Comment vaincre le système globaliste


Par Brandon Smith – Le 27 Janvier 2017 – Source alt-market.com


Dans mes deux derniers articles, Comment les globalistes prédisent votre comportement et Comment prédire le comportement des globalistes, j’ai expliqué les bases fondamentales d’un concept avec lequel la plupart des gens ne sont pas familiers. Ils y sont tellement peu familiers, en fait, que je n’ai pas pris la peine de le nommer. Dans cet article, j’espère l’expliquer, mais je recommande vivement aux gens de lire les articles précédents de cette série, avant d’aller de l’avant.

Ce que j’ai décrit était un cours niveau débutant sur la guerre de 4e génération. Cette méthodologie est difficile à résumer, mais je vais énumérer ici ce que je crois savoir avec certitude de ses principes fondamentaux.

La guerre de quatrième génération est basée sur une leçon primaire dans l’art de la guerre de Sun Zi. Sun Zi soutient, dans son grand classique de stratégie militaire, que les plus grands stratèges gagnent des guerres sans combattre, ou du moins sans lutter ouvertement et directement contre leurs adversaires. C’est-à-dire qu’ils gagnent en convainquant leurs adversaires que la lutte est futile et que la reddition est préférable, ou en convainquant leurs adversaires de se détruire par le biais de conflits internes et de sabotage psychologique. Sun Zi a estimé que cette méthode était bien supérieure à l’engagement dans le combat direct dans un espace de combat du monde réel.

Bien que cela puisse paraître bizarre à certains, il devient de plus en plus évident (à mon avis) que la guerre de quatrième génération est maintenant l’arme principale des globalistes. Vaincre le système établi par les globalistes, un système prévalant depuis des décennies, est une tâche impossible, à moins que la guerre de quatrième génération ne soit comprise.

Un exemple classique d’une forme éprouvée d’attaque de quatrième génération est de provoquer une guerre civile au sein d’une population cible, et dans la plupart des cas, contrôler le leadership des deux côtés de ce conflit. Une autre méthode consiste à faire apparaître un ennemi, une menace extérieure qui peut être légitime ou entièrement fabriquée, et utiliser cet ennemi pour pousser une population cible à s’unifier sous une bannière particulière, qui profite à la cabale globaliste sur le long terme. La guerre de quatrième génération exige de la patience avant tout.

En fait, je dirais que la guerre de quatrième génération est l’utilisation militaire de la patience.

Une attaque de quatrième génération n’est pas effectuée sur des jours, des mois, mais sur des années. Trouver une expérience comparable est difficile, mais je pourrais parler des gens qui ont la ténacité pour apprendre comment les snipers militaires fonctionnent. Pouvez-vous vous entraîner pendant des années à maîtriser le tir à distance, ramper pendant des heures d’un point d’insertion à un point d’observation, vous asseoir dans un trou dans le sol (si vous avez la chance d’avoir un trou dans le sol) puis attendre des jours durant pour un tir, peut-être le seul tir important de tout le combat, sur une cible vitale, et le faire avec la certitude que vous ne la manquerez pas?

La quantité de planification, la précision intense et la prévoyance qu’implique une opération de sniper à beaucoup à voir avec le genre d’effort et de calme nécessaire pour compléter une mission psy-ops de quatrième génération. Ce type de guerre est dominé par les «think tanks», et tous ceux qui espèrent contrer ces tactiques doivent se pencher sur l’histoire d’un groupe de réflexion particulier – RAND Corporation et ses outils de psy-ops – et la théorie du choix rationnel.

Chaque fois que j’entends quelqu’un affirmer qu’un complot de globalistes ne peut pas exister, parce que « ces plans seraient trop élaborés et exigent trop de pouvoir pour être mené à bien dans la vie réelle », j’ai envie de rire et d’évoquer la RAND, qui a un financement presque illimité de fondations globalistes comme la Fondation Ford et qui a été créée spécifiquement pour développer non seulement les armes de prochaine génération, mais des plans de guerre psychologique de quatrième génération. L’influence de la RAND est partout, de la politique aux sciences sociales, aux applications militaires et même à Hollywood. Après avoir étudié leurs efforts pendant de nombreuses années, je peux dire que ces gens sont vraiment intelligents. Certains d’entre eux ne sont peut-être pas conscients des conséquences énormes alors qu’ils jouent avec leurs idées de jeu de guerre pour dominer le public, et certains d’entre eux sont sans aucun doute moralement ignobles, mais ils sont toujours intelligents, et ne ils doivent pas être sous-estimés.

Un autre point de référence que je suggérerais aux chercheurs serait un document appelé From Psyop To Mindwar: The Psychology Of Victory écrit par Michael Aquino et Paul Vallely pour le Pentagone. Dans ce texte, ils montrent clairement que les méthodes de guerre de quatrième génération ne se limitent pas aux ennemis étrangers. En fait, ils en recommandent l’utilisation par les gouvernements contre leur propre population. Encore une fois, le but de la méthodologie est de manipuler une population cible pour la soumettre, de sorte que la force ne soit plus nécessaire. Aquino et Vallely notent que c’est beaucoup mieux pour toutes les personnes impliquées, car cela évite le bain de sang de l’insurrection et de la contre-insurrection.

