Les 3 forces les plus importantes qui façonnent le monde


Par Morgan Housel – Le 4 octobre 2019 – Source Collaborative Fund

Opération Barbarossa, documentaire britannique de Nick Davidson et Jonathan Martin (2009) | Concours National de la Résistance et de la Déportation

L’ironie de l’étude de l’histoire est que souvent nous savons exactement comment une histoire se termine, mais nous n’avons aucune idée de son début. En voici un exemple. Quelle est la cause de la crise financière ? Eh bien, il faut comprendre le marché hypothécaire. Qu’est-ce qui a façonné le marché hypothécaire ? Eh bien, vous devez comprendre la baisse des taux d’intérêt qui l’a précédée pendant 30 ans. Qu’est-ce qui a provoqué la baisse des taux d’intérêt ? Eh bien, vous devez comprendre l’inflation des années 1970. Quelle était la cause de cette inflation ? Eh bien, vous devez comprendre le système monétaire des années 1970 et les effets de la gueule de bois avec la guerre du Vietnam. Qu’est-ce qui a causé la guerre du Vietnam ? Eh bien, vous devez comprendre la peur de l’Occident face au communisme après la Seconde Guerre mondiale …

Et ainsi de suite à l’infini.

Chaque événement d’actualité – grand ou petit – a des parents, des grands-parents, des arrière-grands-parents, des frères et sœurs et des cousins. Ignorer cet arbre généalogique peut brouiller votre compréhension des événements, en donnant une fausse impression sur la raison pour laquelle les choses se sont produites, sur la durée de leur déroulement et sur les circonstances dans lesquelles elles pourraient se reproduire. Le fait de considérer les événements de manière isolée, sans tenir compte de leurs racines profondes, permet de tout expliquer, de la difficulté de faire des prévisions à la méchanceté de la politique.

Ces racines peuvent se resserrer à l’infini. Mais plus vous creusez, plus vous vous rapprochez des grandes choses : la poignée d’événements qui sont si puissants qu’ils influencent toute une série de sujets apparemment sans rapport les uns avec les autres.

Le dernier de ces événements fondateurs a été la Seconde Guerre mondiale.

Il est difficile de surestimer à quel point le monde s’est réinventé entre 1939 et 1945, et à quel point les changements que la guerre a laissés derrière elle ont défini pratiquement tout ce qui s’est passé depuis.

La pénicilline doit son existence à la guerre. Tout comme les radars, les avions à réaction, l’énergie nucléaire, les fusées et les hélicoptères. Subventionner la consommation avec des crédits à la consommation et des intérêts déductibles d’impôts étaient des politiques délibérées destinées à maintenir l’économie à flot après la fin de la production en temps de guerre. Les autoroutes sur lesquelles vous avez roulé ce matin ont été construites pour évacuer les villes et mobiliser l’armée  en cas d’attaque à la bombe nucléaire pendant la guerre froide, et la guerre froide était cousine de la deuxième guerre mondiale. Pareil pour l’internet.

Le mouvement des droits civils – peut-être l’événement social et politique le plus important de notre époque – a commencé sérieusement avec l’intégration raciale pendant la guerre.

La main-d’œuvre féminine a augmenté de 6,5 millions de personnes pendant la guerre parce qu’on avait besoin de femmes dans les usines. La plupart ont continué à travailler après la fin de la guerre, amorçant une tendance qui a conduit à un doublement du taux de participation de la main-d’œuvre féminine en 1990. C’est probablement l’événement économique le plus important de notre vie.

Trouvez quelque chose d’important pour vous en 2019 – social, politique, économique, peu importe – et avec un peu d’effort, vous pourrez remonter aux racines de son importance jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. Il y a si peu d’exceptions à cette règle que c’en est stupéfiant.

Mais ce n’est pas seulement étonnant. C’est un exemple de quelque chose qu’il est facile d’ignorer : Si vous ne prenez pas le temps de comprendre les causes et les conséquences de la Seconde Guerre mondiale, vous aurez du mal à comprendre pourquoi les 60 dernières années se sont déroulées de cette façon.

