Carlos Castaneda, le Grand Reset et les prédateurs


« Nous avons un prédateur qui est venu des profondeurs du cosmos et a pris le contrôle de nos vies. »


Mai 2022 – Source Nicolas Bonnal

Nicolas Bonnal

Il fut un temps où seul notre argent (disaient-ils) intéressait nos banquiers. Cet heureux temps n’est plus, dirait Jean Racine. Ce qui les intéresse c’est notre âme, notre esprit, notre libre arbitre, notre déplacement, ou pour parler moderne notre ADN et tout ce qui s’ensuit. Comme dit un de mes lecteurs plus savant que moi sur ce sujet :

Les chercheurs de vérité ont manqué le paramètre de long terme. Pourquoi réduire la population, la pucer pour la contrôler par le graphène nanométrique qui construit un système d’information connecté, imposer le crédit social, transférer la richesse de l’ouest vers l’est ? Il existe un SUPER PROJET qui nécessite de « leur » point de vue une gestion radicale du troupeau (Christophe).

Christophe a son explication, que je vous mets en lien. Je reviens à Castaneda.

Avec Gates, Schwab, Fink, Soros, Leyen, Bourla, Draghi et consorts on commence en effet à avoir peur : on sort de la liste des suspects usuels et des élites hostiles et on entre dans la série des entités reptiliennes (pour faire court) ou démentiellement hostiles (c’est pourquoi je vous demande de penser au film Prédateur – de 1987) ; pourquoi ont-ils voulu liquider même les sportifs par exemple ? On est face, dit un grand auteur à des prédateurs, qui se livrent à des expériences sur nous : le vaccin, le reset, les guerres (cela on connaissait), la pénurie globale organisée, les changements démentiels de paradigmes (avortement après la naissance, changement obligatoire de sexe, haine de telle race ou religion, contrainte médiatique-satanique de type religieux, avec tout un rituel aberrant sorti des sectes ou des loges (pour rester poli).

Un autre lecteur (spécialiste du capitaine Nemo, de Sherlock Holmes et de Phileas Fogg) m’a fait redécouvrir Carlos Castaneda, que je prenais pour un banal gourou New Age (pour certains c’est même un agent de la CIA – mais qui ne l’est pas ? Plein d’imbéciles m’accusent…), mais qui écrit dans le Voyage définitif ceci :

Nous avons un prédateur qui est venu des profondeurs du cosmos et a pris le contrôle de notre vie. Les êtres humains sont ses prisonniers. Le prédateur est notre seigneur et maître. Cela nous a rendu docile, impuissant. Si nous voulons protester, il supprime notre protestation. Si nous voulons agir indépendamment, il exige que nous ne le fassions pas.

Pratiquons la paranoïa positive, comme disait le réalisateur (un copte égyptien né en Australie) de The Crow et de Dark City. Nos élites hostiles nous contrôlent, nous manipulent, nous réduisent, nous remplacent, nous ridiculisent. Cela est une évidence pour tous les esprits contestataires du monde moderne, en lutte contre le Mordor (voyez mon Tolkien) ; et l’affaire du virus, du vaccin, du confinement et de cette vraie/fausse guerre (voyez Miles Mathis) ne fait que renforcer cette réorganisation algorithmique du monde.

Comme John Buchan dans la Centrale d’énergie (récit encore plus codé que les Trente-neuf marches saccagées par Hitchcock), Castaneda (né à Cajamarca, cité du martyre d’Atahualpa) décrit une ombre :

Il fait nuit noire autour de nous, mais si vous regardez du coin de l’œil, vous verrez toujours des ombres fugaces sauter tout autour de vous.

Ces ombres comme nos banquiers et nos politiciens nous fliquent, nous piquent, nous ruinent, nous contrôlent et nous mutilent. Don Juan explique :

Vous êtes arrivé, par votre seul effort, à ce que les chamans de l’ancien Mexique appelaient le sujet des sujets. J’ai tourné autour du pot tout ce temps, en vous insinuant que quelque chose nous retient prisonniers. En effet nous sommes retenus prisonniers ! C’était un fait énergique pour les sorciers de l’ancien Mexique.

Pour Don Juan nous leur servons de nourriture – spirituelle pour l’instant ; et le grand initié ne nous compare pas à des moutons mais à des poulets :

Il y a une explication qui est l’explication la plus simple du monde. Ils ont pris le pouvoir parce que nous sommes leur nourriture, et ils nous pressent sans pitié parce que nous sommes leur subsistance. Tout comme nous élevons des poulets dans des poulaillers, les prédateurs nous élèvent dans des poulaillers humains. Par conséquent, leur nourriture est toujours à leur disposition.

Les oligarques tiennent la planète avec leurs fond de pension et leurs objectifs écologiques. Ils nous traitent comme des poulets d’abattoir (pensez à Chicken run, car le cinéma est codé pour nous dire toujours tout – le diable dit ce qu’il fait ou va faire POUR QU’ON NE LE CROIE PAS).

Castaneda :

C’est-à-dire que je vais soumettre votre esprit à d’énormes assauts, et vous ne pouvez pas vous lever et partir parce que vous êtes pris. Non pas parce que je te retiens prisonnier, mais parce que quelque chose en toi t’empêchera de partir, tandis qu’une autre partie de toi va vraiment devenir folle. Alors accrochez-vous !

