Le boom de la fracturation hydraulique aux États-Unis est-il basé sur la fraude ?


Par Justin Mikulka – Le 4 mars 2020 – Source DeSmog

Fraud. Crédit : Marco Verch, CC BY 2.0

Dans une interview accordée à Fraud Magazine en 2016, l’ancien directeur financier d’Enron, Andrew Fastow, a expliqué ce qui, selon lui, a fait son succès alors qu’il travaillait pour l’ancienne société énergétique, aujourd’hui tristement célèbre pour ses scandales financiers.

Je pense que c’est ma capacité à faire du financement structuré, à financer des choses hors bilan et à trouver des moyens de manipuler les livres de comptes financiers – il n’y a pas de belle façon de le dire. Comme je l’ai dit lors de la conférence, j’étais bon pour trouver des failles.

Comme l’a expliqué M. Fastow, dans le domaine de la finance, la différence entre une faille et une fraude n’est pas toujours facile à identifier. Et c’est peut-être une chose que l’industrie américaine de la fracturation travaille à son avantage.

Fastow, le fraudeur reconnu coupable, admet que ce qu’il a fait chez Enron a trompé les investisseurs. « Nous avons créé quelque chose qui était monstrueusement trompeur, mais chacune de ces opérations n’était pas nécessairement considérée comme frauduleuse », dit-il.

Avance rapide jusqu’à aujourd’hui et une partie différente de l’industrie de l’énergie : l’industrie américaine du pétrole et du gaz de schiste a perdu plus de 250 milliards de dollars depuis 2007, tout en étant vendue à des investisseurs dans le cadre d’un boom économique, même à des prix du pétrole bien inférieurs à ceux de ces dernières années. Ce décalage financier vous semble-t-il trompeur ? Ou peut-être, familier ?

Dans une tournure inattendue, Fastow donne maintenant des conférences à l’industrie de l’énergie sur le leadership éthique.

Tirer la sonnette d’alarme

Bethany McLean a été la première journaliste à se demander si Enron était une entreprise financièrement saine dans un article de 2001 pour le magazine Fortune. McLean a ensuite co-signé le livre « The Smartest Guys in the Room », qui documente la chute d’Enron en raison de ses pratiques frauduleuses, notamment celles conçues par Fastow.

En 2018, McLean a également publié le livre « Saudi America », qui a mis en lumière de nombreux défis financiers auxquels l’industrie de la fracturation a été confrontée. Dans une récente interview pour le podcast Boomtown du Texas Monthly, McLean a expliqué l’une des pratiques très acceptées et manifestement trompeuses de l’industrie de la fracturation :

J’aimerais soulever quelques points. L’un d’eux est que les entreprises font depuis longtemps de l’hypnose sur ces seuils de rentabilité. Elles disent que nous pouvons atteindre le seuil de rentabilité à 25 dollars le baril, nous pouvons l’atteindre à 20 dollars le baril. Et puis vous regardez leurs états financiers consolidés et elles perdent de l’argent. Et donc, quelque chose ne va pas… les gens me l’ont dit… les mathématiciens d’entreprise ou les investisseurs dans l’économie. Ils essayaient donc de mettre en place des jeux de présentations pour les investisseurs qui leur montreraient des données économiques qui n’étaient pas réelles. Ainsi, ils vous montreraient qu’ils peuvent atteindre le seuil de rentabilité sur un puits à 25 $ le baril de pétrole, mais si vous allez quand même voir les états financiers de l’entreprise, ils perdent de l’argent.

Est-ce une faille ? Où vous pouvez ouvertement déformer aux investisseurs la réalité financière de votre entreprise ? Ou s’agit-il d’une fraude ?

Alors que de plus en plus d’acteurs du secteur de la fracturation sont à court d’options et déposent le bilan, les investisseurs commencent à se poser des questions sur les raisons de la disparition de tout l’argent.

C’est un secteur qui a toujours été rempli de promoteurs, d’escrocs et d’escrocs boursiers, et les gens ont gagné des milliards lorsque les investisseurs ont perdu leur chemise.

Dans un épisode bonus de #Boomtown, nous parlons à @bethanymac12 de l’industrie de la fracturation.

Les entreprises qui sont des chèques en blanc

Tout comme la crise du logement qui a provoqué la crise financière de 2008, le boom de la fracturation a conduit les banquiers de Wall Street à trouver des moyens innovants pour financer un business déficitaire. Certaines entreprises vendent même aujourd’hui des obligations basées sur les performances futures des puits, un concept similaire aux titres adossés à des créances hypothécaires qui ont conduit à la crise du logement de 2008.

Une autre invention de Wall Street est ce que l’on appelle une « société d’acquisition à vocation spécifique » (SPAC) ou, comme on les appelle aussi, des sociétés à chèque en blanc. Le fonctionnement de ces investissements est le suivant : une grande banque ou une société de capital-investissement soutient une équipe de direction pour collecter des fonds pour la SPAC, avec la promesse que les dirigeants de la SPAC feront ensuite, à un moment donné, une « acquisition à des fins spéciales » – ce qui signifie qu’ils trouveront une société existante et l’achèteront.

Ces sociétés sont appelées « sociétés à chèque en blanc » parce que la direction reçoit un chèque en blanc pour acheter ce qu’elle choisit. Dans les années 1980, le Wall Street Journal (WSJ) a noté que « les sociétés à chèque en blanc étaient souvent associées à des fraudes sur des actions dites penny-stock« . Dans un article de 2017 sur l’industrie pétrolière, le WSJ a rapporté que « les SPAC étaient une caractéristique des jours effervescents d’avant la crise financière [de 2008] ».

Les SPAC ont souvent été considérés comme un investissement risqué, mais comme pour la crise du logement, les plus grands noms de Wall Street se sont impliqués et ont donné une légitimité au concept, Goldman Sachs commençant à soutenir les SPAC en 2016. Et de nouvelles sociétés de fracturation ont vu le jour en conséquence.

Ben Dell, associé directeur de la société d’investissement Kimmeridge Energy, a expliqué au Wall Street Journal l’un des risques des investissements dans les SPAC. « Les équipes de gestion d’une SPAC sont incitées à dépenser l’argent qu’elles ont réuni, quoi qu’il arrive, afin de pouvoir percevoir des honoraires et se payer un salaire et des options d’achat d’actions dans la société qu’elles achètent », a déclaré M. Dell.

« Les SPAC sont l’exemple le plus flagrant dans l’industrie du désalignement des dirigeants avec les investisseurs », a déclaré M. Dell à la WSJ.

Comme je l’ai déjà signalé , l’un des problèmes de l’industrie de la fracturation est que les PDG sont très bien payés même lorsque les entreprises perdent de l’argent. Selon Dell, les SPAC portent ce problème à un nouveau niveau « flagrant ».

Alta Mesa : Une étoile est née

Pour réussir à collecter des fonds pour une société à chèque en blanc, il est utile d’avoir des stars du management. Comme l’a noté le Wall Street Journal, les investissements dans les SPAC « sont en grande partie des paris sur leurs cadres ».

Jim Hackett semble être le candidat idéal pour diriger une SPAC dans l’industrie de la fracturation. Hackett a un curriculum vitae impressionnant : ancien PDG de la société de fracturation Anadarko, ancien président de la Banque de la Réserve fédérale de Dallas, membre du comité exécutif du groupe de lobbying industriel American Petroleum Institute, et partenaire de la grande société d’investissement privé Riverstone Holdings.

En 2013, Hackett a pris sa retraite d’Anadarko pour suivre des cours à la Harvard Divinity School afin d’obtenir un diplôme en théologie. Cependant, il est resté partenaire de Riverstone et en 2017, il a été attiré de nouveau dans le secteur de la fracturation pour diriger une SPAC soutenue par Riverstone.

La SPAC a levé un milliard de dollars tout en étant conseillée par les plus grands noms de l’industrie, dont Goldman Sachs et CitiGroup. La première société de chèques en blanc s’appelait Silver Run Acquisition Corp. II.

Hackett a utilisé l’argent pour acheter deux sociétés en Oklahoma – un producteur de pétrole et un pipeline – et la nouvelle société combinée, Alta Mesa, a été évaluée à 3,8 milliards de dollars.

L’avenir était prometteur pour Alta Mesa

Hackett et Alta Mesa avaient de grands projets pour faire de l’argent en fracturant des puits en Oklahoma, qui comprenaient des prévisions de fortes augmentations de la production de pétrole et de gaz à partir des actifs nouvellement acquis avec des chiffres de rentabilité très bas.

Lorsque le Wall Street Journal a fait état de la création d’Alta Mesa, il a noté que « sur la superficie exploitée par Alta Mesa dans le nord-est du comté de Kingfisher, le prix plancher de la rentabilité est parmi les plus faibles des États-Unis, avec un seuil de rentabilité d’environ 25 dollars par baril », a déclaré la société. Le pétrole étant alors bien supérieur à ce prix, l’avenir s’annonçait prometteur, selon Hackett et Alta Mesa. Forbes a rapporté que Hackett a déclaré que les avoirs d’Alta Mesa étaient « du pétrole qui sera économiquement viable même à 40 $ WTI [West Texas Intermediate] » et le pétrole a été bien au-dessus de cette marque depuis que Hackett a fait cette déclaration en 2017.

Comme les chiffres du seuil de rentabilité, un autre domaine dans lequel il pourrait être particulièrement facile de tromper les investisseurs de l’industrie pétrolière est celui des prévisions trop optimistes sur la quantité de pétrole qui sera produite par les futurs puits. Le Wall Street Journal a documenté cela comme un problème important pour l’industrie américaine du schiste.

Description des actifs d’Alta Mesa dans la déclaration de l’investisseur. Crédit : Capture d’écran de proxy statement.

Un actif de classe mondiale avec une géologie attrayante. Les ressources pétrolières pondérées d’Alta mesa se caractérisent par des marges élevées, un faible seuil de rentabilité des prix des matières premières et un taux de rendement de plus de 85 % pour un seul puits. La direction de Silver Run et d’Alta Mesa estime qu’il existe d’autres possibilités d’améliorer l’efficacité grâce à la technologie et d’optimiser la conception des puits.

Début 2018, en vantant le potentiel de la nouvelle société proposée Alta Mesa, Hackett a déclaré que « son puits moyen produirait près de 250 000 barils de pétrole au cours de sa durée de vie ». Un an plus tard, Alta Mesa a déclaré qu’elle s’attendait à ce que ces puits produisent moins de la moitié de cette quantité, soit seulement 120 000 barils de pétrole sur la durée de vie du puits.

En mai de l’année dernière, Alta Mesa faisait l’objet d’une enquête de la Securities and Exchange Commissions (SEC) « pour d’éventuels problèmes dans ses rapports financiers ».

Plus tard en 2019, Alta Mesa a déposé son bilan après avoir réduit ses actifs de 3,1 milliards de dollars. Le chèque en blanc d’un milliard de dollars avait été dépensé, et il a fallu moins de deux ans pour tout brûler.

Enquête de la SEC et poursuites judiciaires contre plusieurs investisseurs

Les actifs d’Alta Mesa ont été vendus au début de cette année. La SEC a refusé de se prononcer sur l’état d’avancement de l’enquête.

En mai 2019, le Houston Chronicle rapportait : « Alta Mesa fait également face à une série de poursuites judiciaires. Certains actionnaires intentent une action en justice en prétendant avoir été fraudés et trompés sur la valeur de la société et de ses actifs lors de la création de la société ».

Un procès intenté par le Fonds national de retraite des plombiers et des tuyauteurs prétend que la procuration pour Alta Mesa contenait des informations matériellement fausses et trompeuses. Ce dépôt présente de nombreux faits à l’appui de cette affirmation.

Déclaration de plainte pour violation du Securities Exchange Act de 1934. Crédit : Capture d’écran de documents judiciaires

 

Une autre plainte allègue qu’Alta Mesa n’a pas payé le montant approprié de redevances aux propriétaires terriens, l’État ayant enquêté sur cette question. Un autre procès a été intenté contre Riverstone pour « déclarations trompeuses« .

Les investisseurs disent avoir été trompés par Hackett et Riverstone. Les allégations sont basées sur les affirmations qui ont été faites sur la quantité de pétrole que la société pourrait produire. Rétrospectivement, ces affirmations sont apparues comme extrêmement inexactes et trompeuses. Mais s’agit-il de fraude ? Ou est-ce simplement profiter d’une faille ?

En janvier, le Houston Chronicle a résumé la situation en décrivant la chute d’Alta Mesa : « Ce fut une chute dramatique après avoir surestimé de manière significative son potentiel sur le terrain de jeu du schiste dans l’Oklahoma… »

Si Alta Mesa est un exemple spectaculaire de la rapidité avec laquelle une entreprise de fracturation peut faire disparaître de grosses sommes d’argent après avoir « considérablement surestimé son potentiel », elle marque aussi probablement le début des poursuites des investisseurs contre de nombreuses autres entreprises de fracturation en faillite ayant des antécédents similaires.

Les enseignements d’Enron

Lorsque Jim Hackett a décidé d’aller à la Harvard Divinity School, plusieurs profils favorables à son choix ont été rédigés, dont un sur le site web de Harvard. Cet article indiquait que l’une des raisons pour lesquelles Hackett avait décidé d’aller à l’école était « l’effondrement d’Enron, un désastre qu’il attribuait à ‘un échec dans le leadership’ de personnes qu’il connaissait bien ».

La rapidité avec laquelle Hackett et Alta Mesa ont fait faillite est remarquable, indiquant un échec probable du leadership. Toutefois, Hackett semble avoir appris quelque chose de l’ancien dirigeant d’Enron, Andrew Fastow : il y a du travail pour les anciens dirigeants comme eux pour enseigner l’éthique et la morale à l’industrie de l’énergie. Hackett est aujourd’hui maître de conférences au Center for Leadership and Ethics de l’université du Texas à Austin.

Fraude ? Ou juste une question d’en rire ?

Un bon reportage est un travail difficile, mais il implique parfois un peu de chance. Comme lorsqu’un journaliste du Wall Street Journal, dans une salle remplie de personnes engagées pour faire des prévisions sur la production de pétrole et de gaz issu de la fracturation hydraulique, a appris l’existence de méthodes beaucoup plus précises pour prédire cette production de pétrole. Il a également appris que la précision des estimations des réserves de pétrole de schiste est bien moindre.

L’article du WSJ qui a suivi citait John Lee, professeur de Texas A&M et expert en calcul des réserves de pétrole et de gaz. « Il y a un certain nombre de pratiques qui vont presque inévitablement conduire à des surestimations », a déclaré Lee. Ce sont les pratiques utilisées par l’industrie, Alta Mesa n’en étant qu’un exemple. Les surestimations sont la raison pour laquelle Alta Mesa a reçu un financement mais n’existe plus aujourd’hui.

Le Wall Street Journal a rapporté que lors d’une présentation donnée par Lee, un membre du public « s’est levé et a défié les ingénieurs présents », demandant pourquoi les prévisionnistes n’utilisaient pas des modèles précis comme ceux qui étaient disponibles – comme Lee l’avait décrit.

Un autre membre de l’auditoire a expliqué la raison. « Parce que nous possédons des actions », a répondu un autre ingénieur, « déclenchant des rires », selon le Wall Street Journal.

Est-il trompeur de se moquer des investisseurs de votre société si vous savez que les estimations que vous leur donnez sont gonflées, mais parce que vous possédez les actions qui bénéficient de ces estimations, vous le faites quand même ? S’agit-il d’une fraude ? Peut-être cela dépend-il du fait que vous recevez des leçons d’éthique d’Andrew Fastow et de Jim Hackett.

La plus grande innovation de la révolution de la fracturation sera-t-elle de faire de la fraude financière un sujet d’amusement ?

Beaucoup de personnes qui suivent l’EFT aiment parler de la fraude du schiste. Ce n’est tout simplement pas vrai : On ne peut pas commettre de fraude quand les règles sont si laxistes qu’on peut inventer de la merde et que c’est toujours permis.

Justin Mikulka

Note du Saker Francophone

Cet article est tiré d'une série : L’industrie du schiste argileux creuse plus de dettes que de bénéfices

Traduit par Hervé, relu par Marcel pour le Saker Francophone

   Envoyer l'article en PDF   

Une réflexion au sujet de « Le boom de la fracturation hydraulique aux États-Unis est-il basé sur la fraude ? »

Les commentaires sont fermés.