Exxon pourrait mettre fin aux espoirs de renflouement des sociétés de fracturation en difficulté


Par Justin Mikulka – Le 27 mars 2020 – Source DeSmog

Un camion ancien rouille dans les champs de schiste bitumineux du comté de Reeves, au Texas, dans le bassin du Permien. Crédit : Justin Hamel © 2020

Le Washington Post a rapporté le 10 mars que l’administration Trump envisageait une forme d’aide financière pour l’industrie américaine du pétrole et du gaz de schiste en faillite, « alors que les responsables de l’industrie proches de l’administration réclament de l’aide ». Ces responsables – le milliardaire Harold Hamm, PDG dans l’industrie de la fracturation, était probablement parmi eux – semblaient désespérer d’obtenir l’aide du gouvernement car, comme DeSmog l’a documenté, leurs entreprises très endettées ont perdu des milliards de dollars pendant le boom de la fracturation. Même avant la récente guerre des prix du pétrole et la pandémie COVID-19, ces entreprises pouvaient difficilement se maintenir à flot, ce qui rendait les appels à une forme quelconque d’aide sociale aux entreprises probablement inévitables.


Mais le message n’est pas le même dans toute l’industrie pétrolière et gazière.

Dans le même temps, le directeur de l’American Petroleum Institute – le groupe de pression le plus puissant de l’industrie pétrolière et gazière – a déclaré que l’industrie n’était pas intéressée par la recherche d’un renflouement, ce qui ne ressemble pas exactement au désespoir rapporté par The Post. Il semblerait que cette industrie envoie un étrange mélange de messages.

L’idée de renflouer les entreprises du schiste n’a pas été bien accueillie par de nombreux politiciens, groupes environnementaux et conservateurs. Les efforts pour renflouer directement l’industrie du schiste dans le cadre du plan de relance fédéral ont apparemment été abandonnés.

La proposition suivante de renflouement de l’industrie pétrolière est intervenue le 19 mars, lorsque le ministère de l’énergie (DOE) a officialisé son intention d’acheter 77 millions de gallons de pétrole pour remplir la réserve stratégique de pétrole (SPR), un stock de pétrole d’urgence. Cette idée a duré un peu plus longtemps que la première proposition de sauvetage, mais le DOE a tué l’idée le 25 mars dernier.

Le 26 mars, le magazine World Oil citait la porte-parole du DOE, Shaylyn Hynes, qui semblait indiquer que l’agence voulait toujours fournir une assistance aux « petites et moyennes entreprises américaines du secteur de l’énergie et à leurs employés ». Les sociétés indépendantes de production de schiste, contrairement aux grandes compagnies pétrolières comme Exxon et BP, entreraient dans cette catégorie de taille plus réduite.

« Le secteur énergétique américain est un moteur majeur de l’économie de notre pays et il est considérablement mis à mal par les effets du COVID-19 et la manipulation du marché international », a écrit Mme Hynes. « Les petites et moyennes entreprises américaines du secteur de l’énergie et leurs employés devraient bénéficier de la même aide que celle accordée aux autres secteurs de notre économie, et le secrétaire d’État appelle le Congrès à travailler avec l’Administration pour financer la demande du Président dans les meilleurs délais ».

Cela marque deux tentatives infructueuses de renflouer les entreprises de schiste alors que le principal groupe de pression de l’industrie pétrolière et gazière a continué à dire que l’industrie ne voulait pas de renflouement. Qu’est-ce qui se passe ici ?

« Les défis auxquels l’industrie pétrolière américaine est confrontée aujourd’hui sont sans précédent, mais ils ne constituent pas une excuse pour abandonner les principes du libre marché qui ont guidé cette industrie pendant plus d’un siècle », Frank Macchiarola, vice-président de l’API. https://t.co/6VAEow7r6G pic.twitter.com/Wr6v4Z5O1q
– American Petroleum Institute (@APIenergy) 25 mars 2020

L’achat de réserves stratégiques de pétrole n’aiderait pas le schiste

L’industrie américaine du schiste a reçu son premier véritable sauvetage en 2015 lorsque l’interdiction d’exporter du pétrole brut, en vigueur depuis 40 ans, a été levée sous le président Obama. Cela a entraîné un énorme boom de la production de pétrole de schiste car les entreprises pouvaient désormais vendre leur pétrole léger directement au reste du monde, sans passer d’abord par les raffineries américaines.

Les raffineurs ne pouvaient plus accepter de pétrole léger provenant de régions de schistes comme les Bakken, car de nombreuses raffineries américaines sont équipées pour traiter des pétroles lourds provenant du Mexique, du Venezuela et du Canada.

Comme il n’y avait plus d’acheteurs américains, les entreprises de schistes ont eu besoin de la levée de l’interdiction d’exporter le pétrole brut produit aux États-Unis, et le Congrès a donné son accord à la fin de 2015. À la fin de 2019, les exportations américaines de pétrole ont atteint un niveau de 4,4 millions de barils par jour – une quantité de pétrole remarquable.

La proposition du gouvernement de remplir la réserve stratégique de pétrole semblait être un autre moyen potentiel de renflouer l’industrie du schiste, ce qui permettrait à l’industrie de vendre plus de pétrole.

La SPR aurait une capacité de réserve de 77 millions de barils et son remplissage nécessiterait près de 3 milliards de dollars. Cependant, un tel achat ne changerait probablement pas la dynamique financière de l’industrie du schiste. Ce montant équivaut à environ deux mois des exportations américaines actuelles de brut. Et si les producteurs de pétrole américains ne font qu’obtenir les prix actuels (extrêmement bas) du marché pour le pétrole, cela n’aidera certainement pas les producteurs de pétrole de schiste à gagner l’argent dont ils ont besoin pour rembourser la vague de dettes qui les menace.

Daniel Yergin, un historien du pétrole qui a été un champion de l’industrie et qui a joué un rôle déterminant dans la levée de l’interdiction d’exportation du pétrole, a récemment fait cette remarque. « Le gouvernement pourrait ne pas être en mesure d’acheter suffisamment de pétrole pour soutenir le marché pétrolier », aurait déclaré M. Yergin, selon E&E News.

Il y a une autre faille dans le plan visant à renflouer l’industrie du schiste en remplissant la SPR. Comme DeSmog l’a récemment rapporté, une grande partie de ce qui est fracturé et foré dans les régions de schiste n’est pas réellement considéré comme du « pétrole » mais plutôt comme un pétrole extrêmement léger connu sous le nom de « condensat », ce qui signifie qu’il ne peut probablement pas être stocké dans la SPR. Selon le ministère de l’énergie , plus de 60 % du pétrole actuel du SPR est du « pétrole souffré«  plus lourd, tandis que l’industrie des schistes produit du « pétrole doux«  léger et beaucoup de condensats et de gaz naturel encore plus légers.

L’industrie du schiste n’aurait jamais pu être sauvée en complétant la réserve stratégique de pétrole.

Réservoirs de pétrole au terminal de la réserve stratégique de pétrole de St. James, relié au Bayou Choctaw, l’un des quatre sites du golfe du Mexique, chacun situé près d’un grand centre de raffinage et de traitement pétrochimique, en l’occurrence Baton Rouge, en Louisiane. Crédit : Julie Dermansky

Les compagnies de schiste n’ont plus de stratégie à long terme, contrairement à Exxon

Dans une remarquable interview accordée le 26 mars, le PDG de la société Pioneer Natural Resources, Scott Sheffield, a expliqué clairement pourquoi les sociétés de production de schiste ont peu de chances d’être renflouées et pourquoi l’American Petroleum Institute a prôné le libre marché et s’est opposé aux renflouements. Exxon a une participation énorme dans le projet de schiste du Permien au Texas, et M. Sheffield semble admettre qu’Exxon a toutes les cartes en main pour le moment lorsqu’il s’agit de renflouer les entreprises de schiste.

Le pétrole brut a été frappé par une guerre des prix entre l’Arabie saoudite et la Russie et par un ralentissement économique mondial. Scott Sheffield, PDG de Pioneer Natural Resources, nous fait part de son point de vue sur l’industrie. $PXD

– Le Fast Money de CNBC (@CNBCFastMoney) 26 mars 2020

Sheffield est apparu dans l’émission Fast Money de CNBC avec l’analyste Brian Kelly, et les deux ont discuté de la guerre actuelle des prix du pétrole entre l’Arabie saoudite et la Russie et de la façon dont les entreprises de schiste et les politiciens comme le sénateur Kevin Cramer (qui représente l’état produisant du pétrole de schiste du Dakota du Nord) ont réclamé au président Trump d’essayer d’amener l’Arabie saoudite à mettre fin à la guerre des prix.

Sheffield a expliqué pourquoi ces efforts n’aboutissaient pas.

« Nous avons eu l’opposition d’Exxon qui contrôle l’API et TXOGA », a déclaré Sheffield. « Ils préfèrent que tous les indépendants fassent faillite pour ramasser les miettes. »

API est l’American Petroleum Institute et TXOGA est la Texas Oil and Gas Association.

Kelly a ensuite demandé : « Est-ce une guerre des grandes majors contre les moyennes et petites entreprises ? »

« Exactement », répondit Sheffield. « C’est bien ce qui se passe. »

Au cours des deux dernières années, DeSmog a détaillé les finances défaillantes de l’industrie du schiste et a prédit qu’elle ne pourrait pas durer éternellement. Pendant ce temps, des PDG de l’industrie des schistes comme Sheffield présentaient une autre histoire aux investisseurs.

Kelly a demandé à Sheffield ce qui se passerait si rien ne changeait pour aider l’industrie du schiste.

