Les cas confirmés de coronavirus américains sortent de l’épure …


… mais les habitants peuvent créer un mouvement à partir de cela


2015-05-21_11h17_05Par Moon of Alabama − Le 31 mars 2020

Le dernier graphique du Financial Times, pour les cas de Covid-19 confirmés par pays, montre que le nombres de cas aux États-Unis est maintenant littéralement hors de l’épure.

ftcorona20200331-s
Source Agrandir


Lorsque John Burn-Murdoch a créé ce graphique, mis à jour quotidiennement, il ne prévoyait pas qu’un pays aurait plus de 100 000 cas au total. C’était une hypothèse raisonnable car la Chine, avec 1,4 milliard d’habitants, a stoppé l’épidémie avec moins de 85 000 cas au total, alors même qu’elle a été surprise par l’épidémie.

À l’heure actuelle, les États-Unis comptent 164 435 cas connus. Ils atteindront un nombre total de plusieurs dizaines de millions, et on pourra compter plusieurs centaines de milliers de morts, à cause de la maladie Covid-19.

La plupart de ceux qui en mourront, mais pas tous, auront une ou plusieurs maladies co-morbides. Le nombre de décès aux États-Unis sera probablement plus élevé qu’ailleurs, car l’obésité, le diabète et les problèmes cardiaques y sont plus fréquents qu’ailleurs.

Une autre raison pour laquelle les États-Unis subiront une épidémie plus importante que la normale est la grande méfiance des gens à l’égard de l’autorité de l’État. Un nombre important de personnes rejetteront les injonctions de séjour à domicile ou d’autres mesures que les autorités devront prendre.

Ensuite, il y a ceci :

Pouya Alimagham پويا عالي مقام @iPouya - 0:48 UTC · 31 mars 2020
 
Le régime ne veut pas contrarier les classes religieuses. Ainsi, cela ne fait rien que certains sites religieux restent ouverts et que les religieux encouragent les fidèles à venir prier. Ces rassemblements risquent de faire exploser les cas de #COVID19.

Je parle des États-Unis, pas de l'#Iran.

Les États-Unis comptent également beaucoup de personnes sans assurance maladie. Les nombreuses personnes nouvellement mises à pied perdront également la leur. Ces personnes ne pourront pas voir un médecin ou aller à l’hôpital car les coûts énormes les ruineraient. Le système de santé à but lucratif rejettera les personnes malades qui ne seront probablement pas en mesure de payer leurs factures. Les cas de personnes décédées dans de telles circonstances devraient être mis dans la catégorie « mort par manque d’argent »  [à créer, NdT] au lieu d’être qualifiées pour autre chose.

Le Congrès n’a pas pris les mesures nécessaires et n’a pas donné à chacun accès à des tests et à des soins gratuits. Cela reviendra, en boomerang, affecter tout le monde car cela garantit que la maladie circulera plus longtemps et plus intensément que dans d’autres pays riches. Même les riches, qui profiteront le plus de l’argent dépensé par le Congrès pour renflouer l’économie, en seront affectés.

stimulusshares-s
Agrandir

Les raisons pour lesquelles les États-Unis auront des pertes humaines très élevées sont évidentes et n’ont rien à voir avec la Chine.

Lorsque le virus du SRAS a éclaté, le monde s’est uni pour le vaincre. Il l’a fait en isolant tous les cas et en traçant agressivement tous ceux qui étaient entrés en contact avec eux. Le combat a réussi. Le virus du SRAS n’existe plus en dehors des laboratoires de haute sécurité.

Mais lorsque le SARS-CoV-2 a évolué, il n’y a pas eu de réponse unie. La Chine a fait de son mieux pour vaincre le virus. Elle a gagné la lutte contre le virus dans son pays [on croise les doigts, NdT], mais d’autres États ne se sont pas joints à l’effort pour l’éradiquer. Le SRAS-CoV-2 est plus infectieux que le SRAS et nous ne saurons jamais si une tentative d’éradication aurait pu réussir. Il n’y a pas de gloire dans la prévention. Mais il est triste que nous n’ayons même pas essayé.

Le Center of Disease Control a raté sa création d’un test pour le virus du SRAS-CoV-2 qui cause la maladie. Le modèle d’essai conçu par l’Allemagne, recommandé par l’Organisation mondiale de la santé, a été rejeté par le CDC. Il a voulu faire son propre test et a échoué. Les tests aux États-Unis ont commencé trop tard et ils ont ensuite testé trop peu de monde pour contrer l’ampleur de l’épidémie émergente.

Le président américain Donald Trump ne pensait pas que le virus serait un problème. Les médias américains ont également minimisé le danger. La plupart des reportages en provenance de Chine avaient un relent raciste. La panique nativiste ne fait que cacher la véritable origine de la crise. D’autres dirigeants libéraux dans d’autres pays, Jair Bolsonaro au Brésil, Boris Johnson au Royaume-Uni, Alexander Lukashenko en Biélorussie et d’autres, ont également ignoré les conséquences prévisibles de la pandémie dans leurs pays.

Il est désormais garanti que le virus restera jusqu’à ce que quelqu’un trouve un vaccin efficace, sûr à utiliser, et bon marché. La tâche consiste maintenant à réduire la vitesse d’expansion des infections afin de ne pas submerger nos systèmes de santé.

On a beaucoup appris sur le virus et son comportement. Le SRAS-CoV-2 est trois à quatre fois plus infectieux que la grippe. Le virus est transmis par des gouttelettes aériennes qui sont ensuite inhalées par d’autres personnes. Il attaque ensuite les cellules du haut de la gorge et commence à s’y répliquer. Deux jours plus tard, la personne infectée est devenue infectieuse. Chaque fois qu’elle parle, tousse ou éternue, elle libère de fines gouttelettes qui transportent une charge élevée de virus. Les symptômes, que seulement 75% des personnes infectées ressentiront, commencent généralement 5 à 6 jours après l’infection. Les principaux symptômes sont une toux sèche et une fatigue générale. Dans certains cas, les symptômes peuvent ressembler à une crise cardiaque. Une personne reste contagieuse pendant 8 à 10 jours.

Le virus peut être détecté lorsqu’il a commencé à se répliquer. Un test d’écouvillonnage est effectué – il est aussi pénible qu’il en a l’air, voir l’image ci-contre – et traité. Si le résultat est positif, la personne doit être mise en quarantaine pour protéger les autres.

La façon dont la maladie se développe est la raison pour laquelle j’ai demandé à plusieurs reprises de porter un masque. Vous n’avez aucun moyen réel de savoir si vous portez et propagez déjà la maladie. Le masque peut ne pas vous empêcher d’être infecté, mais il peut certainement vous empêcher d’infecter les autres. Portez un masque par courtoisie envers les personnes qui vous entourent.

Dans de nombreux pays asiatiques, le port du masque est une règle sociale que tout le monde suit. Ces pays, en trait bleu clair sur le graphique en-tête de cet article, ont connu des épidémies de Covid-19 beaucoup moins ravageuses que les sociétés «occidentales» où le port d’un masque est considéré comme suspect ou comme un signe de couardise. Cette attitude devra maintenant sûrement changer.

Après s’être répliqué dans la gorge pendant quelques jours, le virus migre de la gorge vers le bas des poumons où il se réplique plus rapidement et commence à faire de véritables ravages. Le système immunitaire de la plupart des personnes en bonne santé vaincra le virus au bout de 10 à 18 jours. Mais le combat est souvent difficile. Certains des symptômes de cette phase ne sont pas dus au virus mais à la façon dont notre système immunitaire réagit.

En détruisant les nombreuses cellules infectées, le virus fait des trous dans le tissu pulmonaire. Le corps déclenche alors une réponse inflammatoire pour réparer les cellules détruites. L’ensemble du processus peut provoquer une pneumonie. Un soutien respiratoire artificiel sera alors nécessaire pour les personnes qui ont déjà d’autres pathologies provoquant des problèmes de respiration ou de circulation. Certains patients peuvent également développer des problèmes cardiaques. Si les poumons deviennent incapables de fournir suffisamment d’oxygène au sang en circulation, la personne mourra.

Les survivants de la Covid-19 auront développé une immunité pendant au moins un an. Bien que le virus du SRAS-CoV-2 se soit développé en plusieurs souches, il n’a pas muté sous une forme différente comme le font souvent certains virus grippaux courants. Cela augmente la probabilité qu’une immunité, une fois acquise, continue de protéger contre une réinfection.

Chaque crise est aussi une opportunité. Le Congrès l’a utilisée pour piller à nouveau le peuple et gaver encore plus les riches. Dans le même temps, les pouvoirs en place ont refusé les soins de santé universels et le paiement de congés maladie à ceux qui en ont besoin. L’épidémie de la Covid-19 est une chance pour changer tout cela.

Il y a déjà un certain nombre de grèves chez Amazon et dans des entreprises similaires pour la sécurité au travail, les soins de santé et les salaires. Les grèves des loyers doivent maintenant suivre. Lorsque les factures de soins arriveront chez les familles avec des cas de Covid-19, beaucoup plus de gens s’intéresseront davantage à l’assurance-maladie pour tous. Un mouvement peut se construire à partir de ces enjeux. La campagne Sanders devrait lui fournir une plate-forme (virtuelle).

Les États-Unis ont suffisamment d’argent pour payer la sécurité de leur peuple. La sécurité n’est pas une question militaire. Un porte-avions extrêmement cher avec des marins malades ne vaut plus rien. Les pandémies sont un véritable problème de sécurité et les États-Unis ont laissé leur peuple sans défense contre eux. Éliminez les porte-avions et autres dépenses militaires insensées et investissez dans la santé des gens.

Ce message sera bientôt largement compris. Nous pouvons tous contribuer à le renforcer.

Moon of Alabama

Traduit par jj, relu par Wayan pour le Saker Francophone

   Envoyer l'article en PDF