Aucun singe n’a jamais réchauffé un burrito congelé


Ce que The Expanse nous apprend sur la pandémie du COVID-19 et la recherche sur la mutation génétique du passage en série.


Le 23 mars 2020 – Source Harvard to the Big House

protmolecule
Au cours des derniers mois, des milliers d’humains ont perdu la vie depuis que la COVID-19 a donné le coup d’envoi de sa série de meurtres à Wuhan et, à moins d’un miracle absolu, des millions d’autres sur toute la planète les rejoindront dans les mois à venir. Les comparaisons avec la pandémie causée par la grippe espagnole au début du XXe siècle abondent, mais une chose est claire : que ce soit en raison de la globalisation ou de différences entre les virus, alors que la grippe espagnole était un miasme à évolution lente qui a mis des années à se propager dans le monde entier, la souche de la  COVID-19, provenant [soi-disant] de Wuhan, a recouvert la planète entière en quelques mois seulement.

Vous pouvez dire que vous avez trouvé une question vraiment intéressante quand personne ne veut que vous y répondiez.

Les usines de toute la planète sont paralysées, les magasins sont fermés, des dizaines de millions de personnes sont mises en quarantaine sur plusieurs continents et les chaînes d’approvisionnement se désagrègent.

Et bizarrement, même si rien ne commence à prouver que le COVID-19 était une souche naturelle émergente qui s’est frayé un chemin hors d’un hôte animal intermédiaire pour atteindre les humains, le consensus général dans les médias et le public semble être que l’exploration de ses origines est quelque chose que seuls les gens qui n’ont pas encore accepté que la Terre est en fait ronde et que nous nous sommes effectivement posés sur la Lune peuvent faire. Et tout le monde semble être d’accord avec le fait que les scientifiques qui se vantent le plus d’une origine naturelle sont ceux qui sont directement impliqués dans le type de recherche qui a probablement engendré ce virus : la recherche sur la mutation génétique, ou « à double usage », qui visait à pousser la nature au-delà de ses limites, afin que les humains puissent l’exploiter pour créer des monstres qui n’existeraient jamais naturellement.

Pourquoi cette poussée concentrée visant à marginaliser quiconque demande des preuves concluantes sur l’origine du COVID-19 ? Qui en bénéficie ?

Nous avons modifié notre équipe scientifique pour supprimer les contraintes éthiques.

En 1977, une maladie très particulière a commencé à se répandre en Russie, et une fois que les scientifiques l’ont isolée, ils ont découvert qu’il s’agissait d’une souche assez unique de la grippe porcine H1N1. Dans les années qui ont suivi, l’analyse génétique visant à déterminer d’où elle pouvait provenir a révélé quelque chose d’assez étrange : elle était très similaire aux souches de H1N1 qui n’avaient pas circulé depuis des décennies, et semblait être le produit d’un « passage séquentiel dans un réservoir animal » qui était déterminé par sa grande distance génétique par rapport à toute autre souche de grippe actuelle, tout comme la COVID-19, qui semble si éloignée de tout coronavirus apparenté qu’elle a été placée dans son propre clade, une branche isolée qui se trouve à l’extérieur de l’arbre généalogique viral – ce qui signifie qu’il est le seul exemple de son genre et qu’il ne se regroupe pas avec tous les autres coronavirus connus.

À l’époque, l’Union soviétique employait des dizaines de milliers de scientifiques qui concevaient toutes les variantes possibles d’armes biologiques, un programme d’armement enragé et immoral avec un dossier de sécurité lacunaire – on savait que des agents pathogènes s’échappaient presque régulièrement des laboratoires soviétiques. Ce qui s’est produit dans de nombreux laboratoires d’armes biologiques depuis lors, mais surtout en Chine, où le virus du SRAS a fait l’objet de quatre fuites rien que ces dernières années. Et les scientifiques soviétiques auraient ramené des animaux de recherche morts à la maison pour le dîner. La viande n’était pas vraiment disponible en URSS à cette époque, ce qui correspond aux rapports des scientifiques de Wuhan qui faisaient sortir clandestinement des animaux de laboratoire morts pour les vendre quelques dollars de plus dans la rue.

Plus tôt dans les années 70, avant la fuite, « la peur de la grippe porcine… [avait] poussé la communauté internationale à réexaminer ses stocks des dernières souches de H1N1 qui circulaient auparavant pour tenter de développer un vaccin », ce qui a augmenté les chances que quelqu’un, quelque part, fasse une erreur et fasse sortir une souche modifiée de la grippe de son laboratoire. Cette accélération de la recherche est à l’image de la période récente, où les scientifiques ont étudié et essayé de comprendre la menace supposée imminente posée par les coronavirus pendant des années, en capturant autant de souches uniques dans la nature qu’ils le pouvaient, et en mélangeant et en faisant correspondre leurs génomes en laboratoire.

Ainsi, l’intensification des recherches sur la grippe porcine H1N1 dans les années 70 a fini par augmenter les chances qu’une fuite se produise. Tout comme notre pandémie actuelle a été précédée non seulement par des années de recherche sur les coronavirus partout dans le monde, de l’UNC au Centre de recherche technique en ingénierie des maladies de l’Institut de virologie de Wuhan, et a été accélérée par une conférence internationale à large échelle destinée à étudier une pandémie potentielle causée par une souche hyper-virulente de coronavirus, l’Event 201 de l’Université Johns Hopkins. Cette conférence a été financée principalement par le Forum économique mondial ainsi que par la Fondation Bill et Melinda Gates, et s’est déroulée en octobre 2019, quelques semaines avant le début de cette épidémie de COVID-19.