« Que se passera-t-il ? » a déclaré M. Sheffield. « Comme vous le savez, il y a environ 74 indépendants publics, il n’en restera qu’une dizaine à la fin de 2021 qui auront des bilans décents. Les autres vont devenir des fantômes ou des zombies. »

L’usine de traitement cryogénique de la compagnie pétrolière et gazière Apache dans l’installation Diamond, dans la région des hauts schistes alpins du bassin permien. Apache a annoncé qu’elle abandonnerait Alpine High au début de l’année. Crédit : Justin Hamel © 2020

 

On peut supposer qu’Exxon et d’autres entreprises qui peuvent survivre à cette crise se feront un plaisir de ramasser les « fantômes et les zombies ». Cela semble être un comportement impitoyable de la part d’Exxon et de l’American Petroleum Institute, qui vantent constamment les emplois créés par l’industrie pétrolière. L’élimination de ces petites entreprises entraînera d’énormes pertes d’emplois dans une industrie déjà menacée par l’automatisation croissante.

Cependant, des années plus tôt, dans un autre rare moment d’honnêteté de la part d’un PDG de compagnie pétrolière, l’ancien directeur d’ExxonMobil, Lee Raymond, a clairement expliqué pourquoi aider les Américains ne le préoccupait pas lorsqu’il dirigeait le géant pétrolier international.

Selon le livre Private Empire de Steve Coll, lorsqu’on a demandé à Raymond si Exxon construirait d’autres raffineries aux États-Unis pour aider l’Amérique, il a répondu : « Je ne suis pas une société américaine et je ne prends pas de décisions en fonction de ce qui est bon pour les États-Unis. »

Raymond fait désormais partie du conseil d’administration de JPMorgan Chase, la banque qui, selon le Washington Post, est l’un des plus gros prêteurs à l’industrie des combustibles fossiles. Ce n’est probablement pas non plus une bonne nouvelle pour les entreprises du secteur du schiste. Le successeur de Raymond a été Rex Tillerson, qui a quitté Exxon pour diriger le département d’État de Trump pendant un certain temps.

L’industrie du schiste, en revanche, n’a qu’une décennie d’existence et n’a tout simplement pas le pouvoir politique d’Exxon et de son apparent substitut, l’American Petroleum Institute. Exxon pourrait être susceptible d’obtenir ses renflouements tout en s’assurant que les petites entreprises de schiste, moins stables, fassent faillite.

Une aubaine immédiate pour Exxon et les autres grandes compagnies pétrolières vient d’arriver de l’Agence américaine de protection de l’environnement (EPA), qui a essentiellement suspendu l’application des lois environnementales pour l’industrie, en invoquant la pandémie de coronavirus comme justification. Cette mesure est beaucoup plus bénéfique pour les grandes entreprises qui produisent le pétrole mais qui possèdent également des oléoducs et des raffineries. Les compagnies de schiste ne produisent que du pétrole et du gaz et ne possèdent pas de raffineries.

Et qui a fait pression pour ce sauvetage de l’industrie ? L’Institut américain du pétrole . Il est clair que le groupe de pression, avec le soutien d’Exxon, est bon pour obtenir ce qu’il veut de l’administration Trump. Mais c’est une mauvaise nouvelle pour l’industrie du schiste.

Trop de mauvaises dettes

Les turbulences actuelles du marché mises à part, la mort de nombreuses entreprises du secteur du schiste allait être inévitable. Les crises actuelles du duel entre une guerre des prix du pétrole et le coronavirus ne font que l’accélérer.

La consolidation de l’industrie, dans laquelle deux ou plusieurs entreprises de schiste se regrouperaient, est une option qui est actuellement discutée au sein de l’industrie. Cependant, le récent achat d’Anadarko par la compagnie pétrolière et gazière Occidental pour ses actifs de schiste s’est rapidement révélé être l’une des pires acquisitions majeures de l’histoire de l’industrie.

Kelly, de CNBC, a interrogé Sheffield sur l’option de la consolidation comme stratégie de survie possible pour l’industrie du schiste.

« La consolidation ne peut pas avoir lieu parce que trop d’entreprises ont trop de mauvaises dettes », a déclaré Sheffield.

Un autre aveu remarquable de la part d’un PDG de l’industrie du schiste.

Avec la crise actuelle et le fait qu’Exxon et l’American Petroleum Institute travaillent apparemment contre l’industrie du schiste, il ne faudra probablement pas attendre longtemps avant que le schiste ne soit plus qu’une bande de « fantômes ou de zombies ».

Justin Mikulka

Note du Saker Francophone

Cet article est tiré d'une série : L’industrie du schiste argileux creuse plus de dettes que de bénéfices

Traduit par Hervé, relu par Marcel pour le Saker Francophone

   Envoyer l'article en PDF   

2 réflexions au sujet de « Exxon pourrait mettre fin aux espoirs de renflouement des sociétés de fracturation en difficulté »

Les commentaires sont fermés.