La base des prédateurs est de nous rendre idiots comme les poulets ou les moutons. L’abrutissement est la matrice de notre soumission. Il fut un temps (cf. mon livre sur la vieille race blanche) où l’éducation rendait libre et critique, mettons de 1789 à 1984. Cet heureux temps n’est plus, comme dirait Jean Racine :

Je veux faire appel à votre esprit d’analyse. Réfléchissez un instant, et dites-moi comment vous expliqueriez la contradiction entre l’intelligence de l’homme ingénieur et la stupidité de ses systèmes de croyances, ou la stupidité de ses comportements contradictoires. Les sorciers croient que les prédateurs nous ont donné nos systèmes de croyances, nos idées du bien et du mal, nos mœurs sociales. Ce sont eux qui ont créé nos espoirs, nos attentes et nos rêves de succès ou d’échec.

La médiocrité sera donc notre lot, et tout le petit et rare monde résistant aura vu la stupidité résignée et la salauderie de la masse ces dernières années :

Ils nous ont donné la convoitise, la cupidité et la lâcheté. Ce sont les prédateurs qui nous rendent complaisants, routiniers et égocentriques.

Castaneda explique que les prédateurs nous ont donné leur esprit qui est médiocre (cela, on l’avait compris) :

Afin de nous garder obéissants, doux et faibles, les prédateurs se sont engagés dans une manœuvre prodigieuse ; prodigieux, bien sûr, du point de vue d’un stratège de combat. Une manœuvre épouvantable du point de vue de ceux qui la subissent. Ils nous ont donné leur esprit ! Vous m’entendez? Les prédateurs nous donnent leur esprit, qui devient notre esprit. L’esprit des prédateurs est baroque, contradictoire, morose, empli de la peur d’être découvert d’une minute à l’autre.

Il est donc là pour nous faire peur cet esprit prédateur (Poutine, le rhume, etc.) :

Je sais que même si vous n’avez jamais souffert de la faim, vous souffrez d’anxiété alimentaire, qui n’est autre que l’anxiété du prédateur qui craint qu’à tout moment sa manœuvre ne soit découverte et que la nourriture ne lui soit refusée. Par l’intermédiaire de l’esprit, qui, après tout, est leur esprit, les prédateurs injectent dans la vie des êtres humains tout ce qui leur convient. Et ils s’assurent, de cette manière, un degré de sécurité pour agir comme un tampon contre leur peur.

Le but (pensez au fœtus de 2001) est de manger l’esprit humain, de le tenir cet esprit et son aura, surtout en bas âge :

Les sorciers voient les êtres humains en bas âge comme d’étranges boules d’énergie lumineuses, recouvertes de haut en bas d’un manteau incandescent, quelque chose comme une couverture en plastique étroitement ajustée sur leur cocon d’énergie. Cette couche de conscience rougeoyante est ce que les prédateurs consomment, et lorsqu’un être humain atteint l’âge adulte, tout ce qui reste de cette couche de conscience rougeoyante est une frange étroite qui va du sol au sommet des orteils.

On comprend leur obsession maladive avec l’avortement après la naissance. Castaneda rappelle :

A ma connaissance, l’homme est la seule espèce qui a le manteau rougeoyant de la conscience en dehors de ce cocon lumineux. Dès lors, il est devenu une proie facile pour une conscience d’un autre ordre, comme la conscience lourde du prédateur.

Explication technique (ces prédateurs font penser en effet à Hollywood et à la CIA) :

Cette frange étroite de la conscience est l’épicentre de l’autoréflexion, là où l’homme est irrémédiablement pris. En jouant sur notre introspection, qui est le seul point de conscience qui nous reste, les prédateurs créent des éruptions de conscience qu’ils consomment de manière impitoyable et prédatrice. Ils nous donnent des problèmes insensés qui forcent ces flambées de conscience à s’élever, et de cette manière ils nous maintiennent en vie afin qu’ils soient nourris de la flambée énergétique de nos pseudo-inquiétudes.

La seule solution pour la résistance ? La discipline, qui a disparu depuis deux générations – de la religion entre autres – de nos sociétés (voyez le livre fondamental de Thomas Frank, La Conquête du cool) :

Il n’y a rien que toi et moi puissions faire à ce sujet. Tout ce que nous pouvons faire, c’est nous discipliner au point où ils ne nous toucheront pas. Comment pouvez-vous demander à vos semblables de passer par ces rigueurs de discipline ? Ils riront et se moqueront de vous, et les plus agressifs vous casseront la gueule. Et pas tellement parce qu’ils n’y croient pas. Au plus profond de chaque être humain, il existe un savoir ancestral et viscéral sur l’existence des prédateurs.

Dernier conseil du maître :

Chaque fois que des doutes vous tourmentent à un point dangereux, faites quelque chose de pragmatique à ce sujet. Éteignez la lumière. Percez les ténèbres; découvrez ce que vous pouvez voir.

Nicolas Bonnal sur Amazon.fr

Ridley Scott et le cinéma rétrofuturiste Les mystères de Stanley Kubrick Louis-Ferdinand Céline : La colère et les mots Guénon, Bernanos et les gilets jaunes

Sources

   Envoyer l'article en PDF