Par ici la sortie


Par James Howard Kunstler – Le 27 novembre 2017 – Source kunstler.com

Résultat de recherche d'images pour "images par ici la sortie"
Les cireurs de chaussures dans les aéroports du monde entier doivent chuchoter à propos de Bitcoin alors que la crypto-monnaie s’envole pour chatouiller la barre des 10 000 dollars. Ethereum rugit aussi, avec la plupart des autres crypto-monnaies, de Byteball Bytes à Tattoocoin (édition limitée). Quoi que vous en pensiez, cet engouement envoie un message, peut-être plusieurs.

Il y en a un qui serait « Enrichissez-vous vite », bien sûr. Il y a huit mois, vous auriez pu acheter des Bitcoins pour seulement 1000 dollars, et début septembre, autour de la fête du Travail, ils avaient atteint les 5000 dollars, ce qui semblait déjà de la science-fiction. Au cours des deux dernières semaines, on a eu une double crosse de hockey. Pour certains, cela doit sembler irrésistible. Le résultat : une bonne manie à l’ancienne, une bulle de tulipes numériques.

Un autre message à y voir tourne probablement autour de quelque chose comme se défiler et éluder. Certaines nymphes nerveuses cherchent un abri dans le Bitcoin, car elles détectent des secousses sur les marchés plus traditionnels, qui grimpent de plus en plus vers de nouveaux records. Dans une certaine mesure, le Bitcoin peut faire le travail que l’or faisait auparavant, fournissant l’aura d’un « havre de sécurité » contre une possible méga-tempête financière mondiale. La dernière fois qu’un tel événement est sorti de nulle part après l’effondrement du « plateau permanent » de 1929, le gouvernement a confisqué autant d’or physique que possible. Alors, qui en redemande ?

Par les temps qui courent, le Zeitgeist pointe également vers de nouvelles magouilles sophistiquées gouvernementales pour pousser les populations du monde entier vers des régimes monétaires sans numéraire où les autorités pourraient surveiller et contrôler (et collecter des taxes sur) toutes les transactions. Il existe cette théorie que, au moins les ordinateurs de la blockchain de Bitcoin, seraient protégés des griffes de tout gouvernement.

Je ne suis pas si optimiste à propos de l’inviolabilité supposée de Bitcoin, ni de beaucoup de ses autres prétentions séduisantes. L’affaire MtGox de 2014 doit être oubliée maintenant, mais à l’époque, des hackers avaient piraté 850 000 Bitcoins (évalués à plus de 450 000 000 $) en interceptant des échanges numériques qui traitaient près des deux tiers de toutes les transactions mondiales en Bitcoin. MtGox a fait faillite. Bitcoin a coulé mais le business s’est réorganisé dans un coin pendant trois ans jusqu’à ce que (par coïncidence ?) le Golem d’or de la grandeur ait été élu chef du monde libre. Hmmmm…

Peu de lecteurs comprennent vraiment les maths autour de la blockchain, et votre correspondant en fait partie. Mais je suis conscient que la sécurité supposée de Bitcoin réside dans sa caractéristique d’être un algorithme distribué parmi un réseau d’ordinateurs dans le monde entier, de sorte qu’il existe un peu partout et nulle part en même temps, un fantôme ayant une haute confiance dans la méta-machine techno-industrielle.

Cependant, l’énergie électrique nécessaire pour « miner » chaque bitcoin, c’est-à-dire les calculs nécessaires pour mettre à jour le réseau de la blockchain, est suffisante pour faire bouillir près de 2000 litres d’eau. Cela se produit dans le monde entier, et une grande partie du « minage » des Bitcoins est alimenté par des centrales électriques au charbon, ce qui en fait la première monnaie à vapeur. Si le Bitcoin continuait à monter à 1 000 000 $ par unité, comme beaucoup d’investisseurs l’espèrent et prient pour, il n’y aurait pas assez d’énergie électrique dans le monde pour continuer.

Pardonnez-moi si je semble sceptique avec ce tableau. Même sans le Bitcoin apportant une demande supplémentaire d’énergie dans le paysage, le réseau électrique américain est déjà une plate-forme vieillissante, en chiffons et haillons. Il y a de nombreux incidents qui pourraient interrompre ce service et peut-être pour longtemps dans le cas d’une impulsion magnétique électrique (EMP). Je ne suis pas convaincu que les crypto-monnaies échappent aux griffes du gouvernement. Partout dans le monde, dans leur campagne pour numériser tout l’argent, il doit y avoir un intérêt profond à hacker les chaînes de blocs existantes, ou à créer des fonds publics officiels pour officialiser un contrôle total sur les transactions financières, comme ils le recherchent.

Quoi qu’il en soit, il existe déjà plus de 1300 crypto-monnaies privées et, apparemment, une capacité théoriquement infinie à en créer de nouvelles – bien que l’électricité requise semble être un facteur limitant. Peut-être que les gouvernements vont les fermer car ce sont des gouffres d’énergie.

Mon point de vue personnel sur le phénomène est qu’il représente le point culminant du techno-narcissisme, l’idée que la technologie est maintenant si magique qu’elle l’emporte sur les lois de la physique. Cela, pour moi, serait un très fort signal pour « vendre ». Je détesterais être dans la course pour sortir [du marché, NdT]. Et qui sait quel autre genre de course vers d’autres sorties, cela pourrait inspirer.

James Howard Kunstler

Traduit par Hervé, vérifié par Wayan, relu par Cat pour le Saker Francophone

PDF24    Send article as PDF   

Une réflexion au sujet de « Par ici la sortie »

Les commentaires sont fermés.