Vous aurez du mal à comprendre comment les plus grandes technologies ont vu le jour, et comment les innovations les plus importantes sont nées d’une nécessité induite par la panique plutôt que de visions douces.

Ou pourquoi l’endettement des ménages a augmenté comme il l’a fait.

Ou pourquoi les Européens ont une vision différente de celle des Américains en ce qui concerne les filets de sécurité sociale. John Maynard Keynes a prédit que les pays ravagés par la guerre auraient « une envie irrésistible de sécurité sociale et personnelle », et c’est ce qu’ils ont fait. L’historien Tony Judt écrit sur l’Europe de l’après-guerre :

Seul l’État pouvait offrir un espoir ou un salut à la masse de la population. Et au lendemain de la dépression, de l’occupation et de la guerre civile, l’État – en tant qu’agent de bien-être, de sécurité et d’équité – était une source vitale de communauté et de cohésion sociale.

Il y a tant de choses qui se passent aujourd’hui et qui ne sont pas faciles à comprendre sans une connaissance pratique des forces de guerre vieilles de 75 ans qui les ont mises sur pied. Pour moi, il est fascinant d’étudier la guerre non pas à cause de ce qui s’est passé, mais à cause de l’influence qu’elle a exercée.

Ce qui soulève la question : Qu’est-ce qui ressemble à la Seconde Guerre mondiale ?

Quelles sont les autres grandes choses – les événements fondateurs – des sujets importants aujourd’hui que nous devons étudier si nous voulons comprendre ce qui se passe dans le monde ?

Rien n’a autant d’influence que la Seconde Guerre mondiale. Mais il y a quelques autres grands sujets qui méritent notre attention, car ils sont à l’origine de tant d’autres sujets.

Les trois grands thèmes qui ressortent sont la démographie, l’inégalité et l’accès à l’information.

Il existe des centaines de forces qui façonnent le monde et qui ne sont pas mentionnées ici. Mais je dirais que beaucoup, et même la plupart, sont des dérivés de ces trois facteurs.

Chacune de ces grandes choses aura un impact profond sur les prochaines décennies car elles sont à la fois transformationnelles et omniprésentes. Elles ont un impact sur presque tout le monde, bien que de manière différente. La réalité est que nous ne savons pas exactement comment leur influence se manifestera. En 1945, personne ne savait exactement comment la Seconde Guerre mondiale allait façonner le monde, mais seulement qu’elle le ferait de manière extrême. Mais nous pouvons deviner certains des changements les plus probables.

Un changement démographique qui reconfigure les économies modernes

Voici ce qui se passe :

Source : Bureau du recensement
  • En 1960, il y avait trois fois plus d’Américains de 0 à 4 ans que de 70 à 74 ans. En 2060, ces groupes seront à peu près à égalité. La proportion de jeunes travailleurs est en baisse.
  • La part des travailleurs plus âgés augmente.
  • La part des retraités – ou des personnes en âge de prendre leur retraite – augmente.
  • Environ 100 milliards d’êtres humains sont nés au cours de nos 200 000 ans d’existence.

Pendant pratiquement tout ce temps, faire naître plus de monde n’était pas un problème. Les maintenir en vie était une autre histoire. Mais avoir beaucoup de bébés a été un élément fondamental de l’humanité pendant des dizaines de milliers d’années. C’est plus que biologique ; la reproduction comporte un élément culturel important.

Dans son livre « Strategic Effects of Demographic Shocks », James Holmes cite le point de vue d’Aristote sur l’ancienne Sparte :

Le législateur, souhaitant qu’il y ait autant de Spartiates que possible, encourage les citoyens à avoir autant d’enfants que possible ; car il existe une loi selon laquelle celui qui a engendré trois fils est exempté du devoir [militaire], et celui qui en a quatre est exempté de toutes les taxes.

En Union soviétique, Joseph Staline a décerné le prix de la Mère Héroïne aux femmes ayant plus de dix enfants vivants.

L’Amérique n’était pas timide non plus. Gallup a demandé aux Américains quelle est la taille idéale de leur famille depuis sept décennies. En 1944, 77 % des Américains ont répondu qu’avoir plus de trois enfants était idéal. Chaque femme en avait en moyenne 3,4.

Puis les choses ont changé.

Le baby boom des années 1940 et 1950 était une aberration, et le boom économique qui a suivi a conduit à une tendance prévisible : une longue histoire de femmes ayant moins d’enfants à mesure qu’elles s’enrichissaient.

Cela s’explique en partie par le fait que les pays riches disposent de meilleurs soins de santé, ce qui permet à plus d’enfants de survivre à l’âge adulte. Adam Smith a écrit dans le livre du XVIIIe siècle La richesse des nations : « Il n’est pas rare, dans les Highlands d’Écosse, qu’une mère qui a mis au monde vingt enfants n’en ait pas deux vivants ». C’était un véritable problème en Amérique il y a tout juste 100 ans. 28 % des Américains sont morts avant l’âge de 5 ans en 1900 ; aujourd’hui, c’est environ 0,5 %.

Et les familles plus riches augmentent leurs attentes pour élever des enfants, ce qui fait baisser le nombre d’enfants désirés. Les coûts de l’éducation, en particulier, créent un paradoxe où le nombre d’enfants que vous pensez pouvoir vous permettre diminue à mesure que vous vous enrichissez, car offrir les mêmes possibilités d’éducation que vous avez probablement eues est une charge financière qui ne peut pas être fournie à plusieurs enfants. Il y a aussi le temps et les dépenses que les parents consacrent à leur propre éducation, qui a généralement lieu pendant les meilleurs années pour la procréation.

Pensez-y de cette façon, et souvenez-vous que le pourcentage de la population ayant un diplôme universitaire a grimpé en flèche au cours des 50 dernières années :

Extrait du livre « What to Expect When No One’s Expecting »

La fécondité en Amérique a diminué, passant de 120 naissances pour 1 000 femmes âgées de 15 à 44 ans dans les années 1950 à 59 en 2018. En chiffres bruts, il y avait plus de bébés nés en Amérique en 1952 qu’en 2018, malgré le fait que la population globale ait plus que doublé. L’espérance de vie à la naissance est passée de 68 à 80 ans au cours de cette période.

Moins de bébés alors que tous les autres vivent plus longtemps, c’est un point clé, car cela signifie que la population vieillit. Et quand la population vieillit, tout est bouleversé, de la croissance économique à la culture du travail en passant par l’ordre mondial des nations.

Une chose qui change, c’est que la compétitivité de l’Amérique augmente par rapport à celle de la plupart des autres pays du monde.

La baisse des naissances est un phénomène mondial, en particulier dans le monde développé. Et tandis que l’Amérique vieillit et que la croissance démographique ralentit, les autres grandes économies du monde se transforment en communauté de retraités comme en Floride et la croissance démographique est, dans de nombreux cas, sur le point de devenir négative.

Voici ce qui s’est passé au cours des 30 dernières années :

Source : Base de données internationale du Bureau de recensement

 

Et voici ce qui devrait se passer au cours des 30 prochaines années :

Source : Base de données internationale du Bureau de recensement

Il est difficile d’exagérer l’importance de cette affaire.

Lorsque les gens parlent de la nation qui sera la leur au siècle prochain, ils évoquent le leadership en matière d’IA et de Machine Learning, où la Chine semble si compétitive. Mais il est incroyablement difficile de faire croître une économie lorsque vous perdez un cinquième de votre population en âge de travailler en une seule génération. La Chine pourrait inventer quelque chose d’aussi grand que le prochain Internet, mais si on mélange ce fait à sa démographie, elle a une économie qui ne va pas très bien. L’Europe, le Japon et la Corée du Sud sont dans la même situation ou pire.

