cherché à créer et à maintenir. Ce sont des choses que l’élite a bien faites et félicitation pour leur capacité d’adaptation et leur ouverture au changement. Parfois, elles n’ont profité qu’à une petite partie de la population ; parfois, elles se sont consolidées à leur détriment.

Les politiciens et les mouvements populistes ont remporté des victoires qui se définissent par opposition à cette élite : Donald Trump en opposition à Hillary Clinton ; Nigel Farage à David Cameron ; le mouvement 5 étoiles à la bureaucratie bruxelloise ; Viktor Orban à George Soros. Ce dernier ne conteste pas les élections hongroises d’avril, mais incarne tout ce que Orban méprise en plus d’être juif.

Les populistes maudissent les dirigeants du passé qu’ils qualifient de possédés par un politiquement correct autoritaire et les accusent de ne pas rester en contact avec ce qui intéresse les gens ordinaires. Ils promettent à leurs électeurs la possibilité de « reprendre le contrôle ».

Pendant ce temps, les puissances montantes – dont la Russie – bien qu’elles soient encore dangereuses, tentent de défier ou du moins de changer l’ordre du monde libre. Et dans un avenir proche, la plus grande économie du monde sera la Chine, une dictature avec un parti unique. De toutes ces façons, le lien rarement remis en question entre le développement économique et la démocratie libérale a été sérieusement mis à l’épreuve. The Economist célèbre son 175e anniversaire en croyant en la défense de cet ordre.

Principes

C’est ainsi que ça s’est passé. Le libéralisme a réussi à réinventer et à être fidèle à ce qu’Edmund Fawcett, ancien journaliste dans cette publication, a identifié dans son excellent récit sur le sujet comme quatre éléments clés. Le premier est que la société est un lieu de conflit, qu’elle le restera et qu’elle doit le rester ; dans un environnement politique approprié, ce conflit crée de la concurrence et des arguments productifs. Un autre, c’est que même si la société est dynamique, elle peut être encore plus dynamique, et les libéraux doivent travailler à cette amélioration. Le troisième est une méfiance à l’égard du pouvoir, en particulier à l’égard du pouvoir concentré. Le quatrième est l’insistance, auprès de tout pouvoir, du respect civil de l’individu, et donc sur l’importance des droits personnels, politiques et de propriété.

Contrairement aux marxistes, le progrès libéral ne ressemble pas à une sorte d’utopie : leur respect des individus avec leurs inévitables conflits l’interdit. Mais contrairement aux conservateurs qui mettent l’accent sur la stabilité et la tradition, ils luttent pour le progrès, tant sur le plan matériel que sur le plan du caractère et de l’éthique. Ainsi, les libéraux ont généralement été des réformateurs qui agissent pour le changement social. Le libéralisme doit aujourd’hui éviter de s’identifier aux élites et au statu quo et s’attaquer à cet esprit de réforme.

La philosophie libérale spécifique que Wilson a essayé de promulguer est née en relation avec l’industrialisation, après la révolution française et américaine. Il a sauvé des penseurs comme John Locke et Adam Smith dans l’héritage intellectuel des Lumières. Cette tradition a été formée par une série d’intellectuels victoriens, en particulier John Stuart Mill, mais comprenait aussi le deuxième éditeur de cette publication, Walter Bagehot.

Il y a eu des mouvements et des penseurs libéraux à travers l’Europe continentale ainsi qu’en Amérique. Les premiers politiciens qui ont revendiqué le label, les « libéraux » espagnols, l’ont fait pendant une courte période de pouvoir parlementaire après 1812. Le trône a été embrassé par la plupart des nouveaux pays indépendants d’Amérique latine à partir du XIXe siècle. Mais le centre du mouvement était la Grande-Bretagne, la plus grande économie et la plus grande puissance politique du monde.

Ce n’était pas le même libéralisme qu’aujourd’hui. Prenons les relations extérieures. Les libéraux victoriens étaient souvent des pacifistes qui appréciaient les liens commerciaux, mais évitaient les alliances militaires. Plus tard, une tradition d’« impérialisme libéral » a justifié le colonialisme par le fait qu’il a conduit au progrès – en termes de lois et de droits de propriété – pour ceux qui l’ignoraient. Très peu utilisent cet argument aujourd’hui. The Economist était sceptique à l’égard de l’impérialisme et soutenait en 1862 que les colonies « auraient une telle valeur pour nous si elles étaient indépendantes ». Cependant, les « races non civilisées » devaient être « guidées, protégées et éduquées ».

Le libéralisme n’est pas né de la démocratie libérale dont il jouit maintenant. Les libéraux étaient des hommes blancs qui se considéraient supérieurs au reste de l’humanité. Même Bagehot, comme Mill, a appuyé la réunion de femmes, mais pendant la majeure partie de ses premières années, cette publication ne l’a pas soutenue. Mill et Bagehot craignaient que l’extension du droit de vote à tous les hommes, quel que soit leur statut de propriétaire, ne conduise au « gouvernement par la majorité ».

Fission

Considérons la relation entre l’État et le marché. Les libéraux comme Wilson avaient une croyance quasi-religieuse dans la liberté des affaires et voyaient un rôle réduit pour l’État. Les premiers rédacteurs en chef de The Economist ont investi dans l’éducation publique basée sur l’impôt et augmenté les dépenses publiques pour réduire la faim en Irlande. Cependant, au début des années 1920, de nombreux libéraux européens et leurs cousins progressistes américains sont passés de la fiscalité progressive et de la protection sociale de base aux efforts nécessaires pour limiter les défaillances du marché.

Cela a conduit à un schisme. Les partisans libéraux de John Maynard Keynes ont soutenu le rôle de l’État dans la promotion de la demande pour combattre la récession et assurer la sécurité sociale. Comme cette publication l’indiquait en 1943, « c’est la plus grande différence entre les libéraux du XXe siècle et leurs prédécesseurs, choisir où placer le pouvoir organisationnel du gouvernement ». Les partisans de Friederich Hayek croyaient que ces pouvoirs organisationnels progressaient toujours dangereusement, d’où l’émergence d’un « néolibéralisme » pour gouverner radicalement l’État.

The Economist a embrassé les deux, poussé selon l’époque par des éléments mariant le pragmatisme et le sentiment des difficultés présentes plus que par une idéologie. Lorsque nous avons soutenu l’impôt progressif sur les bénéfices au début du XXe siècle, une position que Wilson aurait rejetée, c’était parce qu’il était plus à notre goût que les tarifs protectionnistes préconisés par les conservateurs. Après la dépression et la Seconde Guerre mondiale, nous avons suivi le point de vue keynésien selon lequel les deux conduisait à une participation importante du gouvernement dans l’économie et ont vu le mérite dans le fait que les nations libérales travaillent ensemble pour créer un monde où leurs valeurs prévaudraient. Lorsque nous nous sommes rebellés contre l’attaque subséquente de l’État pour mener la déréglementation et la privatisation que Margaret Thatcher et Ronald Reagan allaient plus tard établir, nous avons été davantage touchés par les lacunes du statu quo que par une fureur libertarienne.

Ces dernières années, The Economist a soutenu la stabilité des prix intérieurs et l’assujettissement à l’impôt, l’ouverture du marché et l’investissement extérieur ainsi que le cocktail amical de prescriptions politiques appelé le Consensus de Washington. Au milieu de l’infidélité actuelle du libéralisme – et des doutes autour du libéralisme lui-même – il convient de rappeler combien ces positions étaient utiles.

Les causes nucléaires de la liberté individuelle, du libre-échange et du libre marché ont été le moteur le plus puissant de la prospérité à travers l’histoire.

Note du Saker Francophone

Bruno Bertez commente ici cet article sous le titre : « Les sponsors de Macron se résolvent à prôner la réforme du 'libéralisme' ». 

Incroyable ! Pour lutter contre le populisme qui leur fait très peur, les sponsors de Macron se résolvent à prôner la réforme du libéralisme.

Attention : ne vous laissez pas piéger, car ce qu'ils appellent le libéralisme ; ce n'est pas le libéralisme, non c'est le néo, l'ultra-libéralisme. Vous savez ce néo-libéralisme crony [les copains et les coquins], de connivence avec l'État, bref ce que j'appelle le capitalisme monopolistique dirigé par l'État et les banques centrales réunis.

Mal nommer fait partie intégrante de la propagande.

Traduit par Hervé, relu par Cat pour le Saker Francophone

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF