La sociopathie est-elle un avantage ou un désavantage pour la survie ?


Par Brandon Smith -–Le 5 décembre 2018 – Source Alt-Market.com


Avez-vous déjà rencontré quelqu’un face à face qui semblait relativement normal au début, mais qui, peu de temps après, a commencé à révéler des traits de caractère étranges et dérangeants ? Des gens qui se sont montrés incapables de rire de leurs propres erreurs et n’ont ri qu’aux dépens des autres ? Ils avaient un besoin obsessionnel de détruire les accomplissements légitimes des autres pour s’élever ? Ils étaient robotisés et trop prévisibles dans leurs routines quotidiennes ? Ils n’avaient pas de remords pour des actes qui ont fait du mal à d’autres personnes ? Ils avaient tendance à exploiter les gens autour d’eux à des fins de divertissement ou de gain personnel ? Ils se vantaient souvent à quel point ils étaient prêts à dépasser les limites morales pour obtenir ce qu’ils voulaient, comme si cela les rendait supérieurs aux autres, ceux avec une conscience ?

Vous aviez peut-être affaire à un sociopathe, ou à un sociopathe narcissique.Il n’est pas rare de rencontrer ce genre de personnages étranges dans votre vie quotidienne. Ils agissent un peu comme des extraterrestres, ou des imposteurs qui essaient, avec lourdeur, d’imiter le comportement humain. Ils utilisent divers trucs souvent réservés aux arnaqueurs et escrocs afin de se fondre dans la société normale. Ils feront de grandes promesses de gains futurs et d’un avenir meilleur pour inciter les gens à les mettre en orbite. Ils vont s’entourer de vilains pour effrayer les autres et les amener à se joindre à leurs projets égoïstes. Et ils seront indulgents avec leur passé, exagérant ou fabriquant leurs propres réalisations, n’ayant aucune preuve à l’appui de leurs propres affirmations et se fiant simplement sur l’image plutôt que sur les preuves pour attirer l’attention.

Ces créatures sont comme un cancer, ou comme des parasites. Ils se nourriront de tous ceux qu’ils trouveront et qui ne vont pas les reconnaître pour ce qu’ils sont. Quand trop de gens commencent à comprendre l’arnaque et les exposent, ils partent dans une autre ville, un autre État, un autre pays pour trouver un nouveau bassin de victimes.

Ils ont tendance à s’orienter vers certaines professions et vocations. Ils aiment les environnements où ils peuvent accumuler du pouvoir et de l’influence, ou des endroits où ils peuvent siphonner l’argent ou l’enthousiasme des gens sans se faire remarquer. Cela comprend la politique, les institutions religieuses, les organisations à but non lucratif, les forces de l’ordre, les causes sociales et les groupes militants. Malheureusement, cela inclut des causes comme le mouvement pour la liberté.

Environ une personne sur 10 aura des caractéristiques latentes de sociopathes, c’est-à-dire qu’elle prendra parfois des mesures qui correspondent à un comportement sociopathique, mais qui sont normales dans sa vie quotidienne. Tant que la primauté du droit sera en place, ils n’agiront pas de manière destructrice. Mais, lorsque votre société commencera à s’effondrer en raison des conditions économiques ou politiques, vous aurez un problème avec elles.

Environ 1% à 5% de la population sont ce que certains appellent des sociopathes narcissiques de « haut niveau » ou des sociopathes narcissiques à part entière. Ce sont ces personnes qui présentent la plupart ou la totalité des caractéristiques, y compris un manque total d’empathie et une volonté de nuire aux autres pour leur propre profit. Le pire des pires, ce sont les sociopathes qui aiment vraiment faire du mal aux autres, même s’il n’y a rien à gagner. Ce sont les sociopathes qui deviennent des voleurs de haut vol et des escrocs, des meurtriers, des violeurs et des pédophiles.

Éviter ces monstres est de la plus haute importance si vous voulez mener une vie heureuse. Cela signifie les expulser de votre cercle d’amis, mettre fin à des relations amoureuses, quitter un emploi dans lequel ils sont en position d’autorité, ou même ignorer un membre de votre famille s’ils ont de telles caractéristiques. Mais qu’en est-il dans une situation de survie ? Ces gens ont-ils un avantage ? Ou, y a-t-il un avantage à imiter leur comportement ?

Au cours de mes voyages dans le mouvement pour la liberté, j’ai rencontré pas mal de sociopathes narcissiques de haut niveau, dont beaucoup ne font que regarder et attendre le déroulement d’une crise. Ils sont attirés par le monde de la survie pour un certain nombre de raisons ; certains d’entre eux veulent devenir comme des petits barons ou des seigneurs féodaux gouvernant sur d’autres qui peinent sur leurs terres dans l’espoir de trouver un endroit sûr pendant un effondrement. Certains d’entre eux ont des illusions de grandeur dans lesquelles ils sont des loups solitaires rôdant dans la campagne en prenant tout ce qu’ils veulent aux personnes et aux familles les plus faibles. Certains d’entre eux sont simplement excités à l’idée de la fin de la primauté du droit, parce qu’ils sont fatigués de cacher leur vraie nature et ils pensent que ce sera l’occasion d’agir selon leurs pulsions plus sombres.

Une attitude très courante chez les sociopathes est qu’ils veulent désespérément que d’autres se joignent à eux dans leur sociopathie. Ils veulent convaincre les autres qu’agir sans empathie et ignorer leur conscience est une nécessité absolue pour survivre. Ils se considèrent comme le sommet de la chaîne alimentaire et toute personne ayant une conscience comme une proie. Ils veulent que les autres adoptent le même point de vue parce qu’au fond d’eux-mêmes, ils savent qu’ils ne sont pas vraiment humains, qu’ils sont plutôt « démoniaques ». Ils veulent prouver que tous les autres sont « aussi mauvais qu’eux » si les circonstances le permettent.

J’ai vu des encouragements sociopathiques dans les cercles de survivalistes, et je l’ai même vu dans le travail de certains auteurs dans ce domaine. La solution est toujours la même avec eux – la seule façon de survivre est d’ignorer les frontières morales et d’agir comme un monstre. « Les méchants seront impitoyables, et vous devez l’être aussi », disent-ils souvent.

Une grande partie des médias populaires sont également saturés de ce récit. Le héros agit presque toujours sans conscience, il est à peine un pas au-dessus des méchants. Il n’a aucune prévoyance, il est réactionnaire, destructeur, dangereux pour les autres et ne pense pas aux dommages collatéraux. La seule chose qui le distingue dans ces histoires, c’est que son but est « plus juste » que celui des méchants. Sinon, leurs méthodes sont fondamentalement les mêmes. Et nous sommes censés encourager ces personnages. Nous sommes censés adopter leur idéologie.

Généralement, lorsque le comportement sociopathique est encouragé dans une communauté de survivalistes, il est basé sur un ensemble spécifique d’événements et de conditions, et ces conditions sont considérées comme inévitables au lieu d’être une question de choix. Par exemple, les survivalistes sociopathes s’opposeront à l’idée de construire une communauté AVANT qu’un effondrement ne se produise, même si une communauté pré-construite contribuerait grandement à la sécurité mutuelle, à la production des nécessités et à la confiance mutuelle. Les sociopathes diront que la plupart de vos amis et voisins sont suspects, qu’ils représentent tous une menace potentielle et que vous devriez vous isoler avec le moins de personnes possible pour atténuer cette menace.

Ensuite, ils soutiennent que parce que vous êtes plus isolé, vous devez être plus impitoyable et agir sans conscience afin de survivre. Vous devez leur ressembler. Tu vois comment ça marche ? C’est une prophétie auto-réalisatrice.

L’isolement dans le survivalisme est une pure stupidité et, dans la grande majorité des cas, il aboutira à l’échec et à la mort. Bien qu’il y ait des gens qui prétendent avoir survécu à des catastrophes en utilisant la méthode du loup solitaire ou quelque chose de semblable, je trouve que ce sont de mauvais exemples de survie, plutôt que des histoires de triomphe.

D’abord et avant tout, si quelqu’un a été forcé d’utiliser la méthode de survie du loup solitaire et d’agir de façon monstrueuse pour prospérer, cela signifie qu’il n’a pas eu la perspicacité nécessaire pour voir venir la catastrophe et se préparer en conséquence. Ils n’ont pas quitté Ground Zero avant la crise, ils sont restés parce qu’ils n’avaient aucune capacité d’observation. Ils n’avaient pas de communauté parce qu’ils n’ont pas vu le danger qui les attendait, ou parce qu’ils n’en voyaient pas l’avantage. Même à l’époque, ils auraient pu être des organisateurs et essayer de reconstruire après coup, mais ils sont restés isolés et prédateurs parce qu’ils pensaient que c’était plus facile.

Ce n’est pas une personne dont je vais suivre les conseils de survie.

Les sociopathes ne créent pas, ils détruisent. Ainsi, leurs solutions impliquent toujours la destruction. Cela en fait une présence indésirable dans n’importe quel environnement. Au-delà de cela, ce sont en fait les sociopathes qui ont tendance à être isolés pour être retirés des communautés pendant les événements de crise. Ils sont considérés comme une bombe à retardement potentielle et ne sont pas désirés dans la plupart des cas. Émuler un sociopathe, c’est réduire ses chances de survie, pas les augmenter.

Je vais vous en donner un exemple…

Il y a des années, après mon arrivée au Montana, on m’a présenté à un couple plus âgé qui cherchait de l’aide. Ils semblaient assez agréables au début, et ils avaient fait beaucoup de choses pour se préparer, y compris l’établissement d’une ferme avec un petit nombre de têtes de bétail. Ils m’ont demandé de les aider à trouver une poignée de personnes qui seraient intéressées à organiser une communauté de préparation autour de leur ferme.

J’ai été heureux d’aider parce que la mise en relation des groupes au niveau local est ce que je promeus constamment dans mes propres essais basés sur des solutions. Malheureusement, avec ce groupe en particulier, il y eu un problème majeur

Après avoir mis le couple en rapport avec une demi-douzaine de preppers, ils sont devenus très discrets sur le projet. Ils n’arrêtaient pas de gagner du temps quand je leur ai demandé d’assister à une de leurs réunions. Les personnes que j’avais recommandées étaient plutôt bavardes mais visiblement mécontentes de l’arrangement. Finalement, j’ai pu assister à une réunion de groupe et j’ai été étonné de voir les propriétaires agricoles traiter les participants comme des serfs.

Ils composaient de longues listes d’équipement et de biens que le groupe était censé acheter et laisser sur la propriété, essentiellement en paiement au couple pour le « privilège » d’y rester si et quand une crise se produirait. Ces biens n’appartenaient pas aux individus qui les achetaient, ils appartenaient au « groupe », c’est-à-dire au couple. La liste est devenue de plus en plus coûteuse et scandaleuse avec le temps.

On entendait souvent le propriétaire de la ferme parler de la chance qu’aurait le groupe de rester sur ses terres et du fait qu’il valait mieux qu’ils travaillent jusqu’à ce qu’ils aient les mains en sang, sinon ils seraient mis à la porte, ce qui équivaudrait à une peine de mort. Gardez à l’esprit que les groupes étaient composés de personnes hautement compétentes possédant des compétences précieuses, chacune d’entre elles ayant une solide éthique de travail, mais qu’elles étaient tout de même traitées comme un réservoir de main-d’œuvre ingrat et paresseux et qu’une catastrophe n’avait même pas encore eu lieu.

Le couple a également été entendu (par moi) discuter de ce qui serait nécessaire dans un environnement de survie, et quelles lignes ils seraient prêts à franchir. Il s’agissait notamment de prendre en otage les enfants des « ennemis » et éventuellement de les tuer.

Alors, vous vous dites peut-être : « N’est-ce pas là un exemple de la façon dont le développement communautaire peut être une mauvaise chose… » ? Mais je n’ai pas encore fini….

Le couple était clairement narcissique et sociopathe. Ils avaient des illusions de grandeur dans lesquelles ils croyaient que la ville entière finirait par tourner autour de leur petit fief fait maison. Ils pensaient en quelque sorte que leur ferme les rendait extraordinairement précieux, et que cela signifiait que tous les autres devraient travailler pour eux. Leur base de connaissances était passable, mais ils étaient à peine autosuffisants et manquaient de connaissances de base en matière de sécurité. Sans l’aide et les compétences de beaucoup d’autres, ils étaient condamnés. Leur ferme serait prise et ils seraient probablement tués en cas de crise.

Ils n’avaient aucune idée de ce qu’est une vraie communauté et encore moins comment s’y adapter. Chaque membre de la communauté est censé apporter quelque chose à la table pour faire avancer la cause de la survie et de l’épanouissement. Sans les individus et leurs compétences, le groupe n’est rien. Sans la sécurité et la capacité de production du groupe, les chances de survie de l’individu sont minces.

Inutile de dire que le groupe s’est rapidement dissous. Le couple sociopathe de la ferme a été rejeté, et peu étaient prêts à s’associer avec eux, encore moins à travailler avec eux. Ils sont universellement haïs dans la petite ville qu’ils habitent ; mentionnez leurs noms à des gens au hasard et, la plupart du temps, ils lèvent les yeux et secouent la tête. Le couple avait brûlé tous les ponts avec ceux qu’ils avaient croisés, comme le font habituellement les sociopathes. Aujourd’hui, ils ont déménagé dans un autre domaine plus loin dans les montagnes et sont extrêmement isolés. Mais je peux vous dire qu’en cas d’effondrement, il est peu probable que leur présence soit tolérée, même à l’extérieur.

Certes, il y a des moments où la violence est nécessaire, voire préférable, face à des gens mauvais. Je n’exclurais jamais la nécessité de répondre à la violence par la violence. J’ai passé la plus grande partie de mes 37 années de vie à m’entrainer pour cette éventualité, et il m’est arrivé de devoir blesser quelqu’un d’autre parce que c’était le seul moyen de l’empêcher de faire quelque chose de pire.

Cependant, le survivalisme en soi n’est PAS un impératif. Ce n’est pas le seul objectif. Les gens qui cherchent à survivre sans principes n’en sont pas dignes. Ils ne vont pas traverser une catastrophe et construire quelque chose de mieux. Encore une fois, les sociopathes ne savent pas comment créer, ils savent seulement comment détruire. Il y a ceux qui pensent qu’il n’y a pas de ligne morale quand il s’agit de survie, et ils croient en une philosophie de la terre brûlée. Ils essaieront de vous faire accepter cette façon de penser, non pas parce qu’ils se soucient de ce qui vous arrive, mais parce qu’ils veulent prouver que vous ou quelqu’un d’autre pourrait être aussi mauvais qu’eux si la pression est suffisante. La capacité de marcher sur le corps d’autrui (au sens figuré ou littéral) pour un gain à court terme ne compense pas les conséquences à long terme que ce comportement entraîne souvent.

L’empathie et la conscience sont des avantages dans le survivalisme parce qu’elles permettent aux gens de travailler ensemble. En fin de compte, la sociopathie n’est pas un avantage, mais un inconvénient.

L’idée que nos actions ne reviendront pas nous hanter tant que nous vivons un effondrement est un fantasme. Les sociopathes recevront le karma qui leur est dû, et ce seront probablement des communautés de gens de conscience qui auront le bon karma. Tenez-en sérieusement compte lorsque vous envisagez une stratégie de survie. Rappelez-vous que les sociopathes ont tendance à échouer dans la vie à moins qu’ils ne puissent garder leurs inclinations cachées. Il n’en sera pas autrement en temps de crise. Être ouvertement sociopathe serait une condamnation à mort pour beaucoup. Pourquoi adopter une tactique aussi stupide pour survivre ?

Brandon Smith

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

2 réflexions au sujet de « La sociopathie est-elle un avantage ou un désavantage pour la survie ? »

Les commentaires sont fermés.