La démographie va faire ralentir l’économie américaine, mais c’est un feu de paille pour les autres pays. Ainsi, même en supposant des niveaux de croissance de la productivité équivalents, les États-Unis sont en meilleure posture que les autres pays développés, ne serait-ce qu’en raison de leur démographie. L’Amérique pourrait laisser tomber la technologie tandis que la Chine, l’Europe et le Japon feraient tout ce qu’il faut, et malgré cela, l’Amérique pourrait rester une économie beaucoup plus grande et plus puissante. [Si on suppose que les flux de migrants restent constants alors que rien n’est moins sur vu l’instabilité politique croissante, NdT]

Les gens aiment parler des nouvelles technologies et des innovations, parce que c’est amusant. La démographie, ce n’est pas amusant. Mais c’est aussi importante, sinon plus, pour la croissance économique globale et que la plupart des innovations au cours des prochaines décennies.

Un autre élément affecté par la démographie : Moins de naissances signifie une plus grande dépendance à l’immigration pour la croissance démographique.

L’année 1920 a été une grande année pour l’immigration. La fin de la première guerre mondiale a remanié les migrations mondiales. Un peu plus de 800 000 personnes ont immigré aux États-Unis cette année-là.

Mais 2 950 000 personnes sont nées en Amérique cette année-là. La proportion de nouveaux résidents a donc penché en faveur des citoyens nés aux États-Unis plutôt que des immigrants.

C’est ainsi que les choses se sont passées pendant la majeure partie du 20e siècle, surtout lorsque les taux d’immigration ont baissé.

Mais à mesure que le taux de natalité diminue, le ratio se modifie. « D’ici 2035, l’immigration ajoutera deux fois plus de personnes à la population que les naissances et les décès naturels », écrit Derek Thompson dans The Atlantic.

Le nombre de travailleurs dont les parents sont nés aux États-Unis devrait diminuer de 8,2 millions au cours des 15 prochaines années, selon Pew. Cette baisse sera compensée par une augmentation d’environ 13 millions de nouveaux travailleurs dont les parents sont immigrés. Le nombre d’immigrés de la première génération augmentera de près de 5 millions d’ici 2035.

Les prévisions en matière d’immigration sont difficile à interpréter, soufflant avec les vents politiques et économiques. Mais le déclin des travailleurs nés au pays est gravé dans le marbre – c’est déjà arrivé – donc même si les projections d’immigration sont fausse et même de beaucoup, une augmentation de la proportion d’immigrants américains est presque garantie.

L’Amérique a été construite par des immigrants, qui se sont montrés plus entreprenants et mieux éduqués – les immigrants représentent 13 % de la population mais 27,5 % des entrepreneurs. La dynamique politique n’est pas aussi claire. Derek Thompson écrit :

Aujourd’hui, les classes supérieures et moyennes supérieures, riches et majoritairement blanches, paient la majorité des impôts fédéraux sur le revenu, qui soutiennent souvent des programmes d’aide aux minorités à faibles revenus. Cela contribue à une opposition entre « faiseurs » et « preneurs » qui frôle souvent dangereusement la division du pays sur le plan racial. Mais d’ici une ou deux générations, ce tableau va changer. Comme les bureaux américains se diversifient plus rapidement que les communautés de retraités, la main-d’œuvre blanche minoritaire soutiendra les retraités blancs majoritaires.

Le principal boom de l’immigration aux États-Unis a eu lieu à la fin du XIXe et au début du XXe siècle. Les prochaines décennies pourraient voir un taux d’immigration plus faible, mais avec un effet tout aussi important, puisque la proportion de nouveaux citoyens est amplifiée par un taux de natalité domestique plus faible.

L’inégalité des richesses qui s’est accrue pendant quatre décennies atteint un point de rupture inévitable

L’inégalité est l’un des sujets qui divisent le plus, car elle oppose le capitalisme à l’équité selon des modalités qui ne font pas l’unanimité – moi contre toi, ton gain est ma perte, etc. C’est un sujet tribal par nature, et les débats tribaux peuvent dégénérer en bagarres parce que vous avez l’impression que votre identité et votre dignité sont en jeu.

Mais dans cette histoire, peu importe que vous pensiez que l’inégalité est vraie ou fausse, bonne ou mauvaise, ou ce que nous devrions faire pour y remédier. Quelqu’un d’autre peut aborder ces sujets.

Tout ce qui compte ici, c’est que cela s’est produit, et ce de façon massive. C’est une grande chose qui a un impact sur toutes sortes d’autres sujets.

Dans les années 1950, l’historien Frederick Lewis Allen a décrit la révolution sociale qui a eu lieu lorsque l’âge d’or a fait place à une économie plus équilibrée :

Pour comprendre l’Amérique d’aujourd’hui, il faut non seulement réaliser à quel point la révolte de la conscience américaine a été vitale pour son développement. Elle a implanté chez les Américains l’idée qu’on pouvait réparer la machine économique et politique du pays, afin de la faire fonctionner mieux pour la majorité, sans arrêter la machine …

… par une combinaison de révisions disparates du système – lois fiscales, lois sur le salaire minimum, subventions et garanties et réglementations de toutes sortes, plus les pressions des syndicats et les nouvelles attitudes de la direction – nous avions abrogé la loi de fer sur les salaires. Nous avions provoqué une redistribution quasi automatique des revenus des plus aisés vers les moins aisés. Et cela n’a pas ralenti la machine, mais l’a même renforcée. Tout comme une entreprise individuelle semblait mieux fonctionner lorsqu’elle consacrait une partie de ses bénéfices à des améliorations, le système commercial dans son ensemble semblait mieux fonctionner si vous consacriez une partie du revenu national à l’amélioration des revenus et du statut des groupes à faibles revenus, leur permettant ainsi d’acheter plus de biens et donc d’élargir le marché pour tout le monde. Nous avions découvert une nouvelle frontière à ouvrir : le pouvoir d’achat des pauvres.

C’est, me semble-t-il, l’essence même de la grande découverte américaine. Et elle a son corollaire : si vous apportez ainsi des avantages à un grand nombre de personnes auparavant défavorisées, elles saisiront leurs chances et, dans l’ensemble, deviendront des citoyens responsables.

Je le souligne pour montrer que les choses ont bien tourné. Ils se sont bien débrouillés.

Mais ce fut une révolution. Les taux d’imposition les plus élevés sont passés de 0 % à 94 % en l’espace de trois décennies.

Pour simplifier grossièrement, voici le cheminement historique de la manière dont l’équilibre du pouvoir économique bascule entre les pôles sociaux :

  • Une personne crée une grande entreprise, s’enrichit.
  • Les gens disent : « C’est génial ! Ils ont créé une grande entreprise. Ils méritent d’être riches ». Une véritable admiration.
  • La richesse engendre plus de richesse à mesure que les affaires s’accumulent.
  • Plus de richesse donne du pouvoir, y compris une influence réglementaire, des lacunes dans la gouvernance des entreprises et un pouvoir de négociation des salaires.
  • Ces pouvoirs créent une super richesse, et les travailleurs à faible revenu commencent à dire : « Hé, la raison pour laquelle vous êtes super riche est que vous avez obtenu tous ces pouvoirs en étant simplement riche, et une partie de cette super richesse ressemble à de la recherche de rente plutôt qu’à de la création de valeur. »
  • Les gens disent : « Ce n’est pas bien. Vous ne pouvez pas faire ça. »
  • La personne super riche dit : « Dommage, c’est comme ça que ça marche ».
  • Le processus ne cesse de s’aggraver.
  • Les gens se sentent démoralisés, indignes, et comme si tout le système était empilé en faveur de quelques-uns.
  • Ils finissent par en avoir assez, et se regroupent pour devenir assez puissants pour forcer le changement, généralement avec des impôts, des salaires minimums et des syndicats.
  • Une personne super riche dit : « Ce n’est pas bien. Vous ne pouvez pas faire ça ».
  • Les gens disent : « Dommage, c’est ainsi que les choses fonctionnent ».

Encore une fois, peu importe que vous pensiez que c’est bien ou mal, ou de quel côté vous êtes assis. Pour l’intérêt de cet article, il importe simplement que cela se produise. Et cela se passe dans les deux sens. Au début des années 1980, le pouvoir d’influence reposait essentiellement sur les travailleurs, et non sur les investisseurs. Puis le pouvoir s’est à nouveau déplacé, avec une bénédiction de 40 ans qui a permis aux investisseurs d’être exponentiellement plus choyés que les travailleurs. Dans un double aller-retour.

Ce qu’il faut retenir, c’est que le pouvoir est transitoire. Il change quand ceux qui ne l’ont pas en ont tellement marre qu’ils se lient pour avoir assez d’influence pour le reprendre. Ne jamais sous-estimer le pouvoir d’un groupe unifié de personnes impuissantes ayant un but commun.

Si vous acceptez cette prémisse, alors ce qui s’est passé au cours des 40 dernières années est une grande chose.

Vous avez tous entendu les statistiques sur l’augmentation de la richesse du 1% supérieur, sur la richesse des 100 premières familles, etc. Les chiffres ont été suffisamment répétés, et ils sont généralement présentés d’une manière qui les caricature trop, ce qui, encore une fois, fait ressortir les instincts de guerre tribaux.

Ce qui est plus intéressant, ce sont les gens à l’autre bout du spectre. Ce sont ceux dont la mentalité du « ça ne marche pas, le système est brisé, les chances sont contre moi », va – si l’histoire est un guide – s’unir pour forcer le système dans l’autre direction.

Et ils sont nombreux. Le plus important dans ce domaine, c’est que les gens ne jugent pas leur bien-être dans le vide. Ils mesurent leur valeur par rapport aux gens qu’ils voient autour d’eux. Si votre revenu reste le même alors que les gens autour de vous voient leur revenu augmenter de 10 %, vous vous sentirez probablement moins bien. C’est généralement subtil, car les biens matériels de ceux qui ont plus d’argent gonflent vos aspirations, vous narguant souvent pour combler le fossé qui vous sépare d’eux en vous endettant.

Le fait est qu’on ne peut pas se contenter de regarder la richesse du haut ou la stagnation du bas. C’est l’écart entre les deux qui fait qu’un groupe se repousse contre l’autre.

Et cet écart est le plus élevé depuis près d’un siècle, si ce n’est de tous les temps.

Que se passe-t-il lorsque le bas commence à se retourner contre le haut ?

C’est déjà en partie le cas. Trump, Bernie Sanders et le Brexit représentent tous des gens qui disent : « Arrêtez la course, nous allons essayer quelque chose de nouveau. Si vous n’aimez pas ça, tant pis. C’est comme ça que ça marche ».

Mais beaucoup de choses vont changer.

Il est presque certain que le système éducatif sera bouleversé. Le système actuel, qui consiste à avoir besoin d’un diplôme universitaire pour avoir de bonnes chances d’intégrer et de rester dans la classe moyenne, mais en s’endettant pour une vie entière pour le faire si l’on n’a pas d’aide familiale, ne peut pas durer. Je n’ai aucune idée de la façon dont cela se termine. Mais il n’y a pratiquement aucune chance qu’en 30 ans, l’histoire soit la suivante : « Tout le monde a continué à prendre des hypothèques pour son éducation sur 18 ans, les frais de scolarité ont continué à augmenter deux fois plus vite que le taux d’inflation, et tout allait bien ». Ce schéma va se briser d’une manière ou d’une autre.

La politique en est une autre. Elle est déjà en train de changer. Les tarifs douaniers d’un côté et les impôts sur la fortune de l’autre sont les symptômes de la même chose : trop d’électeurs sont trop mécontents du fonctionnement du système. Je ne sais pas où cela finit, mais le gouvernement fédéral de, disons, 1960 était méconnaissable par rapport à celui de 1920. La Grande Dépression et la Seconde Guerre mondiale ont déclenché la plupart de ces changements, mais les changements sociaux durables de cette période étaient centrés sur le soutien des groupes à faibles revenus après l’âge d’or épique. Il pourrait en être de même pour les générations suivantes.

Nous trouverons toutes sortes d’explications pour expliquer pourquoi ces choses ont changé. Mais la plus probable est que l’inégalité des revenus du début des années 2000 était trop importante et cela a guidé les décennies suivantes, comme elle l’a fait pendant des siècles.

L’accès à l’information permet de combler les lacunes qui constituaient auparavant un bouclier social contre l’ignorance.

Carole Cole a disparu en 1970 après s’être enfuie d’un centre de détention juvénile au Texas. Elle avait 17 ans.

Un an plus tard, un corps non identifié et assassiné a été retrouvé en Louisiane. C’était Carole, mais la police de Louisiane n’en avait aucune idée. Ils n’ont pas pu l’identifier. La disparition de Carole est restée sans suite, tout comme le corps non identifié.

Trente-quatre ans plus tard, la sœur de Carole a posté des messages sur Craigslist pour demander des indices sur la disparition de sa sœur. Presque au même moment, un bureau du shérif de Louisiane a créé une page Facebook demandant de l’aide pour identifier le corps de l’inconnue retrouvé 34 ans plus tôt.

Six jours plus tard, quelqu’un a fait le lien entre les deux messages. Ce qui a déconcerté les détectives pendant près de quatre décennies a été résolu par Facebook et Craigslist en moins d’une semaine. Ce genre de choses ne s’est même pas produit il y a dix ans. Et nous ne nous sommes probablement pas réveillés à son plein potentiel – bon et mauvais.

La plus grande innovation de la dernière génération a été la destruction des barrières de l’information qui maintenaient les étrangers isolés les uns des autres.

Le téléphone et la radio s’en rapprochaient, mais étaient bien différents. Dans son livre The Rise and Fall of American Growth, Robert Gordon nous rappelle qu’à la fin des années 1800, 75% de l’Amérique était « rurale », sans téléphone ni service postal. Ce qui s’est passé dans une ville pouvait tout aussi bien se produire sur une autre planète. Le téléphone et la radio ont transformé le XXe siècle et ont fait tomber ces barrières. Mais le téléphone était utilisé pour parler à des personnes avec lesquelles vous aviez effectivement un rendez-vous, et la radio ne vous permettait pas de lui répondre.

Ce qui s’est passé au cours des 20 dernières années – et surtout des 10 dernières – n’a pas de précédent historique. Le téléphone a éliminé le fossé de l’information entre vous et un parent éloigné, mais l’internet a comblé le fossé entre vous et littéralement tous les étrangers dans le monde.

C’est une grande chose. Peut-être la plus grande chose depuis la Seconde Guerre mondiale.

C’est tellement énorme que je pense que personne ne sait où cela va nous mener. Mais permettez-moi d’argumenter sur quelques points.

Le fondateur de TechCrunch, Michael Arrington, a récemment écrit : « Je pensais que Twitter nous séparait, mais je commence lentement à penser que la moitié d’entre vous a toujours détesté l’autre moitié, mais ne l’a jamais su avant Twitter ». C’est un bon point qui met en évidence quelque chose de facile à ignorer :

  1. tout le monde appartient à une tribu,
  2. ces tribus sont parfois fondamentalement en désaccord les unes avec les autres,
  3. c’est bien si ces tribus gardent leurs distances,
  4. l’internet assure de plus en plus que ce n’est plus le cas.

Il est bon et nécessaire d’ouvrir son esprit à des perspectives différentes. Mais lorsque des points de vue fondamentaux et inébranlables, qui étaient autrefois contenus dans les tribus, s’exposent à différentes tribus, les gens sont choqués d’apprendre que ce qui est sacré pour eux n’est pas toujours une vérité universelle. L’éventail des opinions politiques a toujours été extrême, mais ce que nous avons vu au cours de la dernière décennie est ce qui se passe lorsque la couverture chaude de l’ignorance idéologique est enlevée.

Un autre changement est la poussée vers la méritocratie. Les personnes qui n’ont jamais eu de voix peuvent, pratiquement du jour au lendemain, avoir les plus grandes. Le pseudo-blogger Jesse Livermore fournit des analyses d’investissement plus intelligentes que des départements entiers de banques d’investissement de premier plan ne peuvent publier. Nick Maggiulli était inconnu il y a deux ans et n’avait jamais travaillé dans la finance ; aujourd’hui, ses articles sur les investissements attirent plus l’attention que la plupart des grandes organisations de presse. Dans les faits, le crédit des acteurs officiels est en train de fondre. Peu importe qui vous êtes ou quel est votre titre de poste. Si vous avez une bonne idée, je veux l’entendre. Bien sûr, l’envers de la médaille est dangereux, car le maniaque qui crie le plus fort attire souvent l’attention. Mais lorsque vous supprimez les barrières à l’entrée, vous vous rendez compte que le talent est plus courant que vous ne le pensiez. Des milliers de Michael Jacksons, Stephen Kings et Thomas Edison seront reconnus à l’avenir, alors qu’ils auraient été ignorés à n’importe quelle autre époque.

Un troisième changement est qu’il est désormais plus difficile de se cacher derrière des informations fausses et trompeuses, mais plus facile à diffuser. Je ne sais pas comment concilier cette contradiction, mais on voit les deux partout. Les évaluations des clients peuvent accomplir ce que le Better Business Bureau n’a jamais pu faire, mais les fausses évaluations constituent un défi qui n’existait pas il y a deux décennies. Jeff Bezos a dit un jour qu’à mesure que les consommateurs deviennent mieux informés, les entreprises devraient consacrer « la grande majorité de leur énergie, de leur attention et de leur argent à la création d’un excellent produit ou service et une moindre quantité à le crier sur les toits, à le commercialiser ». En même temps, le spam existe parce qu’il fonctionne. Peut-être que l’internet nous rend mieux informés mais plus crédules. Il est difficile de faire la distinction entre les deux. L’influence qui existe aux pôles extrêmes de la vérité et de la fiction est la principale raison pour laquelle Internet est une grande chose.

Vous pourriez continuer sur ce sujet à l’infini. Les chances que les rencontres en ligne ne modifient pas fondamentalement le mariage au cours des prochaines générations me semblent nulles. Les chances que l’éducation en ligne n’ait pas une influence grandissante, sont également nulles. La géopolitique me semble également être une drôle de contradiction, car elle est plus fragile (la diplomatie sur Twitter) et plus dépendante que jamais les unes des autres (les marchés mondiaux). Et puis il y a la question des règles de fonctionnement d’une campagne présidentielle lorsque les deux candidats ont eu recours aux médias sociaux dans les universités, lorsque tout le monde poste des trucs qu’ils regretteront plus tard. Ce sera fascinant à regarder, à la fois inspirant et terrifiant.

Le monde est animé par des événements cataclysmiques. Une minorité de choses déterminent la majorité des résultats. C’est l’un des concepts les plus importants en matière d’investissement, où quelques positions peuvent représenter la majeure partie des rendements de votre vie.

L’histoire n’est pas différente. La Seconde Guerre mondiale, la Première Guerre mondiale et la Grande Dépression ont influencé presque tous les événements importants du XXe siècle. L’industrialisation et la guerre civile ont fait de même au XIXe siècle.

La démographie, l’inégalité et l’accès à l’information auront un impact énorme sur les décennies à venir. La façon dont ces grandes choses se terminent est une histoire qui reste à raconter. Mais quand elle sera racontée, nous aurons une meilleure idée de son début.

Morgan Housel

Liens

Note du Saker Francophone

Nous traduisons et publions une série de livres de différents obédiences justement pour nous permettre à tous de creuser ces racines de la 2nd Guerre mondiale, fondatrice à bien des égards, et on peut même à partir de là creuser jusqu'à la 1ere révolution industrielle.

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone

   Envoyer l'article en PDF