Pas de sortie


Par James Howard Kunstler – Le 26 mai 2017 – Source kunstler.com

Résultats de recherche d'images pour « Thelma et Louise »
Thelma & Louise – Scène finale – HD

Une des caractéristiques les plus curieuses dans l’état actuel de la politique américaine est la pensée délirante aux deux extrémités du spectre politique. Les deux factions ont mentalement quitté les rails et les partis qu’elles représentent courent vers l’oubli comme Thelma et Louise dans leur road-trip. Plus grave, il n’y a pas de nouvelles factions avec une prise en main de la réalité, commençant même à se former en arrière-plan – comme dans les années 1850, lorsque les Whigs se sont fanés et que le parti de Lincoln est passé au pouvoir.


En voyant les démocrates se pencher sur la « collusion russe », vous penseriez que nous cherchons un retour à la John Birch Society à son apogée. Les Américains qui ont fait des affaires en Russie en tant que citoyens privés sont persécutés comme s’ils commerçaient avec l’ennemi en temps de guerre. Flash info : nous ne sommes pas en guerre avec la Russie, qui, d’ailleurs, n’est plus l’Union soviétique. C’est l’un des nombreux pays européens avec lesquels les Américains ont le droit de faire des affaires, même dans le cas où le général Mike Flynn accepte un tarif de 20 000 dollars de la part de la société de presse RT. Est-ce que quelqu’un a remarqué que Ben Bernanke reçoit régulièrement des frais de parrainage de plus de 200 000 dollars dans de nombreux pays étrangers dont les intérêts ne sont pas identiques aux nôtres et que personne ne le persécute ?

De même pour l’idée folle qu’il est malveillant pour les hauts représentants de parler aux fonctionnaires russes, ou que le président communique des informations stratégiques sensibles avec eux, surtout en ce qui concerne les véritables ennemis mutuels, comme les différentes armées du djihad islamique. Depuis quand est-ce inacceptable ? Eh bien, depuis janvier de cette année, lorsque le parti démocrate a ordonné que les membres de l’équipe de transition de Trump aient interdiction de parler aux diplomates russes au plus haut niveau. Supposez-vous que, dans la serre surchauffée de Washington, les officiels en politique étrangère entrants du gouvernement Obama n’ont eu aucun entretien avec des diplomates étrangers entre l’élection de 2008 et l’investiture d’Obama ? L’idée est ridicule.

Plus grave encore pour moi personnellement, comme quelqu’un qui s’est inscrit au parti démocrate en 1972, ce sont les idées déshonorantes et dangereuses émanant du monde universitaire dominé universellement par la gauche. Par exemple, le mouvement récent sur plusieurs campus pour ré-ségréguer le logement étudiant par race – au nom de la « diversité et de l’inclusion ». Il s’agit d’une espèce de double pensée qui rendrait George Orwell haletant et je n’ai pas encore entendu parler de président ou de doyen d’un collège qui ose s’y opposer. La sanction pour cette hypocrisie malsaine est de façonner une génération qui pourrait facilement se transformer en monstre politique quand elle va finir par arriver au pouvoir – et cette montée en puissance peut coïncider avec des conditions économiques beaucoup plus désespérées pour l’avenir.

Il y a peu de temps, le porte-parole des Démocrates-Progressistes, le New York Times, a publié une histoire en première page (une vidéo, en fait, sur son édition Web) intitulée A Gender’s Fluid Mother’s Day, avec un homme prétendant être une femme qui lisait pour des enfants. Notez que le lien officiel du Times indique réellement « mothers-day-gender-drag-queen-story-hour » [Signe que l’article a été renommé après parution, NdT]. Je ne l’invente pas. Cela fait partie de la longue campagne du journal pour effacer la frontière entre le sordide et le normatif, et pour refiler au public sa bonne médecine. Le journal de référence n’a-t-il pas de meilleures choses à consacrer à sa première page ? N’y a-t-il pas d’autres problèmes de la vie publique plus urgents que de valoriser les drag-queens ? Et à quelle fin font-ils campagne pour cela ? Une extinction utopique des catégories sexuelles ?

Les militants du parti de droite, les républicains, se sont offerts tous seuls en otage à la personnalité marginale de Donald Trump, qui a dominé une série de Républicains sans carrure au cours des primaires pathétiques et épouvantables du printemps dernier. Le parti républicain a démontré qu’il n’avait pas la plus petite idée de ce qui se passe « là-bas » dans les districts des États du centre des États-Unis que ses mignons et ses larbins prétendent représenter, ou qu’il croit en tout ce qui n’est pas cyniquement calculé pour laisser derrière les classes économiquement défavorisées par leur approche délibérée du démembrement de l’intérêt public. Depuis l’arrivée de Trumptopia, il semble que le Golem d’or de la Grandeur va enfin couler le parti républicain – ou peut-être simplement le noyer dans la célèbre baignoire de Grover Norquist.

À mon avis, en désespoir de cause, les Républicains ne feront pas qu’abandonner le président mais se joindront en plus activement à ses adversaires de l’autre bord pour le virer de la Maison Blanche. Et, que ce soit à juste titre, à tort, ou de manière stupide, vous verrez que l’ancienne classe ouvrière s’appauvrissant prendra réellement les armes contre le gouvernement pour avoir renversé son héros, et ce sera la fin de cette fausse économie financiarisée qui devrait faire les unes que vous ne lisez pas dans The New York Times.

James Howard Kunstler

Traduit par Hervé, vérifié par Wayan, relu par Catherine pour le Saker Francophone

Enregistrer

Enregistrer

PDF24    Send article as PDF   

Une réflexion au sujet de « Pas de sortie »

Les commentaires sont fermés.