Si, jusqu’en 1977, le fait d’intensifier la recherche sur les souches de grippe augmentait les chances de voir une fuite accidentelle se produire, pourquoi ne pas appliquer la même logique à notre pandémie aujourd’hui ? Pourquoi presque tout le monde aujourd’hui suppose-t-il que le rythme accru de la recherche signifie que les scientifiques ont en fait anticipé cette épidémie au lieu de la provoquer ?

Un rythme de recherche accru n’augmenterait-il pas aussi les chances qu’une fuite d’un coronavirus modifié en laboratoire se produise, tout comme un rythme de recherche accru avait précipité la fuite de la grippe porcine H1N1 à l’époque ?

Vous donnez un bâton à un singe, inévitablement il battra un autre singe à mort

Les scientifiques ont directement altéré et modifié les génomes viraux depuis au moins vingt ans, allant de la construction de virus complets à partir de rien, en passant par des séries d’animaux hôtes, pour accélérer artificiellement la sélection et l’évolution, afin d’obtenir autant de souches de virus différentes avec autant de caractéristiques nouvelles que possible à bricoler.

Cependant, la plupart de ces travaux n’ont pas vraiment fait sourciller, jusqu’à ce qu’il y a une dizaine d’années, des scientifiques de Stony Brook, NY – qui n’est pas par hasard le premier endroit où l’on a construit un virus à ADN à partir de rien – ont pris le H5N1 de la grippe aviaire, ont modifié son génome en deux endroits, puis l’ont transmis à une série de furets hôtes en laboratoire jusqu’à ce qu’il soit transmis par l’air. Ce type de recherche, une modification mineure puis le passage à travers des furets, a permis deux choses : créer un virus d’apparence naturelle qui ne semble pas avoir été directement modifié génétiquement, et un virus qui se trouve à l’extérieur de sa propre branche de l’arbre généalogique viral, puisque ces passages séquentiels ont ajouté des générations bien plus rapidement qu’ils ne l’auraient fait naturellement dans la nature. Si cela vous semble familier, c’est peut-être parce que ces traits sont aussi exactement ceux que l’on retrouve avec le COVID-19.

Et dès 2015, les laboratoires chinois auraient été impliqués dans des recherches de mutation génétique à double usage après que l’armée chinoise a fait un effort massif pour étendre leurs capacités biotechnologiques, en échangeant les génomes viraux en laboratoire pour essayer de créer la souche la plus virulente possible. En outre, des études examinant l’infectivité du COVID-19 chez les furets ont montré qu’il se répand facilement parmi eux, et qu’il semble également être transmis par voie aérienne dans ce modèle animal, ce qui conforte l’idée que les furets sont utilisés pour le passage en série. La possibilité que le passage en série par des animaux de laboratoire ait joué un rôle dans la création du COVID-19 est également étayée par une préimpression d’avril 2020, qui a révélé que les coronavirus qui ciblent le récepteur ACE2 se lient aux cellules des furets plus étroitement que toute autre espèce, à l’exception de la musaraigne arboricole, qui n’a obtenu qu’un score supérieur d’environ 2 %. Les musaraignes arboricoles ont également été utilisées pour le passage en série de virus, et ont été promues dans un article de 2018 en provenance de Chine comme un hôte préférable pour le passage en série en laboratoire car elles sont moins chères, plus petites, plus faciles à manipuler et plus proches de l’homme sur le plan évolutif et physiologique que les furets. Les pangolins ont cependant été un lien beaucoup plus faible que les deux autres et ont été regroupés tout en bas de la liste avec une poignée d’autres hôtes intermédiaires beaucoup plus improbables.

Curieusement, l’un des scientifiques soutenant cette recherche troublante dans un article qui notait que le virus « pourrait changer  l’histoire s’il était libéré » est apparu sur le podcast de Joe Rogan en 2020, quelques semaines après le début de la pandémie actuelle, affirmant que le COVID-19 était définitivement naturel et ne faisant aucune mention de cette recherche de mutation génétique à double usage sur les animaux. Bizarre, n’est-ce pas ? C’est presque comme si Michael Osterholm, dont toute la carrière repose sur l’avancement de la recherche sur les mutations génétiques, voulait blanchir ce qui se passe vraiment ? Est-ce que le rayon de soleil vous a chatouillé quand il vous a chauffé les fesses, Joe ?

Osterholm n’a pas raconté l’histoire de cette grippe aviaire H5N1 génétiquement modifiée, qui a été transformée en un virus qui « pourrait faire passer la pandémie mortelle de 1918 pour un rhume fâcheux ». Ce résultat était si troublant que le NIH, qui avait financé la recherche, a essayé de s’assurer qu’il ne serait publié qu’une fois que suffisamment de détails auraient été supprimés pour rendre la reproduction de l’expérience difficile à réaliser. Cependant, l’un des virologistes impliqués dans la recherche a trouvé ces restrictions un peu idiotes, puisque l’essentiel de l’expérience était suffisant pour permettre à quiconque ayant assez d’argent de les reproduire sans problème. Surtout les chercheurs qui étaient déjà familiers avec la manipulation des coronavirus de chauves-souris, dont deux ont appris à faire exactement cela à l’UNC en 2015 avant de retourner à Wuhan pour continuer leur travail.

Quelques années plus tard, le NIH allait interdire cette recherche à double usage de « mutation génétique », une interdiction qui resterait en vigueur de 2014 à 2017, date à laquelle elle a été levée. Et quel était le raisonnement qui a conduit à la levée de l’interdiction ? Pour permettre la recherche sur les virus de la grippe, ainsi que sur le SRAS et le MERS – des coronavirus tout comme notre nouvel ami, le COVID-19. Et donc des centaines de millions de dollars de financement ont été versés pour la recherche sur ces virus, supposément avec une surveillance destinée à réduire « la possibilité de créer, de transférer ou d’utiliser un agent pathogène pandémique potentiel amélioré ».

Il s’avère que cet oubli n’a peut-être pas très bien fonctionné, comme en témoignent les milliers de personnes qui sont déjà décédées à la suite du COVID-19.

Mais ce n’est qu’une machine. Elle ne pense pas. Elle suit des instructions. Si nous apprenons à modifier cette programmation, alors nous devenons les architectes de ce changement

Ainsi, depuis 2017, les vannes ont été ouvertes et l’argent a afflué pour financer la recherche sur les coronavirus, et ils ont été considérés comme une base potentielle pour la création d’un vaccin contre le VIH, mais aussi pour aider les scientifiques dans leur mission de création d’un vaccin universel contre la grippe et le rhume. Sans surprise, la Fondation Bill et Melinda Gates, qui a aidé à financer l’Event 201, a également versé des millions et des millions de dollars dans la recherche d’un vaccin contre le VIH, dont une grande partie est axée sur l’exploitation des coronavirus.

Les précédentes incursions de Gates dans les programmes de vaccination ne se sont pas toujours bien passées. En 2009, un vaccin contre le HPV sponsorisé par Gates et provenant de Merck a causé de graves effets secondaires chez des centaines de filles auxquelles il a été administré, tuant finalement sept d’entre elles. En plus de la science défectueuse derrière ce programme de vaccination, il était évident que la majorité des patients n’avaient aucune idée de ce à quoi ils s’engageaient, mais étaient quand même poussés à suivre un traitement. D’autres comportements non éthiques ont été signalés lors de la campagne MenAfriVac financée par Gates au Tchad, où entre 50 et 500 enfants vaccinés contre la méningite auraient développé une paralysie , ce qui a conduit un journal sud-africain à annoncer que « nous sommes des cobayes pour les fabricants de médicaments ». Si vous êtes sceptique quant à ces affirmations et à l’origine du vaccin, un examen par les pairs du DTC et du vaccin contre la polio a révélé qu’il avait causé beaucoup plus de mal que de bien lors d’une vaste campagne de vaccination en Afrique urbaine. Et il existe une multitude d’autres témoignages sur les éventuels méfaits des programmes de vaccination financés par M. Gates dans le monde entier. Ce n’est donc pas que Bill Gates giffle personnellement les petits enfants, mais que son financement bien intentionné peut se retrouver à de nombreux mauvais endroits dans la poursuite aveugle de résultats, en finançant des pratiques très louches et totalement contraires à l’éthique.

Le fait de souligner que le financement de leur fondation n’est pas destiné à diaboliser la famille Gates, mais seulement à commencer à construire l’idée que la responsabilité n’incombe pas seulement aux scientifiques de Wuhan, ou au Parti communiste chinois qui a essayé de couvrir le début de la pandémie. Et de souligner que le fait d’être un informaticien ou un homme d’affaires n’a rien à voir avec la politique de santé publique, ni avec les implications scientifiques et sociales de la recherche de gain de fonction. La raison pour laquelle le NIH a permis la réouverture de cette boîte de Pandore vraiment évidente mérite d’être expliquée, et les organisations qui financent cette recherche devraient également porter une grande part de responsabilité – le NIH inclus, qui a fourni à l’Institut de virologie de Wuhan une subvention de 3,7 millions de dollars.

Bill Gates pourrait vouloir être un philanthrope vraiment mauvais, et il pourrait avoir été très fort pour concevoir des logiciels informatiques et couler ses concurrents – cependant, ce n’est pas ce que fait un philanthrope. Après tout, au-delà des tactiques douteuses pratiquées par nombre des programmes de vaccination qu’il a financés, sa tentative très bien intentionnée de sauver des vies en fournissant des moustiquaires insecticides a finalement été destructrice : de nombreux villageois à qui l’on a fourni des moustiquaires ont décidé qu’il valait mieux les utiliser comme filets de pêche, ce qui a entraîné des pénuries alimentaires dues à la surpêche, car les filets à mailles plus petites capturaient beaucoup trop de poissons jeunes, ce qui a réduit la croissance de leur population.

Cela semblait être une bonne idée à l’époque, non ? Tout comme tous ces vaccins non testés qui ont été soumis à des tests précipités ?

Le problème, c’est la répartition des responsabilités. Une personne donne l’ordre, une autre l’exécute. L’un peut dire qu’il n’a pas appuyé sur la gâchette, l’autre qu’il a simplement fait ce qu’on lui a dit de faire, et tout le monde se laisse aller

Bien plus sinistre que le financement par la Fondation Gates de la recherche sur les mutation génétiques à double usage est l’implication de scientifiques espérant exclusivement financer leurs propres entreprises par ce genre de travail.

Alors que The Expanse avait Jules-Pierre Mao comme PDG, un scientifique qui a utilisé sa société privée pour hybrider la protomolécule – une substance mystérieuse apparemment étrangère qui semble avoir un esprit propre – avec des humains pour créer des armes biologiques imparables, nous avons aujourd’hui Peter Daszak. Sa société, EcoHealth Alliance, qui est une organisation à but non lucratif dont le fonctionnement dépend en grande partie de subventions gouvernementales de plusieurs millions de dollars, s’associe depuis des années avec des chercheurs chinois pour tenter d’obtenir des fonds pour de plus en plus de recherches sur les coronavirus. Au moins, ils ne prétendent même pas être vraiment philanthropes.

Et dans l’une des tentatives les plus transparentes d’influence flagrante en matière de relations publiques, Daszak a été présenté aux côtés de l’un des chercheurs qui ont appris à créer des coronavirus de chauve-souris hyper-virulents à l’UNC en 2015, Zhengli Shi. Leur article insiste sur le fait que nous devons prendre Zhengli au mot lorsqu’elle prétend ne pas avoir trouvé de correspondance après avoir comparé le génome de COVID-19 avec tout ce qui se trouve dans son laboratoire. Comme si la personne responsable de la libération du pathogène le plus virulent de l’histoire moderne, qui a déjà tué des milliers de personnes et qui devrait en tuer des millions et des millions d’autres dans le monde entier, s’était tout simplement défilée, torpillant sa carrière et les années de recherche effectuées par elle et ses collègues ? Et peut-être les exposeraient-elles toutes à des répercussions juridiques et autres ?

Si vous n’êtes toujours pas sûr que les scientifiques impliqués dans ce type de recherche soient francs, il y a le Dr Ralph Baric. C’est dans son laboratoire à l’UNC qu’un Franken-virus de chauve-souris hyper-virulent a été créé en épissant une nouvelle protéine sur un coronavirus existant, créant un monstre si vicieux qu’un virologiste de l‘Institut Louis Pasteur de Paris a mis en garde : « Si le [nouveau] virus s’échappait, personne ne pourrait prédire la trajectoire. » Il convient également de noter que plusieurs années avant de s’attaquer directement aux virions du coronavirus des chauves-souris, Baric a orchestré des recherches qui consistaient à isoler un coronavirus à partir de civettes puis à le faire passer à travers des cellules réceptrices ACE2 de mammifères cultivées en laboratoire à partir d’échantillons de reins et de cerveau – passage en série à travers des lignées cellulaires hôtes au lieu d’hôtes entiers, ce qui a conféré une forte affinité pour l’ACE2, et a probablement créé une souche de coronavirus aéroportée. Et si des cellules dérivées des reins et du cerveau étaient utilisées pour le développement du COVID-19 par passage en série, cela pourrait expliquer son affinité pour attaquer les reins et le cerveau de ses hôtes humains.

Des recherches antérieures menées dans le laboratoire de Wuhan sur l’insertion de segments de type VIH dans les coronavirus qui ciblent également le récepteur ACE2 pourraient également avoir joué un rôle dans la création du COVID-19. L’une des raisons possibles de ces segments de type VIH est qu’ils étaient censés être des épitopes, ou des drapeaux moléculaires destinés à marquer les intrus pour qu’un vaccin les cible – ce qui signifie que la souche Wuhan a été construite comme un monstre pour un vaccin spécifique à cibler. Il est mathématiquement possible que cela se produise dans la nature – mais seulement chez dix mille chauves-souris enchaînées à dix mille boîtes de Pétri et si on se donne un temps infini. On peut aussi produire ce modèle en infectant une pièce pleine de furets ou de musaraignes arboricoles avec un coronavirus sur mesure et en passant au crible les débris pour trouver votre aiguille génomique.

Donc, pour être honnête, on pourrait s’attendre à ce que Baric mette en garde le public contre les coronavirus mortels potentiels que pose notre épidémie actuelle. Cependant, lorsqu’on lui a demandé si le public devait s’inquiéter du COVID-19, il a répondu que les gens devraient s’inquiéter davantage de la grippe saisonnière. Une déclaration assez bizarre de la part d’un scientifique qui savait parfaitement à quel point les coronavirus pouvaient être dangereux, surtout si l’on considère que non seulement Zhengli Shi travaillait dans son laboratoire sur ce projet en 2015, mais que Xing-Yi Ge l’était aussi. Tous deux sont retournés à Wuhan où ils ont poursuivi leurs travaux pendant des années.

Xing-Yi Ge est particulièrement remarquable puisqu’en 2013, il est devenu le tout premier scientifique à isoler un coronavirus de chauve-souris dans la nature qui utilise le récepteur ACE2, que l’on trouve dans les poumons des humains, des scandentias et des furets et qui permet aux coronavirus de se propager dans l’air. Et comme vous l’avez peut-être déjà appris, c’est exactement le récepteur utilisé par le COVID-19 pour pénétrer dans les cellules humaines – si quelqu’un devait savoir comment finaliser cette partie du génome du coronavirus, ce serait lui. Ainsi, Xing-Yi Ge et Zhengli Shi faisaient tous deux partie de l’équipe de recherche qui a créé ce coronavirus hybride hyper-virulent de chauve-souris sous les ordres de Baric, qui a activement minimisé le risque posé par le COVID-19, puis est retourné travailler à Wuhan, où le financement fourni en partie par la société de Daszak leur a permis de poursuivre leurs travaux sur les coronavirus avec beaucoup de copier-coller pour leur travail au centre de recherche technique sur l’ingénierie des maladies de l‘Institut de virologie de Wuhan.

Et comme le dit le Dr Ian Malcolm dans Jurassic Park, il n’est jamais bon de se lancer dans la science et la recherche quand on ne la comprend pas entièrement, ni ses implications possibles.

Cependant, il n’y a pas que Daszak qui a financé leurs travaux. Zhengli a également obtenu des millions de dollars de subventions de diverses institutions américaines, dont notre ministère de la défense et la Direction de la recherche sur la défense biologique des États-Unis, et des millions d’autres provenant d’autres gouvernements étrangers.

Ainsi, bien que le Parti communiste chinois mérite sa part de responsabilité pour avoir tenté de couvrir l’épidémie, arrêté les scientifiques héroïques qui essayaient de nous mettre en garde et émis des ordres de bâillonnement et de destruction de preuves, ces recherches n’auraient probablement pas eu lieu du tout si le NIH n’avait pas d’abord levé l’interdiction de la recherche sur les mutations. Et cela a été financé directement par l’argent des contribuables américains, par des fonctionnaires du gouvernement prêts à laisser d’autres personnes jouer à Dieu sur leur ordre.

Mais maintenant que le virus est sorti du laboratoire, les entités privées responsables de sa création vont-elles porter le moindre blâme ? Ou bien l’Amérique et la Chine vont-elles continuer à se montrer du doigt jusqu’à ce que le pire se produise ?

Mars accusera la Terre d’utiliser une arme biologique. La Terre prétendra que c’était Mars. La « Ceinture » accusera les deux autres. C’est un bon moyen de déclencher une guerre et de la couvrir.

Une dernière mise en garde… d’accord, donc dans The Expanse, le dispositif central de l’intrigue qui fait avancer les choses est la découverte d’une substance mystérieuse appelée protomolécule, qui semble avoir un esprit propre et cherche des radiations comme moyen de subsistance avant de commencer « l’Œuvre », un mystérieux but intergalactique qui ne sera révélé que plus tard.

Et ce ne sont pas les nations individuelles qui tentent en premier lieu d’exploiter la protomolécule, mais leur Peter Daszak, le scientifique et PDG susmentionné, avec Jules-Pierre Mao, qui tente de l’intégrer dans les génomes d’enfants immunodéprimés pour créer des super-soldats hybrides. Pas pour sa propre armée privée, mais comme une arme biologique qui change la donne, il la vendra à n’importe quel gouvernement prêt à payer le plus cher. Ainsi, dans « The Expanse », il faut des scientifiques amoraux ainsi que la collusion de fonctionnaires affiliés aux deux gouvernements pour que ces recherches se fassent et soient cachées, et lorsque ces Hybrides seront finalement lâchés entre les deux armées, le carnage est immense.

Heureusement, nous ne sommes pas encore allés aussi loin sur terre, mais la rhétorique entre l’Amérique et la Chine va dans ce sens – elle devient de plus en plus hostile à mesure que chacun blâme l’autre pour avoir déclenché la pandémie et l’avoir dissimulée, la Chine allant même jusqu’à menacer de couper notre approvisionnement en antibiotiques et autres produits médicaux vitaux. Pendant ce temps, Daszak, Baric, Zhengli et d’autres restent assis à contempler leur bonne étoile et leur argent, car les gouvernements et le grand public semblent avoir cru à leur histoire selon laquelle il est impossible que ce virus se soit échappé d’un de leurs laboratoires, et tous les gouvernements du monde veulent maintenant exploiter leurs recherches pour aider à créer des vaccins et des traitements.

Et ces chercheurs ont été aidés par des articles scientifiquement fallacieux et journalistiquement vides qui régurgitent sans réfléchir les affirmations du gouvernement chinois et de son bras de propagande scientifique, l’OMS, sur l’ampleur de l’épidémie dans le passé et sur sa maîtrise actuelle. Alors que le gouvernement chinois arrêtait les dénonciateurs et envoyait des agents dans la rue en tenue de protection contre les risques biologiques tout en portant des armes automatiques pour arrêter toute personne soupçonnée de briser la quarantaine, tout en soudant littéralement des immeubles d’habitation fermés, les médias américains ont fait l’éloge des actions « décisives et héroïques » de la Chine.

Veuillez prendre un moment pour réfléchir au fait que presque tous ceux qui vous lisent les nouvelles à la télévision ont été sélectionnés en raison de leurs relations ou de leur photogénie, et non en raison de leur sens journalistique ou de leur capacité à penser de manière critique.

Alors que deux superpuissances se rapprochent de plus en plus d’un conflit, la recherche qui est presque certainement à l’origine du COVID-19 non seulement se poursuit sans relâche, mais si l’on parle d’augmenter les fonds pour empêcher que ce genre de pandémie soi-disant naturelle ne se reproduise, cela va dans les poches des personnes qui, si elles n’étaient pas directement responsables, auraient certainement dû être en première ligne pour avertir le monde des risques posés par les coronavirus modifiés en laboratoire, et révéler tout de suite l’existence de ce genre de recherche.

Bizarrement, chacun d’entre eux prétend que la recherche sur les mutations génétiques à double usage n’a jamais eu lieu. Ou, ce qui n’est pas si étrange, quand on s’arrête et qu’on pense à tout ce qu’ils ont à perdre si leur rôle dans cette pandémie est révélé.

Le plus dur dans ce jeu est de découvrir qui est vraiment l’ennemi.

Outre le fait qu’il ne porte pas les marques directes d’une altération génétique, tout comme la grippe aviaire H5N1 hyper-virulente, le comportement ou la présentation clinique de COVID-19 n’ont rien de naturel. Et, chose obsédante, des recherches évaluées par des pairs ont noté qu’une région cruciale de son génome « peut fournir une mutation… pour une propagation efficace dans la population humaine ».

Non seulement il est si éloigné de tout autre coronavirus qu’il forme sa propre clade, mais il n’y a même pas de voie naturelle par laquelle il a émergé – les affirmations sur les pangolins ont toujours été au mieux douteuses, mais ont été encore plus démenties lorsque l’analyse du génome de COVID-19 dans les régions qui montrent le plus précisément le patrimoine a rendu « très improbable«  que les pangolins aient jamais été impliqués.

En outre, son affinité pour le récepteur ACE2 est de 10 à 20 fois plus élevée que celle du SRAS, et il crée également des charges virales des milliers de fois plus élevées que le SRAS. Ces deux caractéristiques pointent vers le COVID-19 qui utilise un renforcement dépendant des anticorps, ou ADE, pour pénétrer dans les cellules humaines. Le virus est alors capable de détourner les globules blancs ou d’autres protéines antivirales pour pénétrer plus facilement dans le reste des cellules de notre corps, lui permettant de s’infiltrer profondément dans le système nerveux de ses hôtes, créant des dommages neurologiques permanents chez les hôtes qu’il ne tue pas complètement. D’autres preuves de l’existence de l’ADE avec le COVID-19 sont apparues dans un document d’avril 2020, qui indique que le nouveau coronavirus cible deux types différents de globules blancs de manière incroyablement efficace, en particulier par rapport au SRAS qui ne se lie pratiquement pas aux globules blancs en comparaison. Comme ces types de cellules n’ont presque pas de récepteurs ACE2, il semble que le COVID-19 utilise une autre méthode pour pénétrer efficacement dans ces cellules – avec l’ADE en tête de liste des possibilités, bien que cela ne soit pas démontré ici.

L’ADE pourrait également expliquer pourquoi entre 5 et 10 % des patients « guéris«  à Wuhan se présentent avec de nouvelles infections et que près de 100 patients guéris en Corée du Sud ont également vu leur infection réapparaître, puisque l’ADE permet à un virus de détourner les anticorps créés par une infection antérieure pour attaquer à nouveau un ancien hôte. Et curieusement, Zhengli Shi, de l’UNC et de Wuhan, a co-écrit un article de 2019 qui utilisait des coquilles virales inertes pour comprendre exactement comment le SRAS, avec son affinité pour le récepteur ACE2 tout comme le COVID-19, a pu exploiter l’ADE pour détourner les globules blancs afin d’améliorer l’entrée des cellules. Une extension des mutations de cette recherche serait exactement le genre d’expérience qui aurait pu donner naissance au COVID-19, surtout si l’on considère que l’article de 2019 a réussi à affiner la concentration exacte des anticorps qui faciliteraient le mieux l’ADE.

Et des preuves alarmantes que ce phénomène est en train de se produire sont apparues dans une préimpression chinoise qui a noté que plus d’un tiers des quelque 200 patients étudiés présentaient certains symptômes neurologiques, près de la moitié des patients les plus graves présentant des problèmes neurologiques. Une autre preuve de la possibilité d’ADE est attestée par une étude publiée dans The Lancet, qui note que le taux de létalité à Wuhan pourrait en fait atteindre 20 % – l’épicentre de l’épidémie devrait avoir les taux les plus élevés d’ADE car différentes variantes de la souche Wuhan ont infecté et réinfecté des hôtes en se chevauchant.

Le VIH et la fièvre dengue utilisent tous deux un renforcement dépendant des anticorps pour accroître leur virulence, mais ce phénomène prend généralement beaucoup de temps lorsqu’il se produit dans la nature. Cependant, il semble que le COVID-19 ait été lancé en hyperpropulsion lors de son passage par une série d’hôtes animaux, puisqu’il possède la capacité beaucoup plus forte que susmentionnée de se lier aux cellules hôtes et de créer des charges virales d’un ordre de grandeur supérieur, et qu’il semble également être capable de pénétrer immédiatement dans le système nerveux de ses hôtes, tuant un grand nombre de ses victimes en attaquant la région du cerveau qui contrôle la respiration, en diminuant considérablement le nombre de globules blancs au début des infections, et en réinfectant apparemment des individus qui semblaient déjà s’être débarrassé de leur infection.

Rien dans la présentation clinique du COVID-19 n’est typique, y compris le fait que chez de nombreux patients, le premier signe d’infection semble être la perte de l’odorat et du goût sans autres symptômes, ce qu’aucun autre virus sur terre ne peut faire à des patients autrement asymptomatiques – mais qui pourrait être dû à une augmentation artificielle de l’ADE qui pénètre immédiatement dans ces cellules nerveuses et les fait frire. La possibilité que la présentation clinique unique du COVID-19 soit due au fait que l’ADE est extrait par le génie de laboratoire est encore plus grande, comme l’a déclaré un médecin des urgences : « J’ai vu des choses que je n’avais jamais vues auparavant… J’ai été témoin de phénomènes médicaux qui n’ont tout simplement aucun sens dans le contexte du traitement d’une maladie qui est censée être une pneumonie virale ». Dans une interview avec Medscape, le Dr Cameron Kyle-Sidell a poursuivi en disant que les symptômes les plus proches de ceux qu’il a observés dans sa salle d’urgence étaient ceux créés par le mal d’altitude.

Ce mal se produit lorsque les organes qui détectent le niveau de concentration d’oxygène dans l’air que vous respirez remarquent que ce niveau diminue, et commencent une cascade de changements physiologiques qui, comme le montrent horriblement les patients du COVID-19, peuvent rapidement devenir mortels lorsqu’ils déséquilibrent votre corps. Et comme ces organes se trouvent dans votre cou, juste à côté de vos artères carotides, il est tout à fait possible qu’après avoir fait frire les cellules nerveuses qui contrôlent l’odeur et le goût, si la charge virale devient suffisamment importante, l’infection puisse éventuellement se déplacer dans ces organes et les faire frire également – trompant votre système nerveux pour qu’il communique mal la concentration d’oxygène dans l’environnement, et brouillant le même système qui est utilisé lorsque votre corps est soumis à la baisse des niveaux d’oxygène qui se produit à haute altitude et trompant peut-être votre corps pour qu’il réduise le nombre de globules rouges qu’il produit.

Et il s’avère que le récepteur ciblé lorsque le COVID-19 cible les globules blancs, Basigne ou CD147, est également le même récepteur ciblé par le parasite de la malaria pour se lier aux globules rouges. Ce qui est d’autant plus remarquable que l’hydroxychloroquine et la chloroquine, deux médicaments anti-paludisme, font l’objet d’un débat houleux sur leur efficacité et leur innocuité pour traiter les infections par COVID-19. Cependant, une chose devient claire : ce nouveau coronavirus crée des problèmes de coagulation chez beaucoup de ses patients, ce qui indique, avec l’apparition du mal de l’altitude, que le COVID-19 pourrait être capable d’attaquer nos globules rouges ainsi que nos globules blancs, puisque sa protéine de pointe se lie aux globules blancs par l’intermédiaire du Basigne, qui se trouve également sur les globules rouges – ouvrant la porte à l’ADE pour renforcer cet effet sur les deux types de cellules. Et comme le COVID-19 a une affinité remarquablement élevée pour les globules blancs par rapport aux autres coronavirus, si l’ADE se produit, ses effets pourraient créer une cascade physiologique dévastatrice.

