Les problèmes financiers de la pétrochimie sont antérieurs à la pandémie …


… et, selon un rapport, continueront après, malgré les renflouements 


Par Sharon Kelly – Le 16 avril 2020 – Source DeSmog

Coronavirus/Covid-19 & Bristol, 15 avril 2020. Crédit : Joab Woodger-Smith, CC BY-SA 2.0

Les industries pétrolière, gazière et pétrochimique ont subi un coup financier massif à cause de la pandémie COVID-19, conclut un nouveau rapport du Centre pour le droit international de l’environnement (CIEL), mais ses difficultés financières ont précédé l’émergence du nouveau coronavirus et risquent de s’étendre loin dans le futur, au-delà de la fin des mesures visant à freiner la propagation de la maladie.


« Le pétrole et le gaz sont parmi les industries les plus touchées par la crise économique actuelle, les principales entreprises ayant perdu en moyenne 45 % de leur valeur depuis le début de l’année 2020 », constate le rapport. « Ces déclins touchent presque toutes les facettes de l’activité du secteur pétrolier et gazier, y compris le secteur pétrochimique qui a été présenté ces dernières années comme le principal moteur de la croissance future de l’industrie ».

Cela s’explique dans une certaine mesure par la chute brutale de la demande de pétrole résultant des mesures d’hébergement et de quarantaine qui, début avril, s’appliquaient à plus de 3 milliards de personnes sur les 7,8 milliards que compte la planète, le taux de confinement aux États-Unis est de 90%, et ce pays utilise une quantité d’essence hors normes. En 2017, il a consommé un cinquième de l’essence utilisée dans le monde, note le rapport. Près de 70% des produits pétroliers sont consommés pour le transport, ajoute le rapport – ce qui signifie que l’impact des quarantaines sur la demande est énorme.

Mais, avant la pandémie, les entreprises pétrolières, gazières et pétrochimiques « montraient des signes évidents de faiblesse systémique », indique le rapport du CIEL, qui énumère des facteurs tels que les mauvais résultats boursiers des industries, les niveaux élevés d’endettement, la concurrence des énergies renouvelables moins chères, le ralentissement de la croissance de la demande de plastiques et la sensibilisation croissante des investisseurs aux impacts que les mesures visant à ralentir le changement climatique auront sur le secteur.

« Le crash que nous observons dans l’industrie pétrolière, gazière et pétrochimique est une intensification récente de ce qui a été une tendance à très long terme », a déclaré Carroll Muffett, président du CIEL. « Si vous regardez en arrière sur les 5 dernières années ou plus, nous avons vu les industries pétrolières et gazières sous-performer de manière significative le Dow Jones dans son ensemble sur une base à long terme ».

Les problèmes de revenus sont antérieurs à la pandémie

Le rapport comprend des recommandations qui résultent des luttes prolongées des industriels pour satisfaire les investisseurs :

« Les fonctionnaires qui prennent des mesures politiques pour répondre à la COVID-19 et à l’effondrement économique ne devraient pas gaspiller les ressources limitées de réponse et de récupération pour des sauvetages, des allègements de dettes ou des soutiens similaires aux entreprises pétrolières, gazières et pétrochimiques », conclut-il. « Ces efforts détourneront d’importantes ressources publiques vers le secteur et  retarderont la transition vers l’énergie propre ; cependant, il est très peu probable qu’ils inversent les tendances sous-jacentes qui entraînent le déclin à long terme des industries pétrolières, gazières et pétrochimiques ».

Le CIEL a également noté que les gestionnaires de fonds de pension et autres investisseurs institutionnels ont des obligations légales qui peuvent les obliger à surveiller de très près tout projet pétrolier, gazier ou pétrochimique dans leurs portefeuilles :

« Parce que de nombreux investisseurs, y compris les fonds de pension, qui constituent la plus grande catégorie d’investisseurs en actions au niveau mondial, ont des obligations fiduciaires envers leurs bénéficiaires, ils ont des obligations légales en plus des incitations financières pour maximiser les profits : ils doivent également réduire les risques », indique le rapport. « Comme les risques liés à l’investissement dans le secteur du pétrole et du gaz deviennent de plus en plus évidents, de plus en plus d’investisseurs soumis à des obligations fiduciaires choisiront probablement de se tenir à l’écart de ces entreprises ».

Une installation de forage sur un ancien ranch près de Barstow, au Texas, dans le bassin du Permien. Crédit : Justin Hamel © 2020

Le rapport note que, même avant le début de la pandémie, la production mondiale de pétrole dépassait la demande dans une proportion effarante. « L’Agence internationale de l’énergie estime que l’industrie pétrolière avait 2,9 milliards de barils de pétrole en stock à la fin janvier 2020, soit un peu moins que son pic historique », rapporte le CIEL. « Avec les stocks gouvernementaux qui contiennent 1,5 milliard de barils supplémentaires, environ 4,4 milliards de barils de pétrole étaient stockés avant même que le premier arrêt d’une grande partie de l’économie ne commence ».

« Ce qu’il est vraiment essentiel de reconnaître, c’est que cette surabondance de l’offre existait déjà avant la crise actuelle », a déclaré M. Muffett.

Cette surabondance est due en partie à la ruée vers le pétrole et le gaz de schiste de la dernière décennie, qui a laissé de nombreux foreurs profondément endettés à la fin de 2019. Les géants du pétrole ont déprécié des milliards de dollars d’actifs à la fin de l’année dernière, note le rapport, y compris une dépréciation de 11 milliards de dollars par Chevron, dont une grande partie est liée à la superficie exploitable en matière de gaz de schiste de la société dans la région des Appalaches, ce qui a laissé le géant du pétrole avec une perte de 6,6 milliards de dollars pour le trimestre.

« La fracturation n’est pas rentable », a déclaré Steven Feit, un avocat du CIEL. « C’est un gouffre financier gigantesque maintenu à flot par des financements extérieurs. »

Les déchets financiers pourris à haut rendement

D’ici 2025, plus de 200 milliards de dollars de dettes accumulées par l’industrie du pétrole et du gaz devraient arriver à échéance – dont 40 milliards de dollars que l’industrie doit rembourser cette année seulement.

Une grande partie de cette dette semblait déjà risquée au début de la crise.

Un nouveau rapport des Amis de la Terre (FOE), intitulé « The Big Oil Money Pit », a mis en évidence la façon dont le sauvetage fédéral du marché des titres à haut rendement pourrait permettre aux entreprises du secteur de l’énergie de « bénéficier de façon disproportionnée » des efforts de la Réserve fédérale pour utiliser 75 milliards de dollars d’une « caisse noire de 500 milliards de dollars » pour acheter des dettes d’entreprises.

Les dettes « à haut rendement » offrent généralement aux investisseurs des rendements plus élevés en raison des risques plus élevés associés à ces dettes.

Le rapport du FOE identifie une douzaine de foreurs de schiste qui pourraient être éligibles à ce renflouement fédéral, dont Apache, Devon Energy, EOG Resources et Pioneer Natural Resources, estimant que les 12 entreprises pourraient être éligibles à plus de 24 milliards de dollars de bénéfices chacune. ExxonMobil, Chevron et Conoco, selon les estimations, pourraient bénéficier de 19,4 milliards de dollars supplémentaires.

Le rapport note que certaines dispositions en petits caractères du plan de sauvetage rendent Continental Resources – la société fondée par le conseiller et confident de Trump, Howard Hamm – éligible à un soutien fédéral malgré le fait que S&P ait déclassé sa dette au niveau de la catégorie spéculative le 27 mars 2020.

Même les entreprises qui ne remplissent pas les conditions requises pour bénéficier de cette aide fédérale pourraient recevoir une aide d’un autre chapitre du plan de sauvetage, ajoute le FOE.

« Parce que le marché des obligations pourries est maintenant composé à 11 % de sociétés énergétiques (principalement du pétrole et du gaz), toute tentative de soutenir l’ensemble du secteur va bénéficier à cette industrie de la fracturation hydraulique lourdement endettée », prédit le rapport.

« Il faut garder à l’esprit que dans le monde de la dette à haut rendement, l’industrie du pétrole et du gaz est en fait le plus grand émetteur d’obligations pourries », a déclaré Lukas Ross, analyste politique senior au FOE.

Le FOE a cité les 6,9 millions de dollars d’obligations émises par Chesapeake Energy et les 37,4 millions de dollars d’obligations émises par Range Resources comme exemples de dettes qui pourraient bénéficier de ce qu’il a appelé « un renflouement par la petite porte pour les créances douteuses accumulées par l’industrie de la fracturation ».

« La grande question est de savoir si l’industrie du pétrole et du gaz peut convertir son pouvoir politique en survie économique », a ajouté M. Ross.

La pollution et la pandémie

Les lobbyistes du pétrole, du gaz et de la pétrochimie ont cherché un large éventail d’autres réponses gouvernementales à la pandémie, comme le souligne un troisième rapport, récemment publié par le groupe de réflexion britannique InfluenceMap.

« Il n’y a pas que des sauvetages financiers qui sont en cours, il y a aussi des interventions réglementaires [environnementales, NdT] », a déclaré Dylan Tanner du groupe de réflexion InfluenceMap. « Les règles du jeu sont en train de changer à bien des égards ».

Les industries ont cherché à réduire les contrôles de pollution dans de nombreux pays dans le cadre de la réponse à la pandémie de la COVID-19, note le rapport, y compris les demandes de réduction ou de report des programmes destinés à réduire la pollution liée au changement climatique.

La journaliste Amy Westervelt, de Drilled News, a compilé un suivi des efforts de réduction liés au changement climatique aux États-Unis, tant au niveau fédéral qu’au niveau des États, et dans d’autres pays. Il inclut l’annonce par l’Agence de protection de l’environnement qu’elle ne pénaliserait pas les « violations des contrôles de conformité de routine » résultant de la COVID-19, les exceptions au Toxic Substances Control Act pour les fabricants de produits chimiques, et une réduction en cours des règles de sécurité des pipelines.

Dans le même temps, la pollution continue des industries pétrolière, gazière et pétrochimique pourrait également aggraver les effets de la pandémie, selon les experts de la santé.

St. John the Baptist Parish COVID-19 testing
Site de test du COVID-19 à LaPlace, dans la paroisse de St. John the Baptist. Crédit : Julie Dermansky pour DeSmog

Le taux de mortalité dû à la COVID-19 par personne le plus élevé aux États-Unis se trouve dans la paroisse de Saint John the Baptist, en Louisiane, qui compte 43 000 habitants, a rapporté CNN aujourd’hui.

Cette minuscule paroisse, l’une des deux décrites par Julie Dermansky cette semaine, se trouve au cœur de l’allée des cancers de Lousiane, une zone située le long du Mississippi, qui est fortement peuplée d’usines pétrochimiques et de raffineries de pétrole.

« Ils sont déjà très vulnérables », a déclaré Wilma Subra, chimiste et bénéficiaire de la bourse MacArthur, à Julie Dermansky, en référence aux habitants de Saint-Jean-Baptiste qui vivent près d’une usine. « Ajoutez à cela l’exposition à long terme de produits chimiques toxiques au virus, qui a un impact énorme sur les poumons, alors ils sont beaucoup plus susceptibles de l’attraper et d’avoir ensuite des effets très néfastes ».

Sharon Kelly

Note du Saker Francophone

Cet article est tiré d'une série : L’industrie du schiste argileux creuse plus de dettes que de bénéfices

Traduit par Hervé, relu par jj pour le Saker Francophone

   Envoyer l'article en PDF   

Une réflexion au sujet de « Les problèmes financiers de la pétrochimie sont antérieurs à la pandémie … »

Les commentaires sont fermés.