De quel EROEI avons-nous besoin pour collecter des baies ?


Par Ugo Bardi – Le 14 aout 2017 – Source CassandraLegacy

Résultats de recherche d'images pour « images EROEI »

Peut-être que les ancêtres de ma femme, qui aime cueillir des baies dans les bois de Toscane, faisaient exactement la même chose, plus ou moins au même endroit, il y a des centaines ou des milliers d’années. Ici, je présente quelques réflexions et des calculs montrant que l’EROEI de cette façon simple de collecter des aliments peut être supérieur à 100, mieux que presque tout ce que nous avons aujourd’hui. Bien sûr, aucun empire dans l’histoire n’a  été basé sur la chasse et la collecte, mais était-ce une mauvaise chose ?

La question de l’EROEIle retour d’énergie sur l’énergie investie – est violemment contestée de nos jours, certains insistant sur le fait qu’une civilisation ne peut exister sans un EROEI minimum, d’au moins 10 et plus (image ci dessous de Charles Hall). Et cela signifie que nous avons absolument besoin de technologies sophistiquées, comme le nucléaire, afin de survivre.

Résultats de recherche d'images pour « Charles Hall EROI »

Pourtant, ce matin, j’ai récolté des baies dans les bois avec ma femme et je me demandais : « Quel est l’EROEI de ce que nous faisons ? » Un EROEI assez bon, j’en suis sûr, assez pour ce dont nos ancêtres ont eu besoin quand ils ont survécu vivant de la chasse et de la cueillette. Tout ce que vous avez à faire, c’est de marcher dans les bois, de trouver les baies et de les ramasser (et de regarder devant vous, si vous ne voulez pas tomber dans des broussailles épineuses). Si nos ancêtres chasseurs-cueilleurs utilisaient cette méthode, et si nous sommes ici aujourd’hui – leurs descendants – cela signifie que c’était une stratégie efficace de survie. Cueillir ce que vous pouvez trouver est une stratégie ancienne et testée qui s’appelle le « glanage » et elle a accompagné l’humanité depuis des millénaires. C’est une bonne stratégie, simplement parce qu’elle est très simple : pas d’outil, pas de loi écrite, pas de seigneur, pas de police, pas de clôture. Et cela fonctionne.

Comme je cueillais des baies, j’ai commencé à penser à des choses. Comment programmer un drone pour collecter des baies, par exemple. Bien sûr : un moyen idéal de réduire l’EROEI de l’ensemble à presque zéro. Et de détruire les buissons pour toujours. Les humains sont comme ça, avec leur tentative d’améliorer les choses, ils tirent toujours les leviers dans la mauvaise direction. Et cela signifie rendre les choses plus compliquées, avoir besoin de plus en plus d’énergie pour les garder en marche, puis se plaindre que nous n’en avons pas assez.

Bien sûr, avec plus de sept milliards d’humains sur cette planète, il est difficile de penser que nous pouvons revenir au glanage pour nous nourrir tous. Mais pour combien de temps pouvons nous faire confiance à l’entreprise coûteuse, complexe, délicate et terriblement inefficace, que nous appelons « agriculture industrielle » ? Je ne peux pas le dire. Ce que je peux dire, c’est que la collecte des baies est une grande satisfaction, comme vous le voyez ci-dessous.

Et maintenant, quelques calculs approximatifs : aujourd’hui, nous avons collecté 2 kg de baies. Selon les données disponibles, les baies contiennent 125 kJ / 100g. Ainsi, la collection totale était d’environ 2500 kJ, soit environ 700 Wh.

Maintenant, il s’agissait d’environ une heure de travail de faible intensité pour deux personnes, alors disons qu’il s’agissait d’un total de 50x2x1h = 100 Wh du travail humain. Ensuite, j’ai trouvé des valeurs de 20-25% pour l’efficacité métabolique humaine de la conversion des aliments en énergie mécanique, cela signifie que nous avons consommé environ 400 à 500 Wh d’énergie alimentaire pour collecter 700 Wh.

Très approximatif, oui bien sûr, mais le résultat final est un EROEI = 1,4 à 1,7. Pas comparable au pétrole brut, mais probablement plus que suffisant pour que nos ancêtres apprécient les baies comme friandises de saison.

Mais, bien sûr, personne n’a jamais vécu que de baies, pas même au paléolithique. Le contenu énergétique de plusieurs types d’aliments que vous pouvez trouver dans un environnement naturel peut être supérieur à celui des mûres. Les noix ont plus de 10 000 kJ / 100 g. Si vous pouvez collecter un kg / heure, comme nous l’avons fait pour les baies, cela signifie un EROEI de plus de 100 (!!). Plus grand que l’EROEI mythique du pétrole brut il y a cent ans. Le blé et les céréales, en général, ont également une teneur élevée en énergie. Le blé aurait une intensité énergétique de 15 000 kJ / kg, montrant comment la glanage pourrait être une stratégie de collecte alimentaire extrêmement efficace.

Ainsi, la vie était simple et facile, à l’époque, jusqu’à ce que nous ayons décidé de la compliquer et de la rendre difficile.

Ugo Bardi

Traduit par Hervé, vérifié par Wayan, relu par Cat pour le Saker Francophone

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF