Bye Bye American Pie


Par James Howard Kunstler – Le 6 juillet 2020 – Source kunstler.com

La NFAC en marche à Stone Mountain

Dans les années 1950, l’euphémisme populaire pour décrire les enfants noirs luttant contre la pauvreté était « défavorisés ». Ce trope élégant a guidé l’industrie naissante des services sociaux qui a atteint sa pleine floraison quelques années plus tard dans la guerre contre la pauvreté de Lyndon Johnson – une cause aussi perdue, semble-t-il, que la guerre au Vietnam. L’étonnant est qu’il a fallu soixante-dix ans à la faculté des questions-de-race-et-de-genre pour arriver à l’idée corollaire que les blancs doivent être excessivement privilégiés et doivent être punis pour leur promesse non tenue d’accorder plus de privilèges à ceux qui en sont privés.

Et donc, dans les paroxysmes du début de l’été 2020, avec le Covid-19 qui fait rage dans le monde entier et le plancher qui se dérobe sous notre économie à la dérive, et le climat qui fait… ce qu’il a à faire… Chuck et Nancy [Pelosi, NdT] ont mené leurs minions privilégiés dans une cérémonie de pénitence, en ployant leurs genoux avec les épaules drapées de pagnes kita d’expiation , signifiant… attendez une minute… qu’est-ce cela signifie, exactement ?

Qu’ils abandonnaient leur privilège ? Laissez moi rire. Ce que cela signifiait vraiment, c’était à quel point ils sont à court d’idées pour corriger cette diabolique injustice. Bien sûr, le principe directeur de l’Inquisition de l’Éveil est que personne n’est pardonné pour rien. Votre demande d’absolution n’est qu’une preuve de votre méchanceté, nécessitant une punition supplémentaire. Alors, que devait-on faire ?

Eh bien, rien. Des foules de personnes défavorisées ont été autorisées à faire du « shopping » en dehors des heures d’ouverture sur Rodeo Drive, dans le centre de la Cinquième Avenue et dans d’autres quartiers chics du pays – accompagnées par des « alliés » blancs privilégiés qui travaillent pieusement sur leur propre mauvais karma de l’Ivy League. Lorsqu’il n’y avait plus rien à piller, la foule était invitée à organiser une orgie de renversement de statues. Personne ne s’est mêlé de cette colère, pensant peut-être que la perte de quelques monuments publics était un petit prix à payer pour empêcher un scénario plus horrible de sang dans les rues. Les policiers en ont été réduits à jouer les spectateurs en attendant d’être licenciés en masse et de subir l’opprobre censitaire de leurs supérieurs élus, qui se sont engagés à payer les financement de l’application de la loi.

La nation a réussi à passer son honteux anniversaire du 4 juillet sans la démolition du Mont Rushmore ni l’incendie du Mont Vernon, mais le dimanche suivant, une armée virtuelle d’anciens militaires noirs (c’est ce qu’ils ont dit), armés de fusils d’assaut et vêtus de tenues de combat, a marché dans le Stone Mountain Park de Géorgie, où se trouve un bas-relief colossal sculpté dans la paroi rocheuse représentant cette trinité d’archi-feux confédérés Robert E. Lee, Jefferson Davis et Stonewall Jackson.

La milice s’est présentée sous le nom de « Not Fucking Around Coalition / La Coalition Ne Nous Faites Pas Chier » (NFAC). Son chef, le Grand Maître Jay, a déclaré « tout descendant de l’esclavage est un prisonnier politique » et a proposé de fonder une nouvelle nation entièrement noire – « Nous prendrons le Texas », a déclaré le Grand Maître Jay. Ils ont attendu une « rencontre » avec une armée opposée de suprémacistes blancs, mais aucune ne s’est présentée. Peut-être que l’ennemi n’a pas été informé à l’avance. Les marcheurs ont fait semblant d’être déçus. « Nous sommes là ! Où êtes-vous, putain ? » demanda leur chef. L’Écho seul a répondu… La bataille de Stone Mountain a été évitée.

Et maintenant ? Quelle est la suite de l’escalade de la guerre des symboles (jusqu’à présent) en 2020 ? La résurgence de la Covid-19 a provoqué d’autres confinements, ce qui signifie la reprise des licenciements, la destruction des entreprises et un ennui angoissé, bouillonnant et étouffant pour ceux qui n’ont pas le privilège de travailler chez eux. Le cycle actuel des paiements du gouvernement est également terminé et des millions de personnes risquent d’être expulsées, de ne pas pouvoir rembourser leur prêt hypothécaire, refinancer leur voiture et subir d’autres catastrophes personnelles. Une autre série de « bonus » de 600 dollars ne permettra pas de résoudre ces problèmes, et quand ils seront dépensés pour répondre au besoin impératif de nourriture, alors quoi ?

Eh bien, les conventions des partis politiques. Personnellement, et compte tenu du virus qui sévit, je doute qu’elles se déroulent de manière traditionnelle – les grands jamborees du centre civique où l’on se frotte les épaules, où l’on fait des signes et où l’on danse la conga. Cela signifie que, plus que jamais, ces extravagances seront réduites à de simples émissions de télévision que personne ne regardera. Cela pourrait être une aubaine pour la candidature fantôme de Joe Biden, qui resterait froidement planqué dans sa tombe en sous-sol, présentée à l’électorat comme un hologramme. Mais une fois encore, une convention entièrement hors scène pourrait susciter des intrigues en coulisses de la part de ceux qui ne sont pas convaincus qu’un président holographique fera en cette année d’effondrement social et économique imminent. Hillary sera appelée à la rescousse, je dirais.

Donald Trump, un homme en difficulté et endolori, a l’air d’être sur la sellette. Il est difficile de dire s’il comprend seulement la gravité de cette longue urgence florissante ou de la crise du quatrième tournant. Il a repoussé tous les efforts déployés par les pygmées séditieux des États profonds pour le renverser, mais l’effondrement d’un empire ressemble davantage à une bataille contre le destin lui-même. Qu’on le veuille ou non, il faut avoir de la compassion pour quelqu’un qui se trouve dans une lutte aussi monumentale.

Too much magic : L'Amérique désenchantéeJames Howard Kunstler

Pour lui, les choses sont claires, le monde actuel se termine et un nouveau arrive. Il ne dépend que de nous de le construire ou de le subir mais il faut d’abord faire notre deuil de ces pensées magiques qui font monter les statistiques jusqu’au ciel.

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone

   Envoyer l'article en PDF   

Une réflexion au sujet de « Bye Bye American Pie »

Les commentaires sont fermés.