Le Brésilien Bolsonaro montre que la majorité à partir des minorités aux États-Unis pourrait ne pas être à la hauteur des espoirs de la gauche


Par Lance Welton – Le 21 août 2017 – Source Unz Review

BrazilElection
Qui soutient le nouvel homme fort du Brésil ?
Un nombre surprenant de Brésiliens non blancs

Nous entendons constamment les Démocrates et les médias mainstream se vanter que les États-Unis seront un pays majoritairement non blanc d’ici les années 2040. Cette prédiction donne de l’espoir aux démocrates blancs qui envisagent naïvement un avenir arc-en-ciel d’égalité, d’amour et d’hégémonie électorale. Cela décourage les Républicains blancs, car ils y voient un signe avant-coureur d’un pouvoir de gauche en permanence et la destruction de l’Amérique qu’ils connaissaient et chérissaient [Étude : les récits sur-hypothéqués des médias au sujet de l’anxiété de la majorité blanche qui s’estompe aux États-Unis, par Matthew Yglesias, Vox, May 2, 2018]. Mais l’élection de Jair Bolsonaro à la présidence du Brésil montre que même lorsque les Blancs sont minoritaires – au Brésil, ils ne représentent que 47% de la population – les gens qui tiennent à l’avenir du pays peuvent encore gagner.


Il ne fait aucun doute que le fait de devenir une « majorité à partir des minorités » sera une mauvaise chose pour les États-Unis. Plus une société est diversifiée sur le plan ethnique, plus il y a de conflits (voir Conflits ethniques, par Tatu Vanhanen) et moins elle est blanche (ou asiatique du nord-est), moins elle est « intelligente », ce qui signifie chaos, corruption et criminalité incontrôlable (voir Service de Renseignements : Une construction unificatrice pour les sciences sociales, par Richard Lynn et Tatu Vanhanen).

Mais l’élection de Bolsonaro semble montrer que les conséquences politiques de cette situation pourraient être paradoxales. Des décennies de gouvernement par les gauchistes et les minorités, dirigé par la corruption, l’hypocrisie politiquement correcte, l’incompétence, la sur-promotion des travailleurs des minorités à faible QI, le dorlotement des criminels (surtout ceux des minorités), la croyance que l’argent pousse sur les arbres, la suppression des gens dans l’industrie et l’originalité semblent avoir conduit à un tel chaos que les gens n’avaient d’autre choix que de voter pour un gouvernement conservateur et même « d’extrême droite ».

Même les gens très libéraux se retrouveront à adopter une politique un peu plus robuste lorsque leur argent deviendra sans valeur et que leur maison sera cambriolée sous la menace d’une arme. Le résultat, comme au Brésil, est que tous les membres de la classe moyenne, sauf les plus jeunes et les plus « éveillés », voteront pour un candidat conservateur et toutes les femmes féministes de ce groupe, sauf les plus enragées, feront de même.

Seuls les professionnels capables de vivre dans un monde de bisounours continuent à voter pour la gauche dans de telles conditions. 30% des diplômés du niveau universitaire brésiliens ont voté pour Bolsonaro au premier tour (probablement plus au second tour) contre 19% pour le candidat du Parti des Travailleurs. [Qui soutient le nouvel homme fort du Brésil ?, par Gianpaolo Baiocchi et Marcelo Silva, Boston Review, 12 octobre 2018].

On peut s’attendre à ce que les Blancs, une fois minoritaires, se sentent de plus en plus menacés, ce qui signifie qu’ils voteront de plus en plus pour les conservateurs comme un bloc. Dans l’État méridional de Santa Catarina, qui est à environ 85% blanc, Bolsonaro a obtenu 76% des voix au second tour. Dans certaines villes de Santa Catarina, il a recueilli plus de 80% des voix et dans une ville, il a obtenu 92% des voix [Où se trouvent les principaux bastions Bolsonaro au Brésil ? par Felipe Ribas, Gazeta do Povo, 30 octobre 2018]. Même Rio de Janeiro, qui n’est blanche qu’à 54%, a donné à Bolsonaro 60% des voix au premier tour.

