Le premier jour du cessez-le-feu en Ukraine

Par Yurasumy – Le 15 février 2015 – Source Fort Russ

Le cessez-le-feu existe sur le papier, bien que peu de gens sur le terrain semblent y prêter attention. Il n’est pas respecté, là où la tactique de la guerre le nécessite. Mais le bombardement des villes s’est arrêté. Et ça fait du bien.

Les questions non résolues:

Debaltsevo, Marioupol et Bakhmutka sont les points douloureux qui sont susceptibles de faire exploser cette paix au moindre prétexte, surtout si la stratégie l’exige.

A en juger par les déclarations ukrainiennes de ce matin, ils n’ont pas de succès à revendiquer à Debaltsevo, en dehors de la déclaration de cette nuit de Porochenko. Les forces ukrainiennes ont subi d’énormes pertes à la fois à l’intérieur du chaudron et autour de son périmètre extérieur (peut-être les pertes les plus lourdes depuis la reprise des combats) qui peuvent se monter à des centaines de morts. Il est impossible de le savoir exactement.

Il y a de violents combats autour de Shirokino [à l’est de Marioupol]. La Novorussie contrôle la ville depuis ce matin. Avant cela, elle avait été le siège de terribles combats. Azov a annoncé qu’il avait 50 blessés. Je ne crois pas qu’ils n’aient perdu que trois hommes, comme ils le disent. A en juger par le nombre de morts et de blessés que provoque cette guerre, je dirais qu’ils ont perdu 15 à 20 hommes. Les combats ont cessé ou quasiment cessé partout ailleurs.

En conclusion. Les deux camps tentent de préserver l’apparence de la paix, même si elle n’existe déjà plus. Mais l’Ukraine doit mériter les prêts du FMI et elle essaie de tirer le meilleur parti de la situation, tandis que la Novorussie a besoin de laisser un peu de répit à ses villes (jusqu’à présent l’artillerie ukrainienne n’a pas osé bombarder les villes) et d’opérer un regroupement (principalement de l’artillerie autour de Debaltsevo).

Commentaire de J.Hawk (Traducteur du russe à l’anglais)

Il n’y a pas de doute que, si on lui laisse la moindre chance, le gouvernement ukrainien va tenter de reconstituer sa puissance militaire afin d’attaquer à nouveau le Donbass. La question est: l’Occident le laissera-t-il faire? Probablement pas.

Regardons les choses en face: l’un des principaux résultats de la révolution de la dignité, c’est que le FMI possède maintenant l’Ukraine. Il la possède toute entière et toute chaude. Il est la seule chose qui se dresse entre elle et la faillite.

Le fait que la Novorussie puisse répondre à toute menace sérieuse des forces armées ukrainiennes (et une véritable intervention russe n’est pas à exclure si l’OTAN décidait d’armer l’Ukraine) est un autre facteur dissuasif majeur. Tant pour l’Ukraine que pour l’Occident, qui sait parfaitement qu’un autre round de combats pourrait mettre l’Ukraine dans l’impossibilité de rembourser les milliards de dollars qu’elle doit à ses créanciers occidentaux.

Traduit de l’anglais au français par Dominique, relu par jj pour le Saker Francophone

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF