Les coulisses d’un blogueur solitaire – Comment fonctionne Moon of Alabama ?


Par Moon of Alabama − Le 12 décembre 2019

2015-05-21_11h17_05Dans l’une des interviews que Seymour Hersh a données l’année dernière sur sa vie de journaliste, il lui a été demandé de donner des conseils à d’autres écrivains. Il a offert trois conseils :

 

  • Lisez avant d’écrire.
  • En savoir plus que ce que vous écrivez.
  • Ne vous impliquez pas dans l’histoire.

Les écrits de Moon of Alabama essaient de suivre ces préceptes. Ceci n’est cependant qu’un guide, lorsque j’écris pour Moon of Alabama, la troisième règle ne s’applique pas.

Publier cinq à six articles originaux par semaine, chacun sur un problème différent, nécessite des outils appropriés, du temps et un travail discipliné.

La salle de presse de MoA

blogplace-s
Agrandir

La première moitié de mes journées est consacrée à la collecte des nouvelles. Cela commence à 7h00 ou 8h00 avec le défilement des tweets de la nuit précédente en provenance des 600 comptes Twitter que je surveille. S’il existe des liens d’intérêt, ils sont ouverts pour une lecture ultérieure. Vient ensuite une promenade à travers les grands titres des journaux et les sites des agences de presse. À la fin de ce processus, une vingtaine d’onglets de navigateur ouverts, ou plus, nécessitent une attention particulière.

Après un rapide coup d’œil, ils sont abandonnés ou enregistrés. Les liens et les titres seront copiés dans Notepad++ dans des dossiers généraux dédiés – Syrie, Boeing 737 MAX, sanction commerciales contre la Chine, etc. S’il existe des extraits ou des citations utilisables, ils sont également ajoutés. Il est à peu près midi au moment où la lecture générale est terminée.

Après un déjeuner rapide, un rapide coup d’œil de vérification du site Moon of Alabama. Les commentaires piégés dans le dossier spam demandent à être libérés. Les fils de discussion de la nuit précédente pourraient avoir besoin d’un nettoyage.

Un autre tour de lecture suit les dizaines de blogs de notre page Liens. Entre temps des choses nouvelles apparaissent sur Twitter qui méritent l’attention. Maintenant, six heures après le début de la journée de travail, la phase de collecte d’informations est presque terminée.

Vient ensuite la grande question du jour. Sur quoi dois-je écrire ? Quelles sont les questions où je pourrais faire valoir un point intéressant que d’autres ont manqué ?

Parfois, la réponse est évidente. D’autre jours, il n’y a absolument aucune idée et même une balade dans le quartier n’aide pas à prendre cette décision.

Heureusement, il y a aussi des jours où je reçois l’aide de mes voisins et amis.

moas4
L’écriture elle-même est assez rapide. La saisie de la version brute d’une histoire de 800 mots ne prend que deux heures environ. La plupart des détails proviennent de recherches antérieures ou de liens précédemment collectés. Le processus éditorial et de production qui suit prend désormais souvent plus de temps que cela.

La première lecture de l’histoire brute vérifie la logique de base et l’exhaustivité d’un article. Cela sert-il vraiment l’argument qu’il est censé faire valoir ? Y a-t-il des allégations qui doivent être étayées ? Est-ce que tel ou tel détail est nécessaire pour la compréhension ou est-ce juste des fanfreluches ? Les citations ou extraits ont-ils un sens ? Si nécessaire, des détails et des liens sont ajoutés ou coupés à ce stade. Les images devront être trouvées, recadrées, redimensionnées, téléchargées et liées.

Jusqu’à présent, tout cela se fait en HTML de base directement dans l’éditeur fourni par le système Typepad. Seulement maintenant suit le passage au mode de texte riche plus lisible que vous voyez finalement affiché.

La deuxième lecture s’intéresse aux problèmes de style et de mise en page. Y a-t-il des répétitions ennuyeuses ou une longue construction imbriquée sur laquelle un lecteur pourrait trébucher ? Cette phrase utilise-t-elle le bon temps verbal ? L’anglais n’est pas ma langue maternelle et je n’ai jamais vécu dans un pays anglophone. J’ai souvent besoin d’aide pour cela. J’utilise Leo.org pour trouver des synonymes ou une meilleure expression anglaise correspondant au sens que j’ai en tête.

La dernière lecture s’abstrait du contenu et se concentre strictement sur l’élimination des coquilles. Inévitablement, certaines y échapperont.

Est-il temps de publier ? Pas encore. Une pause est nécessaire pour s’éloigner du texte. Remplir la machine à laver ou faire certaines courses y aide.

Suivent enfin les trois dernières tâches – trouver un titre, rédiger une phrase d’introduction résumée et formuler la fin. Tous trois sont importants pour l’attractivité d’un article auprès des lecteurs et des commentateurs.

Ce n’est qu’après correction et revérification de ces trois derniers points que le bouton «Publier» est pressé. Le travail de la journée est enfin en route vers vous, lecteurs de ce site.

Ce sont aussi vous, les lecteurs, qui rendez possible Moon of Alabama.

Votre écrivain et hôte vit seul et assez chichement. Mon appartement se trouve dans une petite ville qui fait maintenant partie d’une grande ville. Tout ce dont j’ai besoin est facilement accessible à pied. C’est l’endroit idéal pour effectuer un travail aussi long.

Mais il y a aussi un besoin de revenus. Je compte sur vous qui lisez ceci pour y contribuer. Envoyez-moi un courriel à «MoonofA@aol.com» pour les détails, ou rendez-vous sur le site et utilisez le bouton Paypal ou votre carte bancaire pour envoyer tout ce que vous êtes prêt à épargner.

Merci beaucoup.

Bernhard alias b.

Note du Saker Francophone

Nous avons voulu vous faire vivre de l'intérieur le travail d'un blogueur pour vous faire prendre conscience, autant que nécessaire, du boulot et du dévouement que cela représente chaque jour de l'année.

Nous sommes, au Saker Francophone, un peu à la même enseigne - et gratuitement :-)

Traduit par jj, relu par Wayan et San pour le Saker Francophone

   Envoyer l'article en PDF