Les fantômes du 4


Par James Howard Kunstler – Le 5 Juillet 2019 – Source kunstler.com

Grange et maïs, une vue du comté de Washington

Ici, dans la vallée de Battenkill, dans le nord de l’État de New York, les ossements des petites villes sont encore visibles alors que la chair de l’économie qui a bâti ces villes a disparu depuis longtemps. La rivière Battenkill coule de l’autre côté de la frontière du Vermont à travers le comté de Washington jusqu’au fleuve Hudson. C’est un ruisseau rapide et clair, et dans l’ancien temps, il alimentait des douzaines de petites usines le long de sa route sinueuse. On y fabriquait des chemises pour hommes, de la lingerie pour femmes, des plateaux à thé, des charrues, des racleurs, des bottes, du papier et bien plus encore. A quelques endroits, on peut encore trouver les ruines de ces bâtiments jadis imposants.

Ruines du moulin à marbre Baxter, plus tard la Bartlett All-Steel Scythe Company

On a entendu dire qu’il y avait un bon défilé à Salem, NY, à 15 km au nord-est d’ici. Salem était une ville ferroviaire après 1852. Ça a tout changé pendant un moment. Les agriculteurs pouvaient envoyer leurs pommes de terre et leur lait jusqu’à Boston. L’ardoise était abondante à proximité et il y avait un commerce animé pour la toiture et d’autres choses. Le marbre venait du Vermont et était ébauché en pierre tombale, qui étaient envoyées jusqu’au Midwest. Le chemin de fer lui-même employait des dizaines de personnes dans la rotonde où ses locomotives étaient réparées. Cette liaison ferroviaire vers des lieux et des marchés lointains a dû sembler merveilleuse.

En attendant que le défilé commence à Salem, NY

Le système a fonctionné pendant moins de 100 ans et maintenant, il est lui aussi une présence fantôme, avec les usines. L’histoire a traité ce coin du pays avec quelque chose qui ressemble à une prompte injustice. Aujourd’hui, nous restons otages de l’automobile, niant la géographie dans sa banalité, mais d’ici aussi, on voit la fin de cette route, et elle fait déjà l’objet d’une nostalgie visible publiquement. Le défilé du 4 juillet à Salem était surtout un défilé de véhicules à moteur : voitures de pompiers, ambulances, tracteurs, voitures des années 1920, voitures musclées des années 1960, un classique hot-rod, et une étrange Avanti, un produit du milieu des années 1960 de la Studebaker Company – qui, ironiquement, avait une usine de montage de wagons et de voitures à Salem vers 1910, juste au moment où la voiture individuelle fut lancée en masse.

De nos jours, même l’aigle américain est relégué à s’asseoir dans un véhicule à moteur.

L’histoire économique de cet endroit ressemble à une série de grands travaux réalisés avec d’énormes investissements en capital, puis rapidement détruits attendant la prochaine nouvelle chose. Ça devait être enivrant à l’époque. Je dirais que la marée haute se situait vers 1900, alors que tous les systèmes de fabrication et de transport bourdonnaient en synchronisation. Il s’avère que c’était une économie avec un objectif surprenant : se débarrasser d’elle-même ! Et c’est stupéfiant à quel point tout cela a disparu maintenant. Ce qui l’a remplacé n’est pas seulement en train de se produire loin, très loin, mais beaucoup d’objets fabriqués loin, très loin ne peuvent même pas être achetés dans aucune ville dans un rayon de vingt milles dans le comté.

Je passe par Salem environ six ou sept fois par an pour une raison ou une autre. La vieille rue principale, plutôt grande, est habituellement vide de piétons. Seules quelques-unes des vitrines qui restent vendent de la marchandise utile et il n’y a donc aucune raison de marcher dans la rue. Il y a plusieurs vieux bâtiments impressionnants – des squelettes de cette économie fantôme – qui tombent clairement en état de délabrement terminal. Pourtant, le 4 juillet, les rues étaient pleines de vie, pour changer. Beaucoup (comme nous) venaient de loin. Nous avons fait preuve d’amour et de respect (et de curiosité) pour ce que cette entreprise qu’on appelle les États-Unis est censée être maintenant. La plupart du temps, notre situation nationale semble être une question d’attendre que les choses s’effacent.

La Maison Centrale, ancien hôtel, aujourd’hui centre social évangélique

Il y a un grand avantage à vivre dans ce coin de l’Amérique : il n’a presque rien reçu de la superposition destructrice du développement suburbain qui a effacé le paysage dans ces parties du pays qui peuvent prétendre être encore en plein essor. C’est une bénédiction dont je suis tout à fait conscient. Nous sommes tout simplement trop loin des villes, et même du réseau autoroutier interétatique. Donc, quand je vois la désolation économique dans ces petites villes de la vallée de Battenkill, je suis conscient que, au moins, nous n’aurons pas à nous soustraire au fardeau de l’enfer de la « Big Box » imposé dans presque tous les autres endroits d’un océan à l’autre, lorsque cette économie s’arrêtera – un processus en cours actuellement. Le K-Mart de ma ville, Greenwich, NY, a fermé en mars. Lorsque assez de ces magasins prédateurs seront partis, quelqu’un pourrait avoir l’idée de vendre des choses dans nos magasins vides dans les rues principales de la ville. Bien sûr, personne ne pense à faire des choses qui pourraient être vendues dans ces vitrines, mais un sentiment d’opportunité peut surgir rapidement lorsque la fin du globalisme – et tout ce que cela implique pour les lieux hors du temps – deviendra évident.

Too much magic : L'Amérique désenchantéeJames Howard Kunstler

Pour lui, les choses sont claires, le monde actuel se termine et un nouveau arrive. Il ne dépend que de nous de le construire ou de le subir mais il faut d’abord faire notre deuil de ces pensées magiques qui font monter les statistiques jusqu’au ciel.

Traduit par Hervé, relu par San pour le Saker Francophone

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF