L’Amérique n’est qu’à un pas d’une implosion sociale de type sud-africain


Par Brandon Smith − Le 23 juillet 2021 − Source Alt-Market

Sur le front de l’actualité mondiale, j’ai suivi un événement avec une attention particulière, principalement parce qu’il semble que presque personne d’autre ne le fasse – je parle bien sûr de l’effondrement social et économique en Afrique du Sud qui s’est aggravé au cours des deux dernières semaines. Ce qui me paraît étrange, c’est que certains parallèles entre l’Afrique du Sud et les États-Unis sont sommairement ignorés.

Fondamentalement, la situation sud-africaine est une version plus exagérée de ce qui se passe en Amérique, et nous devons nous demander s’il ne s’agit pas simplement d’un aperçu des événements à venir, alors que les protections financières supplémentaires aux États-Unis commencent à s’effondrer.

Le marxisme culturel et l’agitation sociale (la thèse des réparations)

Le gouvernement sud-africain sous l’égide de l’ANC (African National Congress) était déjà en train de passer au communisme intégral en 2018-2019 avant la pandémie de Covid. Dans le cadre des amendements proposés à la constitution, ils ont exigé que des « réparations » soient prises aux fermiers blancs sous la forme de saisies de terres, qui seraient ensuite redistribuées aux citoyens noirs.

Il s’agit de l’argument classique de la théorie de la race critique : parce que le colonialisme a existé, tous les bénéficiaires et leurs supposés descendants doivent des réparations aux descendants des indigènes qui ont perdu leurs terres. Le problème est que seuls les descendants des colons blancs sont tenus de payer des droits.

C’est exactement la même voie que suivent les socialistes/marxistes du parti Démocrate aux États-Unis, certains États et villes exigeant que des réparations pour les Noirs soient inscrites dans la loi à cause de l’esclavage, il y a près de 200 ans. Le mouvement des réparations est minuscule, mais comme toutes les autres initiatives de justice sociale, il gagne en puissance parce que les politiciens et les entreprises le soutiennent artificiellement. Pourquoi ? C’est facile : il s’agit de diviser pour mieux régner.

Je pense que mon point de vue est simplifié, mais j’estime que cela doit être dit parce que les fous de la TCR et de la justice sociale ont tendance à sur-compliquer les problèmes afin de détourner l’attention de certaines réalités fondamentales. Des noirs et des bruns ont envahi les terres des autres et ont réduit leurs voisins en esclavage pendant des milliers d’années avant que les blancs n’apparaissent sur la scène. Les Blancs ont été réduits en esclavage au sein de certaines civilisations pendant de nombreux siècles également, et oui, c’était tout aussi mauvais pour eux que pour les esclaves noirs en Amérique. L’esclavage et le colonialisme n’ont JAMAIS été l’apanage d’une seule race ou ethnie. C’est un fait historique.

Mais tout cela est oublié dans les justifications bizarres des théoriciens de la race critique. Pourquoi les Blancs sont-ils les seuls à devoir payer des réparations alors que le monde entier s’est entretué pour des terres et des ressources depuis le début de l’histoire ?

Franchement, si vos ancêtres ont perdu un tas de terres il y a des siècles au profit des colons, ils auraient peut-être dû se battre davantage pour les récupérer. Vous n’avez pas le droit d’agiter la main et de réclamer comme par magie votre terre des siècles plus tard par défaut, par le biais d’un plan éminent imposé par le gouvernement, juste parce que vos ancêtres étaient nuls en matière d’autodéfense. Retournez dans le passé et dites à vos arrière-arrière-arrière-grands-parents de « s’améliorer ».

Bien sûr, les communistes d’aujourd’hui ne se battent pas vraiment pour quelque chose, du moins pas directement. Je pourrais les respecter un peu s’ils le faisaient. Ils se plaignent plutôt bruyamment d’être des « victimes », même s’ils ne le sont pas, et exigent ensuite qu’on leur donne des choses gratuites à vie, même s’ils ne les ont jamais gagnées. Et, puisque les choses gratuites doivent être prises quelque part, les personnes qui ont des choses sont attaquées sous couvert de la loi, même si elles n’ont rien fait de mal et ont gagné chaque centime qu’elles possèdent.

Les communistes volent les autres par l’intermédiaire du gouvernement et en revendiquant le statut de groupe de victimes. Ils travaillent main dans la main avec les politiciens et les oligarques des multinationales qu’ils disent mépriser. Les gouvernements et les entreprises le font parce qu’ils peuvent utiliser la foule marxiste comme une arme sociale pour faire peur à leurs adversaires idéologiques (les conservateurs), et les SJW le font parce qu’ils peuvent se nourrir des restes de la table des grands et utiliser le gouvernement pour redistribuer de force la richesse dans leurs propres poches. C’est une sorte de gagnant-gagnant, du moins pendant un certain temps. Finalement, les cocos d’en bas sont cloués au mur ou envoyés au goulag lorsqu’ils ne sont plus utiles, mais c’est une autre histoire…

Alors que l’indignation internationale se développait à propos des mandats de confiscation de terres proposés et que les accusations de racisme inversé commençaient à se répandre, l’ANC a atténué sa rhétorique et ajusté la législation pour confisquer les terres « abandonnées, inutilisées ou présentant des risques pour la sécurité ». Laissons de côté le fait que ces exigences sont arbitraires et que le gouvernement pourrait encore en abuser pour confisquer des terres à des propriétaires blancs ; pour l’instant, nous devons simplement reconnaître que les tensions raciales étaient élevées dans un pays qui a travaillé dur pour faire face à son histoire ségrégationniste récente. Les communistes de la justice sociale ont aggravé les choses, au lieu de les améliorer, comme c’est toujours le cas.

Comme nous l’avons vu l’été dernier avec les 1 milliard de dollars de dommages causés par les émeutes « majoritairement pacifiques«  de BLM, le conflit racial est une arme efficace pour les élites pour créer le chaos. Après tout, BLM a reçu la majeure partie de son financement initial par la Fondation Ford et la Fondation Open Society de George Soros. Il s’agit d’un mouvement fabriqué de toutes pièces, construit autour d’affirmations erronées de la théorie critique des races, mais il est suffisant pour faire régner la violence à l’échelle nationale.

Confinement Covid et totalitarisme vaccinal

La réponse du gouvernement sud-africain au Covid est brutale et continue. Les mesures de confinement sont parmi les plus strictes au monde : couvre-feu, interdiction de se réunir à l’intérieur ou à l’extérieur, interdiction de consommer de l’alcool et restriction des déplacements dans certaines zones. Une grande majorité de la population a été empêchée de participer à l’économie normale. Le public attend un soulagement économique depuis plus d’un an, mais le battage médiatique et la propagande de peur autour du « variant Delta » ont anéanti tout espoir. Les confinements sont revenus en force en juin.

Il n’y a AUCUNE PREUVE que le variant Delta soit aussi ou plus mortel que l’itération originale de la Covid-19, et le taux de mortalité par infection (IFR) de la Covid est de 0,26% selon le CDC et d’autres études indépendantes. En d’autres termes, des mesures draconiennes de confinement sont toujours appliquées pour un virus auquel 99,74 % des gens survivront facilement.

Des émeutes ont éclaté à Johannesburg et ailleurs, avec plus de 200 morts et des milliards de dollars de dégâts matériels et de vols. Dans ce cas, il est difficile de condamner catégoriquement les pillages car le gouvernement continue d’empêcher les citoyens de gagner leur vie au nom des confinements Covid.

Cela s’ajoute au niveau de pauvreté déjà élevé de l’Afrique du Sud et au fait que, contrairement aux États-Unis et à leur monnaie de réserve mondiale, l’Afrique du Sud n’a pas la même capacité à imprimer des chèques de relance pour apaiser les masses et dissimuler les dégâts.

Il n’est pas surprenant que l’ANC refuse de reconnaître que la cause première des émeutes est sa propre politique de confinements. Au lieu de cela, ils ont rejeté la responsabilité de la crise sur l’arrestation de l’ancien président Jacob Zuma pour outrage à magistrat. Cela a peut-être ajouté de l’huile sur le feu, mais ce n’était pas la cause. Lorsque le gouvernement sabote activement la capacité de millions de personnes à travailler et à nourrir leurs familles, la seule option qui reste à la plupart d’entre elles est le vol ou la révolution.

Les chaînes d’approvisionnement du pays ont été complètement interrompues et les seuls points de vente au détail ayant des stocks sont ceux qui sont protégés par l’armée ou ceux qui sont protégés par des propriétaires armés de fusils et de battes de baseball. Seuls 6 % de la population sont autorisés à posséder des armes à feu en vertu de la bureaucratie et de la paperasserie du contrôle des armes à feu en Afrique du Sud. Le gouvernement a le quasi-monopole de la force et il est peu probable que les émeutiers changent grand-chose en termes de politique, mais ils rendent la vie infernale au reste de la population.

L’agitation civile dans cette région est, à mon avis, un avant-goût de ce qui est à venir aux États-Unis et dans d’autres nations occidentales. Nous avons déjà assisté à des émeutes en France, en Italie et dans d’autres parties du monde occidental à cause de la législation qui rendrait obligatoire l’utilisation des vaccins expérimentaux à ARNm par le biais de passeports vaccinaux. Je tiens à souligner que les médias libertariens ont averti à maintes reprises que les gouvernements tenteraient d’imposer les passeports vaccinaux et de rendre les vaccins obligatoires. On nous a traités de « théoriciens de la conspiration » pour cela ; aujourd’hui, on nous donne raison une fois de plus.

Les lois sur les vaccins conduiront à des troubles aux États-Unis, tout comme elles ont conduit à des troubles en Afrique du Sud. L’administration Biden continue de faire pression pour une vaccination totale des Américains, alors que toutes les données scientifiques vont à l’encontre de ses initiatives et de ses affirmations. Comme je l’ai souligné dans mon article « Le plan de Biden pour une force d’intervention en matière de vaccins pue le désespoir« , les faits sur la Covid ne soutiennent pas les mandats ou les passeports de vaccination, et c’est pourquoi environ la moitié de la population américaine continue de défier les restrictions et refuse de se faire vacciner. La seule raison pour laquelle la tyrannie médicale a été repoussée aux États-Unis est qu’environ 50 % des ménages américains sont armés. Nous ne sommes pas encore l’Afrique du Sud grâce à nos droits sur les armes à feu, alors soyez reconnaissants pour les millions de propriétaires d’armes à feu qui créent une dissuasion contre la tyrannie.

Les objectifs de l’establishment resteront cependant inchangés. Ils continueront d’ignorer le fait que le taux de mortalité de la Covid n’est que de 0,26% des personnes ayant une infection confirmée. Ils vont continuer à ignorer le fait que l’immunité naturelle fait partie de l’immunité de groupe. Ils vont continuer à ignorer le fait que les infections et les décès dus à la Covid ont chuté d’un cran en janvier 2021, bien avant la mise en place des vaccins aux États-Unis. Et ils vont continuer à ignorer le fait que les vaccins expérimentaux à ARNm n’ont pas fait l’objet de tests à long terme prouvant leur innocuité pour les humains.

La science n’a pas d’importance pour eux. La Covid n’est qu’un outil pour prendre le contrôle. Ils ne se soucient pas le moins du monde de la sécurité publique.

Le déclin économique et le sombre nuage de l’inflation

Il existe quelques différences entre les États-Unis et l’Afrique du Sud en termes de motivations et d’économie, mais l’écart n’est pas aussi important que certains pourraient le penser. Les États-Unis présentent des signes similaires de déclin en termes de pauvreté, de fermeture de petites entreprises et d’inflation.

Le taux de chômage et le taux de pauvreté de l’Afrique du Sud semblent beaucoup plus élevés, mais les États-Unis ont la capacité de cacher la pauvreté réelle grâce à des mesures de relance temporaires, des programmes d’aide sociale et des moratoires sur les expulsions. Lorsque les chèques sociaux seront épuisés et que les expulsions reprendront, nous assisterons à un nouveau pic massif des niveaux de pauvreté aux États-Unis. En outre, l’inflation des prix de base a atteint des sommets inégalés depuis 30 ans en raison des milliers de milliards de dollars imprimés et de la dévaluation du dollar, ainsi que des chaînes d’approvisionnement en difficulté. Pour l’instant, l’augmentation de la demande créée par les chèques Covid donne l’illusion que l’économie est en train de se redresser, mais tout comme les ventes de maisons sont en train de plonger après un pic récent, il en sera de même pour la demande dans la plupart des secteurs de l’économie.

Cela ne signifie pas pour autant que les prix vont baisser avec la demande. Par exemple, les prix du bois d’œuvre sont en baisse à mesure que la demande diminue, mais après avoir augmenté de 300 % dans certaines régions, ils ont encore un long chemin à parcourir et ne reviendront probablement jamais à leur niveau d’avant la pandémie. Nous observons actuellement la même dynamique dans les ventes de logements par rapport aux prix des logements. Lorsque la demande diminue mais que l’inflation des prix continue d’augmenter ou reste élevée, c’est le signe d’une crise stagflationniste. Et si c’est le cas, l’économie américaine va s’effondrer de manière spectaculaire dans les mois à venir, entraînant des niveaux de pauvreté similaires à ceux de l’Afrique du Sud. L’impression monétaire est une solution temporaire qui conduit à des désastres à plus long terme.

Ce n’est également qu’une question de temps avant qu’un variant Covid (comme la variant Delta) ne soit utilisé comme excuse pour ramener les confinements dans tout le pays. Et ne vous y trompez pas, ils tenteront de mettre en place des mandats de plus en plus durs, similaires à ceux de l’Afrique du Sud, afin d’intimider les gens pour qu’ils se soumettent à la piqûre et aux passeports. À ce stade, le gouvernement américain aura non seulement des émeutes de masse sur les bras, mais aussi une rébellion armée. Il ne fait aucun doute que les chaînes d’approvisionnement s’effondreront, si elles n’ont pas déjà été perturbées par des confinements ou une crise financière connexe.

La question qui se posera alors sera la suivante : Qui va reconstruire ? Si ce sont les élites et la secte Covid, alors la liberté disparaîtra à jamais. Si ce sont des gens épris de liberté, alors il y aura peut-être une chance de sortir notre civilisation du gouffre. Tout dépend de qui restera debout après le chaos.

L’Afrique du Sud est un avertissement pour les Américains : Ne prenez pas trop vos aises. Ne vous laissez pas aller à la complaisance. Soyez prêts à la prochaine mauvaise nouvelle. Préparez-vous en conséquence, et comprenez qu’un combat s’annonce.

L’establishment fera le pari que les troubles et le désastre économique créeront un consentement fabriqué. Ils pensent que le public sera suffisamment désespéré et qu’il implorera le totalitarisme comme solution. Ne vous retrouvez pas parmi les désespérés, et si vous le pouvez, organisez votre communauté pour résister à la tempête.

Enfin, rappelez-vous toujours qui sont les personnes qui ont causé ce désordre en premier lieu. Les émeutiers et les pillards vont constituer un problème, mais ils ne sont pas le véritable ennemi. Il faut s’attaquer aux personnes qui se cachent derrière le rideau si nous voulons retrouver la paix.

Brandon Smith

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone

   Envoyer l'article en PDF   

1 réflexion sur « L’Amérique n’est qu’à un pas d’une implosion sociale de type sud-africain »

  1. Ping : L’Amérique n’est qu’à un pas d’une implosion sociale de type sud-africain - Strategika

Les commentaires sont fermés.