La question des pensions en Russie revient hanter Poutine


2015-09-15_13h17_31-150x112Par The Saker − Le 18 janvier 2019 − Source thesaker.is

[Cet article a été écrit pour Unz Review]

Selon Russia Today , citant un sondage du Levada Center  :

« Plus de 50% des Russes sont déçus par le gouvernement de Dmitry Medvedev, qui, selon eux, est incapable de freiner la hausse des prix et de créer des emplois, a révélé un nouveau sondage. Quelque 23% ont déclaré qu’ils étaient absolument certains que le gouvernement devait démissionner, 30% d’entre eux ayant déclaré qu’ils penchaient également pour cette opinion. Cela signifie qu’un total de 53% souhaiterait que le pays se dote d’un nouveau cabinet.

La confiance dans le gouvernement s’est effondrée depuis septembre, alors que 23% seulement avaient demandé sa démission. Dans le même temps, la proportion de personnes qui pensaient que le gouvernement devrait rester aux commandes était de 40%, 14% exprimant une confiance totale dans le gouvernement et 26% affirmant que la démission ne serait pas la meilleure des idées. »

Source, détails ici

C’était très prévisible et, en fait, je l’avais bien prédit quand j’ai écrit : « Un commentaire que je viens de voir sur le chat de l’inauguration sur YouTube était succinct et précis : ‘Путин кинул народ – мы не за Медведева голосола’ ou ‘Poutine a trahi le peuple – nous n’avons pas voté pour Medvedev’. Cela va être un sentiment très largement partagé, je crains que (…) Medvedev soit impopulaire et que la plupart des Russes espéraient voir un nouveau visage. Pourtant, Poutine a ignoré ce sentiment public. C’est un signe très inquiétant, à mon avis. » Dans un article ultérieur, j’écrivais ceci  : « Il m’est tout à fait clair qu’un nouveau type d’opposition russe se forme lentement. Eh bien, cela a toujours existé, vraiment – je parle de personnes qui ont soutenu Poutine et la politique étrangère russe et qui n’aimaient pas Medvedev et les politiques internes de la Russie. Maintenant, la voix de ceux qui disent que Poutine est beaucoup trop doux dans sa position envers l’Empire ne fera que s’intensifier. Comme le feront les voix de ceux qui parlent d’un degré de népotisme et de favoritisme véritablement toxique au Kremlin (Mutko en est un exemple parfait). Lorsque de telles accusations émanaient de libéraux pro-occidentaux enragés, ils avaient très peu de poids, mais lorsqu’ils émanent de politiciens patriotes et même nationalistes (Nikolai Starikov, par exemple), ils commencent à prendre une dimension différente. Par exemple, alors que le bouffon de cour Zhirinovskii et son parti LDPR soutenaient loyalement Medvedev, les partis communiste et Juste Russie ne l’avaient pas fait. À moins que la tension politique autour de personnalités telles que Kudrin et Medvedev ne soit en quelque sorte résolue (peut-être un scandale d’actualité ?), nous pourrions assister à la croissance d’un véritable mouvement d’opposition en Russie, et pas celui dirigé par l’Empire. Il sera intéressant de voir si les notes personnelles de Poutine vont commencer à baisser et ce qu’il devra faire pour réagir à l’émergence d’une telle opposition réelle ».

Pensez-y de cette manière : nous avons appris de toutes les élections précédentes que le segment pro-occidental de la population russe se situe autour de 1 à 3% (c’est pourquoi ils ne peuvent pas faire un parti à la Douma). Mais donnons généreusement cette opposition hardcore, libérale, à 5%, pour la discussion. Donc, si 53% des Russes veulent un nouveau gouvernement, et si 5% des Russes sont des libéraux inconditionnels pro-occidentaux, qui sont les 48% restants  ?

Ou de cette manière  : si 53% des Russes veulent un nouveau gouvernement, et si le taux d’approbation de Poutine se situe toujours aux alentours de 65%, qui sont ces Russes qui aiment Poutine, mais n’aiment pas le gouvernement Medvedev  ?

Il y a un argument de contournement facile que j’ai souvent mis en avant pour expliquer ce fait :

Le centre Levada est officiellement classé comme agent étranger en vertu du droit russe. Cela a du sens, pour une seule raison, le Levada Center reçoit l’essentiel de son financement de l’étranger, y compris des États-Unis et même du Pentagone ! En outre, Levada est composé de libéraux (au sens russe du mot qui signifie réellement pro-américains), dont les partis pris se reflètent également dans leur travail. Cependant, même si tout cela est vrai, Levada est encore suffisamment crédible pour être cité même par les autorités russes. Enfin, les types de résultats publiés par Levada sont souvent similaires aux constatations de l’institut de sondage officiel VTsIOM, pas jusqu’au au point où les résultats seraient identiques, mais ils reflètent souvent des tendances similaires (consultez la page en langue anglaise de VTsIOM ici). Donc, le fait que Poutine soit beaucoup plus populaire que Medvedev, ou que la majorité des Russes ne soit pas satisfaite du gouvernement ne fait vraiment aucun doute.

Ainsi, quels que soient les chiffres réels, il est clair que le gouvernement russe n’est populaire que pour ceux auxquels il permet de gagner beaucoup d’argent – sociétés et divers millionnaires et milliardaires – et que tout le monde n’aime pas cela.

Et pourtant, récemment, on a demandé à Poutine s’il était satisfait du gouvernement et sa réponse était « dans l’ensemble, oui ».

Ce type de gymnastique politique est difficile à maintenir à long terme : si Poutine est le champion des intérêts du peuple, et si la majorité des gens sent que le gouvernement se soucie plus des millionnaires et des milliardaires, alors comment le président peut-il dire qu’il est « dans l’ensemble satisfait » avec ce gouvernement ?

Il est vraiment honteux que les bases du marxisme-léninisme ne soient plus enseignées dans les écoles et les collèges – même certains soi-disant communistes n’ont clairement aucune idée de ce que Marx, Lénine ou même Hegel ont enseigné ! Non pas parce que les solutions préconisées par Marx et ses partisans sont d’une efficacité universelle, mais parce que l’on peut utiliser la boîte à outils conceptuelle marxiste-léniniste pour mieux comprendre le monde dans lequel nous vivons, et le faire sans nécessairement approuver les solutions proposées par le marxisme. Par exemple, du moins en Occident, très peu de personnes sont au courant de cette définition très simple, marxiste-léniniste, de ce qu’est réellement un État, quel que soit cet État. Selon Lénine, l’État est simplement un « appareil de contrainte et de violence avec lequel la classe dirigeante gouverne la société ». Plus précisément, Lénine a écrit :

« En substance, l’État est un appareil gouvernemental créé à partir de la société humaine. Lorsqu’un tel appareil naît, il ne s’agit plus que de gouverner les autres, et il a besoin, à cet effet, d’un appareil de coercition capable d’obliger les individus à obéir par le biais de l’emprisonnement, d’unités spéciales, de forces armées, etc. C’est à ce moment que l’État apparaît (Lénine, ouvrages collectifs, vol. 39, page 69). »

D’un point de vue marxiste, tout État est toujours et par définition la dictature de la classe dirigeante, ce qui est une bonne chose, du moins selon les marxistes, lorsque cette classe dirigeante est composée des travailleurs et du peuple, et une très mauvaise chose lorsque la classe dirigeante est la ploutocratie.

Dans l’Ouest postmoderne, où le discours politique a été réduit à une forme particulièrement nauséabonde de flatulence intellectuelle, la notion même de classe et de lutte des classes a été entièrement remplacée par une politique (pseudo-) identitaire insipide qui masque totalement les vrais problèmes et questionnements auxquels notre monde est confronté. Ainsi, en supprimant les concepts et les catégories nécessaires pour comprendre la nature de la lutte qui se déroule au niveau international, mais également à l’intérieur de chacun des pays vivant actuellement sous le joug anglo-sioniste, les dirigeants de l’Empire ont privé les peuples qu’ils dirigent des moyens de comprendre pourquoi et comment ils sont opprimés. Toutes ces absurdités sur les droits gays, le contrôle des armes à feu, #meetoo, les nombreux scandales sexuels, la lutte pour l’identité raciale – blanche, noire ou autre – l’avortement, la drogue et tout le reste de la merde dont nous sommes gavés tous les jours par la machine de propagande anglo-sioniste sont principalement une distraction pour garder les yeux de la population, en général, loin des vrais problèmes. D’une certaine manière, cette zombification et cette canalisation vers de faux sujets ont exactement la même fonction que la cape rouge du torero : tenir le taureau occupé à essayer de déchirer un morceau de tissu rouge sans danger tout en oubliant complètement la cause réelle de ses souffrances, et sa mort finale.

De ce point de vue, le peuple russe est beaucoup mieux informé et comprend beaucoup mieux ce qui se passe. Par exemple, alors que les peuples occidentaux définissent la démocratie comme « le pouvoir du peuple » (ou quelque chose de similaire), en Russie, la blague est que « la démocratie est le pouvoir des démocrates » qui, en Russie, est un mot de passe général/euphémisme pour les « riches libéraux pro-américains » qui veulent transformer la Russie en une sorte de « grande Pologne » ou quelque chose d’aussi peu intéressant.

Divers intellectuels russes pro-occidentaux aiment à dire qu’il s’agit d’une vieille pathologie russe : dire que le tsar (le président) est très bon, mais que sa cour (les ministres) est mauvaise et que cela n’a aucun sens. Ce sont des gens qui vont jusqu’à nier l’existence d’une lutte entre ce que j’appelle les souverainistes eurasiens (en gros les partisans de Poutine) et les intégrationnistes atlantistes (en gros Medvedev et le bloc économique de ce gouvernement).

Les gens qui nient cela me rappellent quelque chose que Berthold Brecht avait écrit après le soulèvement de 1953 à Berlin dans un court poème intitulé « La solution » : (non souligné dans l’original)

Après le soulèvement du 17 juin,
Le secrétaire de l’Union des écrivains
Avait distribué des tracts dans la Stalinallee
Déclarant que le peuple
Avait perdu la confiance du gouvernement
Et pourrait la récupérer seulement
En redoublant d’efforts. Ne serait-ce pas plus facile
Dans ce cas pour le gouvernement de
Dissoudre le peuple
Et d’en élire un autre ?

Cette profonde aliénation des masses russes, cette idée que le peuple russe n’a, encore une fois, pas tenu compte des paroles sages de l’intelligentsia progressiste et d’autres élites (principalement financières), et qui tourmente les classes dirigeantes russes depuis Pierre le Grand, réside toujours au cœur de leur vision du monde. Croyez-moi, les libéraux russes et les Occidentaux qui nient l’existence d’une cinquième colonne en Russie sont des frères siamois, unis psychologiquement et politiquement : aucun d’entre eux ne peut l’accepter. En outre, les libéraux russes et les occidentaux sont attachés aux valeurs de démocratie et de libre marché capitaliste, ils partagent exactement la même vision du monde : ils veulent que le peuple russe devienne Européen non pas dans un sens géographique, bien sûr – géographiquement, la plupart des Russes vivent dans la partie européenne de la Russie – mais culturellement ! C’est ce que voulaient les papes, c’est ce que souhaitaient les francs-maçons français, c’est ce que voulaient les nazis et c’est ce que souhaitent les anglo-sionistes. Ce rêve de transformer les Russes en Européens tout en les purifiant totalement de toute russianité est ce qui a uni tous les envahisseurs de la Russie au cours des siècles.

Mais le peuple russe têtu ne semble tout simplement pas comprendre et, pour une raison totalement mystérieuse, il résiste toujours à toutes ces tentatives bienveillantes de l’Ouest pour les civiliser.

C’est exactement ce que nous constatons aujourd’hui : Poutine et ses souverainistes eurasiens s’échinent à souverainiser la Russie ; autrement dit, ils veulent rendre la Russie vraiment russe à nouveau. Cela a l’air basique, mais c’est catégoriquement inacceptable pour les ploutocrates russes et pour leurs partisans occidentaux. Ainsi, toute défense de la russianité est immédiatement et dédaigneusement qualifiée de « gauchisme national », de « nationalisme » ou de « monarchisme ». Et lorsque la personne qui essaie de faire valoir que la Russie doit être russe en utilisant des concepts ou des catégories marxistes, ces arguments sont également rejetés comme une « rhétorique dépassée d’un système qui a échoué et s’est discrédité ». Ce qu’ils ne réalisent pas, c’est que le fait de dire que l’effondrement de l’Union soviétique est dû principalement/uniquement à l’idéologie marxiste ou communiste est aussi stupide que de blâmer les écrits des pères fondateurs américains pour l’effondrement actuel de la démocratie aux États-Unis, plutôt que blâmer les fils de pute politiciens qui détruisent ce pays jour après jour. Dites-moi : lorsque les États-Unis auront fini de mordre la poussière, déclarerez-vous simplement que « la démocratie est morte » et que « l’effondrement des États-Unis a prouvé que la démocratie n’est pas un régime viable » ? Alors oui, l’Union soviétique s’est effectivement effondrée, divisée en 15 morceaux par sa propre élite dirigeante (la Nomenklatura), mais non seulement les idées contenues dans l’idéologie marxiste-léniniste n’ont pas été défaites – elles n’ont même pas été contestées ( plus sur cette question ici).

Mais, grâce à Dieu ! La plupart des Russes ne souhaitent toujours pas être intégrés au « collectif culturel du Borg européen », du moins pas au sens culturel. Et malgré 300 ans d’oppression exercée par divers régimes pro-occidentaux (avec différents degrés de russophobie, tous n’étaient pas aussi mauvais), le peuple russe veut toujours rester russe, pas seulement en parlant une langue, mais en ayant un dirigeant et un régime au pouvoir qui, selon eux, défendent leurs intérêts et non ceux de la classe dirigeante. Ils veulent vivre dans leur propre type de civilisation, et non dans le genre de désert intellectuel post-chrétien que l’Occident est devenu.

Plusieurs décennies de russophobie enragée de la part des dirigeants de l’empire anglo-sioniste ont convaincu le peuple russe qu’il n’avait pas d’amis dans les élites dirigeantes européennes ou nord-américaines et que la véritable liberté passe par la libération et non par la soumission. Cela et l’exemple épouvantable des conséquences de l’Euromaidan en Ukraine.

En fin de compte, il ne s’agit ni du PIB, ni de la disponibilité de biens de consommation bon marché. En fin de compte, tout dépend des valeurs réelles, morales, éthiques, spirituelles et civilisationnelles. C’était vrai il y a mille ans et c’est toujours le cas aujourd’hui. Au moins en Russie.

Il est très important de garder un œil attentif sur cette tendance : l’apparition d’une opposition (véritablement) patriotique qui se développe lentement mais sûrement – par opposition aux clowns payés par la CIA dans le camp libéral russe. Quant à l’opposition officielle (LDPR, KPRF et Just Russia), elle pourrait se décider à comprendre quelques choses, au départ simples, et seulement alors, si cette tendance s’accélère, elle pourrait paraître un peu plus crédible. Jusqu’à présent, les partis plutôt boiteux et ridicules de LDPR et de KPRF ne sont qu’une collectivité de bouffons sans aucun potentiel réel d’opposition. Il suffit de regarder comment le KPRF, complètement discrédité par son choix stupide du millionnaire Grudinin comme candidat, s’est emparé du désastre des relations publiques, lors de la réforme des retraites, pour tenter soudainement de lancer un référendum. Cela ne serait jamais arrivé dans le passé.

Le paysage politique en Russie se complique, ce qui est à la fois bon et mauvais. C’est dommage parce que le crédit politique personnel de Poutine souffre, même si c’est modeste pour le moment, de son incapacité permanente à purger le Kremlin de sa cinquième colonne, mais c’est également bon, car si les choses tournent assez mal, Poutine n’aura pas d’autre choix que (enfin !) se débarrasser au moins des éléments les plus emblématiques de cette cinquième colonne. Mais fondamentalement, le peuple russe doit décider. Veut-il vraiment vivre dans une société capitaliste à l’occidentale (avec toute la politique russophobe et l’adoption de la culture terminale dégénérée qu’un tel choix implique), ou veut-il une « société sociale » (pour utiliser les propres mots de Poutine), c’est à dire une société dans laquelle la justice sociale et économique et le bien du pays sont placés au-dessus des bénéfices des entreprises et des particuliers.

Vous pourriez dire que c’est un combat entre la cupidité et l’éthique.
L’avenir de la Russie et d’une grande partie du monde dépendra de l’issue de cette bataille.
The Saker
Traduit par jj, relu par Cat pour le Saker Francophone
www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF