Les globalistes auront besoin d’une autre crise en Amérique devant l’échec de leur programme de Grand Reset


Par Brandon Smith − Le 15 avril 2021 − Source Alt-Market

Cela pourrait ressembler à de « l’exceptionnalisme américain » si j’osais (…et comment oserais-je), mais même si le « Grand Reset » globaliste est un succès dans toutes les autres nations de la Terre, les globalistes sont toujours en échec s’ils ne peuvent pas sécuriser et subjuguer le peuple américain. Comme je l’ai noté à de nombreuses reprises dans le passé, la majeure partie du monde a été suffisamment désarmée, et même si nous constatons une résistance dans plusieurs nations européennes contre la législation sur la vaccination forcée et la tyrannie médicale, il est peu probable qu’elles aient la capacité de repousser une marche totale vers le totalitarisme. La plupart des pays d’Asie, l’Inde et l’Australie sont déjà bien sous contrôle. L’Afrique est presque une réflexion après coup, étant donné que c’est là que de nombreux vaccins suspects sont testés.

L’Amérique représente le seul obstacle significatif à l’agenda.

Les Américains conservateurs, en particulier, sont une épine dans le pied des globalistes depuis des générations, et cela se résume à une simple question d’exclusion mutuelle : Vous ne pouvez pas avoir une société ouvertement globaliste et des idéaux conservateurs en même temps au même endroit. C’est impossible.

Les conservateurs croient en un gouvernement limité, de véritables marchés libres, la liberté individuelle, la valeur de la vie, la liberté d’expression, les droits de propriété privée, le droit à l’autodéfense, le droit à l’autodétermination, la liberté de religion et le principe de non-agression (nous ne vous ferons pas de mal à moins que vous n’essayiez de nous en faire). Aucun de ces idéaux ne peut exister dans un monde globaliste, car le globalisme est au cœur de la poursuite d’une tyrannie entièrement centralisée.

Il y a des gens sur cette planète qui ne se contentent pas de vivre leur vie, de s’occuper de leur famille et de laisser leur empreinte de manière pacifique. Ils ont soif de pouvoir par-dessus tout. Ils veulent désespérément avoir le contrôle sur vous, sur moi, sur tout, et ils utiliseront tous les moyens à leur disposition pour l’obtenir. Je comparerais cela à une sorte de toxicomanie ; les globalistes sont comme des drogués au crack, ils n’ont jamais assez de pouvoir, il y a toujours quelque chose de plus à prendre.

Ils se disent à eux-mêmes et aux autres qu’ils sont des « philanthropes », qu’« ils savent ce qui est le mieux » pour le reste d’entre nous. Ils se croient supérieurs et c’est donc leur « destin » de dicter et de microgérer la société pour le « plus grand bien » de nous tous. Mais en réalité, lorsque nous sommes témoins de leurs méthodes, il devient évident qu’ils n’ont aucune aspiration noble. Ils n’ont ni empathie ni honneur. Ils ne se soucient pas de l’être humain moyen, de l’environnement, de l’économie ou de la société en général. Ils ne se soucient que d’eux-mêmes et de leur folie des grandeurs. Ces gens sont un cancer pour le reste de la civilisation.

Ils semblent particulièrement obsédés par la déconstruction et le sabotage de l’Amérique dans la poursuite de leur « Grand Reset ». Les vrais philanthropes n’auraient pas de problème si quelqu’un ne voulait pas accepter leur « charité », mais les psychopathes ne peuvent pas supporter qu’un groupe de personnes les rejette, eux et leur idéologie. Vous n’avez pas le droit de vous éloigner d’eux. Vous n’avez pas le droit de faire les choses à votre façon. Vous devez être forcé de vous conformer. Le programme ne fonctionne que si TOUT LE MONDE se soumet.

Malheureusement pour les globalistes, leur « Grand Reset » ne leur réussit pas partout. Aux États-Unis, l’agenda échoue lamentablement par rapport à l’Asie et à certaines parties de l’Europe.

Comme le chef du Forum économique global, Klaus Schwab, aime tant nous le rappeler, la pandémie de Covid est « l’occasion parfaite » de faire avancer les plans globalistes pour une réinitialisation totale de l’économie et de la société humaines. Pour les globalistes, la crise est une panacée, une porte vers leur version d’un monde meilleur. Ils adorent la pandémie, ils n’en sont pas affligés.

Le problème est qu’elle ne fait pas assez de dégâts et ne terrifie pas assez de gens.

Prenons l’exemple de la simulation de la pandémie de coronavirus l’« Event 201 » : elle a été organisée par le Forum économique mondial et la Fondation Bill et Melinda Gates deux mois seulement avant que la réalité ne se produise « par coïncidence » au début de 2020. Ce jeu de guerre pandémique visait moins à sauver des vies qu’à montrer comment les élites prévoyaient de garder le public sous contrôle. La suppression des médias alternatifs et la censure dans les médias sociaux ont été longuement discutées. Les voix dissidentes doivent être réduites au silence si le « Grand Reset » doit prévaloir.

Un facteur de la simulation « Event 201 » qui n’a jamais percé, cependant, était les projections du WEF sur les décès. Le jeu de guerre suggérait au moins 65 millions de décès initiaux dus à la pandémie. Les premières projections sur le taux de mortalité suggéraient 2 à 3 % de la population ou plus. Ces mêmes projections ont été répétées par l’Organisation globale de la santé des Nations unies lorsque la véritable pandémie a été révélée au public.

Au lieu de cela, la Covid-19 a été une déception pour les globalistes, avec un taux de mortalité minuscule d’environ 0,26% en dehors des maisons de retraite. Ce qui signifie que 99,7% de la population n’a rien à craindre de la Covid. Des millions d’Américains prennent conscience de la situation et refusent de se plier aux exigences d’un virus qui n’est pas une menace.

Au lieu de renoncer au plan du « Grand Reset », les globalistes continuent de doubler la mise. Pourquoi ? Parce qu’ils n’ont pas d’autre choix. Ils ont vendu la mèche et des grandes gueules bavardes comme Klaus Schwab ont dit au monde entier quel était exactement le plan. S’ils se retirent maintenant, ils n’auront peut-être JAMAIS une autre chance de mettre en œuvre un plan de centralisation globale ; une escroquerie massive qui nécessite une tyrannie médicale afin d’empêcher toute rébellion.

Vous voyez, si le taux de mortalité avait été nettement supérieur à 0,26% et que le virus de la Covid-19 représentait une menace légitime, alors peut-être qu’une plus grande partie de la population américaine aurait été d’accord avec des restrictions à plus long terme et des passeports médicaux. Peut-être pas. Le fait est que 40 % des décès ont eu lieu dans des maisons de retraite parmi des patients souffrant de maladies préexistantes, que le taux de mortalité en dehors de ces établissements est minime, que les masques obligatoires se sont avérés totalement inefficaces et que les États qui sont restés ouverts et ont supprimé les masques obligatoires ont des taux de mortalité et d’infection en chute libre par rapport aux États qui appliquent des mesures de confinement.

Le discours de peur s’effondre. Les États américains ouvrent leurs portes et refusent d’appliquer des mandats inutiles. Dans mon État natal du Montana, les législateurs et le gouverneur adoptent des lois qui interdisent l’application des passeports médicaux. Même les grandes entreprises ne sont pas autorisées à exiger des passeports vaccinaux de leurs clients ou de leurs employés.

En outre, 40 à 50 % de la population américaine, selon les sondages, refusent de se conformer à la mise en place des vaccins ou des passeports médicaux. Pourquoi se faire vacciner contre un virus qui, de toute façon, n’affecte pas 99,7 % de la population ?

C’est fini. Les globalistes vont avoir besoin d’une autre crise s’ils espèrent imposer de nouveaux blocages aux États-Unis, ainsi que des passeports médicaux et le désarmement. Ne soyez pas surpris s’il y a plus de chaos artificiel pendant les mois d’été. Mais à quoi ressemblera la prochaine crise ? Je pense que nous en voyons déjà les signes…

Mutations covidiennes

Les médias grand public diffusent en continu un récit sur la mutation du virus de la Covid-19. Chaque semaine, nous entendons parler de variants britannique et brésilien, et l’on affirme que ces variants seront certainement plus infectieux et plus mortels que le virus original. Il n’y a toujours pas la moindre preuve pour confirmer cela, mais les globalistes ne se soucient que de planter l’idée dans la tête des gens. Ils veulent seulement raviver la peur.

Mon sentiment est que cette stratégie va échouer, du moins aux États-Unis. Trop d’Américains sont conscients de l’arnaque, et une nouvelle menace virale n’aura pas le même effet que la Covid-19 lors des premiers mois de la pandémie. À l’époque, aucun d’entre nous ne savait vraiment à quoi il était confronté et la prudence était une réponse pratique. Aujourd’hui, nous savons avec certitude que la Covid-19 n’est pas une préoccupation pour la grande majorité du public. Les tentatives des médias pour amplifier la menace seront inefficaces, mais ils essaieront quand même, bien sûr.

Les émeutes BLM

C’est la prochaine tactique évidente de la part de l’establishment. De nombreux représentants de l’État soutiennent ouvertement la reprise des émeutes dans tout le pays en raison d’une récente fusillade dans le Minnesota. La fusillade elle-même était accidentelle, le suspect résistant violemment à l’arrestation et sautant dans sa voiture. Dans la panique, une policière a saisi son pistolet au lieu de son Taser et a tiré.

Cet événement n’avait rien à voir avec le racisme, ni avec la brutalité policière. Mais cela n’empêche pas les groupes marxistes comme BLM d’en profiter et d’en faire une affaire de « suprématie blanche ». Le véritable danger d’agitation, cependant, arrivera à la clôture du procès de Derek Chauvin.

Avec la fin du procès, des preuves ont été révélées que George Floyd était impliqué dans une forte consommation de drogues et le médecin légiste a indiqué que cela, ainsi qu’une maladie cardiaque, ont contribué à la mort de Floyd. Une « speed ball » contenant du Fentanyl a également été découverte à l’arrière de la voiture de police dans laquelle Floyd avait été immobilisé. Donc, même si la tactique du genou dans le cou de Derek Chauvin a contribué à tuer Floyd, il est peu probable qu’un jury le condamne pour meurtre au premier ou au second degré sur la base des preuves. Toute accusation moins lourde déclenchera sans aucun doute d’autres émeutes de BLM.

Comme par hasard, ces événements se déroulent au début des mois chauds du printemps et de l’été, qui sont des périodes propices aux émeutes.

Je crains que l’on ne laisse les troubles civils se propager et s’envenimer aux États-Unis jusqu’à ce que les citoyens ordinaires commencent à prendre les choses en main. Et, bien sûr, toute communauté qui tentera de se défendre contre les pillages et les destructions sera accusée d’« agression raciste ». À ce moment-là, l’administration Biden tentera d’affirmer son autorité pour instaurer des mesures de loi martiale dans diverses régions. Ce scénario, combiné à de nouvelles tentatives de confinement, est très probable.

Cyber Polygone

De même que la simulation d’une pandémie de coronavirus réalisée par l’« Event 201 » n’a précédé la réalité que de deux mois, il est à craindre que la prochaine simulation du Forum économique global ne soit également un précurseur d’une autre crise.

Le Cyber Polygone est un jeu de guerre organisé par le WEF en juillet prochain, qui vise à simuler une cyberattaque majeure contre la chaîne d’approvisionnement globale et le système économique. L’année dernière, les médias n’ont cessé de parler de la crainte de cyberattaques de la part de la Russie, de la Chine, de l’Iran et même de la Corée du Nord.

En ce qui concerne les menaces pesant sur la chaîne d’approvisionnement, je ne vois pas très bien comment une cyberattaque pourrait perturber le transport maritime global, à moins qu’il ne s’agisse d’un nouveau blocage d’une grande route maritime comme le canal de Suez. En revanche, une attaque réussie contre les bourses de valeurs dans des endroits comme Wall Street pourrait être dévastatrice. Je vous suggère de surveiller attentivement cet événement, car il pourrait être conçu pour précéder une véritable cyberattaque dans le courant de l’année.

Tensions de la guerre globale

Les médias et l’administration Biden sont très occupés à essayer de créer des tensions avec la Russie au sujet de l’Ukraine. Il y a un regain de tensions entre l’Iran et Israël et une déstabilisation continue de l’Occident en Syrie. Et le danger d’une confrontation avec la Chine au sujet de Taïwan augmente.

L’objectif pourrait être la guerre, ou simplement un conflit économique. Après tout, la Chine a déjà vendu des dollars et des bons du Trésor américain l’année dernière, et il ne faudrait pas grand-chose pour porter atteinte au statut de réserve globale du dollar si la Chine et la Russie se diversifiaient toutes deux dans un panier de devises pour le commerce global.

En outre, les globalistes ont tout intérêt à créer des guerres régionales et à entraîner les Américains dans des conflits inutiles. Par exemple, la menace de guerre pourrait être utilisée pour instituer un nouveau service militaire. Quelle meilleure façon d’occuper les hommes américains en particulier et de les empêcher de se rebeller contre le « Grand Reset » que de les enrôler pour qu’ils meurent dans une guerre inutile à l’étranger ?

Il y a également un avantage narratif aux tensions globales ; lorsqu’ils sont confrontés à une menace étrangère, les Américains sont-ils plus susceptibles de rejeter les notions de rébellion contre les intrusions du gouvernement ? Je ne doute pas que l’establishment tentera d’affirmer que le mouvement pour la liberté n’est pas un mouvement pour la liberté, mais un mouvement de type « astroturfing«  créé par les Russes pour déstabiliser l’Amérique. C’est la stratégie de propagande des médias de gauche depuis des années, alors pourquoi s’arrêteraient-ils ?

La conclusion est la suivante : L’Amérique est la cible principale des globalistes parce que nous sommes l’un des seuls pays à avoir les moyens et le nombre nécessaires pour les arrêter, eux et leur « Grand Reset ». Tant que nous ne seront pas éliminés de l’équation, ils continueront à nous envoyer crise après crise afin de nous épuiser et de nous forcer à accepter le totalitarisme. Ne vous sentez pas trop à l’aise avec le fait que le programme de lutte contre la pandémie échoue ici ; restez en alerte et continuez à organiser vos communautés.

Brandon Smith

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone

   Envoyer l'article en PDF   

10 réflexions au sujet de « Les globalistes auront besoin d’une autre crise en Amérique devant l’échec de leur programme de Grand Reset »

Les commentaires sont fermés.