Credo de la mondialisation : une légende illustrée…

https://piie.com/microsites/globalization/assets/globalization-featured-image-twitter.jpg


Le 29 octobre 2018 – Source Peterson Institute

 

Selon Wikipédia, le terme de mondialisation (l’anglicisme globalisation est parfois aussi employé) correspond à la libre circulation des marchandises, des capitaux, des services, des personnes, des techniques et de l’information. Il désigne le processus d’intégration des marchés et de rapprochement des humains qui résulte notamment de la libéralisation des échanges, du développement des moyens de transport de personnes et de marchandises, et des retombées des technologies de l’information et de la communication à l’échelle planétaire. Elle se manifeste, outre l’interdépendance croissante des économies (mondialisation économique) et l’intensification de la concurrence, par l’expansion des échanges et des interactions humaines.

Note du Saker Francophone

Cette saga temporelle est un article préliminaire à une analyse du Peterson Institute et représente la vision de la mondialisation par les globalistes.

Évidemment, en plus des approximations historiques mensongères qui pullulent dans cet article, la responsabilité des États-Unis dans l'ensemble des événements catastrophiques du XXème siècle est profondément refoulée.

1800/1899 – Avancées technologiques et industrialisation


Les bateaux à vapeur, les chemins de fer, et le télégraphe ont entraîné l’accélération du commerce mondial, en plus de l’industrialisation et de la production en série. La croissance démographique provoqua une hausse de la demande de biens et de services. L’Angleterre devient le premier pays à adopter l’étalon-or, système dans lequel chaque devise est convertible en une quantité donnée d’or. Le but est de non seulement stabiliser le taux de change, mais aussi de rendre plus simples les échanges ainsi que les investissements. La plupart des pays développés lui emboîtent le pas. Les pays occidentaux capitalisent les ressources naturelles fournies par les colonies et les marchés étrangers, ils utilisent la force et la pression économique pour contraindre les gouvernements chinois et japonais à ouvrir les frontières de leurs pays respectifs.

1900/1950  L’émergence de l’automobile et de l’avion


Les nouveaux modes de transports relient encore plus de marchés ensemble. En 1938, le premier vol transatlantique relie Berlin à New York.

1914/1918  Des conflits nationalistes déclenchent la Première Guerre mondiale

La guerre ravage l’économie mondiale et nuit au commerce. L’Allemagne vaincue doit payer des dommages et intérêts massifs à la France et à l’Angleterre. [qui ne seront pas payés suite au moratoire obtenu par l’Allemagne en 1932, NdT]

1920/1929  L’étalon-or et le boom économique

Les États-Unis et d’autres pays ont adopté l’étalon-or comme système monétaire et ont mis en place des politiques protectionnistes. Le boom économique américain est supporté par une bulle spéculative et par la production en série. L’Allemagne a des difficultés à payer ses dommages et intérêts et imprime des billets pour régler sa dette de guerre, ce qui déclenche une hyperinflation. Des pays lancent des représailles contre les manufactures allemandes pour le retard des versements de dommages et intérêts.

1929/1939  La Grande Dépression et le protectionnisme

Le crash boursier des États-Unis de 1929 mène à la Grande dépression. De nombreux pays abandonnent l’étalon-or et dévalorisent leur monnaie pour essayer de gagner un avantage commercial. Les États-Unis adoptent la loi Hawley-Smoot sur les droits de douane en 1930 ; d’autres pays répliquent avec leurs propres droits de douane sur les biens américains, intensifiant la crise économique mondiale. Détériorer l’économie allemande favorise l’ascension du parti nazi. Des blocs commerciaux régionaux se forment, en excluant l’Allemagne, l’Italie et le Japon. Les forces de l’Axe lancent des conquêtes impérialistes en Mandchourie, en Éthiopie, en Autriche et en Tchécoslovaquie. La Grande-Bretagne et la France déclarent la guerre à l’Allemagne.

1939/1945  La Seconde Guerre mondiale oppose les Alliés aux forces de l’Axe


Les États-Unis, la Grande-Bretagne, l’Union soviétique, la Chine et d’autres mènent la guerre contre le fascisme et le nazisme.

1944  Les accords de Bretton Woods


Les États-Unis et les Alliés, bientôt victorieux, entament des pourparlers et imposent de nouvelles règles d’après-guerre, ainsi que la création de nouvelles institutions pour libéraliser le commerce et relancer la croissance économique. Le dollar, indexé sur l’or, domine le nouvel ordre économique mondial. L’Union soviétique refuse de ratifier l’accord. La guerre froide (1945-1991) isole encore plus la Russie des règles commerciales occidentales.

1948  Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce (GATT)


Dans la période de l’après-guerre, le premier accord commercial mondial et multilatéral autorise des échanges commerciaux plus ouverts.

1950/1969  Les ordinateurs et le Kennedy Round


Les ordinateurs ouvrent la voie à de nouvelles avancées commerciales. La session « Kennedy Round » des discussions du GATT accélère la libéralisation du commerce.

1970/1979  Fin des taux de change fixes

Les prix de l’énergie, fixés par l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), montent en flèche, déclenchant ainsi une hausse de l’inflation et du chômage dans l’économie mondiale. L’inflation du dollar américain et les déficits commerciaux [et le coût guerre du Vietnam, NdT] obligent l’administration Nixon à mettre fin à la convertibilité du dollar en or pour les gouvernements étrangers. La plupart des monnaies finissent par voir leur taux de change flotter.

1980/1989  Crise de la dette, laissez-faire et accords du Plaza


Le Fonds monétaire international (FMI) et d’autres institutions imposent une austérité stricte et des principes de libre concurrence aux pays d’Amérique latine en échange de leur aide, ce qui provoque des réactions brutales. Le Président Ronald Reagan et la Première ministre du Royaume-Uni, Margaret Thatcher, embrassent la politique du laissez-faire. Wall Street et la mondialisation financière connaissent un rapide essor. La croissance du déficit commercial américain, en particulier avec le Japon, a débouché sur les accords du Plaza : un accord conjoint majeur d’intervention sur le marché des changes.

1989/1991  Fin de la guerre froide


L’effondrement de l’Union soviétique renforce la coopération au sein des institutions internationales et accroît l’intégration commerciale et financière.

1990/1999 – Un monde interconnecté


Internet entame son développement exponentiel et transforme le commerce mondial. De puissantes multinationales dominent l’économie mondiale.

1993  L’Union européenne rassemble l’Europe


Le marché unique, né dans les années 1950, se renforce avec la naissance de l’Union européenne et aboutit à la création de l’euro en 1999.

1994  Accord de libre-échange nord-américain (ALENA)


Le premier accord commercial conclu entre un pays riche (les États-Unis) et un pays pauvre (le Mexique) entre en vigueur au terme d’un débat houleux en Amérique du Nord. Le Canada adhère aussi à l’ALENA.

1995  Organisation mondiale du commerce (OMC)


L’instauration d’un système commercial moderne et réglementé remplace le GATT (Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce).

1997  Crise financière en Asie du Sud-Est


La dépréciation des monnaies asiatiques déclenche une crise dans la région et l’imposition de mesures d’austérité ravivant l’hostilité envers le FMI.

2001  La Chine et l’OMC


La Chine adhère à l’OMC et devient le pays en voie de développement le plus puissant.

2008  Contrecoup de la crise financière mondiale


Le crash bancaire international [provoquée par les US avec la crise des subprimes, NdT] et la crise de la dette européenne entraînent la pire récession mondiale depuis la Grande dépression. Les pays du G20 servent de comité directeur dans les efforts visant à contrer les effets de la crise, mais leur rôle engendre des réactions hostiles à la mondialisation et au leadership américain.

2016  Le Brexit


Le Royaume-Uni vote pour sa sortie de l’Union européenne, ce qui compliquera la circulation des hommes et des biens à l’échelle internationale.

2017/2018  Le président Donald Trump rejette le système commercial


Trump retire les États-Unis du Partenariat transpacifique (TPP), menace de rompre l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA), puis négocie par la suite un accord préliminaire ajoutant de nouvelles restrictions, et critique les règles de l’OMC en les qualifiant d’injustes à l’égard des États-Unis. Son gouvernement impose des droits de douane contre la Chine et les alliés des États-Unis, ce qui déclenche une guerre commerciale qui ne fait que s’amplifier.

Traduit et relu par Remi D, Manuel H, Lucie K, Marie M et Cyriaque L

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF