Pourquoi le politiquement correct échoue – Pourquoi ce que nous pensons être sûr est faux


Par Gail Tverberg – Le 26 septembre 2017 – Source OurFiniteWorld

Résultats de recherche d'images pour « religion of success »
La plupart d’entre nous sont familiers avec la vision politiquement correcte (PC) du monde. William Deresiewicz décrit cette vision, qu’il appelle la « religion du succès », comme suit :

« Il existe une bonne façon de penser et une bonne façon de parler, ainsi qu’un ensemble correct de choses à penser et à discuter. La laïcité est prise pour acquise. L’environnementalisme est une cause sacrée. Les questions d’identité – principalement la sainte trinité de la race, du genre et de la sexualité – occupent le centre des préoccupations. »

Il y a d’autres croyances qui vont avec cette religion du succès :

  • Le vent et l’énergie solaire nous sauveront.
  • Les voitures électriques rendront le transport possible jusqu’à la fin des temps.
  • Nos leaders mondiaux sont tout-puissants.
  • La science a toutes les réponses.

Pour moi, cette histoire équivaut à peu près à l’article « La terre est plate et infinie, selon les experts appointés », par Chris Hume dans Funny Times. Alors que cette histoire est populaire, elle est tout simplement idiote.

Dans cet article, j’explique pourquoi de nombreuses compréhensions populaires sont tout simplement fausses. Je couvre de nombreux sujets controversés, y compris l’environnementalisme, la littérature évaluée par les pairs, les modèles de changement climatique et la religion. Je m’attends à ce que l’analyse surprenne presque tout le monde.

Mythe 1 : S’il y a un problème avec le manque de ressources, y compris le pétrole, il se manifestera par des prix élevés.

Lorsque nous atteignons les limites du pétrole ou de toute ressource finie, le problème que nous rencontrons est un problème d’allocation.

What happens if economy stops growing
Figure 1. Deux points de vue sur la croissance économique future. Créé par l’auteur.

 

Tant que la quantité de ressources que nous pouvons extraire du sol augmente plus rapidement que la population, il n’y a aucun problème avec les limites. Le petit bout que chaque personne pourrait obtenir de ces ressources croissantes représente plus de cette ressource, en moyenne. Les citoyens peuvent raisonnablement s’attendre à ce que les promesses de retraite futures seront versées à partir des ressources croissantes. Ils peuvent également s’attendre à ce qu’à l’avenir les actions et les obligations qu’ils possèdent puissent être échangées contre des biens et des services réels.

Si la quantité de ressources commence à diminuer, le problème que nous rencontrons devient presque un problème du genre « chaises musicales ».

Figure 2. Cercle de chaises arrangé pour jeu de chaises musicales. Source.

 

À chaque tour d’un jeu de chaises musicales, une chaise est retirée du cercle. Les joueurs du jeu doivent marcher à l’extérieur du cercle. Lorsque la musique s’arrête, tous les joueurs se bousculent pour les chaises restantes. Quelqu’un est éjecté du jeu.

Les acteurs du système économique d’aujourd’hui sont :

  • Les travailleurs hautement rémunérés (ou élite).
  • Les travailleurs à faible rémunération (ou non élite).
  • Les entreprises.
  • Les gouvernements.
  • Les propriétaires d’actifs (tels que les actions, les obligations, les terrains, les bâtiments) qui veulent les vendre et les échanger contre les biens et les services d’aujourd’hui.

En cas de pénurie d’une ressource, la croyance standard est que les prix augmenteront et que plus de ressources seront trouvées ou que la substitution aura lieu. La substitution ne fonctionne que dans certains cas : il est difficile de penser à un substitut à l’eau douce. Il est souvent possible de remplacer un produit énergétique par un autre. Dans l’ensemble, cependant, il n’y a pas de substitut à l’énergie. Si nous voulons chauffer une substance pour produire une réaction chimique, nous avons besoin d’énergie. Si nous voulons déplacer un objet d’un endroit à l’autre, nous avons besoin d’énergie. Si nous voulons désaliniser de l’eau pour produire plus d’eau douce, cela demande également de l’énergie.

L’économie mondiale est un système en réseau auto-organisé. Le système en réseau comprend les entreprises, les gouvernements et les travailleurs, plus de nombreux types d’énergie, y compris l’énergie humaine. Les travailleurs jouent un double rôle parce qu’ils sont aussi des consommateurs. La façon dont les biens et les services sont attribués, est déterminée par les « forces du marché ». En fait, la manière dont ces forces du marché agissent est déterminée par les lois de la physique. Ces forces du marché déterminent lequel des joueurs sera éliminé s’il n’y a pas assez de chaises.

Les travailleurs non élites jouent un rôle central dans ce système car leur nombre est très important. Ces personnes sont les principaux clients pour les biens tels que les maisons, les aliments, les vêtements et les services de transport. Ils jouent également un rôle majeur dans le paiement des impôts et dans la réception des services gouvernementaux.

L’histoire dit que s’il n’y a pas assez de ressources disponibleS, nous pouvons nous attendre à une augmentation de la disparité des salaires et des richesses. Cela se produit parce que l’utilisation accrue de la technologie et une plus grande spécialisation sont des solutions de contournement pour de nombreux types de problèmes. À mesure que l’économie repose de plus en plus sur la technologie, ses propriétaires et ses gestionnaires commencent à recevoir des salaires plus élevés, en laissant une part toujours plus petite aux travailleurs sans compétence particulière. Les propriétaires et les gestionnaires ont également tendance à recevoir des revenus provenant d’autres sources, tels que les intérêts, les dividendes, les gains en capital et les loyers.

Quand il n’y a pas assez de ressources disponibles, la tentation consiste à utiliser la technologie pour remplacer les travailleurs, car cela réduit les coûts. Mais bien sûr, un robot n’a pas besoin d’acheter de la nourriture ou une voiture. Une telle approche tend à pousser les prix des produits de base vers le bas, plutôt que vers le haut. Cela se produit parce que moins de travailleurs sont employés. Au total, ils ne peuvent plus se permettre d’acheter autant de marchandises. Une pression négative similaire sur les prix des produits de base se produit si les salaires des travailleurs non élites stagnent ou tombent.

Si les salaires des travailleurs non élites sont plus faibles, les gouvernements se trouvent en difficulté croissante parce qu’ils ne peuvent pas collecter suffisamment d’impôts pour tous les services qu’ils doivent fournir. L’histoire montre que les gouvernements s’effondrent souvent dans de telles situations. Des défauts majeurs sur la dette sont un autre résultat probable (figure 3). Les titulaires de pension sont une autre catégorie de bénéficiaires qui risquent d’être « exclus » lorsque le jeu de chaises musicales va s’arrêter.

Figure 3 – Le système financier mondial dépend de la croissance

 

Les lois de la physique suggèrent fortement que si nous atteignons des limites de ce type, l’économie s’effondrera. Nous savons que cela est arrivé à de nombreuses économies par le passé. Plus récemment, nous avons assisté à des effondrements partiels, comme la dépression des années 1930. La dépression s’est produite lorsque le prix de l’alimentation a chuté parce que la mécanisation a éliminé une part importante de la main-d’œuvre humaine. Alors que cette modification a réduit le prix de l’alimentation, elle a également eu un impact négatif sur le pouvoir d’achat de ceux dont les emplois ont été éliminés.

L’effondrement de l’Union soviétique est un autre exemple d’un effondrement partiel. Cet effondrement s’est produit à la suite des faibles prix du pétrole des années 1980. L’Union soviétique était un exportateur de pétrole qui a été affecté par les bas prix du pétrole. Elle a pu continuer à produire pendant un certain temps, mais finalement, en 1991, les problèmes financiers l’ont rattrapée et le gouvernement central s’est effondré.

Figure 4. La consommation de pétrole, la production et le prix ajusté en fonction de l’inflation, tous tirés de BP Statistical Review of World Energy, 2015.

 

Les prix bas sont souvent un signe de manque d’accessibilité financière. Les prix actuels du pétrole, du charbon et du gaz naturel ont tendance à être trop faibles pour les producteurs actuels. Les prix bas de l’énergie sont trompeurs car leur impact initial sur l’économie semble être favorable. L’idée maîtresse est que, après un certain temps, la pénurie de fonds pour le réinvestissement augmente et la production s’effondre. L’effondrement de l’économie qui en résulte peut ressembler à un effondrement financier ou à un effondrement du gouvernement.

Les prix du pétrole ont été bas depuis la fin de 2014. Nous ne savons pas combien de temps les prix bas peuvent continuer avant l’effondrement. Le temps écoulé depuis que les prix du pétrole ont fortement baissé est maintenant de trois ans ; nous devrions être inquiets.

Mythe 2 : (relatif au mythe 1) Si nous attendons assez longtemps, les énergies renouvelables deviendront abordables.

Le fait que la disparité salariale augmente à mesure que nous abordons les limites signifie que les prix ne peuvent pas s’attendre à augmenter à mesure que nous abordons les limites. Au lieu de cela, les prix ont tendance à diminuer, car un nombre croissant d’acheteurs éventuels sont sortis du marché. Si, en fait, les prix de l’énergie augmentaient beaucoup plus, il y aurait d’énormes quantités de pétrole, de charbon et de gaz qui pourraient être extraites.

Figure 5. Figure EIA 1.4 à partir du World Energy Outlook 2015, montrant combien de pétrole peut être produit à différents niveaux de prix, selon les modèles de l’IEA.

 

Il semble y avoir un prix abordable pour tous les produits. Ce prix maximum abordable dépend dans une large mesure des salaires des travailleurs non élites. Si leurs salaires baissent (par exemple, en raison de la mécanisation ou de la mondialisation), le prix maximum abordable peut baisser de même.

Mythe 3 : (lié aux mythes 1 et 2) Une surabondance de pétrole indique que les limites d’extraction du pétrole sont lointaines.

Une limitation des quantités de pétrole signifie que trop de personnes dans le monde sont « en dehors » du marché d’achat des biens et des services qui dépendent du pétrole, en raison des bas salaires ou du manque de travail. C’est un problème de physique lié à la formation de la glace lorsque la température est trop basse. Nous savons que ce genre de choses se produit régulièrement dans des effondrements et des collapsus partiels. Au cours de la dépression des années 1930, la nourriture était détruite par manque d’acheteurs. Ce n’est pas une indication que les limites sont lointaines. C’est une indication que les limites sont proches. Le système ne peut plus être équilibré correctement.

Mythe 4 : Le vent et l’énergie solaire peuvent nous sauver

La quantité d’énergie (autre que l’apport alimentaire direct) dont les humains ont besoin est largement supérieure à ce que la plupart des gens pense. D’autres animaux et plantes peuvent vivre sur les aliments qu’ils mangent ou l’énergie qu’ils produisent à l’aide de la lumière du soleil et de l’eau. Les humains ont dévié de ce modèle simple depuis longtemps, il y a plus d’un million d’années.

Malheureusement, nos corps sont maintenant adaptés à l’utilisation de l’énergie supplémentaire en plus de la nourriture. L’utilisation du feu a permis aux humains de se développer différemment des autres primates. L’utilisation du feu pour cuisiner certains de nos aliments nous a aidés de plusieurs façons. Cela a libéré du temps qui aurait autrement été passé à mâcher, fournissant du temps pouvant être utilisé pour la fabrication d’outils et d’autres métiers. Cela a permis aux dents, aux mâchoires et aux systèmes digestifs d’être plus petits. L’énergie réduite nécessaire pour maintenir le système digestif a permis au cerveau de devenir plus grand. Cela a permis aux humains de vivre dans certaines parties du monde auxquelles ils ne sont pas physiquement adaptés.

En fait, à l’époque des chasseurs-cueilleurs, les humains semblaient avoir besoin de trois fois plus d’énergie totale qu’un primate de taille correspondante, si nous comptons la biomasse brûlée en plus de l’énergie alimentaire directe.

Figure 6 – La population humaine a augmenté avec la consommation d’énergie

 

La colonne « Watts par Tête » est une mesure du taux de consommation d’énergie. Même au temps des chasseurs-cueilleurs, les humains se comportaient différemment des primates de taille similaire. Sans consommer d’énergie supplémentaire, un humain ressemblant à un animal est comme une ampoule toujours sur 100 watts. Avec l’utilisation de l’énergie supplémentaire provenant de la biomasse brûlée et d’autres sources, même au temps de chasseurs-cueilleurs, l’énergie utilisée était équivalente à celle d’une ampoule toujours allumée de 300 watts.

Comment la quantité d’énergie produite par les éoliennes actuelles et les panneaux solaires se compare-t-elle à l’énergie utilisée par les chasseurs-cueilleurs ? Comparons le vent et la production solaire d’aujourd’hui aux 200 watts d’énergie supplémentaire nécessaire pour maintenir notre existence humaine par rapport à la période des chasseurs-cueilleurs (différence entre 300 watts par habitant et 100 watts par habitant). Cela suppose que si nous devions revenir à la chasse et à la cueillette, nous pourrions collecter des aliments pour tous et couvrir les premiers 100 watts par habitant. Tout ce que nous devrions faire, c’est de fournir suffisamment d’énergie supplémentaire pour la cuisine, le chauffage et d’autres besoins très fondamentaux, sans déboiser les terres.

De manière pratique, BP donne la production de l’énergie éolienne et solaire en « terawattheures ». Si nous prenons la population mondiale de 7,5 milliards de personnes, et que nous multiplions par 24 heures par jour, 365,25 jours par an et 200 watts, nous avons besoin de 13 149 terawattheures par an d’énergie supplémentaire. En 2016, la production à base de vent était de 959,5 terawattheures ; la production d’énergie solaire était de 333,1 terawattheures, soit un total de 1 293 terawattheures. En comparant l’énergie fournie réellement (1 293 tWh) à l’énergie requise de 13 149 tWh, le vent et l’énergie solaire actuels ne fourniraient que 9,8% de l’énergie supplémentaire nécessaire pour maintenir un niveau d’existence de chasseurs-cueilleurs pour la population d’aujourd’hui. 1.

Bien sûr, c’est sans considérer comment nous allons continuer à créer de l’électricité éolienne et solaire alors que nous sommes redevenus des chasseurs-cueilleurs, et sans se demander comment nous allons distribuer cette électricité. Inutile de dire que nous serions loin de reproduire un niveau d’existence agricole pour un grand nombre de personnes, en utilisant uniquement le vent et l’énergie solaire. Même en ajoutant de l’énergie hydraulique, le montant ne représente que 40,4% de l’énergie ajoutée nécessaire à l’existence en tant que chasseurs-cueilleurs pour la population d’aujourd’hui [Et il faut entretenir les barrages, NdT].

Beaucoup de gens croient que la production d’énergie à base du vent et d’énergie solaire augmentent rapidement. À partir d’une base de zéro, les augmentations en pourcentage annuel semblent être importantes. Mais par rapport au point final nécessaire pour maintenir un niveau raisonnable de population, nous sommes très loin du compte. Une récente conférence sur l’énergie par le Professeur Vaclav Smil est intitulée « La Révolution énergétique ? On va la faire en rampant ».

Mythe 5 : Les méthodes d’évaluation telles que le « Taux de retour énergétique » (EROI) et l’« Analyse du cycle de la vie » (LCA) indiquent que le vent et l’énergie solaire devraient être des solutions acceptables.

Ces approches se concentrent sur la façon dont l’énergie utilisée pour créer un objet donné se compare à ce que cet objet consomme. Le problème avec ces analyses est que, bien que nous puissions mieux mesurer « l’énergie sortante », nous avons du mal à déterminer le total de l’« énergie entrante  ». Une grande partie de la consommation d’énergie provient de sources indirectes, comme les routes partagées par beaucoup de différents utilisateurs.

Un problème particulier se produit avec des ressources intermittentes, comme le vent et l’énergie solaire. Les analyses EROI disponibles pour le vent et l’énergie solaire sont basées sur des analyses de ces dispositifs en tant qu’éléments autonomes (peut-être alimentant une usine de dessalement, sur une base intermittente). Sur cette base, ils semblent être raisonnablement de bons choix en tant que dispositifs de transition loin des combustibles fossiles.

Les analyses EROI ne traitent pas bien la situation lorsqu’il est nécessaire d’ajouter des infrastructures coûteuses pour compenser l’intermittence de l’énergie éolienne et solaire. Cette situation se produit lorsque l’électricité est ajoutée au réseau en plus que de petites quantités. Une solution de rechange pour l’intermittence est l’ajout de batteries ; une autre est de surdimensionner les dispositifs intermittents, en n’utilisant que la partie de l’électricité intermittente qui vient à l’heure du jour et sur la période de l’année où elle est nécessaire. Une autre approche consiste à payer les fournisseurs de combustibles fossiles pour maintenir des capacités supplémentaires (nécessaires à la fois pour une montée rapide en charge et pour les périodes de l’année où les ressources intermittentes sont insuffisantes). 2.

L’une de ces solutions est coûteuse et devient plus coûteuse au fur et à mesure que le pourcentage d’électricité intermittente augmente dans le mix énergétique. Euan Mearns a récemment estimé que pour un parc éolien offshore en particulier, le coût serait six fois plus élevé si une batterie de secours suffisante pour égaliser les fluctuations du vent sur un seul mois devait être ajoutée. Si l’objectif était de compenser les fluctuations à plus long terme, le coût serait sans doute plus élevé encore. Il est difficile de modéliser les solutions de rechange nécessaires pour un système véritablement 100% renouvelable. Le coût serait sans doute astronomique.

Lorsqu’une analyse telle que l’EROI est préparée, on a tendance à exclure tout coût qui varie selon la demande, car un tel coût est difficile à estimer. Mes antécédents dans le travail d’actuaire me donnent à penser que dans un tel cadre, l’accent est toujours mis sur la complétude car, après les faits, il deviendra très clair si l’analyste a laissé de côté des coûts importants liés aux assurances. Dans l’EROI et les analyses similaires, il y a beaucoup moins de lien avec le monde réel, donc une omission peut ne jamais être remarquée. En théorie, les EROI sont utilisés à des fins multiples, y compris celles où l’intermittence n’est pas un problème. On n’attend pas du modélisateur EROI qu’il considère tous les cas.

Une autre façon de voir le problème est un problème de « qualité ». La théorie d’EROI traite généralement tous les types d’énergie comme équivalents (y compris le charbon, le pétrole, le gaz naturel, l’électricité intermittente et l’électricité de qualité réseau). Dans cette perspective, il n’est pas nécessaire de corriger les différences dans les types de production d’énergie. Ainsi, il est tout à fait logique de publier des analyses EROI et LCA qui semblent indiquer que le vent et l’énergie solaire sont d’excellentes solutions, sans aucune explication quant aux coûts probables élevés dans le monde réel liés à leur utilisation sur le réseau électrique.

Mythe 6 :  Les articles évalués par les pairs donnent des résultats corrects.

La vraie histoire est que les articles examinés par les pairs doivent être soigneusement examinés par ceux qui les utilisent. Il y a une chance très importante que des erreurs aient pu s’y insérer. Cela peut se produire en raison d’une interprétation erronée des articles précédemment évalués par les pairs, ou parce que les articles précédemment évalués par les pairs étaient basés sur « la pensée du jour », qui n’était pas tout à fait correcte, compte tenu de ce qui a été appris depuis l’écriture de l’article. Ou, comme le montre l’exemple du Mythe 5, les résultats des articles examinés par des pairs peuvent être source de confusion pour ceux qui les lisent, en partie parce qu’ils ne sont pas écrits pour un public en particulier.

Vue la façon dont la recherche universitaire est divisée, les chercheurs possèdent généralement un niveau élevé de connaissances spécialisées sur un domaine particulier. La situation du monde réel avec l’économie mondiale, comme je l’ai mentionné dans ma discussion du Mythe 1, est que l’économie est un système en réseau auto-organisé. Tout affecte tout le reste. Le chercheur, avec ses antécédents étroits, ne comprend pas ces interconnexions. Par exemple, les chercheurs en énergie ne comprennent généralement pas les boucles de rétroaction économiques, donc ils ont tendance à les laisser de côté. Les pairs examinateurs, qui recherchent des erreurs dans le document lui-même, risquent également de manquer des boucles de rétroaction importantes.

Pour aggraver les choses, le processus de publication tend à favoriser les résultats qui suggèrent qu’il n’y a pas de problème énergétique à venir. Ce biais peut passer à travers le processus d’examen par les pairs. Un auteur m’a expliqué qu’il avait laissé passer un certain point d’un document parce qu’il s’attendait à ce que certains de ses pairs examinateurs viennent de la Communauté Verte ; il ne voulait rien dire qui pourrait offenser de tels critiques.

Ce biais peut également venir directement de l’éditeur de livres et d’articles universitaires. L’éditeur s’occupe de vendre des livres et des articles de revues ; il ne veut pas gêner les acheteurs potentiels de ses produits. Un éditeur m’a clairement indiqué que son organisation ne voulait aucune mention de problèmes qui semblent être sans solution. Le lecteur doit avoir l’impression que, bien qu’il puisse y avoir des problèmes à venir, des solutions sont susceptibles d’être trouvées.

À mon avis, toute recherche publiée doit être examinée très attentivement. Il est très difficile pour un auteur de s’éloigner beaucoup au-delà du niveau général de compréhension de son public et des vrais critiques. Il existe des incitations financières pour les auteurs à produire des rapports politiquement correct, et pour les éditeurs de les publier. Dans de nombreux cas, les articles des blogs peuvent être de meilleures ressources que les articles universitaires, car les auteurs de blogs ont moins de pression pour écrire des rapports politiquement corrects.

Mythe 7 : Les modèles climatiques donnent une bonne estimation de ce à quoi l’on peut s’attendre à l’avenir.

Il ne fait aucun doute que le climat change. Mais l’hystérie du changement climatique est-elle vraiment l’histoire correcte ?

Notre économie, et en fait la Terre et tous ses écosystèmes, sont des systèmes en réseau auto-organisés. Nous atteignons des limites dans de nombreuses zones à la fois, y compris au niveau de l’énergie, de l’eau douce, du nombre de poissons qui peuvent être extraits chaque année des océans et de l’extraction de minerai métallique. Les limites physiques sont susceptibles de conduire à des problèmes financiers, comme l’indique la figure 3. Les modélistes du changement climatique ont choisi de laisser toutes ces questions hors de leurs modèles, en supposant que l’économie puisse continuer à croître comme d’habitude jusqu’à 2100. En laissant de côté ces autres problèmes, ils peuvent évidemment exagérer l’impact du changement climatique.

L’Agence internationale de l’énergie est très influente en ce qui concerne les problèmes d’énergie. Entre 1998 et 2000, elle a fait une volte-face majeure dans l’importance des limites d’énergie. Les Perspectives de l’énergie mondiale de 1998 de l’EIA consacrent de nombreuses pages à la discussion de la possibilité d’un approvisionnement insuffisant en pétrole à l’avenir. En fait, au début du rapport, il est dit :

« Notre analyse des preuves actuelles suggère que la production mondiale de pétrole provenant de sources conventionnelles pourrait atteindre un pic au cours de la période 2010-2020. »

Le même rapport mentionne également les considérations relatives au changement climatique, mais consacre beaucoup moins de pages à ces préoccupations. La Conférence de Kyoto a eu lieu en 1997 où le sujet a été discuté plus largement.

En 1999, l’AIE n’a pas publié de World Energy Outlook. Lorsque l’EIA a publié ces Perspectives énergétiques mondiales pour 2000, le rapport s’est concentré soudain sur le changement climatique, sans plus mentionner le Peak Oil. L’USGS World Petroleum Assessment 2000 a récemment été publié. Il pourrait être utilisé pour justifier une production de pétrole au moins un peu plus élevée dans le futur.

Je serai la première à admettre que l’histoire du « Peak Oil » n’était pas vraiment justifiée. C’est une histoire à moitié vraie, basée sur une compréhension partielle du rôle que joue la physique dans les limites énergétiques. L’approvisionnement en pétrole n’est pas « épuisé ». Les adeptes de la théorie du « Peak Oil » n’ont pas non plus compris que la physique régit la manière dont les marchés fonctionnent, que les prix augmentent ou tombent ou oscillent. S’il n’y en a pas assez pour tout le monde, certains des éventuels acheteurs seront retirés du marché. Mais le changement climatique, comme seul problème, ou même comme problème majeur, n’est pas la bonne histoire non plus. C’est une autre histoire à demi-vraie.

Un point que les adeptes du « Peak Oil » et l’EIA manquent, c’est que l’économie mondiale n’a pas vraiment la capacité de réduire l’utilisation des combustibles fossiles de manière significative sans que l’économie mondiale ne s’effondre. Ainsi, les recommandations de l’EIA concernant la baisse de consommation des combustibles fossiles ne peuvent pas fonctionner. (Le changement d’utilisation de l’énergie parmi différents pays est assez facile, cependant, les réductions de CO2 de pays un par un semblent plus bénéfiques qu’elles ne le sont réellement.) L’EIA ferait mieux de parler des autres changements que ceux autour des carburants comme susceptibles de réduire le CO2 : la consommation de nourriture végétarienne, l’élimination des techniques de riziculture par inondation et le fait d’avoir des familles plus petites. Bien sûr, ce ne sont pas vraiment des problèmes dont l’Association internationale de l’énergie se préoccupe.

La malheureuse vérité est que, sur un sujet difficile et interdisciplinaire, nous n’avons vraiment pas les moyens de contourner le manque de connaissance sur un sujet, pour devenir rapidement un expert sur ce sujet, sans un certain nombre d’étapes distinctes, partiellement fausses. Les études sur le climat du GIEC et les analyses de l’EROI entrent toutes les deux dans cette catégorie, tout comme les rapports sur le Peak Oil.

Les progrès que j’ai fait pour mieux cerner cette histoire des limites énergétiques n’auraient pas été possibles sans le travail de beaucoup d’autres personnes, y compris ceux qui travaillent sur l’étude du Peak Oil et ceux qui étudient l’EROI. J’ai également reçu beaucoup de « conseils » de lecteurs de mon blog OurFiniteWorld.com, concernant d’autres sujets que je devrais connaître. Même avec toute cette aide, je suis sûre que ma version de la vérité n’est pas tout à fait juste. Nous continuons à apprendre à mesure que nous avançons.

Il se peut qu’il y ait des détails de ce modèle climatique particulier qui ne sont pas corrects, bien que ce soit en dehors de mon domaine d’expertise. Par exemple, les températures historiques utilisées par les chercheurs semblent nécessiter beaucoup d’ajustements pour être utilisables. Certaines personnes font valoir que cet enregistrement historique a été ajusté pour le rendre conforme au modèle particulier utilisé.

Il y a aussi la question de savoir ou l’on se situe maintenant. J’ai mentionné plus tôt le problème des indications d’EROI n’ayant aucun lien avec le monde réel ; les indications du modèle climatique ne sont pas aussi mauvaises, mais elles semblent également ne pas être bien reliées à ce qui se passe réellement.

Mythe 8 : Nous n’avons pas besoin de religion ; nos dirigeants savent tout et sont tout-puissants

Note du Saker Francophone

L'auteur a publié une seconde version de l'article sans la religion mais en laissant le premier en ligne.

Voici son commentaire sur ce choix éditorial en date du 1er octobre :

Il y a maintenant deux versions de mon article sur le politiquement correct. La nouvelle version exclut la discussion sur la religion ; la première version comprenait une discussion sur certains éléments liés à la religion. Il est difficile de discuter des deux sujets ensemble. Le nouvel article est plus lié au point de vue d'un ingénieur.

Nous luttons contre les lois de la physique. S’attendre à ce que nos dirigeants gagnent la lutte contre les lois de la physique est assez risqué. Certaines des actions de nos dirigeants semblent extraordinairement stupides. Par exemple, si la baisse des taux d’intérêt a décalé le Peak Oil, proposer de relever les taux d’intérêt alors que nous n’avons pas résolu le problème de l’appauvrissement de déplétion pétrolière sous-jacent semble très peu conseillé.

Tout ce que j’ai vu indique qu’il existe littéralement un Pouvoir Supérieur qui régit notre économie mondiale. Ce sont les lois de la physique qui régissent l’économie mondiale. Les lois de la physique affectent l’économie mondiale de plusieurs façons. L’économie est une structure dissipative. Les entrées d’énergie ont permis à l’économie de rester dans un « état d’équilibre » (c’est-à-dire dans un état de croissance) pendant une très longue période.

Finalement, la capacité d’une économie à croître doit prendre fin. Le problème est qu’il faut des quantités croissantes d’énergie pour lutter contre l’entropie croissante (coût d’extraction énergétique plus élevé, besoin de dette croissante et augmentation des niveaux de pollution) du système. L’économie doit finir, tout comme la vie des plantes et des animaux individuels (qui sont aussi des structures dissipatives) doit s’achever.

Les gens à travers les âges ont été effrayés par la façon dont fonctionne ce système qui fournit la croissance. Nous obtenons l’énergie du soleil. Cette énergie solaire aide à cultiver nos aliments. Elle permet la croissance physique des humains. Elle permet la croissance des écosystèmes et des économies. Les humains, les écosystèmes et les économies semblent permanents, mais finalement ils doivent tous s’effondrer. En termes physiques, ils sont tous des structures dissipatives.

Les humains ont été impressionnés par la propriété d’auto-organisation permise par les flux d’énergie dès qu’ils ont eu la capacité de penser des pensées abstraites. Ces flux permettent à un ensemble nouvellement créé d’être supérieur à la somme de ses éléments. Par exemple, les bébés partent de très bas mais deviennent des adultes. Les notes de musique vont ensemble pour former des mélodies reconnaissables. Les mouvements physiques vont ensemble pour former des danses. L’admiration pour ce phénomène semble être l’une des origines de la religion.

Une autre raison pour l’apparition des religions est un besoin de structure hiérarchique au sein d’une économie. Nous savons que les groupes d’animaux ont très souvent des « ordres hiérarchiques ». L’ajout d’un dieu constitue un moyen pratique d’ajouter un « niveau supérieur » à l’ordre hiérarchique. Bien sûr, si les dirigeants peuvent convaincre les membres du groupe qu’ils connaissent tout et que la science peut fournir toutes les réponses, le niveau supérieur fourni par la religion n’est plus nécessaire.

Une troisième raison pour les religions est d’aider à aligner les pensées des membres d’une manière particulière. La plupart d’entre nous sont conscients de la puissance des matériaux magnétisés.

 

Figure 7. Source

 

Dans une certaine mesure, le même pouvoir existe lorsque les systèmes de croyance des groupes de personnes peuvent être alignés dans la même direction. Par exemple, les enseignants trouvent beaucoup plus facile d’enseigner à de grands groupes d’étudiants, si les parents ont souligné l’importance de l’école et le besoin de respect des enseignants. Un chef militaire peut attaquer un autre pays si les soldats suivent les ordres. Un groupe de personnes généralement non civilisées peut apprendre à travailler avec d’autres si les instructions appropriées sont données.

Ce qui m’a le plus étonnée, lorsque j’ai examiné la situation, c’est que les preuves scientifiques semblent littéralement indiquer la direction d’un Pouvoir Supérieur qui régit notre univers. Il n’est pas clair si cette puissance supérieure est les lois de la physique, ou s’il s’agit d’un « Dieu » extérieur qui a créé les lois de la physique.

Dans le passé, de nombreux chercheurs ont supposé que l’univers était un système énergétique fermé, se dirigeant irréversiblement vers une fin froide et sombre. Des recherches récentes indiquent que l’Univers est de plus en plus vaste et, en fait, semble se développer à un rythme accéléré. Alors que les structures dissipatives individuelles rencontrent de plus en plus d’entropie, l’univers dans son ensemble peut être en expansion suffisamment rapide pour « dépasser » l’entropie croissante. Ainsi, il peut se comporter comme un système toujours ouvert. Ce système d’énergie toujours ouvert permet à de nombreux types d’objets de s’auto-organiser et de se développer, au moins pendant un certain temps. Ces objets se comportent comme des structures dissipatives, chacune ayant un début et une fin.

Nous ne savons vraiment pas si l’Univers a eu un début. Certaines recherches suggèrent que non. D’autres pensent que cela a commencé avec un Big Bang.

Dans l’Univers, le cas de notre Terre semble extrêmement inhabituel. En fait, il n’est pas clair qu’il existe une autre planète qui ait exactement les bonnes conditions pour la vie complexe. Un article récemment publié par American Scientist traite de cette question. Le livre « Rare Terre : Pourquoi la vie complexe est peu commune dans l’univers » souligne le nombre énorme de coïncidences nécessaires pour que la vie complexe se forme et s’épanouisse.

Sur Terre, et peut-être dans l’ensemble de l’Univers, les économies humaines sont la forme de structure ayant la plus grande densité énergétique que l’on ait trouvé.

Figure 8. Image similaire à celle montrée dans le livre 2001 d’Eric Chaisson, Évolution cosmique: la montée de la complexité dans la nature.

 

Ainsi, en quelque sorte, nous, les humains et nos économies, pouvons, en quelque sorte, représenter la limite supérieure actuelle du développement dans l’Univers.

Nous, les humains, vivons sur terre. Il est facile pour nous de penser que notre objectif principal dans la vie est de soigner et de protéger la Terre. Malheureusement, avec notre besoin d’énergie supplémentaire, ce n’est pas possible. Même dans les premiers âges, notre besoin de ressources dépassait ce qui était durable. Josué (dans Josué 17:14-18 concernant une période vers 1400 avant notre ère) demande aux tribus de Joseph de dégager les arbres de la région montagneuse pour avoir assez de terres pour sa tribu. Cette pratique était manifestement insoutenable ; cela devait entraîner l’érosion des sols au sommet des collines. Même à cette époque ancienne, une population élevée et la nécessité de disposer de ressources pour cette population élevée était contraire à la durabilité de la Terre.

Si notre Dieu est soit la loi de la physique, soit une force qui donne naissance aux lois de la physique, alors notre dieu est vraiment le dieu de l’univers. Les limites de la Terre actuelle ne posent aucun problème. Dieu (ou les lois de la physique) pourrait créer une Terre nouvelle, ou 1 million de nouvelles terres, s’il choisissait de le faire. Ainsi, du point de vue de Dieu, il n’est pas clair qu’il y ait un problème avec l’environnementalisme actuel. Il est nécessaire de ne pas nous empoisonner, mais « sauver la terre » pour d’autres espèces en dehors des humains, ou pour un nouvel ensemble d’humains qui, d’une manière ou d’une autre, utiliseront beaucoup moins d’énergie, n’a pas beaucoup de sens. Les humains ne peuvent pas utiliser beaucoup moins d’énergie ; même si nous le pouvions, notre consommation d’énergie serait toujours sur une pente ascendante, dirigée précisément vers là où nous sommes maintenant.

Il y a beaucoup de choses que nous ne pouvons pas savoir avec certitude. Est-ce que ce Dieu veut / s’attend à être adoré ? Est-ce que ce Dieu planifie une vie après la mort pour certains ou pour tous les humains sur Terre aujourd’hui ? De toute évidence, si Dieu (ou les lois de la physique) peut créer la Terre, Dieu peut également créer d’autres structures, peut-être un « Paradis ». Il n’est pas clair pour moi si une des religions d’aujourd’hui a le monopole des idées concernant ce que Dieu attend de nous. Une personne pourrait soutenir que nous ne devons pas nous soucier de la religion, à l’exception de la fraternité qu’elle offre et des idées qu’elle propose quant à la façon dont les premiers hommes ont fait face à leurs difficultés.

Mythe 9 : Les textes des groupes religieux dans le monde sont littéralement vrais.

Les textes des groupes religieux sont vrais dans le même sens que la littérature scientifique examinée par des pairs est vraie. Ils représentent, plus ou moins, la meilleure idée du moment sur un sujet particulier. Cela ne signifie certainement pas qu’ils sont littéralement vrais.

Nous devons lire les textes religieux dans le contexte où ils ont été écrits. Dans les premiers jours, les textes religieux représentaient des histoires que les gens se passaient d’une génération à l’autre. Ces histoires représentaient des idées que ces premiers hommes avaient construites. Personne à l’époque n’était trop préoccupé par la propriété intellectuelle. Si une histoire disait « Dieu a dit », cela pourrait aussi signifier : « Nous pensons que c’est quelque chose que Dieu aurait pu dire. »

Les styles littéraires étaient très différents à l’époque. avant que les gens ne prétendent avoir une connaissance scientifique. Les gens ont créé des histoires illustrant certains aspects d’un phénomène particulier. Ces histoires n’étaient pas censées décrire complètement ce qui s’est passé. C’est pourquoi la Genèse présente deux récits de création différents.

La Bible fait un usage libéral de l’hyperbole et de l’exagération. Il est difficile pour les gens qui ne connaissent pas la langue d’origine de comprendre comment ces histoires devraient être interprétées. Le concept d’enfer a-t-il été ajouté, principalement pour créer un contraste avec celui de paradis ? Dans l’Ancien Testament, le nombre de mots dans l’ancienne langue hébraïque est beaucoup plus petit que dans les langues actuelles. Ceci, en soi, rend difficile la traduction directe.

Les premières histoires religieuses expliquaient comment Dieu était perçu à ce moment-là. À mesure que les gens s’établissaient plus loin les uns des autres, leurs points de vue ont divergé. Les gens devenaient plus « civilisés ». La densité de population augmentait. Les meilleures croyances à une période précoce pouvaient ne pas avoir de pertinence à une période ultérieure. C’est pourquoi la plupart des religions ont eu des réformateurs. Parfois, de nouveaux écrits ont été ajoutés. D’autres fois, la façon dont les écrits étaient interprétés changeait. C’est pourquoi il semble y avoir une progression bizarre des histoires de l’Ancien Testament vers le Nouveau Testament. De nouvelles histoires devaient être ajoutées pour compléter et remplacer les anciennes façons de penser.

Certaines choses que les premiers humains ont découvertes n’ont pas été comprises par les écologistes. Genèse 1:28 dit :

« Dieu les bénit et leur dit : ‘Soyez fructueux et multipliez vous ; remplissez la terre et assujettissez-la. Régulez les poissons dans la mer et les oiseaux dans le ciel ainsi que chaque créature vivante qui se déplace sur le sol. »

Les premiers hommes avaient découvert que les humains étaient bien différents des autres animaux et des plantes. Leur utilisation d’une énergie supplémentaire leur a donné du pouvoir sur d’autres créatures. Leur nombre pouvait (et il l’a fait) augmenter. Les premiers auteurs ont documenté la manière dont le monde fonctionnait vraiment. Plus tard, les humains ont été trop aveugles pour voir la situation réelle. Il est plus agréable pour nous de penser que, d’une manière ou d’une autre, nous sommes comme les autres animaux, sauf peut-être plus intelligents et avec plus de contrôle. Avec notre plus grande connaissance, nous aurions pu éviter une augmentation de notre nombre, si nous l’avions mieux planifié. Les lois de la physique disent que cela ne peut se produire ; notre utilisation d’énergie plus élevée dicte qui gagnera la bataille pour les ressources.

Les premières histoires religieuses n’étaient pas très différentes du Peak Oil et du changement climatique. Elles avaient plutôt raison. Elles ont donné un aperçu partiel. Elles étaient les meilleurs histoires que les auteurs ont pu écrire à l’époque.

Les anciens documents religieux ne pouvaient pas raconter toute l’histoire à la fois. Les nouveaux groupes ont progressivement ajouté plus d’informations à l’histoire en développement, afin de mieux comprendre ce qui était vraiment important pour les personnes vivant à la période suivante.

Conclusion

En pratique, les gens ont besoin d’une religion ou d’un substitut de religion. Les gens ont besoin d’un ensemble de croyances de base pour ordonner leur vie.

Nos leaders ont proposé aujourd’hui la Religion du Succès, avec sa croyance en la Science et le Pouvoir des leaders d’aujourd’hui, en tant que nouvelle religion. Cette religion a un attrait, car elle nie les limites auxquelles nous sommes confrontés. La vie continue, comme si nous vivions sur une terre plate avec des ressources illimitées. Cette histoire est agréable, mais malheureusement fausse.

Donald Trump, avec sa version du conservatisme, présente une autre religion. Cette religion semble se concentrer sur la justification de l’allocation de la richesse des pauvres vers les riches, par des allégements fiscaux pour les entreprises et les riches. Cela fait partie du processus de « geler » les pauvres dans le monde, quand il n’y a pas assez de ressources pour tout le monde.

Il est difficile pour moi de soutenir le Trumpisme, même si je reconnais que, dans le monde animal, le résultat attendu lorsqu’il n’y a pas assez de ressources est « la survie des mieux adaptés ». Si notre souci est de laisser des ressources énergétiques sous terre pour les générations futures, le transfert du pouvoir d’achat des pauvres aux riches est un moyen d’effondrement rapide de l’économie, alors que des volumes considérables de ressources vont rester sous terre. Le fait que les personnes riches sont favorisées garantit qu’au moins certaines personnes survivront.

La Chine et le Japon sont deux pays organisés autour de quelque chose proche d’une religion d’État, créée par leurs dirigeants. Les enfants à l’école apprennent des histoires concernant ce qui est important, en fonction de ce que les dirigeants de l’État leur disent. Au Japon, les enfants des écoles visitent des sites religieux et apprennent les bonnes pratiques religieuses. Ils apprennent également des règles sur ce qui est attendu d’eux – soyez toujours poli ; respectez ceux qui dirigent ; ne mangez pas de nourriture dans la rue ; ne laissez jamais d’emballages alimentaires au sol. À bien des égards, ces religions ne sont probablement pas très différentes de la Religion du Succès actuelle.

Personnellement, je ne suis pas favorable aux religions qui proviennent de groupes politiques. Je préférerais les religions « anciennes » fondées sur des documents anciens de l’une ou l’autre des religions du monde. Nous sommes clairement confrontés à un temps difficile. Peut-être les premiers hommes avaient-ils des idées sur la façon de faire face aux temps troublés. Certes, nous ne savons pas avec certitude si l’accès au paradis peut être notre avenir. Mais quand les choses semblent sombres, il est utile de voir la possibilité d’une issue raisonnable.

En outre, les groupes religieux offrent la possibilité de trouver un groupe d’individus ayant une mentalité similaire pour se faire des amis. Nous avons besoin de tout le soutien que nous pouvons obtenir alors que nous traversons des périodes troublées.

Gail Tverberg

Gail est une actuaire intéressée par des questions d’un monde fini : épuisement du pétrole, appauvrissement en gaz naturel, pénurie d’eau et changement climatique. Les limites du pétrole semblent très différentes de ce à quoi la plupart s’attendent, avec des prix élevés conduisant à la récession, et des prix bas conduisant à une offre insuffisante.

Traduit par Hervé, vérifié par Wayan, relu par Cat pour le Saker Francophone

Notes

Enregistrer

Enregistrer

  1. Si on fait le calcul inverse pour ces 1300 tWh pour des agriculteurs (2000 watts) , on obtient… 75 millions de personnes… un peu plus que la France… Il faut ajouter l’hydro-électricité et il va surtout falloir relancer la production de chevaux et de bœufs…, NdT
  2. Il y a aussi les systèmes STEP mais pas disponibles partout et on peut aussi adapter la production et travailler quand il y a du soleil ou du vent, NdT
www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

Une réflexion au sujet de « Pourquoi le politiquement correct échoue – Pourquoi ce que nous pensons être sûr est faux »

Les commentaires sont fermés.