En outre, une capacité d’utilisation de l’ADE non naturellement renforcée expliquerait également une grande partie de ce que d’autres travailleurs médicaux de première ligne observent chez leurs patients : « Je vois des gens qui ont l’air relativement en bonne santé avec un minimum d’antécédents médicaux, et ils sont complètement anéantis, comme s’ils avaient été frappés par un camion. C’est ce qui arrive à ce qui devrait être des personnes en parfaite santé et en pleine forme. Les patients sont pris en charge de manière minimale, avec un peu d’oxygène, et puis tout d’un coup, ils font un arrêt respiratoire complet, ils s’arrêtent et ne peuvent plus respirer du tout… C’est ce qui semble arriver à beaucoup de ces patients : Ils deviennent soudainement insensibles ou font un arrêt respiratoire. » Cette sorte de déclin soudain et précipité est exactement ce à quoi on pourrait s’attendre si la capacité du COVID-19 à utiliser l’ADE avait été accentuée en laboratoire, et expliquerait également les observations cliniques selon lesquelles « cette gravité de [détresse respiratoire aiguë] est généralement plus typique d’une personne qui a vécu une expérience de quasi-noyade – elle a un tas d’eau sale dans les poumons – ou de personnes qui inhalent du gaz caustique. Surtout pour une personne qui présente un début aussi aigu que celui-là. Je n’ai jamais vu un micro-organisme ou un processus infectieux causer des dommages aussi graves aux poumons aussi rapidement. C’est ce qui m’a vraiment choqué ».

Et aussi le récit horrible qui suit : « Putain de merde, ce n’est pas la grippe. En regardant ce type relativement jeune, à bout de souffle, des sécrétions roses et mousseuses sortent de son tube et de sa bouche. Le ventilateur aurait dû faire le travail de respiration mais il était toujours en train de haleter pour respirer, de bouger sa bouche, de bouger son corps, de se débattre. Nous avons dû le retenir. Avec tous les patients atteints de coronavirus, nous avons dû les retenir. Ils font vraiment de l’hyperventilation, ils luttent vraiment pour respirer. Quand vous êtes dans cet état d’esprit de lutte pour respirer et de délire avec la fièvre, vous ne savez pas quand quelqu’un essaie de vous aider, alors vous essayez d’arracher le tube respiratoire parce que vous sentez qu’il vous étouffe, mais vous vous noyez ».

Compte tenu de tout ce que nous savons sur le génome inhabituel et atypique du COVID-19, le fait que sa présentation clinique ne semble pas suivre le cours d’une infection virale naturelle ne devrait que nous faire sourciller davantage lorsque les « experts » insistent sur le fait qu’il n’y a aucune indication de fuite en dehors du laboratoire.

J’ai pensé que si vous informiez les gens des faits, ils tireraient leurs propres conclusions, et parce que les faits sont vrais, les conclusions le seraient aussi. Mais nous ne nous basons pas sur des faits. Nous nous basons sur des histoires au sujet de choses, sur des gens.

Dans la Chine ancienne, il était de tradition de développer un poison spécial appelé Gu en jetant dans un bocal autant de créatures venimeuses que possible et en les enfermant jusqu’à ce qu’il n’en reste plus qu’une. Aussi connue sous le nom de « ver à soie doré », cette créature victorieuse était alors considérée comme hébergeant un « poison démoniaque », car on pensait que le venin de toutes les autres créatures se concentrait en elle. Selon le folklore chinois, ce ver à soie doré pouvait ensuite se transformer en un nombre illimité d’autres animaux, conservant sa capacité mortelle quelle que soit la forme qu’il prenait.

Il s’avère que la manipulation de la nature dans le but de créer des armes imprévisibles et anormalement puissantes n’est pas nouvelle.

Personne ne sait exactement combien de personnes sont mortes à Wuhan, où, en janvier et février, les crématoires fonctionnaient 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, alors qu’ils n’étaient généralement opérationnels que quatre heures par jour et cinq jours par semaine, mais un schéma apparent est que plus on laissait le virus circuler et cracher de nouvelles variantes, plus il devenait mortel, car les nouvelles variantes utilisaient l’ADE pour creuser dans le système immunitaire de leurs hôtes. Une autre preuve que bien plus de vies ont été perdues à Wuhan que ce que le gouvernement chinois révèle est fournie par le fait que quelque 21 millions d’utilisateurs de téléphones portables ont en quelque sorte été rayées de la carte en Chine [A confirmer, il est aussi possible que les gens aient coupé leur abonnement pour ne pas être tracés, NdT], ainsi que par les longues files d’attente constatées pour recueillir les cendres de leurs proches à Wuhan, qui aurait eu à elle seule quelque 45 000 crémations. Cette forte létalité peut donc être due en partie aux multiples variantes qui ont eu le temps de circuler à Wuhan, une caractéristique de l’ADE puisque chaque variante ultérieure est capable d’échapper à la détection par notre système immunitaire tout en détournant nos globules blancs pour augmenter sa virulence.

Et sans surprise, ni l’ADE ni la possibilité que le COVID-19 soit un produit du passage en série par des animaux du virus mutant n’ont été mentionnés à la télévision par les virologistes les plus susceptibles de pouvoir identifier ces phénomènes, ce qui signifie que nos intervenants médicaux de première ligne sont pris au dépourvu par un virus qui ne se comporte pas comme quelque chose de naturel, comme tout ce qu’ils ont pu voir.

