Discours de Poutine


Contenu intégral des deux heures de discours du président Poutine devant les corps constitués de la Fédération de Russie le 1er mars 2018


The President of Russia delivered his Address to the Federal Assembly

Le président de la Russie a prononcé une allocution à l’Assemblée fédérale. La cérémonie s’est déroulée le 1er mars 2018 dans la salle d’expositions du Manège de Moscou. 

Ont assisté à l’allocution les membres du Conseil de la Fédération, les députés de la Douma d’État, les membres du gouvernement, les dirigeants de la Cour constitutionnelle et de la Cour suprême, les gouverneurs, les présidents des assemblées législatives des organes constitutifs de la Fédération de Russie, les dirigeants des religions traditionnelles, des personnalités publiques y compris les présidents des Chambres civiques régionales ainsi que les directeurs des principaux organes de presse.

Le 1er mars 2018 – Source The Saker via le Kremlin

Le président de la Russie, Vladimir Poutine : – Citoyens de Russie, membres du Conseil de la Fédération et de la Douma d’État,

L’allocution d’aujourd’hui est un événement très spécial, tout comme l’époque dans laquelle nous vivons, où les choix que nous faisons et chaque mesure que nous prenons sont appelés à façonner l’avenir de notre pays pour les décennies à venir.

C’est à de tels moments charnières que la Russie a prouvé, à maintes reprises, sa capacité à se développer et à se renouveler, à découvrir de nouveaux territoires, à construire des villes, à conquérir l’espace et à faire des découvertes majeures. Cet élan résolument tourné vers l’avenir, joint à nos traditions et à nos valeurs, a assuré la continuité de l’histoire millénaire de notre nation.

Nous avons connu des transformations importantes et difficiles et nous avons été capables de surmonter de nouveaux défis économiques et sociaux extrêmement complexes, nous avons préservé l’unité de notre pays, édifié une société démocratique et l’avons mise sur la voie de la liberté et de l’indépendance.

Nous avons assuré la viabilité et la stabilité de presque tous les domaines de la vie, ce qui est essentiel pour un immense pays multi-ethnique comme le nôtre, avec sa structure fédérative complexe et la diversité de ses cultures, avec des clivages historiques qui sont encore présents dans la mémoire du peuple et des défis importants auxquels la Russie a dû faire face tout au long de son histoire.

Cependant, si la durabilité est le fondement du développement, elle ne le garantit pas. Nous n’avons pas le droit de permettre qu’une situation, lorsque la stabilité a été atteinte, conduise à l’autosatisfaction, d’autant plus qu’il reste tant de problèmes non résolus.

Aujourd’hui, la Russie se classe parmi les pays chefs de file dans le monde, avec un fort potentiel, tant pour l’économie à l’exportation que pour la défense. Mais nous n’avons pas encore atteint le niveau requis pour mener à bien notre tâche essentielle et garantir la qualité de vie et la prospérité de la population. Mais nous devons le faire et nous le ferons.

Comme je l’ai dit dans le passé, le rôle et la position de l’État dans le monde moderne ne sont pas déterminés uniquement ou principalement par les ressources naturelles ou les capacités de production ; le rôle décisif est joué par le peuple, ainsi que par les conditions de développement, d’affirmation de soi et de créativité de chaque individu. Par conséquent, tout dépend des efforts déployés pour préserver le peuple de Russie et garantir la prospérité de nos citoyens. Nous devons réaliser une percée décisive dans ce domaine.

Je le répète, une base solide a été créée pour cela. Par conséquent, nous pouvons maintenant définir et accomplir de nouvelles tâches. Nous avons déjà une expérience considérable dans la mise en œuvre de programmes et de projets sociaux ambitieux. L’économie russe a fait la preuve de sa résilience et la situation macro-économique stable actuelle nous ouvre de nouvelles perspectives pour aller de l’avant et maintenir une croissance à long terme.

Enfin, le monde accumule actuellement un énorme potentiel technologique qui permet de réaliser une véritable percée dans l’amélioration de la qualité de vie de la population et la modernisation de l’économie, de l’infrastructure et du mode de gouvernement de l’État et de l’administration. L’efficacité avec laquelle nous serons capables d’utiliser les potentialités colossales de la révolution technologique et comment nous répondrons à ses défis dépend de nous seuls. Dans ce sens, les prochaines années seront décisives pour l’avenir du pays. Je répète, ces années seront décisives.

Je vais vous dire pourquoi. Ce que je vais dire maintenant n’a aucun lien avec le cycle politique national ou même avec l’élection présidentielle. Peu importe qui est élu président, chaque citoyen russe et chacun d’entre nous doit être capable de voir ce qui se passe dans le monde, ce qui arrive autour de nous et à quels défis nous sommes confrontés.

La cadence des progrès technologiques s’accélère fortement. Elle augmente de façon spectaculaire. Ceux qui parviendront à profiter de cette vague technologique feront un bond en avant. Ceux qui n’y parviendront pas seront submergés et noyés par cette vague.

Le retard et la dépendance technologiques se traduisent par une réduction de la sécurité et des possibilités économiques du pays et, finalement, par la perte de sa souveraineté. C’est la situation actuelle. Le retard affaiblit et érode inévitablement le potentiel humain. Parce que les nouveaux emplois, les entreprises modernes et une vie attrayante se développeront dans d’autres pays, plus prospères, où iront les jeunes gens instruits et talentueux, ce qui épuisera les pouvoirs vitaux et l’énergie pour développer la société.

Comme je l’ai dit, les changements concernent la civilisation dans son ensemble, et l’ampleur même de ces changements, exigent une réponse tout aussi puissante. Nous sommes prêts à la fournir. Nous sommes prêts pour une véritable percée.

Ma confiance se fonde sur les résultats que nous avons obtenus ensemble, même s’ils peuvent paraître modestes à première vue, ainsi que sur l’unité de la société russe et, encore plus important, sur l’immense potentiel de la Russie et de notre peuple talentueux et ingénieux.

Pour aller de l’avant et nous développer de manière dynamique, nous devons élargir la liberté dans tous les domaines, renforcer les institutions démocratiques, les gouvernements locaux, les institutions de la société civile et les tribunaux ainsi qu’ouvrir le pays au monde, aux idées nouvelles et aux initiatives.

Il est grand temps de prendre un certain nombre de décisions difficiles qui se font attendre depuis longtemps. Nous devons nous débarrasser de tout ce qui entrave notre développement et empêche les gens de libérer pleinement leur potentiel. Il est de notre devoir de concentrer toutes les ressources et de rassembler toutes notre force et notre volonté dans cet effort audacieux qui doit apporter des résultats.

Faute de quoi, il n’y aura pas d’avenir pour nous, nos enfants ou notre pays. Il ne s’agit pas de conquérir ou de dévaster notre terre. Non, le danger n’est pas là. La principale menace et notre principal ennemi est le fait que nous sommes à la traîne. Si nous sommes incapables d’inverser cette tendance, nous le serons encore plus. C’est comme une maladie chronique grave qui ruine constamment l’énergie du corps et le détruit progressivement de l’intérieur. Bien souvent, le corps ne s’aperçoit pas de ce processus destructeur.

Nous devons maîtriser le pouvoir créatif et stimuler le développement de façon à ce qu’aucun obstacle ne nous empêche d’avancer avec confiance et indépendance. Nous devons prendre notre destin en main.

Collègues,

Quelle devrait être notre priorité ? Permettez-moi de répéter que je crois que le principal facteur de développement est le bien-être du peuple et la prospérité des familles russes.

Permettez-moi de vous rappeler qu’en 2000, 42 millions de personnes vivaient au dessous du seuil de pauvreté, ce qui représentait près de 30% ou 29% de la population. En 2012, cet indicateur est tombé à 10%.

La pauvreté a légèrement augmenté avec la crise économique. Aujourd’hui, 20 millions de Russes vivent dans la pauvreté. Bien sûr, c’est beaucoup moins que les 42 millions de personnes de l’année 2000, mais c’est encore beaucoup trop. Il y a même des travailleurs qui doivent mener des vies très modestes.

Pour la première fois dans notre histoire récente, le salaire minimum a été aligné sur le niveau de subsistance. Cette disposition entrera en vigueur le 1er mai 2018 et profitera à environ 4 millions de personnes. C’est une mesure importante mais qui n’offre pas encore de solution fondamentale.

Nous devons revoir la structure de l’emploi, devenu inefficace et archaïque, proposer de bons emplois qui motivent les gens, améliorer leur bien-être et les aider à découvrir leurs talents. Nous devons créer des emplois décents et bien rémunérés. Cela permettrait d’atteindre l’un des objectifs importants pour la nouvelle décennie, qui est de garantir une croissance soutenue des revenus réels et de réduire le taux de pauvreté d’au moins la moitié au cours des six prochaines années.

Il est de notre devoir moral d’apporter un soutien complet aux membres de la génération plus âgée, qui ont apporté une contribution immense au développement national. Les citoyens âgés doivent jouir de conditions dignes pour une vie longue, active et en bonne santé. Plus important, nous devons augmenter les pensions de retraite et les indexer régulièrement pour qu’elles dépassent l’inflation. Nous nous efforcerons également de réduire l’écart entre le montant des pensions et les salaires de pré-retraites. Et, bien sûr, nous devons augmenter la qualité des soins de santé et de l’aide sociale pour les citoyens âgés et aider les personnes seules et celles confrontées à des problèmes dans leur vie.

Nous devons aborder toutes ces questions selon une approche globale. Comme je le vois, le nouveau gouvernement devra élaborer un programme spécial d’aide systématique aux citoyens âgés et d’amélioration de leur qualité de vie.

Nous considérons que chaque personne est importante et précieuse. Les gens doivent savoir qu’on a besoin d’eux et ils doivent vivre une vie longue et en bonne santé et profiter de leurs petits-enfants et de leurs arrière-petits-enfants. Ils doivent pouvoir voir leurs enfants grandir et réussir dans un pays puissant, prospère et qui se développe rapidement, et atteint de nouveaux niveaux de développement.

La Russie doit s’affirmer fermement parmi les cinq plus grandes économies mondiales et son PIB par habitant doit croître de 50% jusqu’au milieu de la prochaine décennie. C’est une tâche très difficile. Je suis convaincu que nous sommes prêts à l’accomplir.

Bien entendu, l’espérance de vie est un paramètre d’une importance fondamentale pour évaluer le bien-être des citoyens et du pays. En 2000, la Russie affichait une espérance de vie d’un peu plus de 65 ans, celle des hommes tombant au-dessous de 60 ans. Ce n’est pas seulement bas, c’est une tragédie et ce paramètre est tragiquement inadéquat.

Ces dernières années, la Russie a affiché une augmentation importante de son espérance de vie moyenne, qui est parmi les plus élevées au monde. Nous avons réussi à accomplir cette tâche. L’espérance de vie a augmenté de plus de sept ans et se monte actuellement à 73 ans. Mais bien sûr, ce n’est pas suffisant non plus. Aujourd’hui, nous devons nous fixer un tout nouvel objectif. D’ici la fin de la prochaine décennie, la Russie doit rejoindre avec confiance le club des pays affichant une espérance de vie de 80 ans et plus, qui comprend le Japon, la France et l’Allemagne.

En même temps, l’espérance de vie des gens menant une vie en bonne santé, active et pleine lorsqu’ils ne sont pas entravés par la maladie, doit croître plus rapidement que ce qui est prévu. Je suis convaincu que nous pouvons atteindre cet objectif, compte tenu des tendances positives des années précédentes. Pour cela, toute la Russie devra faire un saut quantique dans son développement pour que la vie de chaque personne soit transformée.

Collègues,

Nous devons créer un environnement moderne et transformer les villes et les villages dans tout le pays. Ce faisant, nous devons nous assurer qu’il préservent leur identité et leur héritage historique. Nous avons déjà une expérience positive avec la rénovation de l’environnement et de l’infrastructure urbains. Permettez-moi de développer ce point. Des villes comme Kazan, Vladivostok et Sotchi ont déjà profité de telles améliorations. Le changement est en cours dans de nombreuses capitales régionales et de nombreuses petites villes. Dans l’ensemble, nous savons comment le faire.

Je propose de lancer un programme de développement du territoire à grande échelle en Russie, qui comprendrait le développement des villes et d’autres communautés en doublant les dépenses dans ce domaine au cours des six prochaines années.

Il est évident que l’effort pour développer des villes et d’autres communautés va de pair avec la nécessité de relever des défis dans d’autres domaines, y compris la santé, l’éducation, l’environnement et le transport. Les initiatives dans tous ces secteurs nécessiteront des fonds supplémentaires. J’en parlerai plus loin dans mon discours.

La rénovation urbaine devrait être soutenue par l’introduction de techniques et de matériaux de construction de pointe, de solutions architecturales modernes, de technologie numérique pour les services sociaux, les transports et les services publics. Entre autres choses, cela rendrait le secteur du logement plus transparent et plus efficace, de manière à ce que les gens bénéficient de services de qualité à un coût raisonnable.

Ce projet d’envergure promet de meilleures perspectives de développement économique et social, un cadre de vie moderne et un climat favorable aux initiatives culturelles et civiles, les petites entreprises et les start-ups. Tout cela faciliterait l’émergence d’une classe moyenne importante et créative en Russie.

Bien entendu, beaucoup dépendra des autorités municipales et locales et de si elles seront réceptives aux idées nouvelles. La capacité de répondre aux divers besoins des différentes générations, y compris les familles avec enfants, les retraités et les personnes handicapées, sera également déterminante. La population doit avoir son mot à dire sur l’avenir de ses villes et villages. Nous en avons discuté à maintes reprises avec les dirigeants des municipalités. Aujourd’hui, je ne dis pas cela uniquement pour cocher la case. Je vous demande de le porter à l’attention des décideurs à tous les niveaux.

Il est important que le développement des villes devienne le moteur de tout le pays. La Russie a un vaste territoire et sa vie active et dynamique ne peut pas être concentrée dans quelques métropoles. Les grandes villes doivent répartir leur énergie et servir de soutien pour le développement territorial équilibré et harmonieux de l’ensemble de la Russie.

Il est par conséquent urgent de disposer d’une infrastructure moderne adéquate. J’y reviendrai plus loin. Il est cependant évident que des services développés est ce qui permettra aux résidents des petites villes et des villages de jouir de toutes les possibilités et des services modernes disponibles dans les grandes villes, et les petites villes seront étroitement incluses dans l’espace économique et social de la Russie. En même temps, nous soutiendrons des initiatives qui aideront nos petites villes et villages à préserver leur identité culturelle, à redécouvrir leur potentiel unique d’une manière nouvelle.

Une attention particulière sera accordée au développeme