Nous sommes entrés dans l’œil du cyclone du Davos


Par Tom Luongo – Le 31 juillet 2021 – Source Gold Goats ‘n Guns

Le Congrès a suspendu ses travaux pour l’été et n’a adopté ni les projets de loi sur l’infrastructure ni les projets de loi sur les dépenses qui étaient au centre de l’attention de tout Washington depuis des semaines, grâce à Kyrsten Sinema de l’Arizona. Elle a elle-même torpillé la pièce maîtresse de la législation de l’administration Biden, qui avait nécessité des mois de négociations, et a fait un gros bras d’honneur à John McCain.

La suspension du plafond de la dette mise en place sous Trump n’a pas été renouvelée. Nous sommes actuellement à plus de 6 000 milliards de dollars au-dessus de ce plafond au moment où je tape ces lignes.

Le président moisi, Joe Biden, a levé les yeux de son gobelet de gelée suffisamment longtemps pour implorer le Congrès de prolonger le moratoire en place depuis plus d’un an sur les expulsions pour les personnes en retard dans le paiement de leur loyer et de leur hypothèque. On estime que 6,5 millions de personnes en retard dans le paiement de leur loyer vont maintenant être expulsées.

Les vaches à traire fiscales américaines ont puisé dans leurs économies à un rythme alarmant pour faire face à cette menace d’expulsion. Mais, hé, votre crédit d’impôt par enfant apparaît maintenant sous la forme d’un chèque mensuel, tant que la Poste reste en activité. Au fait, ils refusent de suivre les plans de Biden pour obliger tous les employés du gouvernement à se faire vacciner contre un virus qui ne tue plus personne.

Cette dernière vague de sans-abris errants dans les rues des États-Unis au cours de l’année prochaine sera utilisée par les Démocrates et les médias (mais je me répète) pour diaboliser les méchants Républicains qui NE FONT RIEN pour résoudre cette nouvelle crise.

Peu importe qu’elle ait été entièrement fabriquée en verrouillant certaines parties du monde, en faisant exploser les marchés financiers et en perturbant le flux naturel de marchandises qui constitue une économie fonctionnelle.

La panique que beaucoup vont ressentir sera réelle, mais la question est de savoir qui panique vraiment ?

Est-ce que ce sont les « propagateurs de saleté » et les ratés « anti-science » qui refusent de prendre une thérapie génique expérimentale ou ceux qui ont ordonné toute cette folie en premier lieu pour leur propre gain personnel et politique ?

Parfois, perdre, c’est simplement perdre

L’administration Biden a perdu des batailles politiques majeures à tous les niveaux au cours de la semaine dernière. On ne peut pas le nier. C’est une très bonne chose. Cela garantit que la colère et la frustration liées à la direction que prend le pays après Trump seront inarrêtables lors des élections de mi-mandat, malgré la fraude électorale attendue l’automne prochain.

Nous pouvons compter sur cela tout comme nous pouvions compter sur cela en 2020. Mais la question la plus importante que je me pose maintenant est de savoir si nous aurons réellement ces élections s’il semble que nous aurons un glissement de terrain du côté populiste de l’échiquier politique ?

Ce que veulent les petites gens est un anathème pour ceux qui se réunissent chaque année à Davos, en Suisse, pour élaborer leurs plans dystopiques pour l’humanité.

Ainsi, il y a de plus en plus de chances qu’ils suspendent les élections en Allemagne ou en France à titre d’essai pour les élections de mi-mandat de l’automne prochain. Réservez cette prédiction, misez dessus et doublez la mise régulièrement, vous pourriez gagner plus sur cette prédiction que dans le marché haussier des crypto-monnaies à venir, mais seulement de justesse.

Lorsque vous vous arrêtez pour réfléchir à tout cela dans le cadre d’un calcul politique normal, comment Biden et Pelosi peuvent-ils faire passer leurs échecs pour des victoires maintenant ? La vérité est claire pour tout le monde. Ils ont menti, triché, volé et, selon toute vraisemblance, organisé un coup d’État le 6 janvier.

Ils ont tout ce qu’ils ont toujours voulu… tout le pouvoir des branches législatives et exécutives tout en réduisant la branche judiciaire à l’insignifiance…

… et une MILF de l’Arizona a tout défait avec un communiqué de presse ?

Ne sous-estimez pas la chutzpah de ces personnes vénales, car dans la nouvelle normalité de Davos, tous les exemples de décence publique sont simplement un message caché pour les fascistes latents et les blancs racistes.

Mais compte tenu de cette série d’échecs, il n’est pas étonnant que Pelosi envisage de renoncer à son siège à la Chambre. Après tout, que reste-t-il à faire après avoir détruit presque à elle seule tous les aspects de la procédure législative américaine ? Je ressens son ennui, il n’y a plus de plafond de verre à briser.

Pelosi a bluffé sur les projets de loi sur les dépenses et l’infrastructure, mais elle a oublié qu’avec une division 50-50 au Sénat et un front républicain uni qui sait qu’il est dans le siège du conducteur à mi-mandat, n’importe quel sénateur avec un « D » après son nom peut prendre le « pouvoir impressionnant du marteau du président » et l’enfoncer directement dans son postérieur flasque.

Cue Sinema, elle, est vraiment un esprit libre. Elle sait aussi que la situation en Arizona est un baril de poudre dont elle préférerait être éloignée lorsqu’il explosera au sujet des résultats de l’audit électoral.

On est dans un mauvais film d’action

La réaction à ces pertes, des Démocrates et du GOP soumis au Davos, est de plus en plus agressive et désespérée à propos du croquemitaine qu’est le Variant Delta, alors que tout le monde à l’Ouest est malade et fatigué de cette absurdité.

N’oubliez pas que lundi dernier, Biden offrait 100 dollars pour « se faire vacciner » et qu’à la fin de la semaine, nous avons entendu ceci : …..

Sans vaccin, tu ne peux pas aller au supermarché.
Sans vaccin, tu ne peux pas aller à un match de football.
Sans vaccin, tu ne peux pas aller au travail.
Si tu n’as pas de vaccin, tu ne peux pas venir ici, tu seras sans chemise, sans chaussures, tu ne bénéficieras d’aucun service.
C’est ce que je pense que nous devrions faire maintenant.
Parce que nous continuons à gaspiller notre salive pour des gens qui ne vont pas changer.
Ils sont, vous savez, bloqués dans leur logique circulaire.
Ils retournent en arrière et disent « oh, c’est ma liberté, c’est comme ça ».

C’est honnêtement un plus grand coup de poignard que lorsque les médias se sont penchés un dixième de seconde sur la théorie de la fuite du laboratoire il y a deux mois.

Et tout d’un coup, des millions de voix ont crié leur colère et n’ont pas pu être réduites au silence.

A chaque fois, ceux qui occupent les plus hauts postes du cabinet de la junte Biden se ridiculisent avec un double langage et une dissonance cognitive que même la personne lambda la plus obsédée par le virus peut considérer comme illogique. Je sais qu’il est impossible d’atteindre certaines personnes, mais il suffit qu’une masse critique prenne du recul, croise les bras et dise : « Vous savez quoi ? Non. »

Dire « Non » à Davos, cependant, a un prix terrible. Il suffit de demander aux Britanniques qui ont été bloqués pendant plus d’un an depuis qu’ils ont gagné leur « liberté » face à l’UE via le Brexit.

Si l’on ajoute à cela les caprices de Mère Nature, qui doit composer avec un équilibre de plus en plus précaire entre l’affaiblissement du champ magnétique de la Terre et l’activité croissante du Soleil, on obtient des conditions météorologiques extrêmes dans le monde entier, conditions qui font la joie de tous les nigauds alarmistes qui ont une couche sur le visage et un balais dans le cul.

La moitié ouest des États-Unis est soit en feu, soit victime d’une sécheresse qui détruit les récoltes et les troupeaux, ce qui pousse tout le monde à se tourner vers un gouvernement fédéral dysfonctionnel, voire carrément paralysé, pour obtenir de l’aide, mais rien n’est prévu. Les chaînes d’approvisionnement en produits de base comme la viande, le bois, l’électricité et l’eau sont en train de s’effondrer et il faudra des années pour réparer les dégâts qu’elles ont subis.

Ces catastrophes naturelles ne seraient pas si difficiles à gérer si le Davos n’avait pas, en premier lieu, mené cette opération de Grand Reset maintenue pendant les six premiers mois de l’anti-Administration de Biden.

Mais, vous savez, tant qu’à faire, autant avoir des millions de morts si c’est pour la bonne cause.

Le Davos ne se soucie même pas des personnes qui sont ses plus fervents supporters, et encore moins de celles qu’il veut détruire : les mangeurs de viande, les individualistes, les blancs et les chrétiens, la plupart des Américains quoi.

Il suffit de regarder leur territoire d’origine, l’Europe. Des inondations ont balayé des villes entières en Allemagne pendant que le futur dirigeant pressenti, choisi bien sûr à la manière du Davos, pleurait des larmes de crocodile sur la mort de centaines de personnes tout en faisant de l’esbroufe sur le changement climatique et en se moquant du sort de la plèbe qu’il est censé diriger dans quelques mois.

Au rythme où vont les manifestations en France, la BCE va faire faillite rien qu’en approvisionnant les gendarmes en gaz lacrymogènes et en canons à eau.

Si vous ne vous rendez pas compte que le Variant Delta n’existe que pour servir d’excuse à l’annulation de toute élection qui irait à l’encontre du Davos, c’est que vous n’êtes pas attentifs.

Avez-vous vraiment besoin de cette petite pique ?

Nous sommes arrivés au moment où les plans du Davos pour vandaliser les peuples américain et européen se concrétisent.

À partir des événements de cette semaine, nous serons dans un état d’« urgence », brillamment décrit dans V pour Vendetta, où les médias sont utilisés pour faire monter la peur au-delà de tout niveau raisonnable et où les gens disent de plus en plus souvent « Oh, merde ».

Ou, comme on dit ici aux États-Unis, « Fuck this noise ! ».

« M. Dascomb, ce dont nous avons besoin en ce moment, c’est d’un message clair à la population de ce pays. Ce message doit être lu dans tous les journaux, entendu à la radio, vu à la télévision, ce message doit résonner dans tout l’Interlink.

Je veux que ce pays réalise que nous sommes au bord de la destruction. Je veux que chaque homme, chaque femme et chaque enfant comprenne à quel point nous sommes proches du chaos. Je veux que chaque individu se rappelle pourquoi il a besoin de nous. »

« Dans les anciens États-Unis, la guerre civile continue de dévaster le Midwest. »
« Les scientifiques attribuent cette dernière pénurie d’eau au manque de pluie des deux dernières années.
Les responsables du ministère s’attendent à une hausse des prix des coupons d’eau. »
« La police a arrêté neuf suspects. »
« En dehors de la zone de quarantaine, un nouveau pathogène aérien a tué 27 personnes. »
« Les autorités ont découvert de nouvelles preuves reliant l’organisation terroriste appelée V à l’attaque virale de Solaris à Londres il y a 14 ans. »

La situation ne fera qu’empirer et notre seul recours est de chercher à renforcer nos communautés locales plutôt que d’espérer un quelconque sauveur dans les urnes. Les règles ont changé.

La démocratie a été mise hors la loi et les tribunaux neutralisés. La pression pour un contrôle total de vos mouvements, de vos pensées et de votre droit fondamental à faire votre chemin dans le monde n’est plus protégée par la loi.

En fait, la loi est ouvertement hostile à votre existence même. Il suffit de demander aux Australiens et aux Canadiens.

Nous avons toujours su que la santé publique était le code qui permet à la tyrannie de tricher. Maintenant, nous voyons qu’il est utilisé comme une arme d’une manière qui n’est pas seulement flippante, mais dont l’inhumanité fait froid dans le dos.

Mais les enfants pensent toujours que les communistes se soucient d’eux.

Il y a une urgence à ce sujet maintenant, et ce n’était pas le cas avant. Dans les jours qui ont suivi la neutralisation de Trump, ils ont reculé en pensant qu’il avaient plus de temps, qu’il y avait plus d’une année entière pour augmenter progressivement la pression sur nous.

Mais il s’est avéré que le COVID-19 n’était tout simplement pas assez mortel et que son traitement était assez puissant pour démasquer l’agenda derrière l’opération.

Donc, Don Lemon peut aller se faire voir s’il pense que nous allons abandonner nos moyens de subsistance alors que nous pourrions simplement acheter de l’ivermectine en vente libre et nous comporter en hommes. Mais Don n’est pas doué pour ça.

Je suggère d’enfermer Don dans son bureau, qu’il se fasse livrer son tofu imitation dinde et ses pousses de haricots entre les séquences de son émission de télévision subventionnée par l’argent fictif de la Fed que personne ne regarde. Mais pas de papier toilette pour lui ou les vaxxés. Cela doit être réservé aux vrais hommes qui mangent de la viande et cultivent du soja et des pousses de haricot pendant que nous réglons la pénurie de pâte à papier qu’il a contribué à créer.

Alors qu’ils pensent qu’il est temps de transformer les non-vaxxés en boucs émissaires pour expliquer pourquoi nous ne pouvons pas tous avoir de belles choses, cela va rapidement se retourner contre eux.

Les gens comme Don sont là pour créer le consensus qui justifie les pogroms qu’ils imaginent dans leurs cerveaux privés d’oxygène.

Je sourirais bien en disant quelque chose de lapidaire comme « molon labe », mais ce serait un peu trop direct.

On joue à Long Dark ou c’est bientôt le Jackpot ?

En fin de compte, tout n’est pas si sombre. Il est évident que les liens qui maintiennent ce cartel d’oligarques ensemble sont en train de se briser. J’en ai parlé dans des articles précédents. Honnêtement, il faut être un parfait nigaud pour penser que Jamie Dimon et les narcissiques de Wall St. vont se soumettre à Herr Schwab sans passer par quelques rounds dans la version oligarchique de l’Octogone de l’UFC.

Yellen essaie peut-être de détruire Wall St. pour Schwab, mais Powell et le FOMC sont toujours en poste, même s’ils semblent aussi incohérents sur l’inflation que le directeur du CDC sur, eh bien, tout.

Je vous demande de repenser aux deux dernières réunions de la Fed.

Tout d’abord, elle a vidé les marchés étrangers de dollars en augmentant le taux de Reverse Repo à 0,05%. Cette semaine, elle a créé un mécanisme permanent de rachat pour les contreparties étrangères afin de leur rendre ces dollars. Elles ne le feront que parce qu’elles en ont désespérément besoin, mais cela les privera de leurs garanties Repo de haute qualité, c’est-à-dire les bons du Trésor américain.

Comme la Fed sait qu’il n’y aura pas de nouvelles émissions de bons du Trésor américain au cours des prochains mois en raison de la non-résolution du problème du plafond de la dette, elle a besoin d’une réserve de ces bons pour les remettre aux banques qui, comme elle le sait, en auront besoin.

Le résultat a été la première impression de plus de 1 000 milliards de dollars de la Facilité de Reverse Repo de la Fed, qui remet des bons du Trésor aux banques en échange de dollars, leur fournissant ainsi des garanties désormais très rares.

En aval, cela devrait déstabiliser davantage les marchés étrangers (lire : l’Europe) tout en fournissant à Wall Street et aux banques nationales toutes les garanties dont elles pourraient avoir besoin pour couvrir cette période dangereuse dans laquelle nous entrons.

Pour moi, cela ne donne pas l’impression que Powell joue la même partition que Yellen.

Je parie que ce que la Fed dira à Jackson Hole nous indiquera sa position par rapport à tout cela et nous dira si nous avons ou non des amis en haut lieu.

La tempête créée par le Davos a touché terre. Les deux prochains mois nous diront qui est et qui n’est pas encore à leur solde ou qui a été compromis. Pour moi, la clé est la Fed. Nous saurons bien assez tôt si Wall St. n’est pas de mèche avec le Comintern.

Quoi qu’il en soit, nous n’avons plus le temps de nous préparer.

Tom Luongo

Traduit par Zineb, relu par Wayan, pour le Saker Francophone

   Envoyer l'article en PDF