Vaccins Covid et cancer


Une brève mise à jour sur les effets indésirables du vaccin Covid


Par Swiss policy Research – Le 25 septembre 2021

Les vaccins covid peuvent-ils provoquer un cancer ? Dans certains cas, la réponse semble être oui. Certes, il n’existe aucune preuve que les vaccins covid soient eux-mêmes cancérigènes (c’est-à-dire qu’ils provoquent le cancer). Cependant, il a été démontré que jusqu’à 50 % des personnes vaccinées, les vaccins covid peuvent induire une immunodépression temporaire ou un dérèglement immunitaire (lymphocytopénie) qui peut durer environ une semaine, voire plus.

En outre, il a été démontré que les vaccins à ARNm covid peuvent « reprogrammer » (c’est-à-dire influencer) les réponses immunitaires adaptatives et innées et, en particulier, réguler à la baisse la voie TLR4, connue pour jouer un rôle important dans la réponse immunitaire aux infections et aux cellules cancéreuses.

Ainsi, s’il existe déjà une tumeur quelque part – connue ou inconnue -, ou s’il existe une prédisposition à un certain type de cancer, un tel état de suppression immunitaire ou de dérèglement immunitaire induit par le vaccin pourrait potentiellement déclencher une croissance tumorale soudaine et un cancer dans les semaines qui suivent la vaccination. Il convient de noter que la lymphocytopénie a également été fréquemment observée dans les cas de covid sévère.

Au niveau immunologique, un mécanisme similaire semble déclencher la réactivation post-vaccinale d’infections virales latentes, plus particulièrement le VZV (c’est-à-dire le zona), mais aussi l’EBV (Epstein-Barr) et le HPV. L’immunodépression temporaire induite par le vaccin est également un facteur probable contribuant à la flambée post-vaccinale des infections à coronavirus, observée dans de nombreux pays.

L’ampleur du problème de la croissance tumorale et du cancer induits par le vaccin reste incertaine – il pourrait être très rare – mais il existe déjà quelques milliers de rapports de cas de ce type dans les systèmes officiels, pourtant notoirement incomplets, de notification des effets indésirables et dans les groupes de patients en ligne liés aux vaccins, bien que certains de ces cas puissent être une coïncidence ou même être dus à un retard de diagnostic lié aux confinements.

En août, le Dr Ryan Cole, pathologiste clinique américain, a décrit une augmentation significative de certains types de cancer (par exemple, le cancer de l’endomètre) depuis le début de la campagne de vaccination de masse contre le covid (voir l’extrait vidéo ci-dessous ; vidéo complète ici). Plus récemment, des pathologistes allemands ont également noté le problème de la dysrégulation immunitaire post-vaccination et de la croissance tumorale soudaine chez certains patients.

Dr Ryan Cole sur le cancer post-vaccination (vidéo complète ; lire une vérification des faits)

Outre les effets indésirables cardiovasculaires déjà bien établis – tels que les caillots sanguins, les accidents vasculaires cérébraux, l’inflammation du muscle cardiaque et les troubles menstruels – plusieurs maladies auto-immunes ont également été liées aux vaccins covid, notamment des affections neuro-inflammatoires telles que le syndrome de Guillain-Barré et la sclérose en plaques (SEP), qui peuvent être causées par une réactivité croisée antigénique.

La perte d’audition et les acouphènes post-vaccination ont récemment été couverts par ABC News. Quant aux femmes enceintes, alors que de nombreuses « autorités sanitaires » leur recommandent de se faire vacciner, l’essai réel du vaccin Pfizer sur les femmes enceintes est retardé par manque de participants. Entre-temps, le système américain de notification VAERS dénombre déjà plus de 2 000 fausses couches post-vaccination.

Chez les enfants, on pensait que la vaccination préviendrait le syndrome inflammatoire multisystémique pédiatrique (SIMP) lié au covid. Au contraire, il s’est avéré que les vaccins contre le covid peuvent eux-mêmes déclencher le SIMP, qui est très probablement causé par une réaction immunitaire à la protéine spike. Ce syndrome a été observé pour la première fois en Israël et a récemment été confirmé par l’Agence européenne des médicaments (EMA).

Le bénéfice de la vaccination contre le covid chez les enfants est si incertain que les essais vaccinaux ont dû abandonner les critères d’évaluation pertinents (c’est-à-dire la réduction des maladies ou des décès) au profit d’indicateurs de substitution douteux comme la « réponse des anticorps ». Entre-temps, une étude américaine récente a révélé que chez les adolescents masculins en bonne santé, le risque de myocardite post-vaccinale est environ cinq fois plus élevé que le risque d’hospitalisation pour cause de covid.

Une étude récemment publiée sur des souris a révélé que si un vaccin à ARNm pénètre dans une veine, le muscle cardiaque absorbe l’ARNm, commence à produire la protéine de pointe du coronavirus, est attaqué par le système immunitaire et développe une inflammation et des lésions cellulaires (c’est-à-dire une myocardite). C’est probablement ce qui se passe chez l’homme aussi, si le vaccin est accidentellement injecté dans un vaisseau sanguin au lieu des cellules musculaires.

Les essais vaccinaux officiels n’ont-ils pas montré que les vaccins covids sont sûrs ? La réponse est non. En fait, plusieurs événements indésirables graves ont déjà été observés lors des essais du vaccin covid, mais ils ont été écartés comme étant « sans rapport ». En outre, l’essai de vaccin Pfizer a exclu cinq fois plus de personnes du groupe vacciné que du groupe témoin. Lors de l’essai du vaccin Pfizer sur les adolescents, une jeune fille de 12 ans a souffert d’une paralysie permanente, mais Pfizer a déclaré que son cas était simplement une « douleur abdominale ».

Quant au risque potentiel de renforcement de la maladie par des anticorps dépendants du vaccin (ADE), il n’existe toujours pas de preuve réelle de cet effet, mais plusieurs études de simulation moléculaire ont montré que de futures variantes de la souche Delta pourraient potentiellement déclencher un ADE (c’est-à-dire des anticorps non neutralisants renforçant l’infection virale, comme ce fut le cas avec les vaccins contre le SRAS-1 et la dengue).

La meilleure chaîne pour étudier les rapports de cas d’effets indésirables des vaccins covid est « Covid Vaccine Injuries » (18+). Cependant, le lecteur se voulant bien informé devrait également étudier un site Web appelé « Sorry Antivaxxer », qui documente les sceptiques du vaccin (ou même du virus) qui sont morts du covid.

Des données provenant d’Israël montrent que les vaccins contre le covid ne confèrent aucune protection durable contre l’infection, tandis que la protection contre les maladies graves diminue d’environ 95 % à environ 50 % en l’espace de six mois. Par conséquent, les personnes présentant un risque élevé de covid grave doivent dans tous les cas envisager des options de traitement précoce, y compris les anticorps monoclonaux. Une fois dans un état grave, le traitement du covid devient beaucoup plus difficile.

Israël et certains autres pays ont déjà commencé les « vaccinations de rappel », mais d’importantes questions de sécurité subsistent : selon un rapport israélien, 1 % des personnes ont demandé une aide médicale en raison des effets secondaires de la troisième dose de vaccin ; dans une maison de retraite allemande, 10 % des personnes ont subi des effets indésirables graves après la troisième dose de vaccin et deux personnes (sur 90) ont dû être réanimées.

En parlant d’Israël, un groupe israélien de défense des droits civils a récemment produit un important documentaire d’une heure intitulé « The Testimonies Project« , qui décrit en détail les graves blessures causées par le vaccin covid, sur la base d’entretiens avec des citoyens israéliens et leurs proches (voir la vidéo ci-dessous). À l’échelle mondiale, les vaccins contre le covid pourraient avoir déjà tué ou gravement blessé plus de 100 000 personnes.

Compte tenu de l’absence de protection vaccinale contre l’infection et la transmission, ainsi que du profil de sécurité plutôt inquiétant, il est clair qu’il n’y a aucune justification médicale, éthique ou épidémiologique aux obligations de vaccination contre le covid et aux « passeports vaccinaux ». En effet, le directeur régional de l’OMS pour l’Europe a récemment reconnu que les vaccins covid ne seront pas en mesure de supprimer le virus.

Ainsi, la pandémie se terminera comme d’habitude : par une immunité naturelle étendue et durable. Dans le meilleur des cas, les vaccins covid peuvent contribuer à atténuer les premières infections pour les groupes à haut risque.

Vaccins Covid : Le projet Témoignages. « Honnêtement, j’attends juste la troisième dose pour en finir ».

Swiss policy research

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone

   Envoyer l'article en PDF   

1 réflexion sur « Vaccins Covid et cancer »

  1. Ping : Vaccins Covid et cancer… - resistance-13.fr

Les commentaires sont fermés.