Les Blancs et les Pardos – des Brésiliens « mixtes », dont beaucoup sont blancs à environ 80% mais s’identifient comme « mixtes » en raison des avantages sociaux qui en découlent – dominent le sud densément peuplé du Brésil. Ce n’est que la performance relativement faible de Bolsonaro dans le Nord-Est non blanc, peuplé de paysans noirs d’origine quilombolaise qui sont restés sur les terres sur lesquelles leurs ancêtres étaient esclaves, principalement pour cultiver des bananes, qui l’a empêché de gagner au premier tour. [Fascisme impossible à cartographier par Freg Stokes, Overland, 29 octobre 2018]

Et, malheureusement pour la gauche, lorsqu’elle est au pouvoir depuis longtemps et que les choses vont très mal, l’instinct de survie de base des gens a tendance à se faire sentir. Dans des conditions anxiogènes, nous aspirons à la stabilité, ce qui nous conduit souvent à devenir plus conservateurs et à suivre les règles [La peur et l’anxiété poussent les conservateurs à adopter des attitudes politiques, Par Bobby Azarian, Psychology Today, 31 décembre 2016] ainsi que les religions les plus fondamentalistes.

Les psychologues mesurent le niveau de religiosité des gens à l’aide de ce qu’on appelle l’Échelle du fondamentalisme. Il s’agit d’une série de questions – des questions telles que la fréquence de la prière ou la certitude de l’existence de Dieu – où les sujets donnent une réponse sur une échelle de 1 (« Je prie chaque jour ») à 5 (« Je ne prie jamais »). Les notes de cet instrument sont en corrélation avec les notes de l’échelle autoritaire de droite (qui vous donne une note de 0,75 sur des points de vue conservateurs les plus généraux, comme l’immigration), ce qui signifie que, dans une large mesure, religiosité et conservatisme sont la même chose [Prédire les préjugés du fondamentalisme religieux et l’autoritarisme de droite, par B. Laythe et al, Journal for the Scientific Study of Religion, 2001].

De plus, les personnes à faible quotient intellectuel ont tendance à être froidement pragmatiques, désintéressées par l’idéologie, fermement concentrées sur la survie et l’hédonisme. C’est en partie parce que le trait de caractère que les  psychologues sociaux nomment « l’ouverture d’esprit » (qui fait que vous vous intéressez aux arts et aux idées), est associé positivement au QI. Les personnes à faible quotient intellectuel ont également tendance à avoir des attitudes sociales dures et conservatrices à l’égard de questions comme le crime ou la déviance sexuelle. [Voir Au bout de nos peines, par Edward Dutton et Michael Woodley de Menie, 2018, chapitres 2 et 5].

Pour toutes ces raisons, quand la vie dirigée par des gauchistes devient suffisamment désorganisée, même une minorité significative de Noirs voteront pour des candidats comme Bolsonaro, surtout s’ils remarquent que certains Noirs (généralement des quilombolas) sont gros, paresseux et ne devraient pas se reproduire (voir le clip YouTube des « gaffes » ci-dessous) car, sauf s’ils se moquent de tout et sont heureux de se fier aux gauchistes, ils comprennent que le fait de combattre la criminalité et de faire respecter l’ordre tend à faciliter les choses, aidant à mettre plus de nourriture dans votre assiette.

Parmi les brésiliens non blancs, « Pardo » (mixte) et « Preto » (noir, y compris les quilombolas), Bolsonaro a quand même obtenu 50% des voix au second tour. À un arrêt de bus à Recife, dans le nord-est, deux vieilles dames noires ont dit à Freg J. Stokes d’Overland, cité plus haut, qu’elles avaient voté pour Bolsonaro parce qu’il allait arrêter les « bandits – Je déteste les bandits ; je veux être en sécurité dans la rue – Tuer les tous ! ».

La périphérie de Rio de Janeiro ressemble au nord-est du Brésil sur le plan démographique. Ces zones appauvries, gérées par des gangs, sont en grande partie « Preto ». Mais Stokes rapporte que le vote Bolsonaro y était en fait plus fort que dans le centre et les banlieues riches et blanches. Ce n’est que dans le Nord-Est, où les cultivateurs de bananes noires en faillite n’ont pas pour projet à l’avenir de migrer vers les villes et sont devenus des accros à l’aide sociale, que Bolsonaro a eu de mauvais résultats.

Incroyablement (ou peut-être pas), les enquêteurs brésiliens n’ont pas indiqué le pourcentage de blancs qui ont voté pour Bolsonaro lors du deuxième tour. Mais nous pouvons faire une estimation éclairée. Le taux de participation dans le sud du pays est d’environ 89% (le vote est obligatoire au Brésil), alors qu’il est d’environ 75% dans le nord-est du pays, la moyenne nationale étant de 80%. [Obligatoire pour qui ? par Timothy Power, Journal of Politics in Latin America, 2009]. Sur la base de ces chiffres, l’électorat brésilien est composé d’un peu plus de 50% de blancs et 60% de blancs ont voté pour Bolsonaro, presque exactement comme les 58% de blancs qui ont voté pour Trump dans un pays où l’électorat blanc est beaucoup plus important. [Samantha Bee sur les blancs qui ont aidé à élire Trump, par Neal Broverman, The Advocate, 10 novembre 2016]. En d’autres termes, même lorsque les Blancs sont minoritaires, quelqu’un comme Trump peut toujours être élu.

