L’impunité des États-Unis remise en question…


… la Turquie pourrait causer la dislocation de l’Otan


Par Paul Craig Roberts – Le 15 août 2016 – Source Katehon

Si la Turquie quittait l’Otan, cela changerait la donne. Les États-Unis se disent en effet depuis longtemps qu’ils ont la Turquie dans la poche. Si Washington est vraiment derrière le coup d’État qui visait à renverser Erdogan, alors on peut dire que la relation avec la Turquie est irréparable. Erdogan se trouve en position où il a de très fortes raisons de réaligner la Turquie avec la Russie, malgré les problèmes qu’il a lui-même causés aux Russes.

Le gouvernement russe a un fort intérêt à laisser de côté le différend causé par la conduite récente du gouvernement turc, et de rétablir des liens amicaux, parce que cela affaiblirait l’Otan à la frontière russe. Il existe cependant une possibilité que Washington tente de raviver sa relation avec la Turquie, mais j’ignore avec quelle rapidité cela peut se faire. Il pourrait s’établir une sorte de compétition pour renouer des relations avec la Turquie.

Je pense que Washington va tenter de réparer sa relation avec la Turquie. Washington dispose de réserves de cash sans fin, parce que le dollar est la monnaie de réserve mondiale. Ainsi, Washington peut offrir des milliards de dollars aux dirigeants turcs. Washington peut dire : « Écoutez, c’est un malentendu. Quelques-uns de nos fonctionnaires ont commis des erreurs de leurs propres chefs, mais ils ont tous été sanctionnés. » Qui sait ce qu’ils peuvent inventer d’autre ? Tout dépend de la manière dont ils approchent le problème. Il se peut aussi que le président turc essaie de garder un pied dans chaque camp.

On sera bientôt fixé sur la façon dont la Turquie va intervenir en Syrie. Attendons de voir sa prochaine action sur le terrain.

Les États-Unis et l’Otan n’ont pas vraiment la puissance militaire conventionnelle qui leur permettrait d’influencer la Russie. La pression pourrait venir des bases américaines de missiles balistiques en Pologne et en Roumanie. Il est facile de les convertir en quelques heures en bases de missiles balistiques nucléaires. Cela pourrait forcer la Russie dans une position défensive. C’est là le vrai danger. Si la Turquie quittait l’Otan, l’Otan se retrouverait affaiblie. Et cela pourrait donner des idées à d’autres pays en Europe.

La fonction de l’Otan a évolué avec le temps. En fait, l’organisation a perdu sa raison d’être lorsque l’Union soviétique a disparu. Les néocons américains ont donc trouvé une nouvelle fonction à l’Otan. Ils en ont fait un instrument de conquête hégémonique du monde entier et ils ont bien l’intention de l’utiliser pour empêcher l’émergence de la Russie sur la scène internationale.

La fonction de l’Otan aujourd’hui est d’impliquer toute l’Europe dans les crimes de guerre commis par Washington. Ainsi, puisque tous les gouvernements sont complices dans la culpabilité, les gouvernements européens ne peuvent pas se tourner vers Washington et accuser les Américains de crimes de guerre. Les autres voix dans le monde sont trop faibles pour porter à conséquence aux  États-Unis. Le résultat de cela se traduit par cinquante années d’agression américaine en Afrique du Nord, au Moyen-Orient, en Afghanistan, des bombardements, des attaques au missile, des invasions, et des millions de morts, de blessés, de déportés et de réfugiés submergeant l’Europe pour échapper aux guerres de Washington. Selon les critères juridiques internationaux, tous ces événements sont des crimes de guerre. Et pourtant personne n’accuse Washington, parce que l’Otan partage la responsabilité de ces actes d’agression militaire.

La principale fonction de l’Otan de nos jours est de cacher la politique étrangère criminelle de Washington aux yeux du monde.

Paul Craig Roberts

Article original paru sur Katehon.com

Traduit par Laurent Schiaparelli, édité par Wayan, relu par Cat pour Le Saker Francophone

PDF24    Send article as PDF   

2 réflexions au sujet de « L’impunité des États-Unis remise en question… »

Les commentaires sont fermés.