Le modèle commercial de l’industrie américaine du GNL ne fonctionne pas


Par Justin Mikulka – Le 25 août 2020 – Source DeSmog

Fossil fuel tanker ship
Hai Yang Shi You 301, navire-citerne chinois de transport de GNL. Crédit : Ya, saya inBaliTimur, CC BY-SA 2.0

À la mi-juillet, le secrétaire à l’Énergie Dan Brouillette a signé un décret autorisant l’exportation de gaz naturel liquéfié, ou GNL, à partir d’un projet de terminal et de gazoduc de 10 milliards de dollars en Oregon. Le communiqué de presse accompagnant l’ordonnance de M. Brouillette a salué l’approbation comme ayant « de profondes implications économiques, de sécurité énergétique et environnementales, tant au niveau national qu’international ».

Bien que le projet, connu sous le nom de terminal GNL de Jordan Cove, ait eu du mal à obtenir les permis de l’État et se heurte à une opposition virulente des tribus et autres, ce refrain constant de l’administration Trump n’a pas changé. L’administration Obama a fait des déclarations similaires sur la production de gaz naturel et la sécurité énergétique, l’emploi et l’environnement, lorsqu’elle a supervisé une expansion rapide de l’industrie de l’exportation de GNL.

Le président Obama et le président Trump étaient sur la même longueur d’onde en ce qui concerne les exportations de GNL. Ils ont également un autre point commun : ils se sont tous deux trompés.

L’industrie de l’exportation du GNL est un désastre économique et un désastre climatique, deux facteurs qui contribuent à sa spirale descendante. Et si le ministère de l’énergie a parlé d’exporter du « gaz de la liberté«  à des alliés américains pour améliorer la sécurité énergétique, alors que le plus gros client potentiel est la Chine et que les gros titres actuels mettent en avant une nouvelle guerre froide potentielle entre les États-Unis et la Chine, ce n’est pas non plus un argument très crédible.

La production américaine de GNL plonge alors même que la capacité de liquéfaction ne cesse d’augmenter.

Deux semaines à peine après que M. Brouillette a signé sa commande et visité le site Jordan Cove à Coos Bay, le projet semble être mort et enterré parce que l’économie ne fonctionne plus.

Le membre du Congrès Peter DeFazio (D-Ore.) a récemment déclaré que Jordan Cove était « plus mort qu’un clou de porte« , affirmant que « la demande a chuté et que deux autres usines sont en construction sur la côte du Golfe. Je ne pense pas qu’il y aura un marché pour [le gaz naturel liquéfié] si [Jordan Cove] est construit et il y a beaucoup d’obstacles à franchir ».

« Il ne sera pas construit », a déclaré le sénateur Jeff Merkley (D-Ore.) à Axios lors d’une récente interview. « J’ai parlé à un grand nombre de personnes – plusieurs personnes qui ont été profondément impliquées dans le financement international de projets énergétiques – et ils ne croient pas que la société puisse confirmer les ventes nécessaires pour justifier l’investissement de 6 milliards de dollars ».

Jordan Cove n’est que l’un des nombreux terminaux d’exportation de GNL proposés ou en construction aux États-Unis et dans le monde. Mais comme la réalité est que le monde a déjà une surabondance de GNL et que le gaz est en train de perdre du terrain au profit des énergies renouvelables, cette capacité supplémentaire d’exportation de GNL n’est pas nécessaire.

Les chiffres des exportations américaines de GNL semblent exagérés

La raison du malinvestissement dans l’expansion de la capacité d’exportation de GNL aux États-Unis était l’excès de gaz naturel produit par le malinvestissement dans l’industrie américaine de la fracturation hydraulique pour extraire le pétrole et le gaz. Une industrie massivement déficitaire en a engendré une seconde qui est maintenant confrontée au même problème : comment exister lorsque vous vendez votre produit à un prix inférieur à ce qu’il vous en coûte pour le produire ?

Alors que la secrétaire d’État Brouillette a commodément laissé la Chine en dehors de la liste des pays potentiels que Jordan Cove pourrait approvisionner en GNL, vendre à la Chine est l’objectif de toute installation d’exportation de la côte ouest, car c’est le plus grand marché potentiel. Et c’est là le grand problème des exportations américaines de GNL : Le prix que la Chine et les autres pays de la région Asie-Pacifique sont prêts à payer est inférieur au coût d’équilibre pour les exportateurs.

Un article paru dans oilprice.com a récemment résumé le problème structurel de l’économie américaine des exportations de GNL : La Chine n’est pas prête à payer plus de 7 $/MMBtu et pourtant « 7 $/MMBtu est probablement trop bas pour les exportateurs américains de GNL ». (Les prix actuels en Asie sont inférieurs à 3 $/MMBtu).

#Les prix du GNL sont maintenant bien trop bas pour que les exportateurs américains puissent faire des bénéfices, ce qui a poussé beaucoup d’entre eux à tout simplement arrêter, selon l’IEEFA @ClarkWDerry. Le rêve américain d’exporter du GNL est peut-être hors de portée. via @smeredith19 @CNBC

Un rapport publié en juillet par l’Institute for Energy Economics and Financial Analysis (IEEFA) détaille les nombreuses raisons pour lesquelles l’industrie américaine de l’exportation de GNL est si mal positionnée pour réussir financièrement, ainsi que les raisons pour lesquelles l’expansion des capacités d’exportation avec des projets comme Jordan Cove n’a aucun sens économique.

Une raison importante est que si le marché américain de l’exportation de GNL a été un désastre financier, il en va de même pour le marché chinois de l’importation de GNL. Les deux marchés ont besoin que les prix aillent dans des directions opposées pour avoir une chance de gagner de l’argent. Une évolution des prix dans un sens ou dans l’autre sera bonne pour un marché mais une faillite fatale pour l’autre. Comme le conclut l’analyse de l’IEEFA, les exportations américaines de GNL vers la Chine ne présentent « aucun avantage ».

Clark Williams-Derry, l’un des auteurs du nouveau rapport de l’IEEFA, a expliqué à CNBC la réalité économique du marché américain du GNL. « Ce n’est pas tant que la crise du coronavirus va durer longtemps », a déclaré M. Williams-Derry. « C’est plutôt que la « nouvelle normalité », post-COVID, est peut-être celle où le rêve américain d’exporter du GNL semble hors de portée ».

La commercialisation trompeuse du combustible« de transition » échoue également

En plus de l’analyse économique erronée qui a conduit au boom de la fracturation hydraulique aux États-Unis et à l’expansion de la capacité d’exportation du GNL, l’industrie et ses promoteurs ont utilisé la fausse affirmation selon laquelle le gaz naturel est « plus propre » que le charbon et donc une solution au problème du climat, un soi-disant « combustible de transition«  entre les énergies fossiles et renouvelables.

Cependant, le gaz naturel (c’est-à-dire le méthane) et le GNL sont tous deux des combustibles sales, comme le montrent les recherches, et ne font partie d’aucune solution climatique.

Il est temps de s’éloigner rapidement de ce combustible dit « de transition« . « Shell, BP et Exxon Mobil Corp… s’inquiètent que si les émissions de méthane ne sont pas contrôlées, cela pourrait saper les arguments selon lesquels le gaz naturel est un combustible fossile plus propre que le charbon. »

« Politiquement, le gaz naturel n’est plus considéré comme un carburant de transition », a déclaré Josh Price, analyste senior en énergie et services publics au sein de la société de recherche Height Capital Markets, à S&P Global. « Du côté de l’électricité, il semble certainement y avoir un changement majeur dans l’abandon du gaz en raison de la pression publique des investisseurs, des décideurs politiques ».

Ce qui est vrai. Mais la réalité économique du gaz doit être incluse dans cette discussion. Si les énergies renouvelables n’étaient pas moins chères que le gaz et le charbon à l’heure actuelle, personne ne parlerait d’une « réorientation majeure de la consommation de gaz ». Les investisseurs dans les combustibles fossiles ont toujours montré qu’ils ne se soucient pas de l’environnement et du climat, mais finalement, lorsqu’ils perdent suffisamment d’argent, ils semblent se soucier de ne pas en perdre davantage.

Cette fois, c’est peut-être différent

L’industrie pétrolière et gazière a toujours été une activité en plein essor ou en récession, chaque boom étant accompagné de propos selon lesquels « cette fois-ci, c’est différent«  et l’industrie a appris à ne pas surcharger ses capacités pour des produits que le monde n’est pas prêt à acheter.

En 2014, l’avenir s’annonçait prometteur pour les exportations américaines de GNL. John Watson, PDG de Chevron, était parmi ceux qui étaient convaincus que cette fois-ci serait différente et que l’industrie ne surdimensionnerait pas la capacité d’exportation de GNL.

À l’époque, Bloomberg avait rapporté les propos de Watson, qui avait prédit que « l’industrie ne surdimensionnerait pas la capacité d’exportation de GNL parce que les installations sont trop coûteuses pour se passer des contrats signés avec des acheteurs en main ».

La bonne nouvelle pour Watson est que les PDG sont payés des sommes exorbitantes même lorsqu’ils se trompent à 100%. En décembre, le New York Times a rapporté que Chevron allait déprécier plus de 10 milliards de dollars d’actifs – principalement des actifs gaziers fracturés dans les Appalaches et une installation d’exportation de GNL prévue au Canada.

Cependant, la réalité est que cette fois-ci, la situation pourrait être différente pour l’industrie du GNL. La science est claire : le méthane est un combustible sale et la fracturation pollue de grandes parties des États-Unis. L’Europe a été l’une des principales destinations du GNL américain, mais elle étudie maintenant l’ensemble des impacts climatiques du GNL produit par la fracturation – qui augmente les impacts climatiques en raison des importantes fuites de méthane associées au processus.

La principale raison pour laquelle cette période sera différente pour l’industrie du gaz est que les énergies renouvelables offrent désormais une alternative moins coûteuse et beaucoup plus propre pour alimenter le monde.

Dans le passé, l’industrie pétrolière et gazière pouvait toujours compter sur une reprise des prix et de la demande de ses produits, car il n’existait pas d’alternatives viables. Aujourd’hui, il y en a.

La Federal Energy Regulatory Commission, ou FERC, vient de publier sa dernière mise à jour des infrastructures énergétiques, qui couvre le premier semestre 2020. Elle illustre comment les énergies renouvelables sont désormais une option privilégiée par rapport au charbon et au gaz pour la production d’électricité aux États-Unis. Selon la FERC, les sources renouvelables représentent plus de 57 % des nouvelles capacités de production d’électricité, contre 43 % pour le gaz naturel.

Nouvelle production d’électricité aux États-Unis par source. Crédit : Federal Energy Regulatory Commission

 

Lors de la même conférence de 2014 où John Watson s’est complètement trompé sur l’avenir du GNL, un de ses collègues PDG de compagnie pétrolière a également fait une déclaration audacieuse. Paolo Scaroni, de l’Eni, a déclaré que l’Europe se rendait compte que les énergies renouvelables étaient « plus un problème qu’une solution« .

Scaroni ne s’en était pas rendu compte à l’époque, mais il avait raison de dire que les énergies renouvelables étaient un problème. Les énergies renouvelables sont un énorme problème pour l’industrie des combustibles fossiles et plus particulièrement pour le modèle économique du GNL.

Pendant ce temps, les exportateurs américains de GNL n’ont pas de solution au fait qu’ils ne peuvent pas vendre leur produit à un prix supérieur au coût de production.

Justin Mikulka

Note du Saker Francophone

Cet article est tiré d'une série : L’industrie du schiste argileux creuse plus de dettes que de bénéfices

Traduit par Hervé, relu par Wayan pour le Saker Francophone

   Envoyer l'article en PDF