Le dernier drapeau rouge pour le pétrole de schiste aux États-Unis


Par Nick Cunningham – Le 21 août 2017 – Source oilprice.com

Permian
L’industrie du pétrole de schiste (IPC) des États-Unis passe par des temps difficiles depuis quelques semaines, avec un nombre croissant de rapports suggérant que cette dernière est confrontée à beaucoup plus de problèmes financiers que beaucoup d’analystes ne l’avaient prévu. Maintenant, un nouveau rapport ajoute d’autres preuves à l’idée que l’IPC perd de son éclat dans un marché à 50 $ le baril, les producteurs renonçant aux puits de pétrole de schiste en faveur de puits plus anciens.

Le pétrole de schiste des États-Unis a été considéré comme la source de pétrole la plus compétitive, et il est vrai que cette industrie semble être capable d’augmenter la production aux prix actuels. Cette industrie s’était adaptée à un marché à 50 $ par baril, les producteurs avaient simplifié leurs opérations pour les organiser presque sous forme d’une chaîne de montage et, dans un marché volatil et imprévisible, la nature des cycles courts des forages en faisait l’une des options les moins risquées pour les foreurs.

Mais depuis quelques semaines seulement, les investisseurs commencent à se poser des questions importantes sur la viabilité du forage dans l’IPC à une si grande échelle.

Un certain nombre de choses remarquables se sont produites au cours du dernier mois. Pioneer Natural Resources, un important producteur du bassin  Permien, a soulevé des inquiétudes lorsqu’il a déclaré aux investisseurs que ses puits de pétrole de schiste du Permien avaient un rapport gaz-pétrole plus élevé que prévu, un signe potentiellement inquiétant. La société a également signalé qu’elle avait des problèmes avec certains de ses puits, ce qui l’obligeait à retarder certaines mises en services.

Pareillement, Goldman Sachs a signalé que les principaux investisseurs aggravent les E&Ps dans le schiste aux États-Unis, avec de mauvaises performances incitant les investisseurs à chercher des moyens de « réaffecter des capitaux » ailleurs dans l’espace énergétique. C’est le grand drapeau rouge pour l’IPC, qui lutte toujours pour publier constamment des bénéfices malgré les réductions de coûts très appréciées au cours des dernières années.

Mais le plus récent signe de problèmes provient du Wall Street Journal, qui vient de signaler que plus de producteurs de pétrole évitent le forage dans le schiste et utilisent leur faibles réserves financière pour réinvestir dans les anciens puits conventionnels. « À mesure que les prix du brut diminuent à moins de 50 $ le baril, avec des coûts croissants pour la terre, le travail et l’infrastructure, certaines opérations de fracturation dans le schiste commencent à être chères », a déclaré le WSJ.

Le WSJ dit que, bien que Wall Street ait arrosé l’IPC avec des milliards de dollars de capital, et bien que cela ait entraîné une poussée de la production pétrolière, les producteurs dans le schiste dans l’ensemble ne sont toujours pas rentables. Aux prix actuels, le WSJ dit: « la plupart des producteurs perdent de l’argent sur chaque baril qu’ils pompent ».

En conséquence, certaines compagnies pétrolières retournent vers les puits conventionnels – longtemps considérés comme moins attrayants que le forage dans le schiste de nouveaux puits – et essayent de les exploiter de nouveau au maximum pour obtenir plus de pétrole. Le coût de forage d’un puits conventionnel est une fraction de celui dans le schiste – 1 million de dollars par puits par rapport à plus de 8 millions de dollars. Mais ces types de puits, dans de nombreux cas, ont été déconnectés, il y a plusieurs décennies, pendant les périodes de prix bas du pétrole et de baisse de la production.

Cependant, la technologie a bien progressé depuis que certains de ces anciens puits étaient en activité. Certaines entreprises profilées par le WSJ utilisent de vieux puits à l’extérieur de Los Angeles, Fresno et en Oklahoma, en Louisiane et dans certaines parties du Texas. Ces puits produisaient une poignée de barils par jour, mais les exploiter à nouveau avec de nouvelles techniques de forage permet aux foreurs de sortir quelque chose comme 100 barils par jour, une tâche rentable compte tenu du faible investissement requis.

Une société a déclaré au WSJ que le prix de rupture des vieux puits se trouve autour de 15 $ le baril.

Une partie du problème pour l’IPC aux États-Unis est qu’elle montre des symptômes semblables à ceux des bulles financières. Les prix des terrains ont grimpé dans le bassin Permien, car beaucoup des principaux producteurs dans l’IPC ont déplacé leurs ressources vers l’Ouest du Texas au cours des dernières années. Même les grands du pétrole ont commencé à réduire leurs investissements se chiffrant en milliards de dollars dans des endroits comme les sables bitumineux du Canada, ou les principaux terminaux d’exportation de GNL, ou les forages en mer, et réaffectent du capital dans le Permien.

Alors que les prix des terrains sont en hausse, la fourniture de services liés aux champs pétrolifères s’est également tendue de manière significative. La pénurie d’équipes pour fracturer et d’autres équipements et services a également contribué à des coûts de production plus élevés ainsi qu’à des retards.

Il en résulte des coûts croissants pour l’IPC à un moment où les problèmes de production commencent également à apparaître. Malgré tout  une longue liste de sociétés ne sont toujours pas rentables, même si elles réussissent à stimuler la production.

La stratégie contrarienne semble donc de revenir aux anciens puits conventionnels, même les petits, pour essayer de récupérer quelques barils supplémentaires.

Après avoir dit tout cela, le réaménagement d’anciens puits n’entraînera vraisemblablement pas une nouvelle source d’approvisionnement puisqu’il est toujours question de nombres relativement faibles. Mais c’est un développement frappant que certains puits anciens se découvrent une seconde jeunesse grâce à certaines entreprises suite à un désamour pour la production de gaz de schiste aux États-Unis.

Nick Cunningham

Traduit par Hervé, vérifié par Wayan, relu par Cat pour le Saker Francophone

Enregistrer

Enregistrer

PDF24    Send article as PDF   

3 réflexions au sujet de « Le dernier drapeau rouge pour le pétrole de schiste aux États-Unis »

Les commentaires sont fermés.