La démographie est en effet le destin et (à moins que la politique d’immigration ne soit radicalement modifiée) il y aura probablement un moment aux États-Unis où une junte de démocrates-manipulateurs minoritaires et vertueux sera capable de prendre le pouvoir. Mais, comme toujours quand les Social Justice Warriors arracheront le contrôle, la société va s’effondrer dans le chaos. Et quand ce sera fait, l’élection de Bolsonaro suggère que même la moitié des électeurs non blancs seront prêts à élire un gouvernement « d’extrême droite » pour remettre les choses « en ordre ».

Notez que le système bipartite américain n’est pas un obstacle à cela. Bolsonaro a obtenu 46% des voix au premier tour, éliminant un candidat à sa droite, deux candidats pro-business et un libertarien. Même si seulement la moitié de leurs votes étaient allés à Bolsonaro, il aurait dépassé les 50% des suffrages au premier tour.

C’est une loi de l’histoire politique depuis la chute de Rome et la montée de l’Europe chrétienne jusqu’à Margaret Thatcher en Grande-Bretagne, suivie du « New Labour » de Tony Blair : Le conservatisme vous rend riche, la richesse vous rend décadent, la décadence vous fait voter à gauche, le gauchisme mène au chaos et le chaos a besoin des conservateurs pour nettoyer le désordre et rendre les gens à nouveau riches.

Ainsi, même si l’avenir de l’Amérique s’assombrit, il n’est pas si « audacieux » d’avoir de « l’espoir ».

Lance Welton est le nom de plume d’un journaliste freelance vivant à New York.

Note du Saker Francophone

On laisse à l'auteur ses considérations très peu politiquement correctes sur l'intelligence ou le QI et sa vision du Brésil et de ces problèmes largement instrumentalisés comme au Venezuela par les agences de renseignement US via des guerres hybrides. De manière générale, certains articles sont parfois choquants à lire et ne représentent pas forcément nos opinions personnelles mais même quand on a un avis tranché sur une question, il est aussi important de lire et comprendre comment d'autres pensent. Nous avons longuement évoqué l'an dernier le coup d'État constitutionnel contre Dilma Roussef et les accusations sans preuves contre Lula pour l’empêcher de se présenter.

Nous connaissons modestement le Brésil, notamment Rio. La classe moyenne basse et les plus pauvres sont pris entre un travail sous-payé (200 euros/mois) avec un niveau de vie comparable à l'Europe dans les grandes villes), dur (45° l'été) et parfois dangereux (essayez de distribuer des chips à 1€ le paquet sur l'A86 au milieu des bouchons, pour voir) et des aides sociales faibles mais suffisantes pour tenter les moins courageux. Du point de vue anti-système, le fait inquiétant concernant Bolsonaro concerne l'emprise de l'église évangéliste noyautée par la CIA et le futur ministre de l’Économie, un Chicago Boy. La critique est facile, l'art bien difficile. 

http://imgsapp.diariodepernambuco.com.br/app/noticia_127983242361/2017/07/09/712180/20170707210223268423o.JPG

Mais sur le fond, c'est un sujet très sensible pour les appareils politiques des partis du Système car les migrants, quelle que soit leur origine, sont naturellement plus conservateurs que progressistes et se mettent à voter conservateur dès qu'ils sont intégrés ou assimilés. Pour les mondialistes, il faut donc faire venir régulièrement de la chair fraiche dépendante de l'aide sociale et surtout ne pas permettre une assimilation trop rapide des anciens contingents. Le cynisme de ces gens est sans bornes.

L'autre point chaud est la communautarisation des Blancs sur une base ethnique ou raciale. Ce phénomène risque de monter en puissance dans tout l'Occident en réaction aux autres communautarismes pour aboutir à un phénomène bien connu d'ethno-mathématique lors des élections en Afrique. Si ce problème a parfois été artificiellement créé « machiavéliquement » par les anciens pays colonisateurs pour garder un certain contrôle, il est nouveau en Occident sauf peut être au moment des guerres de religion dont on a déjà vu ce que cela a donné.

Traduit par Hervé, relu par Cat pour le Saker Francophone

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF