Les réserves de pétrole aux Etats-Unis bien moins importantes que prévu


Par Vesti – Le 10 février 2016 – Source Fort Russ

exploitation pétrolière en californie

Les autorités américaines ont réduit les estimations officielles des réserves commerciales de gaz de schiste dans les formations de Monterey en Californie de 96%. Selon les données publiées par le Los Angeles Times, l’Energy Information Administration (EIA), au Département de l’Énergie, a revu ses précédentes estimations des réserves industrielles de pétrole (hydrocarbures récupérables) en Californie. Résultat, les réserves exploitables totales des États-Unis ont diminué de 39%, une révision drastique.

Plus tôt, l’EIA considérait que les formations géologiques de la Californie centrale contenaient un total de 13,7 milliards de barils qui pouvaient être extraits en utilisant le niveau actuel de la technologie de fracturation hydraulique.

C’était plus de deux fois la totalité des réserves estimées des gisements activement exploités aux États-Unis : Bakken dans le Dakota du Nord (3,65 milliards de barils) et Eagle Ford au Texas (3 milliards de barils).

La Formation de MontereyDe nombreuses estimations optimistes, en particulier, ont été publiées dans le rapport sorti en 2013 par l’Université de Californie du Sud, The Monterey Shale & California’s Economic Future. L’exploitation du gaz de schiste aurait dû créer 2,8 millions d’emplois en 2020 et rapporter $24,6 milliards de taxes à la Californie.

Des gisements très différents

Les experts ont noté que, contrairement au gisement de Bakken dans le Dakota du Nord, et à celui d’Eagle Ford au Texas, le schiste de la formation de Monterey est beaucoup plus cisaillé, en raison d’une activité sismique beaucoup plus intense, et les hydrocarbures sont descendus dans les niveaux inférieurs des strates.

monterey_xsection

 

Le chef de la rubrique au Los Angeles Times, John Staub explique : « Selon les informations rassemblées, nous ne voyons pas de preuves que l’extraction pétrolière dans cette région est très productive en utilisant les technologies comme la fracturation hydraulique. Résultat, nos estimations précédentes pour la production pétrolière et nos connaissances insuffisantes sur les différences géologiques entre les gisements nous ont conduits à des estimations et des prévisions erronées. »

Une réévaluation complète des ressources

C’est la seconde réévaluation des réserves contenues dans les formations de schiste à Monterey en Californie. En 2011, EIA disait que cette formation contenait 15,4 milliards de barils, accessibles par la technologie de la fracturation hydraulique. En 2012 cette évaluation a été réduite à 13,7 milliards de barils.

Selon ces nouveaux calculs, publiés par le LA Times, les réserves exploitables de pétrole en Californie sont de seulement 600 millions de barils. Ce qui signifie une énorme réduction des réserves totales de pétrole aux États-Unis. Selon l’estimation de l’EIA, publiée en avril 2014, US Crude Oil and natural gas Proved Reserves, 2012 [Réserves prouvées de pétrole brut et de gaz naturel aux Etats-Unis, 2012], les réserves totales exploitables de pétrole aux Etats-Unis se montaient à 33,4 milliards de barils.

Prévoyant l’annonce des experts de l’EIA sur la réduction des réserves estimées en Californie, les réserves exploitables des États-Unis ont chuté de 39%, passant de 33,4 milliards à 20,3 milliards de barils.

De telles variations soulignent les risques associés à la production de gaz de schiste. La technologie de la fracturation hydraulique utilisée pour extraire le pétrole du schiste entraîne plusieurs effets collatéraux, que l’on connaît mieux depuis peu (en particulier, l’activation de séismes du schiste, la contamination des nappes phréatiques, l’accumulation de déchets toxiques et la pollution atmosphérique). De plus, ces nouvelles posent aussi des questions sur la crédibilité des prévisions à long terme de la production de gaz de schiste aux États-Unis.

Traduit du russe par Ollie Richardson

Mise à jour du 6 octobre 2015 :

Pas d’Eldorado dans les schistes de Monterey, selon l’US Geological Survey

Une nouvelle étude révise à la baisse le potentiel des gisements de la vaste formation des schistes de Monterey, exploitable par fracturation hydraulique.

Les experts fédéraux pour l’énergie estimaient en 2011 que la formation des schistes de Monterey pouvait contenir 14 milliards de barils de pétrole exploitable.

L’US Geological Survey vient de publier [début octobre 2015] une étude de plus qui dégonfle ces estimations très optimistes. Cette nouvelle étude affirme que la partie la plus productive de cette formation géante contient seulement 21 millions de barils de pétrole accessible par fracturation hydraulique. Cela, en plus des 393 millions de barils récupérables par extraction conventionnelle.

Les schistes de Monterey ne peuvent plus être considérés comme une promesse d’avenir radieux pour la Californie, cet État où le gouverneur Jerry Brown a refusé aux écologistes l’interdiction de la fracturation.

Traduit de l’anglais par Ludovic, vérifié par Wayan, relu par Diane pour le Saker francophone

Note du Saker Francophone

Même si cette nouvelle est assez ancienne pour ceux qui suivent l'actualité du pétrole, l’intérêt de l'article est aussi sa provenance de Russie au moment ou la bulle du "schiste" est en train d'éclater aux USA et qu'il y a des rumeurs autour d'une entente OPEP / Russie / Vénézuela .. ou pas. Le Grand Jeu continue et il faut lire entre les lignes.
www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

2 réflexions au sujet de « Les réserves de pétrole aux Etats-Unis bien moins importantes que prévu »

Les commentaires sont fermés.