Le fait que le processus de transfert d’un virus d’une espèce à une autre, appelé saut zoonotique, suive un schéma bien établi dans la littérature, est encore plus révélateur d’une origine non naturelle. Pour qu’un virus fasse un saut complet dans une nouvelle espèce, il faut plusieurs mois, voire des années, pour que le processus s’achève. Une variante du virus infecte d’abord un nouvel hôte, une infection qui disparaîtra dès la première fois, car il n’y a aucun moyen pour un virus de s’adapter immédiatement à une nouvelle espèce hôte. Mais avec une exposition continue, d’autres infections individuelles se produisent, dont certaines produisent des variantes légèrement mutantes plus adaptées à la biologie de la nouvelle espèce hôte, jusqu’à ce qu’une variante gagne finalement la loterie virulente sélective et puisse se propager facilement parmi sa nouvelle population hôte, tuant et se reproduisant au fur et à mesure.

Pourtant, des recherches publiées en 2018 ont montré que seulement 2% à 7% des villageois vivant à environ un kilomètre des grottes locales de chauves-souris portaient des traces d’infections antérieures par des coronavirus de chauves-souris. Cette étude a également porté sur les habitants de Wuhan, et n’a trouvé aucune preuve d’infection antérieure par le coronavirus des chauves-souris, ce qui rend impossible les sauts zoonotiques, puisque des variantes moins mortelles du virus auraient laissé une large signature dans la nouvelle population hôte. Au lieu de cela, le COVID-19 est sorti de nulle part, ou plus probablement d’un laboratoire local, et a immédiatement été extraordinairement bien adapté aux humains – se propageant dans l’air avec facilité, tuant au fur et à mesure. En outre, toutes les victimes initiales ont été infectées par la même variante. Si un saut zoonotique naturel s’était produit, de multiples variantes différentes auraient inévitablement été trouvées au début d’une épidémie.

Et donc, comme le dit notre citation, bien qu’il soit possible d’entraîner un singe à réchauffer un burrito congelé au micro-ondes, il est très peu probable qu’un singe sauvage qui n’a jamais été en contact avec des humains auparavant puisse se voir présenter un burrito congelé et un micro-ondes, et se débrouiller pour réchauffer un en-cas.

De même, tout ce qui concerne la façon dont le COVID-19 interagit avec ses hôtes humains et se propage parmi eux indique qu’il a été artificiellement entraîné à se familiariser avec la biologie humaine – bloquant bizarrement nos sens de l’odorat et du goût avant de faire quoi que ce soit d’autre, se propageant facilement parmi les patients asymptomatiques puis nous infectant et nous tuant avec une efficacité bien supérieure à celle de tout virus émergent naturel au début de son apparition, et émergeant d’abord sans prendre aucune des mesures nécessaires pour effectuer naturellement un saut zoonotique chez l’homme.

Au cours des prochaines semaines, les Américains vont littéralement mourir dans les rues et s’effondrer sur le trottoir comme ils l’ont déjà fait en Chine, en Italie et en Iran.

Et pendant que les gens qui regardent la télévision feront tout ce que les « multinationales » maternantes leur disent de faire, et pendant que les scientifiques intimement impliqués dans ce genre de recherche prétendront « vous l’avoir dit » au sujet de la menace que représentent les coronavirus, au lieu d’informer le public sur la gravité réelle de la menace, des millions de personnes mourront, et les travaux qui ont causé cette pandémie se poursuivront à un rythme accéléré alors que les fonds pour la recherche sur les mutations afflueront.

Rien n’a jamais tué autant de gens que d’avoir peur de passer pour une mauviette

Comme nous aimons à le dire, l’Amérique est un pays libre. Et sans une orientation fédérale sensée, et avec une équipe de réponse à la pandémie minée par les conseillers économiques et les lobbys  qui n’ont qu’une vague connaissance du fonctionnement de la science, sans parler de l’épidémiologie, nous approchons très rapidement de ce qui pourrait être notre dernier point d’inflexion.

Alors que les Jeux olympiques ont été reportés pour la première fois dans l’histoire moderne et que d’autres pays, de la Nouvelle-Zélande à la France, ont complètement fermé leurs portes pour au moins les prochaines semaines, les Américains n’ont pas été convaincus de ne pas s’entasser dans les lieux publics et les transports en commun. On suppose que la prière, l’endurance et l’esprit américain vont fonctionner comme des traitements antiviraux efficaces.

Ainsi, lorsque le public et nos fonctionnaires auront collectivement réalisé que le COVID-19 n’a pas l’intention de se comporter comme la grippe ou comme tout autre virus naturel, et que nos travailleurs de la santé de première ligne auront lutté contre une véritable arme biologique pendant des semaines, la mort de millions d’autres Américains sera déjà inévitable.

Les efforts actuels pour remettre l’économie sur les rails ne mènent qu’à un carnage humain, se précipiter dans les griffes du virus ne peut mener nulle part de bon. Le ralentissement de l’économie le temps de se faire une idée pertinente de la situation est apparemment hors de question, de même que toute discussion raisonnée sur la manière de sauver le plus de vies possible tout en maintenant l’économie au point mort jusqu’à ce que la pandémie soit sous contrôle. L’Amérique sera donc changée à jamais par cette pandémie, car nos institutions autrefois dignes de confiance nous mènent directement à l’abattage.

Se précipiter dans le danger ne s’est jamais bien terminé. Après tout, c’est toujours vers les portes et dans les coins qu’il vous attire.

Parfois, il faut quelques monstres pour se remettre sur les rails

Note du Saker Francophone

Il n'est pas dans nos compétences de définir la vérité sur cette pandémie. Nous vous proposons, tout au plus, quelques articles parfois contradictoires. Celui-ci est très anxiogène mais il se base sur des possibilités, compte-tenu de ce qu'est devenue la vertu dans notre civilisation. L'avenir nous dira ce qu'il en est.

Traduit par Hervé, relu par jj pour le Saker Francophone

   Envoyer l'article en PDF   

Une réflexion au sujet de « Aucun singe n’a jamais réchauffé un burrito congelé »

Les commentaires sont fermés.