Je doute que ces gens s’inquiètent du sang ou des dommages collatéraux, mais je pense qu’ils aimeraient beaucoup que le processus de centralisation totalitaire soit moins fastidieux. Les élites espèrent rationaliser la tyrannie, en convainquant le public que la mondialisation doit être adoptée pour « le plus grand bien du plus grand nombre ». Mais pour accomplir ce vaste changement dans la société et dans l’inconscient collectif, ces gens ont besoin de crises et de calamités. Ils se voient comme des créateurs, mais pour eux, la création passe par la destruction. En d’autres termes, le vieux monde doit être détruit afin qu’ils puissent en utiliser les vieux restes pour faire quelque chose de nouveau.

Si nous n’adoptons pas leur solution de centralisation mondiale sortant des cendres, ils croient aussi avoir une réponse à ce problème. Lisez mon article Quand les élites déclareront la guerre à l’Amérique : voilà leur plan de bataille. Plus précisément, la section sur Max Boot du Council on Foreign Relations. Boot est l’expert en insurrection du CFR, et même si je m’interroge sur sa capacité à appliquer des modèles académiques aux conflits du monde réel, c’est-à-dire passer de la théorie à la pratique durant une guerre, cela suffit à connaître la mentalité de ces élites.

Le travail de Boot met l’accent sur un modèle particulier pour empêcher la population non combattante de rejoindre les insurrections, en se basant sur les méthodes britanniques utilisées contre la guérilla communiste en Malaisie. En fait, Max semble se délecter des efforts britanniques pour cataloguer les citoyens malaisiens et les déplacer dans les grandes villes, l’équivalent de grands camps de concentration. Cela a rendu le recrutement difficile pour les insurgés et les a empêchés de se cacher parmi les civils. Ils ont également concentré la production alimentaire dans des zones très surveillées et cela a provoqué un effet de levier sur la population. Avec cette séparation, il était beaucoup plus facile pour les autorités d’« éduquer » les habitants sur les menaces de l’insurrection et de gagner leur soutien.

Donc, le problème est que si cet éventail de tactiques commence a être dirigé contre les partisans de la liberté et des peuples libres, les États-Unis en particulier, avec un potentiel croissant pour que les choses deviennent bien pires à court terme, comment allons nous résister ?

Tout d’abord, je dois souligner une tendance inquiétante dans le mouvement de la liberté, qui est la propension des militants à montrer beaucoup plus d’intérêt à parler du problème qu’à parler de solutions. Au cours des années, j’ai remarqué une baisse constante du lectorat sur les articles ayant trait à des solutions et stratégies spécifiques. Pas seulement sur mes propres articles, mais pour beaucoup d’autres analystes aussi. Il est beaucoup plus populaire d’écrire sur la réalité de la crise imminente, plutôt que d’écrire sur ce que les individus peuvent faire pour contourner le pire de l’événement. Je ne serais pas surpris si cet article recevait seulement la moitié du lectorat de mes autres articles.

La première étape de la lutte dans une guerre de quatrième génération est de reconnaître qu’il n’y a pas de solution facile. Il n’y a aucun moyen de changer le système corrompu de l’intérieur. Il n’y a aucun moyen d’utiliser la politique et le gouvernement à notre avantage. Malgré tous les espoirs des activistes, Trump ne va pas nous sauver, ni l’Amérique. La Chambre et le Sénat contrôlés par les Républicains ne vont pas nous sauver. Ils ne peuvent rien faire, même s’ils le voulaient.

J’écrirai plus en détail à ce sujet dans mon prochain article, mais des mesures telles que la fermeture de la Fed seule sont des demi-mesures qui vont réellement exacerber une crise à court terme, plutôt que de la désamorcer. Un jubilé sur la dette (une autre fausse solution couramment mentionnée) n’a aucun sens, lorsque la valeur de votre monnaie de réserve mondiale sur le marché mondial est aussi détruite dans le processus et que vos obligations du Trésor ne sont plus achetées. Pousser les entreprises à créer quelques milliers d’emplois de fabrication ici et là est une goutte d’eau, en considérant les 95 millions de personnes qui ne sont plus comptées dans la main-d’œuvre des États-Unis, en plus des millions encore considérés officiellement chômeurs. Cela ne va pas arrêter l’effondrement économique en cours. Il va falloir avaler la pilule et cela se produira plus tôt que tard.

Voici ce qui peut être fait, cependant, pour atténuer les dommages et pour se battre contre l’establishment…

Se séparer du système

Les gens recherchent toujours des solutions grandioses et cinématographiques pour lutter contre les mondialistes, mais les vraies solutions sont beaucoup moins romantiques. Vaincre le « nouvel ordre mondial » exige des individus qu’ils prennent des petites mesures dans leur vie quotidienne. Il faut devenir plus autonome, avoir la capacité de subvenir à ses propres besoins, avoir la capacité de se défendre soi-même et sa famille, s’éloigner de la dépendance au réseau énergétique, éduquer ses enfants à la maison, faire pr